Navigation – Plan du site
2006

Frolova M., 2006, Les Paysages du Caucase. Invention d’une montagne, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 206 p.

Marie-Claire Robic

Texte intégral

1Traitant de la question des représentations non-savantes et des constructions scientifiques successives relatives au Caucase, ce livre est animé par l’hypothèse centrale que ces deux modes d’appréhension doivent être étudiés dans leurs interactions. Marina Frolova montre que le Caucase a constitué un modèle montagnard particulier, spécifiquement lié au rapport à cet espace entretenu par le système russe, et qu’il a tenu lieu de grille de lecture scientifique dominante pour les autres espaces montagnards soviétiques jusque dans les années 1960.

2Après une partie consacrée à une mise au point lexicologique et notionnelle, l’ouvrage développe une étude chronologique de la connaissance du Caucase en distinguant deux principales périodes. Durant la première, du XVIIe siècle au milieu du XIXe siècle, les représentations sont marquées par une reconnaissance d’origine militaire et étatique. Avec le  développement de diverses pratiques de voyage, Marina Frolova relève que, durant la première moitié du XIXe siècle, les regards donnent forme à la montagne caucasienne (donc plus tardivement que ne s’est faite « l’invention » des Alpes ou des Pyrénées), tout en se spécifiant en plusieurs « sous-modèles » : militaire, statistique,  romantique, thermal, colonial, géologique et botanique. Dans un deuxième temps, à partir du milieu du XIXe siècle, se fait jour une conception scientifique du paysage caucasien. C’est d’abord, entre 1860 et 1917, l’émergence d’un « modèle caucasien » de « montagne exotique et presque vierge » (p. 141), très différent du modèle alpin, produit par les géographes et les naturalistes. Puis, avec les développements, précoces en Russie, de représentations formalisées du paysage (Landschaft et paysage dans le vocabulaire géographique russe des années 1910, avec les travaux de Lev Sémenovitch Berg et des disciples du pédologue Dokoutchaev), l’histoire des modélisations du Caucase croise les problèmes épistémologiques plus généraux de la science russe et soviétique du paysage, bien que la montagne soit négligée des théoriciens : « les nouvelles idées sur l’organisation du milieu physico-géographique ont été élaborées en plaine » (p. 143).

3Contribution décisive à l’histoire de la découverte, de l’appropriation coloniale et des représentations de cette région du monde longtemps mythique, ce livre propose donc aussi une analyse du développement de la science du paysage russe et soviétique. Il croise histoire des représentations, histoire des sciences, histoire des voyages, histoire de l’Etat et de la colonisation russe. Le tout sur une longue période et dans une perspective comparatiste.

4Les références témoignent de l’étonnante érudition de l’auteure, qui connaît la littérature russe de l’intérieur et qui s’inscrit aussi avec aisance dans les recherches francophones centrées sur l’invention de la montagne et du paysage, sur le voyage naturaliste et l’observation scientifique, sur l’écologie, sur l’histoire de la géographie, etc. Deux outils de travail : une belle bibliographie et un tableau synoptique «  des recherches sur le Caucase dans le contexte national et international » complètent l’étude.

5Parfois, l’entrecroisement des genres : analyse de cas, histoire(s) générale(s), rend la lecture malaisée. Les cadres d’analyse des textes et de l’iconographie ne sont pas suffisamment explicités. Il reste trois apports essentiels : sur le Caucase et sur la relation entre l’Etat russe et ses marges coloniales d’abord ; sur la production des discours et représentations de la montagne, sur l’histoire de l’exploration et de la géographie russe et soviétique ensuite ; mais encore sur l’approche géographique des pratiques culturelles, voire aussi des pratiques militaires. En effet, s’étant donné les moyens de penser ces histoires dans un contexte international, Marina Frolova met en évidence l’importance des réseaux spatiaux par lesquels la reconnaissance du Caucase s’est effectuée durant les trois siècles envisagés, plus ou moins ouverts sur la science et sur les représentations courantes dans toute l’Europe, plus ou moins endogènes à l’Etat russe, plus ou moins locaux. Par ailleurs, son étude spécifie l’étendue et la nature des espaces qui donnent pertinence aux modélisations successives de son terrain : l’Europe, la Grande Russie, l’Empire…  L’un des grands mérites de ce livre est donc aussi, sans que l’auteure ne l’exploite expressément, de constituer une contribution géographique à l’étude des représentations et modélisations de la montagne. « La géographie compte » !    

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marie-Claire Robic, « Frolova M., 2006, Les Paysages du Caucase. Invention d’une montagne, Paris, Comité des travaux historiques et scientifiques, 206 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 27 septembre 2006, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/742

Haut de page

Auteur

Marie-Claire Robic

Equipe E.H.GO, UMR 8504, Géographie-cités (CNRS, Université de Paris I, Université de Paris VII, ENS Lettres &Sciences humaines)
robicmc@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page