Navigation – Plan du site
1996
Actes des Journées de Télédétection en Sciences humaines
167

La "dimension télédétection" dans un programme de recherche en coopération sur la dynamique des versants montagnards, exemples : Equateur, Rwanda et Viêt-Nam

The remote sensing dimension in a cooperative research program on mountainside: cases in Ecuador, Rwanda and Viet-Nam
Michel Pouyllau, F. Puythorac, A. Vergnes, S. Lagrée, Dan Nguyen Tu, Thu Ha Thi Xuan, Tuan Luong Anh, Xavier Amelot et Fabien Pouille

Entrées d’index

Mots-clés :

télédétection

Keywords :

remote sensing
Haut de page

Texte intégral

  • 1  L'exemple le plus critique, pour l'équipe, ayant été celui du Venezuela, où les méthodes d'interpr (...)

1Dans les recherches utilisant la télédétection et exécutées au sein de l'équipe REGARDS (sur des paysages ruraux fortement anthropisés de pays du Sud, zone de travail exclusive de REGARDS) plusieurs contraintes sont à prendre en compte. D'une part -et il s'agit d'un choix problématique fondamental- la question majeure posée est : que peut apporter la télédétection dans un projet de recherche impliquant des sociétés rurales soumises à de fortes contraintes et ne disposant pas de technologies sophistiquées sinon pour les résoudre, au moins pour les connaître ? D'autre part la dimension "coopération"est absolument à prendre en compte avec des partenaires qui n'acceptent plus les "paquets technologiques" chèrement payés des années 1970-1980. Cette opinion est cependant à nuancer, car les coopérations scientifiques dans le Tiers monde sont concurrentielles et affrontent d'autres "partenaires"1. Enfin les contradictions multiples entre des progrès technologiques rapides, des problématiques de recherches explosives (pourquoi cartographier très précisément l'utilisation des sols quand le problème de la propriété et du contrôle de la terre n'est pas résolu dans les Pays du Sud), et de la raréfaction des financements, impliquent bien souvent des choix difficiles.

La place de la télédétection dans l'équipe : un outil parmi d'autres

  • 2  Sur la Thaïlande, voir les publications de M. Bruneau M. (1986). Sur le Venezuela, voir M.Pouyllau (...)

2L'utilisation de la télédétection au sein de l'équipe REGARDS, héritière d'un ancien laboratoire propre du CNRS, le CEGET, remonte à la fin des années 1970 et aux années 1980, avec les travaux effectués en Thaïlande et au Venezuela2, en collaboration avec l'IGN. Le principe de base de ces recherches a toujours été celui de la télédétection considérée comme un outil de connaissance, et simplement outil. A la fin des années 1980, l'irruption de la micro-informatique et de logiciels peu chers a modifié sensiblement les conditions d'exécution des travaux, l'équipe s'orientant alors vers une autonomie propre des traitements d'images. REGARDS a développé des coopérations avec ses partenaires du Tiers Monde sur la base de programmes de recherches communs impliquant des collaborations thématiques, des échanges de jeunes chercheurs et d'outils.

La problématique du Programme de recherche Versants montagnards

  • 3  Le rapatriement de l'équipe a entraîné un transtert partiel des recherches sur le terrain vietnami (...)

3Le programme de recherche "Dynamique des versants montagnards tropicaux : linéarités et discontinuités de développement" est un essai d'étude comparée entre l'Équateur, le Rwanda et le Viêt-nam. Les résultats graphiques de ce programme font largement appel à la télédétection. A partir des seuils de transformations structurelles et les trajectoires socio-économiques qui influent sur les changements d'états des versants, qu'il s'agisse des processus et des conditions de la reproduction ou de l'évolution des sous-systèmes "milieu physique" et "société agraire", le fil conducteur principal du projet est l'analyse de l'interface société humaine/environnement naturel. La télédétection, associée à la cartographie assistée par ordinateur et aux outils SIG, est utilisée dans les travaux de ce programme avec plusieurs finalités : production de documents analytiques et de synthèses de résultats, coopérations inter-institutionnelles et formations de jeunes chercheurs. Ce programme a été conçu dans une perspective diachronique. Celle-ci est nécessaire à la compréhension de la dégradation des composantes des milieux naturels comme phénomène induit par les modes de structuration et d'utilisation de l'espace, eux-mêmes conséquences de l'évolution dynamique de ces sociétés sous l'influence de facteurs internes (croissance démographique), et externes ("modernité", décisions politiques ou économiques). Le programme vise à une approche globale de ces phénomènes. Sur le Rwanda, la crise de l'extrême a produit les effets que l'on sait. Les dysfonctionnements de la société rwandaise ne requerraient sans doute pas le recours à la télédétection pour démontrer l'évidence, à savoir que l'énorme pression démographique et foncière ne pouvait déboucher que sur une crise. Les travaux de terrain ont été interrompus par le génocide3.

