Navigation – Plan du site
1997
17

Le géographe et la carte. Point de vue et questionnement de la part d´un géographe cartographe

The geographer and the map. A geographer-cartographer’s questioning and viewpoint
Jean-Paul Bord

Texte intégral

Présentation

1L´objectif de ce texte est double : connaître d´une part les positions des géographes d´aujourd´hui quant à leur relation à la carte et de l´autre lancer une discussion directe et informelle avec les lecteurs, géographes, cartographes ou autres, venus d´autres disciplines, sur cette articulation encore mal explorée.

2De tous temps, le géographe a utilisé la carte : “du XVIe à la fin du XVIIe siècle “savoir la carte” ou savoir la géographie était tout un” (de Dainville, 1964). Puis à partir du XIXe, avec C. Ritter tout d´abord, semble-t-il, les géographes ont été plus critiques vis-à-vis de la carte. Bien que nombre d´entre eux disent voir dans les cartes leur outil privilégié, de plus en plus de voix s´élèvent pour contester ce que C. Ritter appelait déjà “la dictature de la cartographie sur la géographie” (cité par Farinelli, 1989). Pourtant, l´équation carte égal territoire ou espace est encore fort.

3Le premier point qui pourrait être à clarifier par le géographe est tout d´abord celui de la définition même de la carte. Qu´est-ce qu´une carte pour le géographe ?

4Le mot dominant reste encore celui de la représentation. De Dainville (1964) qui écrit sur Le langage des géographes entre 1500 et 1800 en donnait déjà cette définition : “La représentation sur une feuille plane - sur une peau (parchemin, vélin), plus souvent sur du papier, carte vient de charta qui signifie le papier sur lequel on écrit - de la surface de la terre ou d´une de ses partie au moyen de ces raccourcissements que les géographes nomment projections”. Aujourd´hui encore les termes représentation, surface terrestre, espace reviennent souvent dans les écrits des géographes : “une carte est une représentation géométrique plane, simplifiée et conventionnelle, de tout ou partie de la surface terrestre, et ceci dans un rapport de similitude convenable qu´on appelle l´échelle” (Joly, 1976). “La carte est une représentation, à l´aide de signes conventionnels, d´une partie de la surface terrestre” (Scheibling, 1994). “La carte, représentation de l´espace, met en évidence les interrogations de la géographie” (Ferras, Hussy, 1994). Pourtant (de plus en plus) d´autres voix s´élèvent, peu en géographie il est vrai, pour ouvrir sur d´autres dimensions :

  • “La carte est ce mouvement intellectuel autant qu´artisanal qui donne forme et contours, qui met en espace un savoir, des rumeurs, un ouï-dire sur le monde” (Jacob, 1992).

  • “Les cartes tendent à “désocialiser” le territoire qu´elles représentent. Elles favorisent la notion d´espace socialement vide. La qualité abstraite de la carte, qui est autant incorporée dans les lignes d´une projection ptolémaïque du XVe siècle que dans les images contemporaines de la cartographie informatique, atténue la prise de conscience que des être humains vivent dans le paysage” (Harley, 1995).

5Si ce dernier point de vue n´est pas nouveau, il nous fait remonter au XIXe siècle avec l´Erdkunde et C. Ritter : “Si le géographe voulait employer son recueil de cartes comme source principale pour la démonstration de sa science, comme d´ailleurs l´ont fait beaucoup de systèmes géographiques, il commettrait alors une plus grande erreur, que celle du physiologiste qui voudrait étudier le cœur ou l´essence de la vie par l´anatomie du cadavre, sans réaliser qu´il n´a devant lui qu´une caricature réduite d´un corps humain, qu´un corps mort” (cité par Torricelli, 1990). Avec Ratzel, le dernier représentant de l´Erdkunde, F. Farinelli (1989) indique : “on va retourner à ce que Carl Ritter pensait à propos de la dictature de la cartographie sur la géographie, à la coïncidence entre représentation géographique et image cartographique de la réalité”. Cet échec va induire le fait que “l´apparence va devenir “la” réalité” (Farinelli, 1989). Déjà, fin XIXe siècle, P. Vidal de la Blache (1894) illustre à merveille les propos de F. Farinelli quand il souligne en préface de l´Atlas général : “La carte du pays à étudier est accompagnée d´une carte physique ; elles s´éclairent l´une par l´autre, et trouvent un complément dans des cartes ou des figures schématiques dont la géologie, la climatologie, la statistique ont fourni le sujet. Cette espèce de dossier (...) constitué, suivant le cas d´une façon plus ou moins complète, a pour but de placer sous les yeux l´ensemble des traits qui caractérisent une contrée, afin de permettre à l´esprit d´établir une liaison entre eux. C´est en effet dans cette liaison que consiste l´explication géographique d´une contrée”.

