Navigation – Plan du site
1996
Actes des Journées de Télédétection en Sciences humaines
173

Archéologie et télédétection : cartographie des paysages du site de Mahasthan (Bangladesh) d’après des données SPOT

Archeology and remote sensing: mapping the Mahastan landscapes in Bangladesh using SPOT data
Christine Jacqueminet, Jean-François Salles, Rémi Dalongeville, Bernard Dupuis et Kévin Pédoja

Résumés

L’environnement de l’ancienne capitale de l’Inde Orientale (Mahasthan au Bangladesh) est analysé à l’aide d’une image satellitaire SPOT. L’étude porte sur le milieu actuel (réseau hydrographique, systèmes agraires) et les structures paysagères révélatrices d’anciens écoulements naturels ou aménagés.

Haut de page

Entrées d’index

Mots-clés :

télédétection

Keywords :

remote sensing

Géographique :

Asie, Asie du sud, Bangladesh
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Mahasthan fut la capitale de l’Inde orientale du IIIe siècle avant J.C. au XIIIe après J.C.. Localisée dans la partie nord-ouest du Bangladesh actuel, elle bénéficiait d’un site privilégié : dans ces terrains alluvionneux du système deltaïque du Ganges et du Brahmapoutre, la cité était installée sur des terrasses hautes, en bordure de la rivière Karatoya. Cette rivière associée à un réseau hydrographique alimenté par les cours d’eau venus de l’Himalaya, a subi au cours du temps d’importantes modifications (changement de cours, de débit). Le drainage autour du site semble avoir été aménagé (creusement de fossés et détournement d’une partie de l’écoulement).

2L’installation du site sur des terrasses hautes offrait non seulement un abri vis à vis des inondations mais également un milieu agro-écologique diversifié, aujourd’hui très productif. La connaissance des caractères physiques de ce site et de la façon dont les habitants tiraient parti de leur environnement est explorée à l’aide d’images satellitaires à haute résolution. La perception exhaustive et détaillée des multiples facettes paysagiques actuelles, la révélation de structures passées en font un document d’approche essentiel. Nous exposerons successivement les informations attendues de l’utilisation de l’imagerie satellitaire, les méthodes développées et les premiers résultats obtenus.

Apports de l’imagerie satellitaire à la connaissance de l’environnement du site archéologique

3Il s’agit ici de décrire les caractéristiques écologiques de cette zone afin de mettre en évidence les potentialités et les contraintes au développement des activités humaines (agriculture, transport et commerce), ceci afin d’obtenir une meilleure compréhension des modes de vie développés lors de la période faste de cette cité.

4Deux composantes de l’environnement sont plus particulièrement étudiées : le réseau hydrographique et les différents systèmes agraires développés en relation avec la topographie et l’accès à la ressource hydrique.

  • la rivière Karatoya : cette rivière appartient à un réseau hydrographique dense et ramifié qui parcourt l’ensemble de cette région dans le sens nord-sud. Son régime est soumis à d’importantes variations de débit en relation avec la mousson annuelle. Ces variations sont génératrices d’inondations. Elle a connu jusqu’au 18e siècle un régime beaucoup plus puissant, d’où la présence d’une plaine alluviale importante et en grande partie exondée. De nombreux méandres morts aujourd’hui colonisés par les cultures attestent de ses nombreux changements de lits. Sur les images satellitaires, son lit actuel et des traces de ses divagations passées sont perceptibles. L’analyse de ces tracés actuels et passés, de leurs variations de formes révélatrices des changements de régimes de l’écoulement fluvial permettent d’appréhender l’évolution de la dynamique fluviale de ce réseau et de ses relations avec le site.

  • les systèmes agraires : les plaines deltaïques du Bangladesh et en particulier de cette région sont fortement humanisées. La moindre parcelle est cultivée, la végétation naturelle n’existe pratiquement plus. Seuls les villages situés sur les parties hautes s’accompagnent d’une végétation arborée (vergers de manguiers et bambous). Dans ces terres basses, les moindres nuances de la topographie engendrent une diversification fine de ce milieu et en particulier de ses modes d’exploitation agricole.

5De façon schématique, on distingue dans l’environnement de Mahasthan deux entités distinctes :

  • les hautes terrasses du Barind à l’ouest : légèrement surélevées topographiquement, elles sont peu menacées par les inondations. Ces terres planes portent deux récoltes par an, les cultures de saison sèche sont principalement conduites à l’aide de puits. A proximité immédiate du site de Mahasthan, un secteur original apparaît : de nombreux tanks (réservoirs d’eau aux bordures surélevées) ont été construits. Si les tanks sont fréquents dans les villages sur l’ensemble de ce secteur ,leur abondance localement confère à cette périphérie un paysage particulier.

  • la plaine d’inondation de la Karatoya à l’est, prolongée vers l’est par celle de la Jamuna (actuel Brahmapoutre) : cette plaine façonnée par les divagations de la rivière, parcourue par un lacis de méandres en fonctionnement ou abandonnés, se caractérise par une topographie étagée. Inondée lors de la mousson, son exploitation agricole se déroule en dehors de la période des hautes eaux. La permanence de la présence de l’eau en surface et l’existence de puits permettent une agriculture intensive et diversifiée basée sur l’étagement des parcelles. Ces ensembles soumis à des apports d’eau et à une exploitation agricole différents, se traduisent sur image satellitaire par des entités radiométriques distinctes (figure 1).