Quelques résultats d'interprétations d'images

  • 4  La publication cartographique intégrale issue des images satellitaires et des traitements de donné (...)

4En dehors des problèmes technico-logistiques posés, l'étude comparative sur les trois pays a démontré quelques confirmations, mais aussi des limites. La production "télédétection" vient en appui aux conclusions obtenues dans la recherche4. Les résultats globaux ont été obtenus par croisements d'informations issues d'enquêtes-terrain, de production de cartographies issues d'images (SPOT majoritairement, Landsat pour le Rwanda), et d'essais de croisements de données avec des logiciels SIG (Ilwis, MapInfo, Map II). L'ensemble des traitements ont été réalisés soit à Hanoi (Centre de Télédétection et Géomatique), soit à Quito (Université Catholique), soit à Talence (UMR REGARDS). A titre d'exemple une illustration est jointe au présent résumé (figure 1).

Figure 1 : Carte d’occupation des sols, SIG, région du Chimborazo, Equateur

Les résultats généraux de recherche5

Le problème des densités

5L'accroissement naturel de la population est fort sur l'ensemble des trois terrains, mais il se traduit, géographiquement, par des comportements sociaux différents, compte-tenu soit de l'extrême gravité des situations, et des choix (ou abandon de choix) politiques. Il y a accroissement de la population sur place, car les terres agricoles sont pratiquement toutes mises en culture (cas Rwanda). Localement on peut noter le même phénomène en Equateur avec en plus "une indigénisation de la Sierra" complexe. Il n'existe pas d'accroissement absolu des densités, mais il est compensé par des migrations saisonnières et/ou définitives.

L'érosion est bien présente

6Il existe une claire conscience de la part des agriculteurs des dangers encourus. Mais la réponse au risque est, elle, sociale, le manque de terre est invoqué, alors que des espaces demeurent peu occupés (cas Equateur) ; les situations sont plus complexes au Viêt-nam, où la déliquescence de l'appareil d'état tolère l'exploitation désordonnée des sols et des forêts, enfin au Rwanda on connaît les résultats : la pression démographique sur les terres n'est pas étrangère au génocide. Quant aux sols "normalement" stables et dérivés de cendres volcaniques des Andes équatoriales, les traces d'érosion que l'on y note ne peuvent avoir qu'une origine dans les dysfonctionnements de la société rurale équatorienne. L'érosion ne serait-elle pas aussi "sociale" ?

Les ruraux face à leur environnement

7Les réponses des ruraux face à l'environnement sont sociales (opposition possédants non possédants) et démographiques, mais jouent aussi la différenciation culturelle (métisindien en Equateur). Ces réponses étaient autoritairement inexistantes au Viêt-nam, mais la libéralisation les présente au grand jour. Au Rwanda au temps du mandat belge, on a assisté à des réponses technocratiques autoritaires, avec par exemple les fossés anti-érosifs, mais celles-ci n'ont pu emporter l'adhésion des ruraux, l'explosion démographique ayant fait le reste.

  • Claire est la perception des problèmes, mais lourdes pour le futur sont les contradictions sociales (cas de l'Équateur où la "privatisation" de l'eau déclenche en juillet 1994 une paralysie quasi totale de la Sierra).

  • Face à l'érosion et surtout à la recherche de terres, la mobilité socio-spatiale est très forte et les inégalités foncières sont déterminantes : exode urbain, migrations définitives ou/et temporaires, achats de terres, double résidence sont des pratiques courantes face à la diminution des terres cultivables.

  • Le cas rwandais reste le plus dramatique, car les réponses à la densification (la plus forte des trois cas étudiés), malgré de forts courants migratoires vers les forêts du Nord-ouest -aujourd'hui totalement défrichées- ou vers les savanes de l'Est, n'ont pu, jusqu'aux événements actuels, que se traduire par "l'entassement" absolu sur place.

Les coopérations

8Le choix de l'UMR REGARDS a été d'assurer une coopération efficace et basée sur un échange mutuel avec ses équipes correspondantes dans les pays concernés. Cette coopération s'est appuyé sur un double échange : d'une part matériels et logiciels, d'autre part formations de jeunes chercheurs tant en France que dans les centres étrangers (Equateur et Viêt-nam).

