Navigation – Plan du site
2007
380

La criminalité à Maputo, Mozambique : origine, distribution et répercussions spatiales

Criminality in Maputo, Mozambique : origin, spatial distribution and repercussions

Fabrice Folio

Résumés

La criminalité et le ressenti de l’insécurité sont aujourd’hui en augmentation dans la capitale du Mozambique : Maputo. Les statistiques, qui restent sujettes à caution, sont appuyées par les discours à la fois d’une partie de l’opinion publique et des acteurs -publics et privés- de la sécurité. La violence urbaine est amplifiée par son caractère émergeant dans un contexte de mutations néo-libérales et de creusement des inégalités socio-économiques. Mais elle ne peut s’appréhender en faisant abstraction de l’arrière-plan historique national. Sur le terrain, elle semble de prime abord se distribuer selon une logique d’espaces cibles/espaces refuges qui épouse la vieille césure coloniale. Or cette ligne de fracture doit être nuancée. Les particularités locales induisent une incidence plus complexe du phénomène au plan spatial. Les autorités publiques ne semblent pas parvenir à elles seules à endiguer cette montée de la criminalité, surtout qu’elles souffrent d’une image fortement négative. Dés lors, la société civile adhère à des mesures sécuritaires parallèles tenant de la sphère privée. Ces dernières suivent assez bien la répartition des groupes sociaux. Au final, une territorialisation des réactions à l’insécurité urbaine semble émerger.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le rapport insiste sur une criminalité qui n’est que rarement un phénomène isolé : « C'est l'un de (...)

1Même si, à l’instar de ce que dit A. Bozeman (1976), l’Afrique n’est pas un continent violent en soi, les images qui lui sont accolées restent celles d’une terre de dangers où la criminalité se serait développée « à une échelle inconnue ailleurs au monde » (Raufer, 2002 cité par G. Courade, 2006). Si M-A Pérouse de Montclos (2006) insiste bien sur l’effet de loupe médiatique qui porte sur les conflits armés, ainsi que sur la vision avant tout occidentale de la barbarie africaine, il reste que l’United Nations Office on Drugs and Crime (UNODC) a fait état dans sa dernière étude (2005) d’un constat implacable au sujet du continent noir : le développement dans cette partie du monde reste obéré par un sérieux problème de criminalité, que soient pris en compte les infractions violentes comme les crimes contre les biens1. L’Afrique étant plurielle, on ne peut toutefois généraliser cette observation à l’ensemble de ses espaces. Tout au plus peut-on rappeler, comme le dit encore M-A Pérouse de Montclos (1997), que la délinquance africaine se développe avant tout dans des milieux urbains de plus en plus déstructurés. Afin de compléter l’état des connaissances sur le phénomène en ville, nous nous pencherons ici sur la capitale du Mozambique : Maputo.

  • 2  Le Mozambique traîne un passé tumultueux, marqué par la colonisation lusophone, l’ère marxiste-lén (...)
  • 3  Au point que le nouveau président, A. Guebuza, a fait de la lutte contre l’insécurité l’une des pr (...)

2Maputo tire aujourd’hui étroitement profit du renouveau économique et politique qui intéresse la république du Mozambique. Celui-ci succède à plusieurs décennies d’instabilité2. Située au sud du pays, la ville se positionne tout à la fois comme la porte d’entrée des programmes de coopération et de l’aide internationale, un point de cristallisation des investissements étrangers et un débouché portuaire stratégique pour le cœur géographique sud-africain, le Gauteng. Accompagnant ces dynamiques, le phénomène criminel y a connu ces dernières années une augmentation sensible (visible dans les chiffres comme dans les perceptions que s’en font les habitants). Même si son intensité semble plus faible que dans les métropoles voisines d’Afrique du Sud, elle s’accommode mal des nouveaux enjeux et de l’image de capitale-vitrine dont souhaite se donner la ville3. Quelles sont les dimensions, tant réelle que perçue, de la criminalité à Maputo et quelles en sont les répercussions spatiales ?

  • 4  Nos données sont avant tout qualitatives, appuyées par un travail de terrain. Elles complètent les(...)

3Répondre à cette question incite tout d’abord à rechercher les causes de l’insécurité croissante. Le problème sécuritaire est vu comme émergeant alors qu’on ne peut l’appréhender en dehors du contexte historique, plus précisément de l’accumulation des effets des bifurcations historiques. La distribution spatiale de cette criminalité semble ensuite épouser la morphologie coloniale duelle de la capitale. Or cette observation liminaire doit s’enrichir des singularités locales et de la difficulté à disposer d’un état des lieux exhaustif du phénomène (les statistiques restant ici incomplètes). Enfin, un tour d’horizon des réponses de la société urbaine à l’encontre du problème renseigne sur leur diversité. Si elles trahissent une absence de confiance en les acteurs publics de la sécurité, on peut se demander si elles ne traduisent pas également une territorialisation de mesures sécuritaires alternatives4.

La criminalité à Maputo, un phénomène émergeant ?

Maputo, pôle mozambicain de la criminalité

  • 5  Si ces déséquilibres démographiques se sont aggravés tout au long des années 80, B. Lachartre (200 (...)

4Dans la foulée de l’indépendance acquise le 25 juin 1975, la guerre civile ayant meurtri le Mozambique entre 1976 et 1992, a précipité les populations en quête de sécurité dans les villes côtières. Deux centres urbains ont particulièrement subi les vagues migratoires : Beira dans la province de Sofala au centre du pays et surtout Maputo dans sa province éponyme au sud. Au plan national, un déséquilibre spatial s’est constitué. Il reste d’autant plus manifeste que la capitale mozambicaine est aujourd’hui excentrée presque à l’extrémité méridionale du pays5.

5Selon les données officielles de 2002 fournies par l’Institut Economique National (Instituto Nacional de Estatistica, INE), la municipalité de Maputo possède 1.044.618 habitants, soit 5,8% de la population nationale. Après une longue période d’atonie, Maputo connaît depuis peu un réel essor économique. La ville contribue à 40% du produit intérieur brut mozambicain (Banque Mondiale, 2006). Elle bénéficie de la nouvelle donne libérale et de sa proximité avec le voisin sud-africain, moteur du continent, avec qui les relations se sont normalisées. Maputo fait face dans le même temps à de vives inégalités intra-urbaines. Ces dernières soulignent la piètre répartition des fruits de la croissance nationale (7,4% par an en 2004  selon la Banque Mondiale). 54% des citadins se situent en dessous du seuil de pauvreté. En parallèle, la nouvelle bourgeoisie issue de la croissance domine certains quartiers de la capitale. Dés les années 70, Chamboredon et Lemaire ont démontré que la proximité spatiale ne suffit pas à estomper la distance sociale. La différenciation sociale s’accentuant à mesure que l’hétérogénéité des populations est forte, elle peut conduire à des conflits. Comme en d’autres endroits du globe où nantis et désœuvrés cohabitent dans un périmètre urbain en mutation, Maputo est aussi le lieu où les chiffres de la criminalité sont les plus élevés.