6Un siècle plus tard, ou presque, dans le tome 1 de la Géographie Universelle, Le déchiffrement du monde, R. Brunet (1990) semble aller dans le sens de P. Vidal de la Blache quand il écrit : “Nul ne peut “voir” le paysage politique du pays, même pas son paysage social ou économique. La carte le donne à voir. Pas la carte topographique qui n´est que vue d´en haut des accidents de la surface ... substitut et complément de paysage : là aussi les auteurs ont trié, puis dessiné et désigné. Je veux parler de la carte thématique. Elle montre des nuances et des oppositions, des centres et des périphéries ... bref des structures. Cet autre paysage est bourré d´indices, nous en déchiffrerons les codes”.

7Ces cartes thématiques que “vous pouvez souvent réaliser vous-même, ou les faire faire à votre guise, les autres, non”, selon l´expression de R. Brunet (1987) comment les géographes les voient-ils ? Il ne s´agit pas d´avoir une position de principe “pour ou contre” la carte notamment thématique, mais plutôt d´expliquer les raisons qui poussent ou non à réaliser des cartes et d´essayer de “déconstruire”, dans le premier cas (celui qui pousse à la réalisation de la carte), le cheminement qui amène à la carte. F. Ratzel utilisait les cartes en précisant qu´il fallait “problématiser la carte” (cité par Farinelli, 1989). Comment les géographes procèdent-ils vis-à-vis de cet outil ?

8“Les géographes disent volontiers considérer les cartes comme leur outil de recherche privilégié” (Rimbert, 1973 et 1995) ce que corroborent nombre de géographes dans leurs ouvrages ou articles. R. Ferras et Ch. Hussy (1994) écrivent même : “on assiste de nos jours à un renouveau interdisciplinaire. D´une part, la géographie manifeste un intérêt accru vis-à-vis de la graphique - qu´il suffise de mentionner le nom de J. Bertin - intérêt qui rejoint d´ailleurs certaines formulations sémiologiques de son propre champ d´étude. La cartographie, de son côté, s´applique, de plus en plus, à l´édition de cartes thématiques, donc à une diffusion élargie d´œuvres géographiques”. D´autres considèrent la carte comme une “écriture dangereuse” de la géographie (Farinelli, 1989), ou notent la “puissance inquiétante de la carte (Lussault, 1996). Est-il vrai aussi, si l´on suit S. Rimbert (1995), que “en cette fin de siècle, les rapports de la géographie et de la cartographie sont de plus en plus ambigus” ? Que la carte est un outil qui, aujourd´hui, tend à échapper aux géographes parce que, explique-t-elle : “d´une part, beaucoup d´autres disciplines que la leur ont également recours aux cartes, aux graphiques, aux images ; d´autre part, ils ont du mal à suivre l´explosion technologique qui, ces vingt dernières années, en a changé la nature”.

9Dans ces prises de positions diverses où la carte est tantôt “sublimée” tantôt fortement “dénigrée”, nous pouvons nous joindre à Ch. Hussy (1990) quand il écrit : “Témoins d´une époque et, par le fait même, d´une vision du monde, les géographes se succèdent et s´opposent les uns aux autres au travers d´une dimension critique, implicite ou explicite, qui les fait tantôt se centrer, tantôt se marginaliser en élaborant ou en contestant des images. Mais l´usage du discours n´est-il pas tout autant, intrinsèquement, un usage (ou un abus) de pouvoir et faut-il ainsi imputer à un code d´expression, linguistique, graphique ou mathématique, la part d´inconscient que les sciences de l´homme véhiculent dans la connaissance ?” Car tous les points de vue évoqués jusqu´ici ne sont-ils pas tous défendables ?