  • 6  A Hanoi, le Centre de Télédétection et Géomatique compte un parc important de PC, la plupart des d (...)

9C'est ainsi que depuis les années 1980, une équipe animée par P. Usselmann, avait mis au point un projet de coopération scientifique et technique avec le Centre de Télédétection et de Géomatique de l'Institut de Géologie de Hanoi (Viêt-nam). Sur financement du Ministère des Affaires Etrangères français, et en dehors des résultats scientifiques proprement dits, le CNRS (Direction des Relations Internationales) a participé à la consolidation de cette équipe, actuellement première équipe vietnamienne en télédétection. Dans la continuité de ces efforts, et suivant un mode opératoire identique (financement MAE et aide scientifique du Programme Télédétection SHS du CNRS), la Pontificia Universidad Catolica del Ecuador-PUCE, Quito, a été équipée en 1995 d'un logiciel Multiscope, afin de permettre aux jeunes chercheurs équatoriens impliqués dans ce Programme de recherche de s'initier aux méthodes de télédétection. L'objectif final est de favoriser l'intégration thématique sur le projet de l'équipe UMR REGARDS CNRS-ORSTOM et de l'Université Catholique de Quito. La démarche thématique est déjà engagée grâce à la formation assurée sur place par un allocataire français de l'Institut Français d'Etudes Andines. Dans les deux cas, équatoriens et vietnamiens, cette coopération implique aussi une formation de jeunes chercheurs, soit sur place (Equateur), soit en France, pour la partie thématique, pour les jeunes vietnamiens6.

Quelles conclusions ?

10La question majeure reste celle que le Programme Télédétection SHS du CNRS a posée dans son appel pour les Journées des 2 et 3 mai 1996 : "de quelle façon l'imagerie satellitaire s'inscrit dans notre recherche". Compte tenu du choix effectué sur la conception "outil", les résultats obtenus sont assez satisfaisants, même si certains écueils bien connus n'ont pas été évités (problèmes de couverture nuageuse qui expliquent par exemple l'impossibilité de traiter le versant Pacifique de la Sierra équatorienne, accès même à de bonnes images, problèmes de redressements, etc...). Malgré ces limites, redire que l'imagerie est d'un apport essentiel est un pléonasme. Vision d'ensemble, comparaison avec d'anciennes vues aériennes, signatures spatiales révélatrices d'itinéraires d'évolution et des pratiques sociales, scénarios d'évolution possible, sont quelques uns de ces apports.

11L'association de ces traitements avec des SIG (Amelot X. 1995, Pouyllau M. et al. 1995) permet de compléter, sous une forme interactive, l'identification des "itinéraires" des différents acteurs dans la mesure où les stratégies des groupes sociaux, étudiées par enquêtes, sont identifiées par les pratiques d'utilisation des sols et liées aux évolutions paysagiques. Mais sur les trois terrains étudiés, l'affrontement des choix issus des politiques publiques, des intérêts des acteurs, et de certaines conditions mêmes du milieu physique (que l'on nous l'accorde), déterminent des évolutions que la télédétection ne peut que simplement constater.

12Des extraits de documents cartographiques complémentaires (télédétection et SIG) sont disponibles sur disquettes à l'UMR CNRS-ORSTOM REGARDS.

Haut de page

Bibliographie

Amelot X. (1995)- La crise de l'espace rural au Rwanda, risques sociaux ou risques environnementaux ? Analyse et évolution des mutations du système rural rwandais et de leurs impacts à l'aide d'un Système d'lnformation Géographique. 6e Festival International de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges. Octobre 1995. (Publication électronique présentée sous PowerPoint PC).

Lacree S. (1994)- Apports de la télédétection et des systèmes d'information géographique pour l'étude des milieux naturels de montagne. Symposium francovietnamien sur l'utilisation de la cartographie spatiale et de l'information géographique dans le développement du Viêt-Nam, Hanoi, 6-9 décembre 1994. 8p., 6 cartes.

Nguyen Tu ZAN, Ha Thi Xuan Thu (1995)- Occupation du sol dans le Sud-ouest du Massif du Tam Dao. Rapport de stage. UMR REGARDS CNRS-ORSTOM. 10 p.