6À l’échelle nationale, les sources du Comando Geral da Policia insistent sur une concentration des crimes au sein de la première ville : on y a recensé pour l’année 200410 936 délits, soit 27% de la distribution nationale. Loin derrière l’agglomération de Maputo, deux provinces ont également un nombre de crimes assez conséquent (plus de 4 000 délits) : Sofala et Zambezia, toutes deux dominées par les centres urbains de Beira et de Quelimane. La capitale et sa province comptent pour 42% du total national des crimes. Cette proportion est conséquente mais il est possible de modérer ce constat par deux aspects : la place de Maputo dans son environnement régional, et plus simplement la qualité des données.

7Tout d’abord, la valeur de quelques métropoles proches d’Afrique du Sud est assez révélatrice du positionnement de Maputo. Les données brutes du South African Police Services (SAPS), pour l’année 2002, indiquent par exemple 64.603 crimes à Soweto, 175.911 crimes à Pretoria et 207.991 délits à Durban. De même, alors que le ratio meurtres par habitant est de 1.114 pour 100.000 habitants à Maputo, il culmine à 18.300/100.000 personnes à Johannesburg (ISS). Il faut d’ailleurs noter que cette comparaison est reprise sur place comme un leitmotiv : l’état de la criminalité à Maputo, aussi préoccupant soit-il au plan national, est souvent mis en parallèle avec celui des villes d’Afrique du Sud et s’en trouve « relativisé ». Il reste que leschiffres attestent d’une augmentation sensible. En effet, entre 1998 et 2004, le taux de croissance relative de la criminalité à Maputo a été de 6,1%.

8En outre, ces valeurs officielles ne relatent que les crimes enregistrés. Elles sont donc à prendre avec précaution, en particulier lorsque l’on considère les aires rurales septentrionales moins équipées en station de police et pour lesquelles les recensements statistiques font souvent défaut. Pour tenter de pallier ces manques, l’INE a conduit en 2002/03 une enquête sur les familles mozambicaines (Inquerito Aos Agregados Familiares, IAAF). Un échantillon de 8.700 familles a été interrogé entre juillet 2002 et juillet 2003 aux niveaux provincial et urbain/rural. Les résultats sont intéressants. Le taux de victimisation de la capitale (28,9%) dépasse sensiblement celui de la moyenne nationale (25,8%). Mais quatre autres provinces devancent Maputo-ville, avec des taux excédant 30% : Cabo Delgado, Tete, Sofala, et Gaza. Les deux premières, situées aux confins nord de l’État, demeurent de denses contrées rurales. Cette enquête, fondée sur un échantillon représentatif, a simple valeur de tendance. Son intérêt est de nuancer une idée répandue au sujet de la criminalité au Mozambique. Le problème n’affecte pas que la capitale. Mais quoi qu’il en soit, la violence urbaine — et son impact — relevée à Maputo reste indéniable, ne serait-ce que par un effet de concentration démographique. La figure 1, cumulant les données du recensement et celles de l’enquête d’opinion, ne permet guère d’en douter. Maputo conjugue les chiffres défavorables et offre au total le plus mauvais profil. Preuve s’il en est de l’acuité du phénomène dans la capitale, l’enquête de 2002/03 atteste aussi du plus fort pourcentage de victimes de crimes avec utilisation d’armes à feu (24,6%), loin devant les provinces de Manica et de Sofala (11%).

Figure 1 : Distribution de la criminalité au Mozambique

  • 6  Avec tous les biais que la lecture de ce genre d’enquêtes comportent : l’on sait que les reports d (...)

9Dans le détail, 72,9% des crimes recensés à Maputo en 2004 ont concerné les atteintes aux propriétés (vols, cambriolages avec présence ou non d’armes à feu) ; suivent 25,9% d’atteintes aux personnes (homicides volontaires, agressions, viols). Quant aux variations mesurées entre 1998 et 2004, le taux de croissance annuelle des atteintes aux personnes a diminué de 10,3% alors que les délits envers les propriétés ont pour leur part progressé de 18,1%. En 2001, L. Brito a enrichi la discussion sur la physionomie criminelle de la ville :   son étude visait à esquisser le profil des détenus de la prison de Maputo sur la base des diverses infractions commises6. De ses enquêtes, il ressort que 40,9% de la population carcérale à cette date ont été impliqués dans des activités de vol et de cambriolage. L’instruction, pour cause d’absence de documents d’identification et de domicile fixe, a concerné 34,2% des détenus. Les vols et attaques à main armée arrivent en troisième position (ils touchent 8,8% d’entre eux), devançant de peu les homicides volontaires (4,1%). Autre aspect plus général qu’il convient de signaler : la criminalité à Maputo est le fait d’une population jeune (33,3% se placent dans l’intervalle 20-24 ans en 2002 - INE), un fait marqué pour la tranche d’âge 16-19 ans qui est à l’origine de 21% des délits.

10La violence urbaine qui croît aujourd’hui à Maputo n’a pas de racines politiques ou ethniques. À titre d’exemple, l’antagonisme latent qui oppose les partisans du Front de Libération Nationale (Frelimo, parti au pouvoir), à ceux de la Résistance Nationale du Mozambique ou Renamo reste, il est vrai, une préoccupation nationale (au regard de la guerre civile qui a opposé les deux protagonistes par le passé). Mais il exprime des tensions sporadiques qui frappent avant tout les régions nord du pays (Montepuez, Mocimboa da Praia). La criminalité dans la capitale doit avant tout se lire dans un contexte de pauvreté, de chômage et d’inégalités sociales dans une société en profonde recomposition.

Historique de la criminalité : d’un passé contenu à un contexte actuel propice

11Il est nécessaire de restituer l’arrière-plan historique de cette criminalité pour mieux la comprendre. La situation contemporaine doit être mise en perspective avec les temps forts de l’histoire, à un niveau local mais aussi national. Cette augmentation de l’insécurité porte en elle des germes lointains.

  • 7  Depuis 1919, le pouvoir colonial s’assurait que quiconque pénétrait en ville devait posséder une p (...)
  • 8  Depuis 1896 et les contrats passés avec la Witswatersrand Native labour Association, le travail mi (...)

12Durant la période coloniale portugaise, la question de l’insécurité occupe peu les débats. Deux paramètres sont à prendre en considérationau 19ème et au début de 20ème siècle. Le premier porte sur les mesures de contrôle des populations indigènes en milieu urbain, et plus largement sur une politique de dissuasion à l’encontre de l’exode rural : la circulation des Africains en ville est alors assujettie à des couvre-feux et elle est émaillée de fréquentes arrestations arbitraires7. Le second a évidemment trait aux relations étroites nouées avec l’Afrique du Sud en termes économiques8. Ainsi, le tournant qui va s’opérer dans les années 70, à la suite de la réduction des offres d’emplois au sein des mines sud-africaines, donnera à voir cette traditionnelle relation de dépendance de la main d’œuvre du sud mozambicain envers les hautes terres sud-africaines. Ces dernières ont longtemps procuré une sérieuse alternative à l’offre d’emploi à Maputo (Mondlane, Chicamisse, 2005).

