Navigation – Plan du site
1996
Actes des Journées de Télédétection en Sciences humaines
157

la périphérie urbaine et les extensions de la ville de Beyrouth (Liban) : étude par traitement d'une image SPOT

Beyrouth urban fringe and spatial extension : the use of Spot data

Michael F Davie et Jean-Louis Drouot

Entrées d’index

Mots-clés :

télédétection

Keywords :

remote sensing
Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Le développement de la télédétection satellitaire et, parallèlement, celui des différents outils informatiques, offre au géographe une aide incontournable pour l’étude d’espaces urbains mal connus et à évolution rapide. Beyrouth et sa grande banlieue est un cas d’espèces. En effet, si depuis la fin des hostilités en 1990, les institutions directement impliquées par la reconstruction d’un petit espace stratégique ont analysé l’espace du Centre-Ville, le cadre plus vaste, celui des banlieues proches et lointaines est moins connu, car produit par les événements géopolitiques complexes et multiscalaires.

2À partir d’une image satellitaire SPOT panchromatique datée de septembre 1991 (Figure n°1), nous avons délimité, par contouration, la limite extrême de l’extension du bâti tant sur les abords immédiats de la ville intra muros que ses environs plus lointains en direction des montagnes (est, nord-est) et du littoral septentrional. La méthodologie ainsi dégagée, reproductible sur des images prises à d’autres dates, permet d’engager des études diachroniques sur la région urbaine beyrouthine1 et de saisir les logiques de structuration de cet espace.

figure 1 : extrait de l’image SPOT panchromatique brute de Beyrouth

Méthodologie

3La recherche en géographie urbaine par télédétection a privilégié l’approche par la réponse spectrale (Drouot, 1995). L’image traitée ici est une scène de résolution de 10 m. Son choix a été dicté par deux considérations : disposer d’une résolution capable de mettre en évidence, à l’image, les éléments constitutifs du tissu urbain (habitat, voirie, aménagements divers) ; employer des traitements issus de la Morphologie Mathématique, plus à même de formaliser la démarche d’analyse géographique de l’espace beyrouthin saisi non dans sa globalité, mais comme un ensemble d’objets élémentaires. Seuls des extraits de ce traitement sont présentés ici.

L’extraction de l’information

4Les objets constitutifs de l’espace urbanisé sont discriminés dans l’image par le critère de taille et, éventuellement, de forme et d’orientation. Ces critères sont plus pertinentes que celle engagée dans une approche par réponse spectrale, dépendante de la nature physique des objets et donc peu performantes dans l’étude d’espaces complexes et discontinus, une des caractéristiques des périphéries urbaines de Beyrouth.

5En première étape, les objets élémentaires sur l’image ont été mis en évidence en "détruisant" tout le reste. La taille de ces objets sur le terrain (quelques mètres à quelques décamètres) induit leur taille dans l’image (quelques pixels). La possibilité de travailler sur ce critère paraît fondamentale : elle nous permet de définir une échelle d’analyse privilégiée des éléments de l’habitat, en correspondance avec une échelle de traitement privilégiée de l’image. Cette méthodologie se double d’une réflexion géographique sur l’analyse de l’espace considéré : formaliser – traduire en critères identifiables pour les transformations morphologiques – des éléments de l’urbain exclusivement définis par leur aspect dans l’image. L’image binaire (Figure n°2) illustre cette extraction de l’information : les transformations morphologiques employées ont détruit tous les éléments d’épaisseur supérieure ou égale à trois pixels (soit 30 m de largeur sur le terrain), ainsi que les objets linéaires telles les routes. Du fait de leur taille inférieure à celle ainsi définie, les bâtiments ont été épargnés par ce traitement, n’étant pas concernées par l’échelle à laquelle le traitement a travaillé.

Figure 2 : Extrait de l’image binaire obtenue par traitement en morphologie mathématique de l’image SPOT brute de Beyrouth

La répartition spatiale de l’urbanisation régionale beyrouthine

6L’image binaire est le document de départ de l’analyse des structures formées par les éléments qu’elle contient. Par des transformations travaillant à l’échelle des ensembles à délimiter, il a été possible de connecter ces éléments dispersés en ensembles homogènes. Ainsi tous les objets de l’image binaire distants de 20 pixels et moins sont considérés comme intégrés à un même ensemble. Ce choix correspondant à 200 m sur le terrain, seuil proche des résultats obtenus par photo-interprétation classique du même secteur.

7Les ensembles ainsi constitués traduisent les regroupements de l’habitat : villages, péri-urbanisation, îlots. Leur disposition général est un marqueur des grandes orientations suivies par l’extension régionale de l’urbanisation périphérique beyrouthine. La superposition des contours de ces ensembles à l’image satellitaire originale (Figure n°3), a facilité les validations sur le terrain. Celle-ci a été initiée en avril 1992 : elle confirme les résultats obtenus3.

Figure 3 : Extrait de la superposition des saturations obtenues par le traitement de l’image binaire sur l’image brute SPOT de Beyrouth.