Pouyllau M., Rossi G. et al. (1994)- Dynamique des versants montagnards tropicaux, discontinuités et linéarités de développement en Equateur, au Rwanda et au Viêt-Nam. Rapport de Synthèse. UMR REGARDS CNRS-ORSTOM et Université Michel de Montaigne-Bordeaux III. (Programme Environnement CNRS). Octobre 1994. 127 p.

Pouyllau M., Bazzo D., Pouille F., Vergnes A. (1995)- SIG-Chimborazo. Mutations des espaces ruraux et risques dans la Sierra équatorienne : SIG et autres outils pour l'approche des risques sociaux et environnementaux. 6e Festival International de Géographie de Saint-Dié-des-Vosges. Octobre 1995. (Publication électronique présentée sous Director-Macintosh).

Haut de page

Notes

1  L'exemple le plus critique, pour l'équipe, ayant été celui du Venezuela, où les méthodes d'interprétations d'images spatiales mises au point par l'ex-CEGET et l'IGN, ont été remplacées par "I'école" canadienne de télédétection (et surtout ses logiciels). Il aurait fallu savoir "vendre" au moment voulu quelques logiciels. Logique de recherche et logique marchande.

2  Sur la Thaïlande, voir les publications de M. Bruneau M. (1986). Sur le Venezuela, voir M.Pouyllau M. (1989).

3  Le rapatriement de l'équipe a entraîné un transtert partiel des recherches sur le terrain vietnamien.

4  La publication cartographique intégrale issue des images satellitaires et des traitements de données type SIG implique des coûts de reproduction que ne peut assumer globalement une équipe. Pour l'instant ces documents sont consultables à l'UMR REGARDS soit sous forme sorties d'imprimante, soit sous forme multimedia, SIG Rwanda (PC PowerPoint), SIG-Chimborazo (Macintosh-Director), voir bibliographie références Amelot X. et Pouyllau M. Lié à ce Programme de recherche, un certain nombre de travaux seront intégrés dans quatre thèses, une sur le Viêt-Nam (S. Lagrée), une sur le Rwanda (X. Amelot) et deux sur l'Equateur (F. Puythorac et F. Pouille) (soutenances prévues fin 1996-début 1997).

5  Voir en particulier Pouyllau M., Rossi G. et al. (1994).

6  A Hanoi, le Centre de Télédétection et Géomatique compte un parc important de PC, la plupart des dernières versions de logiciels de télédétection et SIG, une quinzaine de chercheurs, des coopérations scientifiques internationales, en Belgique, au Canada et en France. Ces cinq dernières années, cinq stagiaires vietnamiens ont été formés à Talence. Le Centre est aussi distributeur de licences de logiciels. La machine est définitivement lancée.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/675/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 761k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michel Pouyllau, F. Puythorac, A. Vergnes, S. Lagrée, Dan Nguyen Tu, Thu Ha Thi Xuan, Tuan Luong Anh, Xavier Amelot et Fabien Pouille, « La "dimension télédétection" dans un programme de recherche en coopération sur la dynamique des versants montagnards, exemples : Equateur, Rwanda et Viêt-Nam », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, Actes des Journées de Télédétection en Sciences humaines, document 167, mis en ligne le 05 mai 2000, consulté le 01 novembre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/675 ; DOI : 10.4000/cybergeo.675

Haut de page

Auteurs

Michel Pouyllau

pouyllaum@regards.cnrs.frChercheur
UMR Regards CNRS-ORSTOM

Articles du même auteur

F. Puythorac

ATER
Université de Pau et des Pays de l’Adour et UMR Regards CNRS-ORSTOM

A. Vergnes

Ingénieur CNRS
UMR Regards CNRS-ORSTOM

S. Lagrée

Doctorant
Université Michel de Montaigne-Bordeaux III et UMR Regards CNRS-ORSTOM

Dan Nguyen Tu

ChercheurCentre de Télédétection et Géomatique - VTGéo, Hanoi.

Thu Ha Thi Xuan

ChercheurCentre de Télédétection et Géomatique - VTGéo, Hanoi.

Tuan Luong Anh

ChercheurCentre de Télédétection et Géomatique - VTGéo, Hanoi.

Xavier Amelot

ATERUniversité Michel de Montaigne-Bordeaux III et UMR Regards CNRS-ORSTOM.

Articles du même auteur

Fabien Pouille

Allocataire de Recherche
Institut Français d' Etudes Andines-IFEA, et UMR Regards CNRS-ORSTOM. UMR 9937 REGARDS CNRS-ORSTOM. Maison des Suds, BP 200, 33405-Talence Cedex.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page