  • 9  Une véritable politique anti-pauvre est lancée en 1983, connue sous le nom de opération-production(...)

13Lorsque le pouvoir échoit dans les mains du Frelimo, en 1975, la ville renoue avec sa périphérie. Les lois lisboètes contingentant le droit de circulation dans le pays et de résidence en ville disparaissent. La pauvreté des campagnes — amputées des exploitations agricoles coloniales et où les villages communautaires ne vont avoir que peu de succès — contribue à l’exode rural. C’est à ce moment que survient une détérioration de la situation intérieure : le début de la décennie 80 au Mozambique est marqué par l’intensification du conflit civil entre le Frelimo et la Renamo (à qui l’Afrique du Sud du parti afrikaner accorde son soutien). Maputo n’endure pas directement les affres du conflit, mais elle en subit les effets indirects : les populations rurales affluent (ils sont 1,5 millions au total dans le pays entre 1976 et 1992 selon C. Serra, 2003). En ville, la conséquence en est une paupérisation des immeubles centraux et des pratiques d’occupation spontanée s’intensifiant sur les marges. Les conditions de vie se dégradent et mettent à mal celles de stabilité et de sécurité. Or le régime socialiste dirigiste de S. Machel prône à ce moment une gestion urbaine rationnelle et contrôlée. Le  tout va conduire à des dérives telles que l’Operaçao Produçao9.

  • 10  Le contexte historique en est le suivant : l’assouplissement de la ligne socialiste mène à l’adhés (...)

14Ainsi, pendant longtemps, la criminalité à Maputo a été battue en brèche par le biais de politiques interventionnistes d’abord coloniale puis marxiste-léniniste. A partir des années 1990, la criminalité — ainsi que la perception de la criminalité — va croître en ville et prendre de nouvelles formes10. Le processus est alimenté par plusieurs facteurs.

  • 11  V. Gamba et M. Chachiua (1999) ont fait remarquer que les estimations nationales du nombre d’armes (...)

15Il faut d’abord insister sur les séquelles directes et indirectes du conflit. D’une part, elles se caractérisent par la prolifération d’armes à feu11. D’autre  part, elles se fondent sur le retour d’une partie des populations déplacées. Le profil de ces dernières est multiple : Mozambicains déplacés à l’intérieur même des frontières, immigrés ou deslocados et anciens combattants (les guerrilheiros desmobilizados). Pour finir, mentionnons le rapatriement de travailleurs mozambicains d’Afrique du Sud, du Zimbabwe et enfin de l’ex-République Démocratique Allemande (en plus de l’arrivée de réfugiés fuyant la guerre dans l’ex-Zaïre).

16Les contrecoups des politiques d’ajustement structurel vont représenter un autre facteur indirect. Impulsées par les institutions de Bretton Woods, elles débouchent surd’importantes pertes d’emplois face aux privatisations successives. Le pouvoir d’achat connaît une forte diminution à la suite des dévaluations de la monnaie nationale, le Metical (Mts). Localement, la paupérisation amorce le cycle des activités informelles parfois criminelles. Le commerce de rue gagne du terrain tandis que chapas (taxis-minibus) et tchovas (carrioles issues des campagnes) sillonnent les artères de Maputo. La mendicité augmente en ville ; non loin, les prostituées (sous la férule de nombreux proxénètes) et autres petits cartels de drogue battent le pavé. S. Roché (1998) a démontré que les conditions économiques n’entretenaient pas de liens directs avec la fréquence de la délinquance. Toutefois, on sait à quel point la progression du chômage, reliée à un faible encadrement social et familial, alimente la délinquance un peu partout en Afrique (M-A Pérouse de Montclos, 1997).

17L’ouverture soudaine du pays a une dernière incidence notable. Une ère de confiance de la part des bailleurs de fonds et des acteurs internationaux emboîte le pas à la fin de la guerre et au multipartisme entériné. De grands investissements exogènes ou « mégaprojets » (telle que l’entreprise d’Aluminium Mozal) font leur arrivée, accompagnés d’une population étrangère liée aux programmes de coopération. Une différenciation sociale s’observe au sein de la composition de la population urbaine. Une élite (locale et étrangère) émerge et réside préférentiellement sur la Costa do Sol. Elle induit, in fine,la juxtaposition d’extrêmes socio-économiques au sein de la ville (Quembo, Lopes, 2005). Si la pauvreté ne suffit pas à expliquer la criminalité, elle est de plus en plus durement ressentie lorsque les écarts de richesse sont importants (Iliffe, 1987). Les tensions en sont potentiellement exacerbées.

  • 12  Le Mozambique se place ainsi entre la Tanzanie et l’Ouganda, devançant l’Egypte, Madagascar ou l’E (...)
  • 13  Précisons toutefois qu’à l’instar du président, qui a fait de la fermeté sécuritaire et de la tran (...)

18Pour finir, cette criminalité doit également être mesurée à l’aune de l’efficacité des mesures mises en place par la puissance publique pour l’endiguer. Or, il faut tenir compte du fait que les forces de police sont en net sous-effectif au plan national : on leur recense environ 15.000 membres, ce qui, rapporté aux 19,2 millions d’habitants, offre un ratio agents de police pour 100.000 habitants de 78. Le Mozambique se place en queue de peloton des pays africains, au sens ou la moyenne du continent est de 180 agents de police pour 100.000 habitants (ONUDC, 200512). De plus, en raison de l’austérité budgétaire survenue au tournant des années 90, le pays souffre de très bas salaires. Ceux-ci freinent l’investissement individuel. J-F. Trani (2006) rappelle que la démotivation des fonctionnaires en Afrique est liée à des rémunérations qui se situent généralement en dessous du « salaire d’efficience ». J. Hanlon (2004) a ainsi établi que la rémunération des agents publics mozambicains ne représentait plus qu’un tiers de ce qu’elle était en 1991. La paye mensuelle d’un agent de police (cinzetinhos) à Maputo correspond approximativement à 70 USD. L’enquête de l’IAAF indique dans ce contexte que 38% des familles victimes à Maputo ne portant pas plainte — contre 22,7% à l’échelle nationale — avouent que la police n’est pas en mesure de répondre à leurs doléances. De manière plus problématique, elles critiquent aussi leur dilettantisme : 7% d’entre elles indiquent à cet égard que la police ne se montre pas intéressée par leurs plaintes. En somme, les rapports de confiance entre les citadins d’un côté et l’Etat — représenté par la police et la justice — de l’autre, semblent ténus au Mozambique, en particulier à Maputo. Tout porte à penser que la société civile a parfaitement conscience des connexions — d’ailleurs avérées — entre les organes policier et judiciaire et les groupes criminels (circulation d’armes, de drogues, détournement d’argent, immunité de personnalités politiques ou de magnats locaux - IRIN, 2002, Harrison, 1999, Gastrow, Mosse, 2002). Le sentiment qui se dégage est celui d’un climat persistant de corruption13.

