Navigation – Plan du site
2005-2002
Séminaire de recherche du GDR Rés-Eau-Ville (CNRS 2524) "L'eau à la rencontre des territoires", Montpellier, France, 27-28 et 29 mai 2004

Les contradictions des réformes de l'eau potable en Colombie. L'exemple de l'aire métropolitaine de Bogotá

The contradictions in the reforms of the water supply system in Colombia. The case of the metropolitan area of Bogota

Vincent Gouëset

Résumés

L'exemple de l'aire métropolitaine de Bogota montre que les réformes de l'eau potable en Colombie, inspirées à la fois par les principes de démocratisation, de développement durable et de libéralisation de l'économie, se révèlent inapplicables, du fait des contradictions entre ces différents objectifs.

Haut de page

Texte intégral

1La Colombie, comme le reste de l'Amérique latine,
a connu depuis vingt ans années des réformes majeures
sur le plan :

  • politique (démocratisation)

  • territorial (décentralisation)

  • économique (virage néolibéral, mondialisation).

2Ces réformes ont porté en particulier sur le système de gestion de l'eau potable, un enjeu d'aménagement majeur et une question très sensible sur le plan social, économique et environnemental.

3Du fait de l'abondance des ressources, et grâce à une volonté politique forte depuis les années 1930 en matière d'eau potable, la Colombie bénéficie aujourd'hui d'un taux de couverture élevé, du moins en ville, où résident les trois quarts des 40 millions de colombiens.

4Les réformes du système de l'eau potable sont motivées par les dysfonctionnements et les difficultés financières des Entreprises de Service Public (ESP), qui s'expliquent, selon la Banque Interaméricaine de Développement, par le "cercle vicieux de la politisation".

5Cette analyse, non dénuée de fondement, s'inscrit toutefois dans une perspective néolibérale, qui voit dans le marché et dans la hausse des tarifs la meilleures solution pour améliorer le service de l'eau potable.

6Egalement inspirées par la conférence de Rio sur le développement durable (1992), les réformes s'appuient sur la "règle des trois E" :

7Environnement, Economie, Ethique

8L'exemple de l'aire métropolitaine de Bogotá, peuplée de six millions d'habitants, illustre les contradictions inhérentes à cette règle.

Economie

Les principes

  • Garantir l'équilibre financier des entreprises

  • A un coût acceptable pour les usagers et pour les pouvoirs locaux

Les réformes (Loi 142 des services publics, 1994)

  • L'ouverture à la concurrence et la privatisation des ESP sont encouragées

  • Hausse de tarifs obligatoire, afin de couvrir les coûts de fonctionnement des ESP

Limites et contradictions des réformes

  • Dépenses d'infrastructures très élevées (mais obligatoires)

  • Les tarifs, pourtant en forte hausse, ne couvrent que 80% des dépenses des ESP

  • Fort endettement des ESP (250 M $ en 2002 pour l'ESP de Bogota, l'EAAB)

  • Les ESP sont dépendantes des subventions publiques (nationales et locales)

  • Echec des tentatives de privatisation des ESP (structurellement non rentables)

Environnement

Les principes

  • Préserver les ressources en amont

  • Réduire les pollutions en aval

Les réformes (Loi 99 de l'environnement, 1993)

  • Les Agences de bassin, autorités environnementales, contrôlent l'action des municipalités et des ESP

  • Elles ont la faculté de prélever "Ecotaxes" sur l'usage et la pollution de l'eau

Limites et contradictions des réformes

  • La "Savane" de Bogota est officiellement "zone protégée", mais la lutte contre la surexploitation des ressources en eau (agriculture, industrie, eau potable) est inefficace

  • La pollution de l'eau demeure très élevée: seulement 10% des eaux usées de Bogotá sont retraitées, à un coût par ailleurs très élevé (+ de 28 millions de $ par an pour le fonctionnement de l'usine moderne construite en 2000 à Bogota par le groupe français Suez-Dégremont)

  • Les "écotaxes" sont inapplicables du fait de la fragilité financière des ESP

Ethique

Les principes

  • Garantir l'accès à l'eau potable pour tous, à un tarif équitable

  • Trouver un mode de gestion honnête et concerté entre les acteurs (nation, pouvoirs locaux, ESP, usagers)

Les réformes (Loi 142 des services publics, 1994)

  • Les maires ont l'obligation (et la responsabilité personnelle) de servir leurs administrés en eau potable

  • Système de "subventions croisées" obligatoire: les tarifs sont modulables selon la classe sociale des consommateurs (les plus aisés subventionnent les plus modestes)

Limites et contradictions des réformes

  • Fort mécontentement populaire provoqué par les hausses de tarifs

  • Subventions croisées inapplicables dans la plupart des municipios de la banlieue de Bogota, où les clients aisés ne sont pas assez nombreux pour subventionner les populations modestes

  • Les bas tarifs appliqués dans les banlieues populaires déséquilibrent les budgets municipaux et imposent le recours au rationnement de l'eau pour limiter la dépense publique

  • La solidarité métropolitaine est impossible: les subventions inter-municipales sont interdites

  • La seule ESP municipale privatisée, à Cajica, a été achetée par une filiale du groupe Suez, qui a triplé les tarifs, provoquant des émeutes urbaines en 2002

Haut de page

Bibliographie

Gouëset V., 2002, Villes, société et action publique en Amérique latine. Etude de géographie comparée (Colombie, Argentine, Mexique), Rennes, Dossier d'H.D.R., Université de Rennes 2, Volume 3, Synthèse des positions de recherche, Chapitre 4, p. 119-153.

Téléchargeable sur https://www.uhb.fr/sc_sociales/Reso/, rubrique Equipe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Vincent Gouëset, « Les contradictions des réformes de l'eau potable en Colombie. L'exemple de l'aire métropolitaine de Bogotá », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, mis en ligne le 15 novembre 2004, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/6050 ; DOI : 10.4000/cybergeo.6050

Haut de page

Auteur

Vincent Gouëset

Professeur de Géographie, Université Rennes 2 et UMR ESO (CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page