10Ce qui me paraît plus préjudiciable, c´est l´absence de réflexion sur la carte. Certes, les cartographes, c´est-à-dire selon l´A.C.I. (1996) “les personnes qui se consacrent à la cartographie”, ne montrent guère la voie. En géographie, leur formation est essentiellement pratique et professionnelle et les outils au service de la cartographie deviennent de plus en plus dominants, particulièrement C.A.O. et S.I.G.. Ainsi sur 53 anciens étudiants du D.E.S.S. de Paris I, recensés et exerçant un métier, 34 travaillent sur les S.I.G. (environ 65% selon M. Béguin, 1996).

11Si cette professionnalisation peut ne pas apparaître comme une mauvaise voie en soi, elle s´opère principalement au détriment de la réflexion et des hommes ce qui est préjudiciable pour la discipline. Car si la formation est surtout pratique et professionnelle, la réflexion théorique et épistémologique est quasiment absente faute de formation en ce sens (il n´existe, par exemple, aucun D.E.A. de cartographie théorique en France), mais aussi faute de recherches, de chercheurs, d´enseignants-chercheurs. Et sur ce deuxième point, on ne peut guère que constater que la réflexion théorique et épistémologique sur la carte de la part des géographes est aussi très faible en France.

12Même les travaux fondamentaux de J. Bertin sur la Sémiologie graphique (1967) n´ont guère stimulé le renouveau cartographique en géographie. Dans un article récent au titre évocateur : “La Sémiologie graphique : le retour ?”, présenté à la 17e conférence cartographique internationale de Barcelone (1995), les auteurs soulignent : “l´efficacité de la Sémiologie Graphique parait incontestable. Sa puissance découle du principe central que la carte doit être conçue comme une IMAGE (...). On peut, dès lors, se demander pourquoi la Sémiologie Graphique a été si peu mise en pratique (...). Tout se passe comme si l´avènement de l´ordinateur, la montée en puissance des analyses quantitatives et des logiciels cartographiques avaient provoqué un arrêt de la réflexion théorique et critique sur la traduction graphique de l´information” (de Golbéry et al., 1995-1996). Mais cette réflexion doit commencer bien en amont de la traduction graphique. Si le cartographe peut s´en contenter (quoique cela se discute), le géographe ne peut éviter de réfléchir sur la problématisation de la carte, sur le choix du fond de carte et des données à la base de toute visualisation. Ceci est d´autant plus important que la carte thématique “met en scène des structures qui ne sont généralement pas directement visibles dans le paysage mais seulement visualisables” (Torricelli, 1990).

13Il serait intéressant, sur ce point, de voir et de savoir comment le géographe procède. Pourquoi et quand est-il amené à réaliser une carte ? Comment procède-t-il dans sa démarche ? La carte lui tient-elle seulement de support de communication, d´élément de repérage et/ou, aussi, de fonction de recherche ? Et d´autre part, pourquoi les géographes (qui ont de tous temps utilisé la carte), ont-ils souligné qu´elle est “leur instrument fondamental” (Gabert, 1992), “un instrument remarquable” (Metton, 1992)... et sont-ils aussi peu enclins à utiliser, à mettre en pratique les méthodes nouvelles ? Nous l´avons souligné pour la Sémiologie Graphique, mais déjà au XIXe siècle les géographes étaient en retrait vis-à-vis des cartes thématiques. G. Palsky (1996) note : “Avant 1870, en géographie, on ne relève aucune forme d´intérêt pour la cartographie quantitative”.

14Cet intérêt proclamé par les géographes pour la carte et cette absence de curiosité pour les méthodes nouvelles concernant cet outil ne sont-ils pas contradictoires ou peut-être significatifs d´un état d´être ? Comment les géographes l´expliquent-ils ?