L’ensemble urbain de Maputo et la distribution spatiale de la criminalité

Une ville duelle coloniale à relativiser

  • 14  Les résultats du recensement de 1997 ont uniquement porté sur les cinq districts de la ville, qui (...)

19La présentation de l’ensemble urbain de Maputo est un préalable à une lecture spatiale de la criminalité. L’intérêt sera ensuite de le confronter à notre diagnostic de la distribution des crimes à l’intérieur de la capitale. Il conviendra par exemple de voir si quelques relations se dégagent avec les groupes sociaux présents. Dresser l’organisation de l’espace urbain de Maputo est une entreprise difficile au regard de l’absence de données socio-économiques à grande échelle14. Sur le terrain, il est indéniable que cette structure urbaine reste très inégalitaire. Les différentes bifurcations de l’histoire se lisent, encore une fois, aisément.

20Un des premiers niveaux de lecture de la capitale mozambicaine porte sur la distinction entre « ville de ciment » et « ville de roseaux » ou caniço (figures 2 et 3). Il faut rechercher les causes de cette opposition dans l’époque coloniale. Ce clivage retranscrit la cité duale qu’ont organisée les Portugais, comme l’ont été ailleurs maintes cités d’Afrique sub-saharienne. À l’image des capitales telles que Nairobi, Dakar ou Kinshasa, une caractéristique majeure de l’organisation spatiale de Maputo réside dans le fait qu’elle dispose d’une ville centrale européenne et d’une banlieue plus pauvre et moins structurée. Elle s’écarte à ce niveau de la structure urbaine des vieilles cités comme Ibadan au Nigeria, où le noyau précolonial est en général habité par des populations moins favorisées.

21Les différentes phases d’extension de Lourenço Marques se sont faites à partir de 1876 autour du comptoir de la baixa (partie basse de l’actuel centre-ville par opposition à ses hauteurs ou alta). La ville s’est ensuite étendue en éventail autour de ce point focal (Sousa Morais, 2001). Une trame orthogonale y a été définie avec de larges avenues ombragées. En cet endroit, l’espace bâti associait résidences à azulejos, boutiques spécialisées et offices variés. Ils composaient les tenants de cette ville en dur où résidaient prioritairement Portugais, Indo-pakistanais et Indo-portugais de Goa. Cet arc de cercle se prolongeait ensuite par une vaste zone sableuse non ordonnée, au bâti spontané où les infrastructures faisaient défaut. Le long d’étroites ruelles, s’étalaient à ce niveau les caniços, du nom des roseaux, pieux de bois et torchis employés dans l’élaboration des modestes habitations, destinées aux autochtones.

22L’ancienne ville de ciment est aujourd’hui assimilée à l’aire urbaine de Maputo. Les caniços périphériques sont quant à eux qualifiés d’aire suburbaine (Mendes De Araujo, 1999). Le legs est en effet profond. Dans la première, on retrouve l’essentiel des commerces officiels, la totalité des administrations et des services financiers — en plus du quartier présidentiel —, les résidences coloniales et les grands immeubles. A l’échelle de la ville, la part de l’habitat précaire y est moindre. Selon l’INE, elle occupe 12,3% du parc immobilier dans le district urbain n° 1 (qui correspond approximativement à cette aire définie autour du site originel de Maputo). Au sein de la seconde, les baraques entassées s’étendent à perte de vue le long de pistes creusées d’ornières, bordées d’échoppes brinquebalantes et ponctuées de marchés bondés. Une part plus importante d’habitants y réside dans des conditions précaires : selon l’INE, les caniços occupent ici plus de 30% du bâti. Notons tout de même que les maisons en dur ont peu à peu remplacé les cases de roseaux, bien qu’elles restent étroites, au béton nu avec un niveau de services publics faible. À la différence du régime colonial britannique, qui a mis en œuvre une politique urbaine ségrégative dirigiste entre ses communautés, la tolérance coloniale portugaise doit par conséquent être clairement soulignée.

Figure 2 : Photographie aérienne de Maputo ; cliché : auteur

L’ex-ville de ciment coloniale apparaît en position littorale à l’arrière plan (délimitée par les tirets). C’est le centre administratif et commercial de Maputo et une importante zone d’habitat. Circonscrite, elle exprime une verticalité qu’ignore l’ex-ville de roseaux située au premier plan. Cette dernière se caractérise par l’étalement et de fortes densités avant tout liées à l’habitat précaire. L’aéroport de Maputo apparaît au centre.

23Cette lecture pour le moins hâtive de l’ensemble urbain de Maputo gagne cependant à s’étoffer sous l’impulsion de quelques facteurs (figure 3) : effectivement, le clivage spatial colonial doit être reconsidéré à la lumière des vicissitudes de l’ère socialiste, mais aussi du contexte contemporain qui élargit sensiblement le spectre des richesses.

24La ville de ciment a ainsi enduré un long déclin pendant l’ère Frelimo. La nationalisation du parc immobilier a débouché sur son ouverture, via des loyers symboliques, à des populations rurales et peu solvables. N’étant plus guère entretenue, une large partie du centre a connu un dépérissement durant les années 70 et 80, aggravé par les effets de la guerre.

25Plus récemment, l’arrivée de populations expatriées (des différents ONG, programmes de coopération et investissements étrangers) a induit un aménagement et un embellissement de l’espace littoral septentrional, en partie hors de la ville de béton originelle. Des logements de standing et des complexes en copropriété ont ici vu le jour sur le plus beau site de la ville.

26Enfin notons qu’existe aussi actuellement une légère mise en valeur de quelques secteurs périphériques de Maputo (Laulane, Hulene dans le DU n° 4). Une timide classe moyenne maputéenne s’y implante. Elle est souvent propriétaire des logements du centre (depuis la loi de la libéralisation immobilière de 1991), qu’elle loue aux primo-arrivants.

Figure 3 : L’organisation spatiale de Maputo (2005)

Une criminalité épousant le clivage ville de ciment/caniço ?

  • 15  Là encore, l’obtention des statistiques ne fut pas chose aisée. Les chiffres par districts – avec (...)