Figure 1 : Image satellitaire du site de Mahasthan (Bangladesh)

6Les aménagements de type tanks sont visibles par le biais de structures carrées ou rectangulaires caractéristiques (figure 2).

Figure 2 : photo-interprétation du tracé actuel et passé de la rivière Karatoya sur l’image SPOT du 19/10/1991

7Les systèmes agraires développés de part et d’autre du site sont encore mal connus. Leurs systèmes d’exploitation et leurs productions peuvent avoir contribué à l’implantation et au maintien du site en ce lieu. Au sol, cette typologie précédemment énoncée se révèle beaucoup plus diversifiée. Les variations des caractères de l’approvisionnement en eau conjugués à ceux de la topographie engendrent une grande diversité de modes d’exploitation agricole et de paysages. Il apparaît nécessaire de mieux définir leur relation avec l’hydrographie et de mieux les caractériser afin de mener une étude comparative des potentialités des différents systèmes agraires présents dans cette région.

Méthodologie et premiers résultats

8L’imagerie satellitaire à haute résolution apparaît là comme indispensable : le paysage est extrêmement morcelé et les structures, révélatrices des aménagements (digues, fossés) et des tracés hydrographiques passés, sont très ténues.

9L’étude des deux thèmes : réseau hydrographique et paysages agraires, s’appuie sur deux méthodes différentes :

  • l’extraction des composantes actuelles et passées du réseau hydrographique est réalisée à l’aide d’analyses de texture (Analyse en composantes principales, filtres de texture) et par photo-interprétation (fig. 2). Cette analyse est complétée au sol par des repérages précisément localisés et des analyses sédimentologiques.

  • la caractérisation des paysages agraires est réalisée par le biais de classification multispectrale dirigée et validée par les observations de terrain (fig. 1). Cette opération est envisagée aux différentes périodes des cycles culturaux saisonniers (en fin de saison des pluies et en saison sèche).

10L’étude est dans un premier temps réalisée à l’aide d’une image SPOT XS du 19/10/91, correspondant à la période de fin de saison des pluies. Ces premiers travaux sont limités par la résolution de 20/20 m de l’image SPOT XS. Le parcellaire très petit n’est pas perceptible sur l’image dont nous disposons. Or, son organisation et ses variations de taille sont révélatrices à la fois des systèmes agraires et de la topographie fluviale. La poursuite de ces travaux à l’aide d’une image à plus haute résolution est indispensable.

Conclusion

11Cette étude de l’environnement d’un site archéologique n’est encore qu’à ses prémices et l’imagerie satellitaire s’avère très prometteuse. Elle a été abordée jusqu’à maintenant à une échelle locale. Mahasthan fut une capitale régionale, la compréhension de ses relations avec les régions environnantes, de son insertion dans les flux d’échanges de l’Inde Orientale guidés en particulier par le réseau hydrographique nécessite une étude plus élargie de son environnement, que nous envisageons d’étudier à l’aide d’images couvrant des superficies étendues.

Haut de page

Bibliographie

Bangladesh National Geographical Association, 1992. Bangladesh : geography, environment and development. edited by K. Maudood Elahi, A.H.M. Raihan Sharif, A.K.M. Abul Kalam, Dhaka, 296 p.

Patel A. M., 1989. North Bengal - A geographical appraisal, Rajshahi University Journal, 66-80.

Rashid H.E., 1991. Geography of Bangladesh. University Press Limited, Dhaka, 529 p.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/642/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1,1M
URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/642/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 377k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Jacqueminet, Jean-François Salles, Rémi Dalongeville, Bernard Dupuis et Kévin Pédoja, « Archéologie et télédétection : cartographie des paysages du site de Mahasthan (Bangladesh) d’après des données SPOT », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 173, mis en ligne le 27 avril 2000, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/642

Haut de page

Auteurs

Christine Jacqueminet

UMR 5560 - Centre de Recherches sur l’Environnement et l’Aménagement (CRENAM) Université Jean Monnet, 6, rue Basse des rives, 42023 St-Etienne cedex 02 tél. : 77 42 19 25, fax: 77 42 19 24 France

Jean-François Salles

Maison de l’Orient Méditerranéen - UMR 9969 Université Lumière Lyon II 7, rue Raulin, 69007 Lyon tél. : 72 71 58 00, fax : 78 58 12 57 France

Rémi Dalongeville

Maison de l’Orient Méditerranéen - UMR 9969 Université Lumière Lyon II 7, rue Raulin, 69007 Lyon tél. : 72 71 58 00, fax : 78 58 12 57 France

Bernard Dupuis

UMR 5560 - Centre de Recherches sur l’Environnement et l’Aménagement (CRENAM) Université Jean Monnet, 6, rue Basse des rives, 42023 St-Etienne cedex 02 tél. : 77 42 19 25, fax  : 77 42 19 24 France

Kévin Pédoja

Université Claude Bernard - Lyon I 43, Boulevard du 11 novembre, 69622 Villeurbanne, France

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page