15En conclusion, trois questions peuvent émerger :

16Quelle est la définition de la carte pour le corps des géographes ?

17Comment et pourquoi utilisent-ils la carte ?

18Comment expliquer le décalage entre les “nouveautés” cartographiques et le peu d´intérêt qu´ils y portent ?

Discussion, réactions

de Denise PUMAIN

(15 mars 1997)

Les questions que soulève Jean-Paul Bord peuvent paraître excessivement générales. Le fait qu´un "géographe cartographe" les pose sous cette forme témoigne-t-il d´une "communication" insuffisante de la part des cartographes, en particulier théoriciens, quant aux vertus multiples de leurs outils ? Ou bien d´une information insuffisante de l´auteur? Les cartographes et les géographes connaissent la richesse et la pertinence du travail théorique de cartographes comme Sylvie Rimbert (Carto-graphies, Hermès, 1990), Colette Cauvin (voir dans cette rubrique sa bibliographie et son article sur les transformations cartographiques), Jean-Claude Muller (voir ses articles notamment dans l´Espace Géographique). Sur les utilisations de la cartographie, le Groupe Dupont a réuni un colloque, publié dans Géopoint 1986, "La carte pour qui ? la carte pour quoi?" que l´auteur ne cite pas et qui devrait répondre à certaines de ses attentes. Le réseau Cassini accomplit pour sa part un travail gigantesque de mise au point de concepts et de procédures cartographiques dans les systèmes d´information géographiques, en engageant un dialogue souvent difficile entre les spécialistes de plusieurs disciplines, et aussi d´autres pays (notamment par le réseau GISDATA de la Fondation Européenne pour la Science). Géographes et cartographes français sont nombreux dans ces deux réseaux. La Revue Internationale de Géomatique animée entre autres par Jean-Paul Cheylan constitue depuis 1990 une référence très appréciée dans ce domaine. Enfin, on ne voit guère pourquoi la professionnalisation des cartographes s´opérerait "au détriment de la réflexion et des hommes". La récente réunion organisée par l´Association des Cartographes Géographes, avec l´aide de Michèle Béguin (Université Paris I) en octobre 1996 à l´occasion du soixantième anniversaire de l´Ecole de cartographie de Paris, a montré de la part des professionnels de la cartographie, en particulier chez les anciens du DESS de Cartographie de l´Université Paris I, un souci d´analyse de l´évolution de la cartographie dans ses rapports avec les demandes des utilisateurs, qui témoignait d´une représentation assez claire des enjeux d´une formation adaptée des cartographes. Cette association édite d´ailleurs un annuaire des cartographes professionnels. Notons que son président, Jean-Marc Orhan, prépare une thèse tendant à faciliter l´introduction des principes de la sémiologie graphique dans les SIG. C´est peut-être sur ce dernier point concernant aussi l´étude expérimentale de la perception et de la lecture des cartes que les travaux français de cartographie théorique seraient le plus faibles (G. Palsky). Mais peut-être manquons-nous aussi d´information? (voir les articles publiés dans Cybergeo Accueille - Colloque "30 ans de sémiologie graphique").

de Gilles Palsky

(24 avril 1997)

Etudier les rapports entre "le géographe" et "la carte", n´est-ce pas à la fois trop restreindre le problème, et en même temps l´aborder en des termes trop généraux ?

Le restreindre, parce que la question de la nature de la carte n´est pas d´épistémologie régionale. La carte est un langage qui a depuis longtemps cessé d´être l´apanage du "géographe". Bord remarque au début de son texte que la réflexion d´autres spécialistes ouvre sur des approches moins naïves de l´objet. Dès lors, se demander "quelle est la définition de la carte pour le corps des géographes" n´est pertinent que si l´on admet que ce corps en est resté à une définition officielle étroite, comme celle que donne Joly. J´incline à penser que ce n´est pas le cas. Ne prenons pas la définition opérationnelle donnée dans un glossaire ou un manuel comme représentative de la profondeur de la réflexion géographique. Celle-ci s´est déployée, notamment autour de 1980 dans des publications des plus accessibles : BAGF (Pinchemel, 1979), Annales (Claval, 1984), Géopoint 1986, catalogue de l´exposition "Cartes et figures de la terre" (1980), manuels universitaires (Hussy dans Les concepts de la géographie humaine, 1984)... Dès cette période, au moins une partie des géographes universitaires a pu accéder à une approche heureusement complexe et nuancée de la carte, intégrant le caractère subjectif et métaphorique de la carte, les rapports géographie/cartographie, cartographie/sémiologie, etc.