27À la confrontation de l’organisation socio-résidentielle de Maputo avec nos données sur la distribution et la nature de la criminalité15, plusieurs remarques peuvent être dégagées (figure 4). Le cœur de la criminalité dans la capitale semble se situer dans les secteurs où les possibilités de profits sont les meilleures, soit au sein de l’ex-ville en dur (DU n°1). Ce sont les espaces cibles. Les activités criminelles portent prioritairement sur les vols de voitures (une activité organisée localement en réseau, les trafics s’étendant jusqu’au Malawi et en Zambie), suivis des infractions dans les commerces et les résidences et de la petite délinquance. 46% des crimes de Maputo (4.979) ont eu lieu dans cette zone centrale en 2002 (INE), en particulier dans les quartiers de Malhangalene et de Bairro Central. De l’avis des habitants, les rues de Malhangane restent les plus touchées (Rua de Resistencia, de Coimbra, Setubal…). Par-delà l’augmentation générale des délits et l’usage de plus en plus fréquent d’armes à feu (à hauteur de 25,4% des vols en 2002), apparaît aussi un phénomène de « bandes » (quadrilhas), composées de 3 à 5 personnes environ. Occupant principalement le terrain du centre et de ses environs, 196 de ces groupes ont pu être neutralisés en 2002. 44 d’entre eux étaient spécialisés dans les attaques à main armée (Brito, 2002).

  • 16  La sécurité publique est toujours du domaine national au Mozambique. Il existe bien une police mun (...)

28Le chef de cabinet des relations publiques de la Policia da Republica de Moçambique (PRM) à Maputo16 insiste sur une criminalité qui a atteint ces dernières années un degré d’organisation élevé dans le centre de la capitale. Plusieurs syndicats du crime existent aujourd’hui dans les domaines du vol de véhicules et du trafic de drogues. C’est là une des conséquences de l’ouverture et de la transition en cours du pays. Si les armes à feu prolifèrent en ville à cause de la guerre civile, il rajoute que les travailleurs émigrés en Afrique du Sud en font aussi entrer illicitement, tandis que des policiers mêmes pratiquent parfois la location de leur arme (une pratique qui serait néanmoins en recul). La criminalité à Maputo ne doit pourtant pas être vue hors du contexte géographique et politique local ; comparée à une ville comme Johannesburg, les agressions violentes et les vols de voitures ne sont pas ici aussi fréquents. De meilleurs moyens logistiques (notamment informatiques) sont jugés nécessaires pour s’adapter à ce nouveau contexte et épauler les 3.574 policiers que compte la ville. Le problème du sous-effectif du personnel est aussi cité, surtout qu’il a récemment été fait état de la question préoccupante du sida qui décime les employés (entre 500 et 600 policiers décèdent par an - AIM, 2005). De nouveaux membres issus des forces de l’armée sont aujourd’hui entraînés et pourront bientôt être mobilisés.

Figure 4 : Distribution de la criminalité à Maputo par district

29Les espaces cibles semblent donc faire corps avec l’ex-ville en dur où le degré de richesse et le niveau d’équipement sont aussi supérieurs.En périphérie urbaine, si l’on s’en tient aux statistiques officielles, le DU n°3 rend compte des chiffres les plus faibles (814 crimes recensés en 2002), alors que le DU n° 2 se place avant dernière avec 1.599 délits. Ce sont les districts parmi les plus densément peuplés et pauvres de la capitale. Ces secteurs ne renferment guère de richesses. Par contre les criminels en sont pour beaucoup issus et commettent nombre de leurs forfaits ailleurs. Ce sont par conséquent des espaces refuges. Il existe bien une population aisée résidant en bordure de mer dans des logements récents, mais sa capacité de prévention contre l’insécurité apparaît élevée (nous en préciserons la teneur dans le point suivant). Cependant, ne convient-il pas de relativiser la faible intensité criminelle de ces espaces ? Nombre de délits commis dans les secteurs de caniço ne sont tout simplement pas déclarés, en particulier lorsqu’il s’agit de la violence domestique. Cette dernière est généralement dénoncée par la Liga Moçambicana dos Direitos Humanos (LMDH, 2003) ou les ONG telles qu’Amnesty International (2005). Pauvreté, promiscuité et déstructuration familiale forment ici le terreau de ce problème. 

30La distribution statistique qui épouse la ligne de fracture coloniale doit donc être affinée. Les chiffres signalent que les cibles officielles de la criminalité en ville s’établissent prioritairement dans le centre et au sein des quartiers en dur limitrophes (tout du moins sont-elles, de près ou de loin, liées au DU n°1). La réalité est plus complexe. Pour l’opinion civile (au regard des coupures de presse et du pouls de la population), les quartiers les plus « dangereux » de Maputo seraient situés en arrière du centre, à Chamanculo, Polana Caniço, Xipamine ou encore Mafalala. Le centre-ville est cité mais ce sont certains de ses secteurs (la baixa ou bien le secteur de Colombia) qui sont surtout pointés du doigt. Les particularités locales sont des facteurs plus importants, à relier à certains pans d’activités bien précis.

31Par exemple, un type de marché qui s’amplifie de nos jours dans la capitale est celui de la circulation et la vente de drogues et de substances illicites. Ces dernières sont issues des régions nord (soruma, le cannabis local) ainsi que de l’étranger, impliquant réseaux locaux, passeurs nigérians et « mules » brésiliennes (hachisch, héroïne, cocaïne ou mandrax). Outre le rôle de plate-forme de transbordement (depuis l’Amérique du Sud et la filière pakistanaise) et celui d’aire de transit que le Mozambique occupe actuellement dans le commerce régional et de plus en plus mondial (vers l’Afrique du Sud, l’Europe et l’Asie - AEGD, 2002), une commercialisation des produits existe en ville. Elle s’effectue depuis les quartiers périurbains (Xipamine, Chamanculo, Mafala et Malhazine) et péri-centraux (la poudrière de Colombia, pied-à-terre des anciens soldats démobilisés, non loin du quartier aisé de Coop). Une jeunesse consommatrice, vivant dans le dénuement et à la recherche d’argent facile, accompagne la progression de la mendicité et de la délinquance en ville. La présence de groupes d’enfants des rues y est attestée, pas seulement dans la baixa. L’existence de quadrilhas y est aussi avérée : des 196 groupes démantelés en 2002, 64 étaient spécialisés dans la consommation et la vente de drogue, 58 dans le vol à la tire (Brito, 2002).

32Les zones de concentration humaine sont par ailleurs présentées comme étant à risque. Ce sont elles qui sont généralement à l’affût des ninjas (la dénomination sur place des petits criminels). C’est le cas des nœuds de transports publics (arrêt de bus et quai de chemin de fer) qui sont des terrains d’opération de choix. Un autre type d’activité assez récent à Maputo accroît à cet effet considérablement les risques d’agressions dus à l’effet de masse. Faible sous la période socialiste d’économie planifiée, le commerce informel a émergé à la fin des années 80. Il a crû largement durant les années 90 dans un climat de chômage et de faiblesse du pouvoir d’achat face à l’inflation. Le plus souvent, il s’est greffé sur les pourtours mêmes des anciens marchés formels. Une criminalité insidieuse lui est aujourd’hui directement ou indirectement associée. À titre d’exemple, les marchés de Xiquelene, Estrela, Xipamine ou Malanga baignent dans une confusion extrême. Ils offrent l’anonymat et concentrent les richesses, accusant en conséquence une recrudescence des vols et des agressions. C’est principalement la gent féminine qui en fait les frais. À Estrela, existe même un véritable marché noir de recyclage des produits de l’important trafic transfrontalier (et des diverses marchandises volées en d’autres endroits de la municipalité).

