Navigation – Plan du site

Faut-il supprimer la géographie ?

12 mai 1998
Denise Pumain

Texte intégral

1Sous ce titre paraissait en mars un article de l'Expresso de Rome, dans lequel Enrico Arosio dénonçait la réforme de l'enseignement secondaire italien, tendant à faire disparaître la géographie des programmes (article repris en français par le Courrier International n°383, du 5-11 mars 1998). Qui ne souscrirait aux arguments de l'Association parlementaire italienne pour la défense de la géographie : "Face aux défis que représentent la mondialisation, les différences entre les peuples, les intégrismes... la géographie est particulièrement adaptée pour mettre en perspective les sujets de société contemporains. Comme matière de synthèse, elle incarne cette culture de la complexité...Le besoin de géographie accompagne l'homme depuis toujours, pour savoir qui sont les autres, où et comment ils vivent...", ou encore à ceux du professeur Gianni Sofri, de l'Université de Bologne : "la géographie, même imaginaire, plonge ses racines au plus profond de l'enfance. Mais surtout, aujourd'hui, avec la naissance de nouveaux Etats en Europe de l'Est ou la crise des marchés financiers en Asie du Sud-Est, ce qui se passe ailleurs nous concerne davantage que par le passé".

2Et pourtant...Extrayant du rapport que Philippe Meirieu a adressé le 28 avril au ministre de l'éducation pour la réforme des lycées en France quelque 49 "principes de référence", le journal Le Monde daté du 29 avril a de quoi inquiéter. Sous le titre général "Quels savoirs enseigner dans les lycées ?" il cite, apparemment in extenso, le "principe 8" qui précise la notion de "culture commune", objectif de fin de lycée, définie sur proposition du Conseil national des programmes pour tous les élèves, quelles que soient les filières. La "culture commune garantit la cohésion sociale et évite l'exclusion". A côté du français, de l'éducation civique, juridique et politique, de l'éducation physique et sportive et de l'expression artistique, figure "histoire-géographie", en bonne place donc. Mais avec quel contenu ! :"mise en place de repères chronologiques généraux intégrant l'ensemble des civilisations, étude approfondie de l'histoire contemporaine et de ses enjeux".

3Vous avez bien lu : pas question du monde, de repères spatiaux, ni d'environnement... Selon Le Monde, ou selon les 49 principes, la "culture commune" se situe dans le temps, pas dans l'espace ! Elle ignore tout de la planète !

4On nous dit que lors de la préparation du rapport Meirieu, historiens et géographes s'étaient mis d'accord sur des objectifs de connaissance du monde contemporain, et qu'il était fait mention des repères spatiaux à côté des repères chronologiques. Mais, pour le grand public qu'informe Le Monde, l'histoire-géo, ce n'est que de l'histoire... Pourtant, au début de ce siècle, le grand historien Ernest Lavisse avait fait commencer son Histoire de la France par un premier volume, rédigé par le géographe Paul Vidai de la Blache, le fameux "Tableau de la géographie de la France", alors jugé indispensable à la représentation et à la compréhension des événements historiques !

5Donc, nous protestons, et pas que pour la forme. Ignorer le monde dans ses différences à l'ère de la mondialisation serait sans doute, plus qu'un méchant paradoxe, un appréciable facteur de renforcement de l'exclusion. Alors, en ce joli mois de mai 98, géographes de tous les pays…continuons le combat !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Faut-il supprimer la géographie ? », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 12 mai 1998, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/611

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

Université Paris I Panthéon-Sorbonne,UMR Géographie-cités, France

pumain@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page