Dans le même temps, la question 3 (pourquoi l´absence de curiosité des géographes pour les nouveautés cartographiques ?) est posée par Bord en termes trop larges. La curiosité apparaît en fait variable suivant les géographes, les époques, et les types de cartes. Ainsi, alors même que les géographes vidaliens sont réticents vis-à-vis des méthodes de la cartographie statistique, ils accueillent avec enthousiasme la cartographie topographique détaillée, vue comme un nouveau et puissant moyen d´investigation, et usent sans délai des cartes physiques, notamment géologiques. Chez les géographes français contemporains, il semble encore que la capacité à accepter la nouveauté, voire à innover, ne puisse être vraiment discutée, comme le rappelle plus haut D. Pumain. On ne peut faire de certaines résistances ou réticences, à mettre en relation avec les enjeux et concepts de la discipline à une époque donnée, l´attitude générale.

Je suivrai davantage J.P. Bord dans ses remarques sur le déficit de réflexion théorique chez les cartographes et les géographes. Le processus de communication par la carte a essentiellement été traité sous un angle technique, celui du passage de l´ information potentielle à la carte, par traitement des données puis choix de symboles adaptés. La cartographie française souffre peut-être en cela d´un "paradigme bertinien" : les processus de perception et de cognition, en jeu dans la lecture et l´utilisation de la carte, ont été négligés.

Situation spécifiquement française ? Voire. "Cartographers are too often a group open to new technologies but closed to new concepts" affirme Rhind (15e conférence de l´ACI, 1991). Il reste que la recherche théorique est bien l´une des urgences de la discipline, au moment où le développement de la cartographie automatique et des SIG accentue dangereusement une dérive néo-positiviste.

de Axel BAUDOUIN

(26 juin 1997)

J´ai eu envie de commenter l´article de Bord car il fait référence à des questions qui me tarabustent depuis longtemps.

En ce qui concerne tout d´abord le rôle de la carte, pour moi géographe.

Sans vouloir la mettre sur un piédestal, elle représente quand même l´outil indispensable de certaines étapes du travail: Elle contribue grandement à la construction des images/cartes mentales des espaces que je pratique. Quel autre objet pourrait me donner une vue du contenu, des formes et des structures qui définissent ces espaces. La carte soutient la réflexion sur l´espace pratiqué.

Il y a aussi la carte comme intermédiaire obligé entre interlocuteurs pratiquant le même espace. Elle permet de pouvoir réfléchir et d´agir ensemble sur l´espace. Il reste enfin le plaisir des images.

Reste à savoir si la capacité d´utiliser les images/les cartes, leur rôle dans la compréhension des choses, tout autant que la fascination, le plaisir induit ont quelque chose à voir, question éternelle, avec les qualités individuelles innées (fonctionnement, liaisons des hémisphères cérébraux..?) ou avec les résultats de la scolarisation qui peut mener à des effets négatifs tout aussi bien que positifs quant il s´agit d´utiliser l´outil graphique. Je pense ici au travail de Gimeno, au laboratoire de graphique, il semblait que les enfants avaient des possibilités innées d´utiliser le langage graphique, mais il faudrait voir ce qui s´est fait depuis dans d´autres domaines de la psycho. , neuro-physiologie…

Un autre point qui m´intéresse est celui de l´échec relatif de la sémiologie graphique. Elle semble d´un côté reconnue, on en retrouve des éléments dans de nombreux ouvrages de cartographie, et en même temps parfois maladroitement utilisée ou mal comprise. On n´en trouve pas encore les principes intégrés dans les logiciels graphiques / cartographiques / SIG.