33Il résulte de ce climat d’insécurité une émergence des mesures sécuritaires alternatives   à Maputo. Le marché de la sécurité privée progresse depuis les années 90. À l’image des métropoles d’Afrique du Sud, les systèmes d’alarmes se diffusent aujourd’hui dans la capitale (à Polana Cimento, Sommershield, Triumfo ou Costa do Sol) ; en de nombreux endroits le long des trottoirs, la surveillance des bâtiments par des gardiens en uniforme est une autre vision ordinaire. Ce sont là des réponses ostensibles de la société civile à l’encontre du problème criminel, même si elles ne sont pas les seules.

Discours et réactions face à la criminalité : vers une territorialisation des réponses ?

34Quelles sont les réponses à l’insécurité à Maputo ? Le dénigrement de la police et des pouvoirs publics s’accompagne de la mise en place d’une protection sécuritaire privée (figure 3 infra). Elle est variée tant dans ses formes que dans sa distribution dans l’espace. On peut à ce titre parler de répercussions spatiales de la lutte contre la criminalité. Il est possible d’en proposer une esquisse typologique en se demandant si, par leurs origines mais aussi et plus simplement par les coûts qu’elles induisent, elles ne coïncident pas avec la distribution des groupes sociaux et partant, trahissent une certaine territorialisation des réactions.

Des sociétés de gardiennage qui remplacent les veilleurs de nuit

  • 17  Les sommes, vu leur ampleur, sont payées en dollars américains, creusant un fossé social encore pl (...)

35Dans la partie est de l’ex-ville de ciment tout particulièrement, les gardiens sont très présents sur les bas-côtés souvent dégradés des artères. Ils surveillent indifféremment maisons, établissements économiques (commerces, restaurants, hôtels ou banques) et institutions publiques. Quelques-uns sont armés et dépendent des nouvelles compagnies privées de sécurité ; d’autres ne disposent pas d’armes à feu et travaillent à leur compte (même si on ne peut exclure ici une présence d’armes en relation avec leur circulation illicite en ville). La présence des gardiens est relevée tantôt durant la journée, tantôt 24h sur 24. Les individus appartenant à des compagnies de gardiennage portent un uniforme. Ils remplacent progressivement les veilleurs de nuit traditionnels, moins chers, mais qui souffrent d’une perception de moindre efficacité. Certains résidents affirment en effet que les gardes nocturnes classiques n’interviennent guère en cas de gros ennuis, quand ils ne sont pas eux-mêmesimpliqués dans d’éventuels cambriolages… Ils n’ont donc au mieux qu’un effet dissuasif. Les gardes formés seraient eux plus sûrs, ils font de plus partie du « package » offert par les compagnies privées de sécurité (qui comporte outre la surveillance résidentielle, le panic button et l’intervention armée). Enfin, en cas de vol, ces compagnies indemnisent les particuliers par le biais de contrat d’assurance (en cas bien sûr de faute avérée de leur part). Evidemment, elles sont aussi beaucoup plus chères : entre 500 et 800 USD17 par mois (alors que le salaire local minimum est de l’ordre de 50 dollars par mois au Mozambique).

36Les compagnies privées de sécurité n’intéressent dés lors qu’une petite élite pour ce qui est de l’intégralité de leurs prestations. Mais leur force est précisément de moduler leurs offres, du moins pour les classes solvables (des populations favorisées à certaines couches populaires). En somme, une certaine différenciation s’observe dans l’acquisition des mesures sécuritaires privées. Elle opère sur un mode socio-économique. Les particuliers aisés (Mozambicains comme personnels diplomatiques et cadres expatriés) et les entreprises s’octroient la protection la plus efficace. Les tarifs diffèrent alors selon le nombre de gardes réquisitionnés et le fait que ces derniers soient armés ou non (le prix en est majoré de 50 USD). Les citadins qui ne peuvent pas se le permettre financièrement se rabattent sur la disposition d’une alarme (environ 50-60 USD par mois), reliée au siège de la compagnie de surveillance et qui a beaucoup de succès actuellement ; d’autres optent encore pour le gardien traditionnel (payé entre 30 et 60 USD, soit 1 million de Mts) et/ou la disposition de grilles.

  • 18  La plupart d’entre elles proposent à titre de prestations la protection résidentielle, l’installat (...)

37La souscription aux compagnies de sécurité se reconnaît à leurs enseignes dissuasives présentes sur les façades des bâtiments (figure 5). L’électrification du bâti est parfois observée, bien que les hauts murs relevés de barbelés et les caméras en circuit fermé ne semblent pas encore répandus à Maputo. Le nombre de ces compagnies privées augmente depuis le début des années 90, profitant d’un effet de niche économique. Les études de A. Gomez sur le sujet (2003) révèlent que, de trois en 1994 elles sont passées à 24 en 2003. L’annuaire professionnel 2004/05 en dénombrait 28. On reste certes en deçà d’une ville comme Durban en Afrique du Sud, où 134 entreprises privées de sécurité étaient recensées par le Braby’s en 2000/01 (pour aussi trois millions d’habitants). Leurs services sont variés18. Certaines de ces compagnies sont en partie sud-africaines, d’autres mozambicaines mais le savoir-faire vient probablement du pays voisin (tel est le cas de Wackenhut qui opère, pour une partie de l’Afrique de l’est, depuis Pretoria/Tshwane). Toutefois, dans une logique de mondialisation, elles appartiennent de plus en plus à des consortiums étrangers et on s’oriente, selon l’ambassade de France à Maputo (entretien avec l’attaché culturel en place en 2004), vers leur concentration en quelques groupes à capitaux occidentaux.

38La priorité pour ces compagnies est d’assurer la sécurité des espaces sensibles où se rassemblent les nouveaux éléments de la richesse (clientèle étrangère des ONG et des organisations internationales, hommes d’affaire et hauts fonctionnaires mozambicains mais aussi banques et institutions financières). Selon les professionnels de la sécurité privée rencontrés, la corruption des élus et les approximations des données officielles sur la sécurité restent problématiques en ville. La criminalité serait en fait plus importante qu’on ne le dit (beaucoup d’affaires se « monnayent » avant terme). Aussi, ils estiment offrir la protection optimale à ceux qui les sollicitent car ils agissent à grande échelle, sur des sites délimités. Ce discours est toutefois à relativiser au regard de la critique récente, émanant du Ministère de l’Intérieur même, de l’efficacité réelle des gardes privés qui ne parviennent pas à empêcher les cambriolages violents touchant notamment les banques de Maputo (AIM, 2007). Certaines mauvaises pratiques managériales (renvois injustifiés des employés, faibles salaires) ne sont également plus un secret, notamment à Securicor (Cape Argus, 2007). Quoi qu’il en soit, chez les usagers, l’effet de mode joue à plein (surtout auprès des expatriés). On peut donc parler de polarisation sociale (Gleeson, 2003). Le marché de la sécurité privée émane ainsi, au-delà de la seule influence sud-africaine, d’une certaine internationalisation de la protection sécuritaire.

