Navigation – Plan du site
2006

Souami T., Verdeil E., 2006, Concevoir et gérer les villes - Milieux d'urbanistes du sud de la Méditerranée, Economica, Anthropos, collection « Villes », 230 p.

Pierre Arnaud Barthel

Texte intégral

1Un ouvrage collectif extrêmement clair : la démarche est honnête et audacieuse. Honnête, car les auteurs pointent les manques de cette exploration : ils reconnaissent notamment que certains pays ont été moins appréhendés que d’autres (la Tunisie notamment) et mettent en avant qu’une approche biographique aurait due être adoptée.

2Audacieuse, car les deux coordinateurs de cet ouvrage ont œuvré à une démarche transversale de qualité, avec pour but une grille de lecture des milieux d’urbanistes de l’autre rive de la Méditerranée permettant de dégager analogies et variations entre les différents pays évoqués au fil des pages. L’émergence et la structuration historique de ces milieux sont extrêmement lisibles et occupent quasiment les trois premiers chapitres, dans un esprit de réelle complémentarité entre les auteurs (T. Souami, S. Yerasimos, E. Longuenesse) qui restitue beaucoup d’éléments des contextes nationaux, tout en faisant sentir rétrospectivement la différenciation entre un Maghreb à la traîne et un Machrek ottoman déjà innovant. La question des formations en urbanisme (récentes pour l’essentiel dans leur mise en place comme on pouvait s’y attendre) est très bien documentée. S’y ajoutent des éclairages sur les associations (l’Association Tunisienne des Urbanistes), sur les bureaux d’études privés (le quasi-monopole libanais de Dar al-Handasah) ou encore la situation de l’urbanisme en Palestine.

3Le chapitre 4, particulièrement convainquant, zoome sur l’actualité de l’urbanisme, dont finalement aucune synthèse n’a été réellement écrite à ce jour sur le monde arabe. Son auteur, E. Verdeil, pose avec raison le tournant libéral des années 80-90 qui continue d’agir aujourd’hui sur les pratiques professionnelles (multiplication du partenariat public-privé, privatisation de la maîtrise d’ouvrage urbaine, internationalisation des montages financiers). Les mutations de la commande publique sont analysées en quelques pages particulièrement efficaces (p.152-164). Ceux-ci évoquent la montée en puissance des problématiques patrimoniales, la logique d’urbanisme de « projet urbain » avec la production de morceaux de ville globalisés et la persistance et l’évolution du « front » de la réhabilitation / restructuration des quartiers « mal-lotis ». Différentes tensions sont également abordées. On retiendra deux d’entre elles, qui ouvrent le débat et devraient stimuler la recherche.

4D’une part, la tension entre professionnels locaux et professionnels étrangers introduit un questionnement sur la réalité d’un marché professionnel plus ou moins protectionniste selon les pays. La Tunisie nous semble, de ce point de vue, le cas d’école d’un milieu qui s’est replié sur lui-même au cours des années 1990, alors même que les bailleurs de fonds étrangers ont accru leur participation au montage financier des projets urbains. A l’inverse, des pays comme l’Egypte ou le Liban ont conservé une forte internationalisation de la maîtrise d’œuvre et de la maîtrise d’ouvrage urbaine. Comment interpréter ces situations nationales qui peuvent se révéler au final très contrastées ? Toujours dans le fil de ce débat, E. Longuenesse fait très justement état d’un « décalage persistant entre la commande publique d’urbanisme, la réponse de milieux professionnels formés à l’extérieur (…) et la réalité des sociétés locales concernées » (p.112).

5D’autre part, les relations entre les urbanistes et les élites gouvernantes commanditaires sont extrêmement difficiles à décrypter pour le chercheur. Sont-elles de l’ordre de la connivence idéologique ? Le portage politique d’un projet n’est-il assuré que par les élus ? Non sans doute. Au cours de l’histoire, le milieu des urbanistes a pu être frondeur et certains de ses membres ont pu avoir des parcours politiques marqués par les réseaux de l’opposition. Et aujourd’hui, leur mission n’est-elle pas d’accompagner les décideurs, autant que faire se peut, vers plus de démocratie (à travers des valeurs données à un projet ou des méthodologies participatives) ? C’est en ce sens que le professionnalisme des urbanistes nous paraît être un « rempart contre des pouvoirs autoritaires » pour reprendre les mots d’E. Longuenesse (p.147).

6Notre seule critique de fond porte sur l'absence d’une approche ethnographique et pragmatiste des urbanistes au travail. Le lecteur est frustré par le manque d’incarnation des analyses. Quel dommage qu’il n’y ait aucune restitution biographique qui aurait pu « focaliser » sur quelques figures de l’urbanisme sud-méditerranéen ! Pourquoi n’y a-t-il aucun récit de « situation » où l’on pourrait suivre les urbanistes dans leur travail de composition, de négociation, de communication, de lobbying (dans le cas de la contestation d’un projet), ou encore dans l’animation de débat public sur le sens de l’urbanisme ? Sur les grands projets urbains du moment (reconstruction du centre-ville de Beyrouth, aménagement des « waterfronts » à Tunis ou Casablanca), qui sont les urbanistes qui ont remporté les marchés de maîtrise d’œuvre ? Qui sont les urbanistes qui travaillent dans les structures de maîtrise d’ouvrage dédiées à ces projets de vitrine et dont l’action complexe d’ensemblier relève d’un réel apprentissage ? Des questions qui restent en suspens, mais qui ne sauraient faire oublier les très nombreux apports scientifiques de ce travail indispensable pour les chercheurs travaillant sur les villes de l’autre rive…

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Arnaud Barthel, « Souami T., Verdeil E., 2006, Concevoir et gérer les villes - Milieux d'urbanistes du sud de la Méditerranée, Economica, Anthropos, collection « Villes », 230 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 25 octobre 2006, consulté le 22 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/739

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page