Navigation – Plan du site

Du local au global, une géographie sans échelles ?

12 septembre 2003
Denise Pumain
Traduction(s) :
From the Local to the Global, a Geography without Limits

Texte intégral

1Les sciences sociales contemporaines, entre interactionnisme et cognitivisme, se passionnent pour les relations interpersonnelles, les jeux réflexifs des ajustements d'intention dans les réseaux professionnels ou de pouvoir, les configurations multiples des trajectoires individuelles. L'économie met de la rationalité limitée et de la réflexivité dans la théorie des jeux, la micro-histoire se penche sur les détails des biographies. Le  "sujet" opère un retour spectaculaire sur la scène intellectuelle, à la mesure du mythe de l'acteur. Les modèles de simulation qui font recette sont ceux des "petits mondes", où l'on saute allègrement du micro au macro, des interactions entre des individus à la structure émergente d'une société.

2Avec la chute des grands récits, le succès de l'individualisme méthodologique, la foi militante dans le libéralisme, et jusqu'au développement du web qui mettrait chacun en prise directe avec chacun dans le monde, l'impression est donnée que la substance sociale peut se faire et se défaire, quasi instantanément, dans des réseaux évanescents qui se reconfigurent sans cesse, au gré des interactions du moment, selon la volonté ou le caprice des acteurs. Mais où sont passées les structures, ces colonnes vertébrales des systèmes, où sont les groupes, les classes, les taxinomies et les typologies ? Leurs articulations, les jointures et les fractures, auraient-elles tout soudain disparu ?

3La géographie doit certes participer aux recherches sur les pratiques et les représentations individuelles, dans leurs interférences avec des structures de l'espace. Mais, après avoir récusé les simplifications réductrices de l'homme habitant ou de l'homme producteur, elle n'a pas su, ou pas voulu, s'inventer un "homo geographicus"". Dans la production théorique, la discipline paraît mieux placée pour rappeler et réinterroger la réalité des niveaux intermédiaires, les effets d'échelle, de dimension, de situation et de configuration. Entre local et global, il ne s'agit pas alors de réinventer des identités figées dans des territoires, en rabattant les groupes sociaux sur des interactions de proximité. C'est dans la structure des réseaux qu'il faut chercher les effets d'échelle, non pas seulement par un interactionnisme individualisant, mais bien en identifiant les sous-systèmes (les "cliques" des graphes) et leurs nœuds puissants, ceux qui fédèrent les coopérations comme ceux qui organisent entre individus et territoires les chemins de la dépendance et de la domination.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Du local au global, une géographie sans échelles ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 12 septembre 2003, consulté le 26 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/594

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

Université Paris I Panthéon-Sorbonne,UMR Géographie-cités, France

pumain@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page