Pourquoi ? Parmi les réponses possibles j´en vois des internes ( au labo de carto ) et des raisons externes ( le contexte)

Il semble qu´il soit difficile en France aux responsables de la recherche de repérer les potentialités d´un travail , mais c´est surtout le manque de structures de valorisation/ mise sur le marché qui manquent, et dont le rôle aurait été de mettre sur le marché des produits fiables et suivis.

J´ai deux exemples, l´un vient du logiciel Eurista mis au point par J.D. Gronoff, à l´EHESS de Marseille, originellement ayant travaillé au labo de carto. de Bertin. Son logiciel mettait en pratique les principes de la graphique, il est passé quasiment inapercu et aucune structure ou responsable de structure n´en a vu les potentialités.

L´autre exemple qui concerne la télédétection est le logiciel Cartel, employé à Strasbourg ( Equipe Rimbert, Hirsch…) qui aurait mérité une bien plus large diffusion. Il n´y a qu´à voir comment les américains ont été capables à la fin des années 80 d´introduire le logiciel Idrisi, en mettant toute une équipe sur son développement, sa gestion et sa commercialisation. Quand un logiciel est prometteur il faut absolument une équipe pour développement, service aux clients, rédaction des manuels…

Ensuite il y aurait, selon moi, des raisons internes au laboratoire de graphique de Bertin. Un départ dans l´informatique trop tôt et trop tard à la fois. Bertin a eu très tôt l´idée de produire des cartes thématiques en couplant ordinateur et imprimante (modifiée), mais plus tard le labo a raté le coche. Il semble bien qu´il y ait eu quelques essais par-ci, par là, peut-être trop omnubilés par les matrices graphiques, mais les raisons de l´échec seraient probablement à trouver dans l´histoire interne du labo lui-même, dans les rapports entre Bertin et ses collaborateurs, dans le mode de fonctionnement du labo, un peu trop lié au personnage "charismatique" et les rapports conflictuels avec le monde extérieur des cartographes/géographes qui n´entendaient pas changer leurs (mauvaises) habitudes.

Il y a peut-être aussi des raisons internes à la théorie de Bertin. Faut-il chercher dans la formulation même de la théorie une partie des difficultés de sa diffusion. Ensuite la critique de la sémiologie graphique, du moins de certaines de ses affirmations, est peut-être encore à faire

L´un dans l´autre on aboutirait à une combinaison de facteurs internes à la théorie et de facteurs liés au contexte, de sa naissance et de son développement, à la fois global (la valorisation de la recherche en France) et local (la vie et l´histoire d´un labo) tel que les épistémologues l´envisagent. Mais c´est encore une histoire qui reste à écrire.

Ce qui est plus urgent maintenant est de contribuer au développement de logiciels et de persuader les producteurs installés sur le marché de la misère des solutions adoptées jusqu´ici, malgré le clinquant et les prouesses techniques. La plupart des algorithmes statistiques et graphiques existent déjà, c´est au niveau de l´interface utilisateur, en fait dans un système expert chargé de guider l´utilisateur dans ses choix pour aboutir à des diagrammes, graphiques et cartes efficaces en fonction des données utilisées et de la destination du produit. Jean Marc Orhan s´y est mis, d´autres aussi sûrement, ici à Trondheim , un doctorant, J.K. Rød, s´y est lancé. Il reste encore à persuader quelque important producteur de logiciels de l´intérêt de la démarche pour sortir le moment venu de la confidentialité des logiciels de labo.

Haut de page

Bibliographie

Béguin (Michèle), 1996, Qu´attendent les professionnels des cartographes ? Comment adapter les formations ? Communication présentée lors des 60 ans de la cartographie, Paris, Institut de géographie, Organisation : Association des Cartographes - Géographes.

Bertin (Jacques), 1967, Sémiologie graphique - Les diagrammes - les Réseaux - Les cartes, éd. Mouton/Gauthier-Villars, 431 p.

Brunet (Roger), 1987, La carte, mode d´emploi, Paris, éd. Fayard/Reclus, 269 p.