Figure 5 : Résidences protégées par le secteur privé dans la zone centrale (DU n°1);clichés : auteur

Les enseignes des compagnies de sécurité sont bien mises en évidence afin de prévenir les éventuels contrevenants de la présence d’alarme et de l’intervention rapide (résidence du quartier de Polana Cim. A sur la photographie supérieure). À proximité de l’espace côtier, au sein des quartiers résidentiels (résidence de Sommershield sur la photographie du bas), les villas se distinguent par leur apparence luxueuse. Les gardes sont postés sur les trottoirs.

Un phénomène récent d’enclosure résidentiel sur le littoral nord

39Depuis peu, Maputo enregistre également un phénomène d’auto-enfermement résidentiel sur sa périphérie nord le long du littoral (quartier de Sommershield, bord de mer de Polana Caniço et de la Costa do Sol). En ces lieux, des complexes résidentiels clôturés et ponctués d’une entrée surveillée ont émergé (figure 6). Une telle emprise sur les espaces publics balnéaires fréquentés pas des populations moins aisées donne à voir dans le bâti toute l’ampleur des distinctions sociales. Ce sont les condominios (logements en copropriété) qui rassemblent en leur sein dessemblables maisons individuelles. Pour y pénétrer, il faut obtenir l’autorisation des résidents. Ces derniers se partagent les équipements internes, et les services publics sont gérés en commun. La protection sécuritaire privée y est également commune, même si les niveaux de fermeture et de surveillance de ces complexes restent hétérogènes ; à quelques exceptions près, ils n’atteignent pas les standards des gated communities américaines, brésiliennes ou encore sud-africaines, milieux les plus étudiés (Madoré, 2004). On est loin de la ville fortifiée  (Davis, 1992), qu’a notamment mise en exergue C. Bénit à Johannesburg (2000). A ce titre, le symposium « Territory, control and enclosure : the ecology of urban fragmentation », tenu à Pretoria en février-mars 2005, a enrichi le débat    sur la grande complexité du sens de la fermeture des communautés fermées en fonction du contexte urbain et social. Il importe de préciser que les condominios de Maputo étaient initialement destinés à procurer des logements viables et de qualité aux populations étrangères salariées émigrées. Le critère sécuritaire n’était donc pas au départ prioritaire. Matérialisé aujourd’hui par la fermeture et la protection privée presque systématique, il devient néanmoins un élément fort de leur définition. Les condominios renvoient de la sorte à certaine uniformisation architecturale, la encore par l’importation d’un modèle urbain international.

  • 19  Toutefois, il est souvent payé directement par l’employeur (dans le cas d’entreprise comme Mozal q (...)

40Les populations -— en partie allochtonesétrangères- — vivant dans les condominios sont le plus souvent locataires et s’acquittent d’un loyer très onéreux (de 1. 000 à 4. 000 USD par mois19). Quel est leur regard sur la criminalité à Maputo ? Le sentiment sur l’insécurité occupe une place pour le moins ambiguë chez les ressortissants étrangers rencontrés. Tous admettent que le niveau de violence de Maputo n’atteint pas celui d’autres grandes villes du globe, dans lesquelles ils ont parfois séjourné en qualité de coopérants (Johannesburg, Rio de Janeiro…). Maputo, affirment-ils, n’est pas une ville dangereuse en soi, peu de tensions permanentes est sont ressenties au quotidien. Cependant, un double sentiment général prévaut : en premier lieu, ce sont à certaines périodes spécifiques (décembre-janvier) et dans certains quartiers centraux de la capitale qu’ils fréquentent -— tels que la baixa- — que le niveau d’insécurité s’accroît fortement, toutefois— comme dans d’autres capitales du monde ; en second lieu, cette criminalité est ressentie comme étant en augmentation, dans un univers qu’ils appréhendent mal, et dés lors il est normal de s’en prémunir. Face à cette rhétorique du « malaise » — davantage que de la peur —, l’efficacité des services de Police est une fois encore vouée aux gémonies.

41Le lien entre les compagnies privées de sécurité et les condominios est historiquement étroit à Maputo (au delà du fait que les premières se greffent sur les seconds). Les compagnies de sécurité existaient depuis les années 80 mais elles étaient en faible nombre et assuraient      la sécurité de quelques sociétés appartenant  à l’EÉtat. Ce sont les entreprises privées apparues ces dernières années et l’émergence des condominios qui les ont fait se multiplier. Plus récemment, ces compagnies de sécurité ont commencé à diversifier leur clientèle, en s’attaquant cette fois au réservoir immobilier de la zone centrale. On peut ici évoquer l’expression de M-A de Montclos (1997), selon laquelle on assiste à une réaction « en hérisson » de la capitale Maputo, même s’il est vrai que ce n’est pas la ville mais bien ses habitants — qu’ils soient temporaires ou présents sur la durée — qui réagissent.  

Figure 6 : Condominios sur la Costa do Sol ; clichés : auteur

Les hauts murs des condominios (condominio Mozal sur la photographie supérieure) marquent une coupure avec l’espace public. Parfois électrifiés, ils isolent l’habitat individuel standardisé intérieur. Une entrée contrôlée (à droite) en marque l’issue. Certains condominios (Sommershield II sur la photographie inférieure) bordent des espaces précaires et offrent un contraste de richesse saisissant. À l’inverse des gated communities californiennes (Le Goix, 2005), un voisinage homogène servant de tampon avec le reste de la ville est ici absent.

Autodéfense et nouvelle police communautaire en périphérie

42Les réponses alternatives de lutte contre le crime ne sont pasinexistantes dans les caniços et les aires péri-centrales de la capitale. Il faut d’abord rappeler que le citadin lambda de Maputo et plus largement mozambicain place la question sécuritaire à un niveau important de ses préoccupations, quoique pas toujours premier rang. Les problèmes d’emploi, de pouvoir d’achat, de santé, de logements et de raccordement aux services publics sont les premiers cités (Afrobarometer, 2003). Au plan criminel, sont soulignés les faibles salaires et le chômage qui contribuent aux activités informelles et à la petite corruption. Le commerce   de drogue, les vols et les agressions (de plus en plus avec arme à feu) sont dénoncés. Sont aussi fréquemment avancés, on l’a vu, l’incompétence et le laisser-aller des services de police, ainsi que les intimidations — voire la brutalité — dont ils sont coutumiers (un aspect également dénoncé par la Ligue des Droits de l’Homme). Si un certain fatalisme règne, est-ce à dire que les populations les plus pauvres ne font que subir la criminalité ?

