Navigation – Plan du site
1996
Actes des Journées de Télédétection en Sciences humaines
169

Recherche sur la décollectivisation des campagnes dans les pays de l'Europe Centrale et Orientale

Research in rural areas decollectivization in PECO

Michel Sivignon et Jean-Paul Gilg

Entrées d’index

Mots-clés :

télédétection

Keywords :

remote sensing
Haut de page

Texte intégral

Le parcours scientifique

1Le passage à l'économie de marché dans les Pays de l' Europe Centrale et Orientale (PECO) se traduit par un bouleversement social et économique dont on peut relever les inscriptions paysagères. Dans le domaine agricole et donc dans les régions rurales, il s'agit de la privatisation des terres et de l'élimination partielle ou totale, brutale ou progressive des formes collectives de l'exploitation agricole. Il s'agit aussi en conséquence, d'une nouvelle orientation des productions et aussi de modifications dans la gestion des territoires qui tiennent à l'effondrement des structures étatiques, par exemple celle du contrôle de l'eau. On enregistre donc des régressions dans la pratique du drainage et de l'irrigation.

2L'équipe dépendante de l'UPR 18 dirigée par Marcel Jollivet, travaille depuis plusieurs années sur ces questions grâce à une recherche pluridisciplinaire (sociologie, géographie) matérialisée dans sa dernière phase (1993-1995) par un financement des programmes Copernicus impulsés par Bruxelles. On a mis ainsi au point des points d'observation du changement socio-économique dans les campagnes de l'Est européen, qui a donné lieu à un nombre important de publications. L'équipe suit depuis plus de cinq ans des villages situés en Pologne, République Tchèque, Hongrie, Roumanie. Plus récemment, des actions complémentaires visant à élargir l'échantillon ont eu lieu en Albanie et Lithuanie. La méthode d'étude est celle d'un questionnaire lourd. Nous disposons à ce jour de 600 questionnaires en voie d'exploitation, correspondant à des unités de production tant individuelles que collectives, situées en 12 communautés rurales réparties sur 4 pays.

3Notre équipe, qui n'a aucune expérience antérieure de la télédétection mais seulement de la cartographie automatique, vient de se voir attribuer par l'université de Paris-X Nanterre une somme qui nous a permis d'acquérir un PC à grande capacité de mémoire. Notre idée est de travailler sur ce matériel à l'aide d'un logiciel, TERAVUE, mis au point par le BRGM et utilisé par l'INAPG, dans une perspective agronomique très proche de la notre. L'usage de TERAVUE permet la lecture de SPOT, Landsat -TM et ajoutera à l'analyse déja avancée et décrite plus haut une vision paysagère fondamentale, en même temps qu'une autre échelle régionale. Ce dernier point se révèle en effet fondamental.

4Toute notre expérience nous montre en effet la difficulté dans les circonstances actuelles de passer des données nationales aux données locales.

Thématique principale

5En règle générale, le passage à l'économie de marché s'accompagne d'un bouleversement des appareils statistiques nationaux, parce que la collecte se fait mal et parce que les catégories et rubriques anciennes n'ont plus la même pertinence.

6La liaison avec la statistique est évidemment une question centrale et de ce point de vue, l'expérience de J.P. Gilg nous sera précieuse.

7Sur le plan local et à l'échelle d'une communauté rurale, la même incertitude règne. Dès lors, l'image apparaît comme un complément indispensable de la connaissance. L'image doit permettre de dégager des indicateurs du paysage, eux mêmes révélateurs de l'évolution en cours.

  • Le premier indicateur revient à la notion de parcellaire. La division de l'espace agricole correspondait à la fin de la période socialiste à d'énormes unités (plus de 5000 ha le plus souvent, elles mêmes divisées en parcelles d'exploitation de plusieurs dizaines d'hectares). Les bâtiments collectifs eux mêmes étaient gigantesques. La privatisation des terres et leur redistribution se traduit, du moins dans les deux pays qui nous intéressent, soit l'Albanie et la Roumanie, par un morcellement extrème, bien visible dans le paysage. Il est bien connu que les images Landsat elles-mêmes traduisaient avec précision la frontière entre l'Autriche et la Tchécoslovaquie, à travers le parcellaire agricole. Nous partons de l'hypothèse qu'une étude morphologique des parcelles traduit l'état d'avancement des réformes foncières et les formes transitoires de l'exploitation agricole en fonction des nouvelles formes de la propriété foncière.

  • Le second indicateur est différent : il traduit les progressions et régressions de la mise en valeur. Durant les opérations de la réforme foncière, les friches ont occupé certaines années le tiers de la surface agricole, induisant une baisse considérable de la production agricole. Il est tout à fait probable que ces friches continuent à se maintenir, à forte distance des villages.

8Dans le cas de la Roumanie méridionale (Baragan), tout comme dans l'Albanie littorale, les réseaux d'irrigation ont été partiellement détruits et abandonnés. On doit donc percevoir ces régressions, en comparant des scènes datant des années quatre-vingt et des scènes actuelles.

Recherche de variables

9Il faut à travers des images prises à un intervalle de cinq ans (1989-1994) repérer les transformations qu'on vient d'exposer en se calant sur les dernières années de fonctionnement normal du système collectiviste.

10La première variable tient à l'évolution du parcellaire en tant que révélateur des conditions d'exploitation. Le contraste entre grandes et petites parcelles témoigne de deux phénomènes :

  • L'avancement inégal de l'application des lois agraires

  • L'existence simultanée de deux formes d'exploitation et parfois de trois : les anciennes fermes d'état, les fermes individuelles et les nouvelles formes collectives d'associations de propriétaires.

11La seconde variable tient aux modifications dans l'utilisation du sol : changements de cultures et passage de l'irrigué au sec.

Application à l'Albanie et à la Roumanie

12Une application à la Roumanie et à l'Albanie nous paraît propice à la fois pour les évolutions du parcellaire et pour celles du couvert végétal.

13Dans les deux cas en effet, les zones proposées qui ont déjà fait l'objet de publications de notre part (Baragan et plaine côtière de la Myzeqeja) ont été équipées de systèmes d'irrigation désormais endommagés. Le climat continental sec (Baragan) et le climat méditerranéen (Myzeqeja) sont propres à montrer de forts contrastes entre le sec et l'irrigué.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Sivignon et Jean-Paul Gilg, « Recherche sur la décollectivisation des campagnes dans les pays de l'Europe Centrale et Orientale », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 169, mis en ligne le 05 mai 2000, consulté le 18 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/6561 ; DOI : 10.4000/cybergeo.6561

Haut de page

Auteurs

Michel Sivignon

UPR 18 - université Paris X Nanterre,

Jean-Paul Gilg

UMR 17 - université Paris-Sorbonne

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page