Navigation – Plan du site
2005

Pierre G., 2004, Agriculture dépendante et agriculture durable. La PAC et les plateaux du sud-est du Bassin parisien, Paris, Publications de la Sorbonne, 328 p.

Yann Calbérac

Texte intégral

1La réforme de la PAC de 1992 et la révision en 2003 de l’Agenda 2000 ont entraîné une profonde réorientation de l’agriculture française et ont touché inégalement les espaces agricoles. Les mécanismes définis en 1992 comme les paiements compensatoires pour les terres cultivées en céréales et en oléo-protéagineux ou le gel des terres touchent principalement les régions de grande culture. Une région du Bassin parisien est particulièrement vulnérable à ces réformes : pour les plateaux céréaliers du sud-est, qui s’étendent de la Bourgogne à la Haute-Marne en passant par le plateau de Langres, ce tournant a entraîné une triple dépendance. Politique tout d’abord (les trois productions locales – le blé, l’orge et le colza – ainsi que les productions de l’élevage sont soumises aux fluctuations des cours politique et administrative aussi (la PAC elle-même et ses règlements contraignants). Enfin, cette région est surtout dépendante par rapport à un système de production difficilement réversible en raison des contraintes agronomiques des plateaux et de la faible diversification des cultures et des activités. L’ouvrage de Geneviève Pierre, Agriculture dépendante et agriculture durable, interroge donc les perspectives de développement et de durabilité de cette agriculture ; la question est cruciale pour l’avenir de cette région agricole fortement productive et exportatrice dans laquelle la production est hyper-spécialisée en grande culture.

2La méthode retenue ici (une approche statistique et cartographique complétée par un grand nombre d’entretiens auprès des institutions agricoles et rurales et des agriculteurs) traduit la bonne connaissance que l’auteur son terrain (l’Yonne, la Côte-d’Or et la Haute-Marne) et aboutit à des résultats pertinents qui révèlent les limites d’un système de production et les craintes liées à son évolution.

3La première partie de l’ouvrage cherche à définir les caractéristiques spécifiques de la région d’étude, originale dans le Bassin parisien. L’auteur souligne la fragilité de l’espace qui, à la différence d’autres terroirs comme la Brie ou la Beauce, est essentiellement occupée par des sols à cailloux, très contraignants et qui limitent la production aux seuls blé, orge et colza. Pour être rentables, les exploitations doivent être de grande dimension et elles sont toutes engagées dans des stratégies d’agrandissement. Ces plateaux constituent également un véritable angle mort, au sein de la « France du vide » : les très faibles densités de population et l’isolement relatif de ces régions, à l’écart des principales voies de communication renforcent la fragilité de ces milieux ruraux dans lesquels on n’observe aucune forme de « renaissance rurale » : le déclin démographique est certain et la population active agricole est nettement plus représentée que la moyenne française.

4Ensuite, l’ouvrage explique les contraintes posées par la nature caillouteuse des sols. Ces derniers, issus de terrains jurassiques, présentent en effet à leur surface des cailloux parfois de très grandes dimensions qui empêchent à la fois d’augmenter les rendements des sols et de diversifier les cultures. Ces terroirs sont donc à l’origine des stratégies d’agrandissement : comme il est impossible d’accroître le rendement, les agriculteurs sont contraints de s’agrandir. Les terres à cailloux limitent aussi les transferts d’innovations qui ne peuvent s’accommoder de ces sols. Des techniques ont été mises au point pour broyer les cailloux mais ces améliorations restent coûteuses et leurs effets peu prolongés. Cela limite toute tentative de diversification de l’agriculture, sans compter les conditions météorologiques, elles-mêmes très contraignantes.