Brunet (Roger), 1990, Le déchiffrement du monde, Livre premier, Tome I, Mondes nouveaux, Géographie Universelle, éd. Hachette/Reclus, 9-271.

C.F.C. (Comité Français de Cartographie), 1996, Association Cartographique Internationale, organisation et activités, 1995-1999, Bulletin du C.F.C., n°150, 89 p.

De Dainville (François), 1964, Le langage des géographes - Termes - Signes - couleur des cartes anciennes - 1500-1800, Paris, éd. A. Et J. Picard et Cie, 392 p.

De Golbéry (Luc), Orhan (Jean-Marc), Le Rolland (P.), 1995, Sémiologie graphique : le retour ? In Comité Français de Cartographie, Bulletin n°146-147, 148-152.

Farinelli (Franco), 1989, Pour une théorie générale de la géographie, in Géorythmes n°5, Recherches géographiques, Université de Genève, 81 p.

Ferras (Robert) et Hussy (Charles), 1994, Les concepts de la cartographie : leur rôle dans la recherche géographique, p 209 à 219 in Les concepts de la géographie humaine, Coordinateur Antoine S. Bailly, éd. Masson, 247 p.

Gabert (Pierre) et Metton (Alain), sous la direction de, 1992, Commentaire de documents géographiques de la France, Paris, Sedes, 421 p.

Harley (Brian), 1995, Cartes, Savoir et pouvoir, p19 à 51 in Le pouvoir des cartes, Brian Harley et la cartographie, textes édités par Peter Gould et Antoine S. Bailly, Paris, éd. Anthropos, 120 p.

Hussy (Charles), 1990, La carte : un modèle, un langage, Département de géographie, Faculté des Sciences économiques et sociales, Université de Genève, 173 p.

Jacob (Christian), 1992, l´Empire des cartes - Approche théorique de la cartographie à travers l´histoire, Paris, Bibliothèque Albin Michel, Histoire, 537 p.

Joly (Fernand), 1976, La cartographie, Paris, PUF, Magellan, 276 p.

Lussault (Michel), 1996, L´espace en actions. De la dimension spatiale des politiques urbaines, Diplôme d´´Habilitation à le diriger des recherches en géographie, Vol. 1 texte de synthèse, U.F.R. Droit, Economie et Sciences Sociales, Université de Tours, 296 p.

Palsky (Gilles), 1996, Des chiffres et des cartes - La cartographie quantitative au XIXe siècle, Paris, éd. CTHS (Comité des Travaux Historiques et Scientifiques), 331 p.

Rimbert (Sylvie), 1973, Des “bruits” qui brouillent les cartes : les insuffisances de la lecture visuelle des cartes thématiques, L´espace géographique, n°4, Paris, Doin, 313-316.

Rimbert (Sylvie), 1995, Géographie et cartographie, in Encyclopédie de géographie, sous la direction de Antoine Bailly, Robert Ferras, Denise Pumain, Paris, éd. Economica, 111-139.

Scheibling (Jacques), 1994, Qu´est-ce que la Géographie ? Paris, éd. Hachette supérieur, 199 p.

Torricelli (Gian Paulo), 1990), Le rôle de la carte en géographie : hypothèses et exemples - Ritter et Humbolt ou la carte comme moyen de re-connaissance, p79 à 109 in Modèles graphiques et représentations spatiales, Yves André et al., Paris, éd. Anthropos/Reclus, 217 p.

Vidal de la Blache (Paul), 1894, Préface de l´Atlas général, Paris, éd. Hachette cité par Torricelli op. cit.

Février 1997

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Bord, « Le géographe et la carte. Point de vue et questionnement de la part d´un géographe cartographe », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Cartographie, Imagerie, SIG, document 17, mis en ligne le 20 mars 1997, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/6470 ; DOI : 10.4000/cybergeo.6470

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Bord

Atelier de Cartographie, Faculté de Droit, d´Économie et des Sciences Social, Université François-Rabelais - B.P. 0607, 37206 Tours Cedex 3, FranceTél. : +(33) 02.47.36.84.55 - Fax : +(33) 02.47.36.84.81

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page