Navigation – Plan du site
2006

Robic M.-C. (coord.), 2006, Couvrir le monde. Un grand XXe siècle de géographie française, Paris, ADPF-Ministère des Affaires étrangères, 229 pages.

Jean-Baptiste Arrault

Texte intégral

1Loin d’une historiographie schématique ou simplificatrice et des a priori disciplinaires sans cesse reconduits, l’ouvrage ici présenté, dont les 5 auteurs appartiennent à l’équipe Epistémologie et Histoire de la Géographie (EHGO) du laboratoire Géographie-cités (M.-C. Robic, D. Mendibil, C. Gosme, O. Orain, J.-L. Tissier), propose une histoire de la géographie qui rompt avec ce qui était disponible jusqu’à présent. Se plaçant en effet sous le signe de la diversité, de la dispersion, de la complexité, il construit une histoire plurielle pour une géographie donnée également comme plurielle. Il est riche en aperçus nouveaux, en perspectives de recherche, en pistes d’interprétation, à un point tel qu’on peut se demander si cet ouvrage, publié dans le cadre de l’Association pour la diffusion de la pensée française, et donc destiné à un public principalement étranger (et non spécialiste), ne place pas la barre un peu haut… En tout état de cause, les géographes auront grand profit à le lire ou à le consulter, moins peut-être comme un manuel d’histoire de la géographie stricto sensu, que comme une synthèse provisoire du travail de la seule équipe en France à se consacrer à l’histoire de la géographie – et qui n’avait pas jusque là commis d’ouvrage de ce genre.

2L’objet du livre, dont la principale qualité est peut-être d’aller à l’essentiel, au risque d’ailleurs d’une très grande densité, est ainsi de saisir à grands traits l’évolution de la géographie en France au cours du XXe siècle, à partir du tournant de 1900, et selon au moins un double point de vue : il s’agit de faire l’histoire de la géographie comme ensemble de contenus mais également comme discipline parmi d’autres disciplines et dans la société. Double ambition générale donc, mais en réalité, les auteurs se livrent à une dissection en profondeur de la géographie française ; ils soumettent de la sorte notre discipline à une radioscopie inédite, de sa mise en place institutionnelle autour de Vidal de la Blache jusqu’aux enjeux les plus récents de l’environnement, de la géographie culturelle, de la mondialisation. Ils examinent de près le procès de « pluralisation » (le mot est employé p. 48) de la géographie ; ce qui se traduit, formellement, par le choix de ne pas adopter un plan chronologique, mais de saisir la géographie sous 4 espèces, dirions-nous, qui sont autant d’éclairages sur sa pertinence scientifique et sociale : la géographie comme discipline scolaire et universitaire, comme ensemble de pratiques, comme science à proprement parler et comme discours sur l’espace/le monde. Quatre chapitres donc qui relisent chacun ce siècle de géographie, selon un axe spécifique et des scansions parfois divergentes (quelques grands tournants se dégagent néanmoins, tels la Seconde Guerre mondiale et les années 1970), mais de manière complémentaire. Ils sont du reste construits sur le même modèle, découpés en petites sections de 2 ou 3 pages, presque des fiches, et sont entourés d’une introduction et d’une conclusion synthétiques. De cette quadruple chevauchée à travers le siècle, qui évite assez adroitement les répétitions tout en relisant les mêmes œuvres et/ou les mêmes objets, qui en outre ne se perd pas dans l’érudition, le lecteur se voit offrir une masse considérable d’informations, de faits et d’interprétations, qui ont pour fonction première d’aider à mieux cerner les enjeux de la géographie d’aujourd’hui.

3On retiendra seulement ici, de ce contenu abondant, quelques éléments. La pluralisation contemporaine de la géographie d’abord, son éclatement, constitue la ligne de fuite d’une lecture principalement kuhnienne de la géographie. Mais les auteurs ne perdent de vue ni les objets de la géographie, ce monde qu’elle est censée couvrir, et qui de fini devient complexe et mondialisé, ni ses outils et méthodes (l’iconographies notamment), ni encore ses enracinements institutionnels et sociaux (un certain accent est mis sur la dimension d’expertise économique, sociale et politique de la géographie, par exemple dans la régionalisation, l’aménagement ou la gestion environnementale). C’est donc à une histoire, sinon complète, du moins à visée la plus large possible, de la géographie, à l’amont (monde de la recherche) comme à l’aval (implication dans la société), que se livrent les auteurs ; ces derniers ne se contentent d’ailleurs pas de synthétiser des connaissances déjà acquises (ce qui en soi est déjà un solide apport de l’ouvrage). Parmi les aperçus nouveaux qui tendraient à complexifier l’histoire de notre discipline, on évoquera seulement l’intérêt de juxtaposer une histoire intellectuelle et sociale de la géographie (M.-.C. Robic et O. Orain) et une histoire que l’on dira concrète, celle des « gestes du métier » (D. Mendibil) comme celle des terrains (C. Gosme et J.-L. Tissier). Ce qui permet de saisir non pas seulement le monde du géographe, selon l’expression de D. Retaillé, mais les géographes dans le monde et dans la société, ainsi même que les territoires de la géographie (fonction sociale, positionnements épistémiques etc.). Ce qui permet encore, tout en reconnaissant les discontinuités et les évolutions, de dégager des lignes de continuité (comprendre le monde, agir sur l’espace et les territoires) et de brosser le portrait d’une discipline toujours en prise avec son temps. On notera pour finir que cet ouvrage met à la disposition du lecteur des annexes originales : un dossier iconographique qui récapitule en quelque sorte ce XXe siècle de géographie à travers cartes, photographies et illustrations diverses, une liste des thèses d’Etat soutenues de 1890 à 2002 ainsi qu’une bibliographie très étoffée sur l’histoire de la géographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Baptiste Arrault, « Robic M.-C. (coord.), 2006, Couvrir le monde. Un grand XXe siècle de géographie française, Paris, ADPF-Ministère des Affaires étrangères, 229 pages. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 27 juin 2006, consulté le 26 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/745

Haut de page

Auteur

Jean-Baptiste Arrault

Doctorant Géographie-cités, UMR 8504, Equipe EHGO, 13 rue du Four, 75006 Paris
jbarrault@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page