Navigation – Plan du site
2006

Blais H., 2005, Voyages au Grand Océan. Géographies du Pacifique et colonisation, 1815-1845, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 352 p.

Marie-Claire Robic

Texte intégral

1Cet ouvrage est consacré à l’invention d’une géographie du Pacifique lors des dernières circumnavigations à la voile effectuées par la Marine française au début du XIXe siècle. Il prend pour termes la reprise des voyages français, interrompus depuis celui de Baudin (1800-1804), qui débute avec la mission de Freycinet sur l’Uranie et la Physicienne (1817-1820), et  1845, où se clôt l’ère des circumnavigations et des reconnaissances de détail qu’elles ont permis, et où l’occupation des Marquises et de Tahiti ouvre un vif débat colonial.

2L’objectif de l’ouvrage est d’étudier les interactions entre savoirs géographiques et expansion coloniale, par l’analyse des représentations et des pratiques des voyageurs qui ont sillonné ce vaste espace appelé aussi à l’époque « Mers du Sud » ou « Grand Océan ». Le livre est organisé en trois parties : la première expose les motifs et les conditions de préparation des voyages, la seconde se concentre sur les modalités de la reconnaissance scientifique de l’Océan, la troisième interroge les liens réciproques entre la constitution de savoirs géographiques et les modes d’appropriation de l’espace, depuis une première période dominée par un impérialisme latent jusqu’à la prise de possession, qui inaugure de nouveaux discours sur l’Océanie.

3Dans une conclusion synthétique, Hélène Blais rend compte d’abord de la singularité et de l’exemplarité de ces explorations du Pacifique effectuées par les seuls officiers de Marine, puisque contrairement aux voyages français précédents et aux voyages anglais, les savants civils en sont exclus. Dans un second temps, elle esquisse les trois points qui lui semblent devoir être retenus de ces expériences de navigation. D’abord, la reconnaissance, pour ce début du XIXe siècle, d’une véritable « géographie » produite par ces marins. Ensuite, l’émergence d’une « région du Pacifique » procédant de cette expérience de voyage, qui s’accompagne d’une disparition du mythe paradisiaque hérité des Lumières :  décrite à l’échelle locale, dans le temps du voyage et du journal de bord, elle est aussi d’ordre régional (avec des esquisses de structuration spatiale, le repérage de centres et de dépendances, etc.), lors de la mise en forme des résultats, tandis que, sous l’éclairage politique marqué par l’idée d’un partage impérial, l’océan Pacifique est intégré à l’échelle mondiale. Enfin, une réflexion sur les relations entre production des savoirs sur l’espace et politique coloniale, où Hélène Blais souligne les médiations multiples qui lient géographie et géopolitique, soulignant avec les exemples contrastés de l’archipel d’Hawaï et de la Nouvelle-Zélande d’un côté, de Tahiti et de la Nouvelle-Calédonie de l’autre, que « dans le Pacifique, les territoires devenus français ne sont jamais ceux qui ont retenu l’attention des récits géographiques » (p. 310).

4Analysant un corpus de onze voyages, Hélène Blais s’est attachée avec beaucoup de réussite à restituer la variété des « traces » qui accompagnent ces voyages, les chaînes qui vont des commandes, des rapports et journaux de bord, aux publications scientifiques et aux récits de voyages. Par ce travail, elle éclaire la façon dont une certaine géographie s’est construite, dans l’interaction entre production, circulation et usages des savoirs sur l’espace. Elle contribue aussi plus largement à l’histoire des sciences, en analysant un mode d’organisation et le rôle du terrain, dans l’interdépendance entre le marin-savant et l’académicien. Elle contribue enfin, avec le sens de la complexité, — et en un contre-point avec la littérature anglophone et le cas de l’empire britannique qu’il faudrait approfondir­—, à poser dans un cadre précis la question des relations entre « geography and empire ».

5L’analyse de la structuration de l’océan Pacifique et de la représentation de l’espace issue des grands voyages est aussi de grand intérêt. Ceci vaut pour la connaissance du cas régional étudié mais également pour les moyens utilisés pour rendre compte des structurations géographiques effectuées par les marins : étude des formes d’exposition, des processus de nomination, de découpage, de délimitation, de reconnaissance des formes, de modélisation spatiale, de différenciation morphologique et scalaire des descriptions… Ceci témoigne d’une excellente maîtrise des techniques de l’analyse des représentations géographiques textuelles et iconographiques. Un regret cependant :   que cette concentration sur l’étude des représentations de l’espace ait négligé (ou semble avoir négligé) ce qui relèverait d’une géographie sensible et de l’expérience même du voyage océanique.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claire Robic, « Blais H., 2005, Voyages au Grand Océan. Géographies du Pacifique et colonisation, 1815-1845, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 352 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 27 septembre 2006, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/741

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Robic

Equipe E.H.GO, UMR 8504, Géographie-cités (CNRS, Université de Paris I, Université de Paris VII, ENS Lettres &Sciences humaines)
robicmc@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page