Navigation – Plan du site

Le temps et l'espace. Des universaux dans la concurrence

12 juin 2002
Denise Pumain
Traduction(s) :
Time and Space, Competing Universes

Texte intégral

1Savoir se situer à la surface de la planète a été la première question géographique. La longue quête des arpenteurs, des voyageurs terrestres et des navigateurs, sans oublier les astronomes et les cartographes, jalonnée des inventions du sextant, du compas et de l'astrolabe, de la rotondité de la Terre et des systèmes de projection de coordonnées, du radar.. .paraît sinon s'achever, du moins franchir une étape décisive, à cette charnière des 2e et 3e millénaires. Grâce aux satellites, le repérage est désormais à la portée de tous, du moins tous ceux assez fortunés pour se procurer l'appareil de décodage. Finies, la lecture forcément poétique et mythique des ciels étoiles, la reconnaissance informée des cartes topographiques et routières, l'ascèse haletante et sportive des courses d'orientation ? Une fois de plus, une simple frappe de quelques touches sur l'appareil, et l'écran affiche toute l'information souhaitée !

2Le passage au repérage numérique n'a pourtant qu'une dizaine d'années : le réseau américain GPS (Global Positioning System) date de 1991 (1). Et déjà, l'Europe décide de former son propre système, avec Galileo, qui mettra dès 2008 une trentaine de satellites et des stations au sol au service d'utilisateurs multiples pour la localisation (les géomètres), le suivi de navigation (flottes de véhicules terrestres ou maritimes), la surveillance des "territoires" (agriculture, zones sinistrées), la synchronisation des réseaux de télécommunications et de transactions financières...Les enjeux économiques autant que l'exigence d'autonomie ont sans doute incité l'Union européenne et son Agence Spatiale à se placer en concurrent des Etats-Unis dans cette formidable transformation technologique, qui voit les informations relayées par satellites s'immiscer toujours plus dans notre vie quotidienne. Un programme de recherches, l'initiative GMES (Global Monitoring for Environment and Security), qui accompagne de nombreux projets européens, contribue d'ailleurs à susciter l'invention de nouvelles utilisations des données d'origine spatiale.

3Voilà des enjeux pour l'information géographique, promue donnée sensible et convoitée, et de nouveaux outils de travail dont la maîtrise échappe souvent aux chercheurs. La course à l'information du haut de l'espace sera-t-elle suivie, au sol, par la production d'informations complémentaires qui soient de qualité suffisante pour lui donner du sens? La lenteur de la mise en service des bases de données géographiques européennes, en dépit des efforts déployés à Eurostat et à l'EEA, les difficultés de montage du réseau dédié à l'aménagement du territoire européen (ESPON), et l'extraordinaire disproportion des budgets en cause risquent-elles, une fois encore, de creuser l'écart entre une géographie d'en haut, celle des sciences physiques et de l'IGN, et celle des sciences sociales, loin derrière et tout en bas ?

Haut de page

Notes

 (1) Actuellement, le réseau européen de stations relais du GPS fournit des observations cadencées à 30 secondes toutes les 24 heures (accessibles avec le site www.epncb.oma.be).  En France, c'est l'IGN qui pilote un réseau de quelque 26 stations relais.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Le temps et l'espace. Des universaux dans la concurrence », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 12 juin 2002, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/599

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

Université Paris I Panthéon-Sorbonne,UMR Géographie-cités, France

pumain@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page