L’extension périurbaine de Beyrouth

8Les traitements d’images confirment également des analyses géographiques précédentes (Bodet 1993 ; Davie 1994, 1995, 1996 ; Durand 1993, 1995), à savoir que l’urbanisation des deux dernières décennies a surtout affecté les espaces situés entre 5 et 15 km autour de la ville intra muros. Ce seuil est significatif : il matérialise en premier lieu les espaces "sûrs", hors de portée des armes habituellement utilisées par les belligérants dans la ville stricto sensu. Les opérations militaires en ville, entre 1975 et 1990 ont déclenché un mouvement de la population vers ces espaces, qui se sont urbanisées soit le long des grands axes de circulation préexistants, soit en périphérie de noyaux de villages, tant sur le littoral que dans la moyenne montagne ou, enfin, dans des secteurs en forte pente normalement peu attractives. L’arrivée rapide et massive de populations fuyant des opérations militaires localisées ailleurs au Liban a contribué à densifier encore davantage ces espaces, progressivement structurés en territoires par les différentes milices qui les contrôlaient militairement et politiquement (Davie 1994).

9L’analyse de la scène entière de Beyrouth et de ses environs montre une auréole de bâti suivant les voies de communication perpendiculaires au littoral et menant vers la montagne Les espaces interstitiels (vallées, espaces boisés, espaces agricoles) sont progressivement mités ; l’analyse diachronique permettra de suivre leur évolution.

Haut de page

Bibliographie

Bodet, F., 1993 : Télédétection appliquée à l’étude des extensions urbaines sud et est de Beyrouth - Liban. Utilisation d’une image SPOT de 1991. Mémoire de Maîtrise, Université François-Rabelais, Tours, 133 p.

Davie, M. F. 1994 : "Guerre, idéologies et territoires  : l’urbanisation récente de la côte libanaise entre Jbayl et Sayda." Annales de Géographie (Paris), N° 575, 1994 , pp. 57-73, 3 figs.

Davie, M. F. 1995 : Quelles limites pour Beyrouth ? In : "Beyrouth : construire l’avenir, reconstruire le passé ?" Beyrouth, Dossiers de l’Urban Research Institute (Beyhum, Salam, Tabet, Éds.), Beyrouth, pp. 30 -41.

Davie, M. F. 1996  : "Beyrouth-Est" et "Beyrouth-Ouest" : aux origines du clivage confessionnel de la ville. in  : "Beyrouth, regards croisés", Tours, URBAMA, pp. 17-50 .

Davie, M. F. 1996 : "L’environnement et le cadre urbain au Liban. Bilan des méthodologies et propositions de recherche". Hannon, (Beyrouth), vol XIII, 1996.

Drouot, J-L, 1995 : L’étude de l’extension urbaine périphérique à partir du traitement d’images satellitaires : méthodes, échelles, objets. Rapport de DEA, Université François- Rabelais, Tours, 86 p.

Durand, F., 1993 : Télédétection et périphéries urbaines. Application aux extensions nord-est de Beyrouth. Interprétation d’une image SPOT de 1991. Mémoire de Maîtrise, Université François-Rabelais, Tours, 169 p.

Durand, F., 1995 : Les processus d’urbanisation de la périphérie nord-est de Beyrouth. Acteurs, stratégies, enjeux. Rapport de DEA, Université François- Rabelais, Tours, 43 p. Juin 1996

Haut de page

Notes

1 Cette recherche diachronique a été financée par le programme CNRS-SHS ; elle s’effectue dans le cadre de l’Atelier de Télédétection del’Université François-Rabelais de Tours.

2 Elle a été effectuée par deux étudiants de l’Ecole d’Architecture de Toulouse (O. Sanchez et C. Triay). Elle sera complétée par une mission spécifique sur le terrain dans le cadre d’une thèse de doctorat préparée à l’Université François-Rabelais et financée par la Région Centre.

3 Elle souffre cependant d’une surestimation légère, mais systématique, de la surface couverte par les ensembles urbanisés. La présence, en de multiples endroits, d’affleurements rocheux de tailles comparables à celles des éléments identifiés lors de l’étape d’extraction de l’information semble en être la cause.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://cybergeo.revues.org/docannexe/image/719/img-1.png
Fichier image/png, 276k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Michael F Davie et Jean-Louis Drouot, « la périphérie urbaine et les extensions de la ville de Beyrouth (Liban) : étude par traitement d'une image SPOT », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 157, mis en ligne le 25 avril 2000, consulté le 22 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/719 ; DOI : 10.4000/cybergeo.719

Haut de page

Auteurs

Michael F Davie

Géographe. Professeur Département de Géographie de l’Université François-Rabelais, B.P.0607, 37206 Tours cedex 03 et Chercheur, URA 365 URBAMA (Urbanisation du Monde Arabe), B.P. 2221, 37021 Tours cedex 21 (France).davie@univ-tours.fr

Jean-Louis Drouot

DoctorantURA 365 URBAMA (Urbanisation du Monde Arabe), B.P. 2221, 37021 Tours cedex 21 (France). drouot@univ-tours.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page