Navigation – Plan du site

Printemps de la modélisation

12 mars 2000
Denise Pumain
Traduction(s) :
Modelling in Geography

Texte intégral

1La formalisation, mathématique ou informatique, était d'abord comprise comme une contrainte qui oblige à expliciter une représentation de ce que l'on étudie. Cela aussi bien par les modélisateurs convaincus et besogneux, que par ceux qui, récupérant au passage le prestige du vocable, ont baptisé "modèles" d'incertaines représentations à peine ou pas du tout formalisées. Aujourd'hui, la formalisation peut être aussi une liberté. Les nouvelles représentations par des objets informatiques ont acquis une souplesse d'usage qui autorise, bien plus qu'auparavant, la simulation, l'expérimentation, et le jeu avec l'infinie diversité des expressions locales de règles plus générales.

2Le Groupe de Recherche Libergeo (CNRS) a entrepris un Tour de France de la modélisation. Une trentaine de personnes issues d'une dizaine de laboratoires et d'autant de villes (Aix, Besançon, Dijon, Lille, Metz, Montpellier, Paris, Rouen, Strasbourg, Tours. ..et d'autres peut-être) ont décidé de partager leurs savoir-faire en organisant, à peu près tous les deux mois, une visite dans chacun des sites. La pyramide des âges est intéressante, avec une base très large : quatre cinquième des participants ont moins de 30 ans. Les modèles sont présentés par ceux qui les ont conçus ou travaillés dans la matinée, et sont soumis à expérimentation l'après-midi, ce qui permet, sinon un véritable apprentissage, du moins une connaissance plus effective de ce qu' accomplissent réellement les modèles et des problèmes soulevés par leur manipulation.

3Automates cellulaires, systèmes multi-agents, modèles dynamiques ou procédures d'analyse spatiales sont désormais couplés à des systèmes d'information géographique. La maîtrise de ces outils se généralise parmi les jeunes chercheurs. Il importe que les modèles mis au point ne restent pas confinés entre les murs d'un laboratoire, voire entre les pages d'une thèse, mais qu'ils puissent être confrontés à d'autres, et par là - même, validés ou améliorés ; que les modèles utiles soient largement diffusés dans la communauté des géographes ; que des "modèles réduits", sous forme d'applications didactiques ou de jeux permettent à un public plus large de se familiariser avec les principes et les concepts de la géographie, qui seraient ainsi transmis par des représentations claires, où l'on joue sans ambiguïté avec la règle et l'exception. Ce qui n'exclut pas la logique floue ! (à condition de n'en pas oublier le premier terme). Bref, la modélisation telle que mise en pratique par nos jeunes géographes ne manque pas d'avenir...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Denise Pumain, « Printemps de la modélisation », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Éditoriaux, mis en ligne le 12 mars 2000, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/7198

Haut de page

Auteur

Denise Pumain

pumain@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page