5Dans cette région de marche forestière jadis autarcique et à la limite du surpeuplement, l’exode rural massif a entraîné la dislocation des sociétés rurales traditionnelles : la dépopulation générale a conditionné la mise en place d’un nouveau système agricole. Les années 1950 à 1980 marquent une mutation très nette vers la grande culture, conséquence de la politique volontariste de modernisation de l’agriculture prônée par Edgar Pisani dans le cadre du programme des Friches de l’Est. C’est l’origine du mouvement d’agrandissement des exploitations. C’est aussi l’époque où les plateaux se spécialisent dans la grande culture (au détriment de la polyculture traditionnelle), et principalement le blé, l’orge et le colza qui s’accommodent des cailloux. Quelques exemples soigneusement choisis permettent d’illustrer dans le détail cette modernisation et de retracer l’évolution des fermes depuis les années 1960.

6C’est sur ces mutations que se surimpose la réforme de la PAC de 1992. Le but de la deuxième partie est de mettre en lumière le contenu de ces réformes et leurs effets sur les plateaux du sud-est du Bassin parisien. Le changement induit par la réforme est d’importance et précisément détaillé : on passe d’un système fondé sur le soutien par les prix des productions à un soutien du revenu des exploitants, fondé sur des aides directes calculées en fonction des surfaces cultivées. Cette réforme a ici un impact particulier. La spécialisation déjà prononcée et la difficulté à développer des cultures alternatives renforce la propension très nette à l’agrandissement des exploitations (dont le nombre a logiquement baissé), seul capable de limiter la baisse des revenus. Surtout, la principale conséquence a été l’accentuation de la spécialisation céréalière et oléagineuse ainsi que le maintien de l’élevage laitier et bovin. Les organismes stockeurs qui assurent la collecte et la distribution des productions se concentrent à leur tour et définissent de nouvelles stratégies commerciales.

7La PAC a donc entraîné des mutations en profondeur de l’organisation des filières agricoles sur les plateaux. Dans ce contexte, les préoccupations liées à l’émergence d’une agriculture durable y ont un écho particulier. Fille du développement durable, cette forme raisonnée d’exploitation agricole est multidimensionnelle et englobe les aspects sociaux, écologiques et éthiques mobilisés dans le but d’améliorer les conditions générales d’existence. Ces préoccupations sont anciennes et se traduisent par des préoccupations agri-environnementales portées à la fois par les politiques européennes et françaises. Cela passe, sur les plateaux, par l’essor de l’agriculture raisonnée et d’un contrôle plus strict de l’impact sur les milieux de la production, grâce à la mobilisation de tous les acteurs de la filière. Les pratiques culturales comme les techniques de non labour, voire le semis direct, sont adoptées afin de réduire l’impact sur les milieux.

8L’ouvrage se clôt par une réflexion sur la diversification, afin de rendre cette agriculture moins dépendante et vulnérable. Quelques actions locales servent à développer tel ou tel secteur d’activité, notamment l’agritourisme ou l’aviculture. La région cherche également à développer certaines productions traditionnelles comme le vin, le lait pour la fabrication du fromage AOC Époisses et Langres, ou la cerise. On observe alors un changement d’échelle : on passe d’un développement de la seule agriculture à un développement rural qui profite au territoire dans son ensemble, qui devient la nouvelle maille d’action.

9Ces développements nourris, accompagnés d’une collection d’une vingtaine de cartes, permettent de souligner la diversité des modèles agricoles du Bassin parisien, confrontés à une réforme d’ampleur des politiques agricoles européennes et françaises. Bien plus, cet ouvrage, un peu technique, permet d’envisager de manière très convaincante l’impact de la PAC sur l’agriculture française ainsi qu’un exemple de réflexion aboutie sur la diversification des activités en milieu rural.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yann Calbérac, « Pierre G., 2004, Agriculture dépendante et agriculture durable. La PAC et les plateaux du sud-est du Bassin parisien, Paris, Publications de la Sorbonne, 328 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 23 novembre 2005, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/748

Haut de page

Auteur

Yann Calbérac

Yann.Calberac@ens-lsh.frDoctorant CNRS-UMR 8504, Géographie-citésGéographie-cités

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page