  • 20  On a pu le mesurer à travers les récents assassinats de A. Siba-Siba Macuàcua (le président par in (...)

43Il a parfois été fait état de la faible culture d’opposition de la société civile mozambicaine, il est vrai privée des droits élémentaires sous la période coloniale, coulée dans le moule étatiste socialiste et éreintée par 16 années de guerre civile. Nul doute que cet avis doive être reconsidéré. D’une part, l’opinion publique est aujourd’hui très au fait des déviances des hautes sphères de l’Etat20. D’autre part, la réalité est que sur le terrain, à l’intérieur des espaces cerclant la ville coloniale et où les moyens financiers restent plus faibles, des formes de justice populaire sont rapportées épisodiquement. Ces dernières découlent des atermoiements des services de police à l’intérieur de secteurs denses, démunis et difficiles d’accès. Des études détaillées manquent mais les enquêtes d’opinions rappellent que pour 16 % des familles de Maputo ne rapportant pas leurs crimes aux stations de police, la raison principale tient au fait qu’elles résolvent le litige par elles-mêmes (IAAF). P. José et C. Quembo (2005) ont soutenu que des opérations d’autodéfense parfois violentes existaient dans les périphéries urbaines, la forme la plus extrême ayant été « l’operaçao BP » (supplice du collier ou necklacing) au début des années 90. Récemment, on a encore entendu parler d’opérations ciblées de lynchage à Zimpeto (AIM, 2006). Pour enrayer ces dérives, les pouvoirs publics ont depuis peu mis en place une police communautaire (Conselhos de Policiamento Comunitário, au nombre de 1.656 conseils dans le pays). Ce sont des organes dont l’existence n’est pas régie par la loi, mais qui ont été institués par les pouvoirs publics en 2002 dans le but d’épauler la police. Leurs membres sont issus de la société civile, sur la base du volontariat, et ils suivent une formation limitée. Ils ne sont pas payés, sauf à hauteur de ce que veut bien leur offrir la population. Avec le concours des habitants, ils identifient les problèmes, n’interviennent pas théoriquement maisse doivent d’informer les services de police. Cette police communautaire ne reste toutefois pas exempte d’écarts de conduite (brutalité dénoncée par les habitants mêmes — y compris par voie de presse —, détention illégale d’armes à feu…). Dans tous les cas, on assiste à une implication communautaire dans la politique sécuritaire de Maputo. En s’appuyant sur la hiérarchie de L. Johnston (2002), celle-ci renvoie tantôt une forme autonome de citoyenneté (auto-défense occasionnelle), tantôt à une forme plutôt responsable — avec ses limites — de citoyenneté (nouvelle police communautaire).

Conclusion

44Bien que la criminalité progresse aujourd’hui à Maputo, elle ne peut être comprise si l’on ne tient pas compte de l’arrière-plan historique national. Les contrecoups des bifurcations historiques (guerre civile, politique d’austérité du FMI, ouverture et arrivée récente des investisseurs et des subsides internationaux) permettent une meilleure lecture des ressorts de la délinquance et de la criminalité organisée dans la capitale. Le contexte socio-économique de cette insécurité est celui d’inégalités de richesse se creusant, dans une société en profonde recomposition, avec de nombreuses familles qui restent déstructurées par les aléas passés. L’opinion publique comme la presse s’accordent sur ces points. Certains discours tempèrent toutefois l’intensité de la criminalité à Maputo en la confrontant systématiquement à celle des métropoles sud-africaines. Il est vrai que le visiteur ressentira sur place une tension moindre qu’au sein des agglomérations anarchiques du Nigeria ou des villes ségréguées d’Afrique du Sud. Mais ces dernières ne font-elles pas office de points de comparaison aisés et quelque peu biaisés ?

45Sur le terrain, en s’en tenant aux chiffres officiels, l’intensité des délits varie entre les espaces démunis des caniços et l’ex-ville de béton — ainsi que le littoral nord — où résident surtout les classes moyennes et supérieures. Vols de voitures et cambriolages augmentent à ce niveau en valeur absolue. Mais espaces cibles et espaces refuges doivent être nuancés : on peut citer l’exemple des secteurs plus pauvres au sein desquels la violence domestique et plus généralement les délits ne sont pas systématiquement reportés. À plus grande échelle, on ne peut pas non plus occulter les spécificités locales : les zones de concentration humaine (nœud du transport, marché informel) restent les plus touchées. Quant aux habitants des condominios sécurisés ne vivent-ils pas prioritairement une criminalité ressentie plutôt qu’effective ?

46En marge de la sécurité publique, les moyens dont usent les citadins pour lutter contre ce phénomène existent et sont variés : de l’autodéfense souvent spontanée dans les espaces de caniços, ils prennent la forme de dispositifs sophistiqués privés dans les condominios et certaines résidences du centre. Une territorialisation des réactions à l’insécurité existe. Les répercussions spatiales de la lutte contre la criminalité ne sont pas simplement variées, elles traduisent surtout une réalité socio-économique contrastée. Elles font écho à des pratiques aussi bien héritées que plus récentes et importées, renvoyant aux canons sécuritaires mondiaux. Assurément, ces mesures de protection alternative représentent une érosion du monopole étatique de la sécurité (Shearing, Stemming, 1983). Elles trouvent néanmoins leur place aux côtés des forces publiques de sécurité. Au final, celles-ci ne disposent que d’une faible marge de manœuvre. Elles en sont réduites à s’adapter au nouveau contexte, enjoignant un pays — symbolisé par une capitale vitrine — stable, sécurisé et accueillant.

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Anuario Estatistico, Cidade de Maputo 2002, INE, 77 p.

Benit, C., 2000, “Johannesburg : déségrégation raciale, ségrégation sociale ? La banalisation des mobilités résidentielles dans la ville d’apartheid”, in F. Dureau, V. Dupont, E. Lelièvre et alii (dir.), Métropoles en mouvement, Paris, Anthropos, 269-280.

“Bid to bar Securicor from 2010 contracts”, 2007, Cape Argus.

Blakely, E.J., Snyder, M.J., 1997, Fortress America, Gated Communities in the United States. Washington D.C./Cambridge, Mass. : Brookings Institution Press/Lincoln Institute of Land Policy.

Bozeman, A.B., (ed.), 1976, Conflict in Africa. Concepts and Realities. Princeton University Press, 429 p.

Brito L. de, 2002, Os Condenados de Maputo, PNUD : Maputo, 116 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Chamboredon, J-C., Lemaire, M., 1970, “Proximité spatiale et distance sociale. Les grands ensembles et leur peuplement”, Revue Française de Sociologie, XI-1, 3-33.
DOI : 10.2307/3320131

Courade, G., 2006, “Introduction”, Courade G. (dir.), L’Afrique des idées reçues, Editions Belin, 13-46.

Criminalité et développement en Afrique, 2005, United Nations Office on Drugs and Crime(UNODC), 180 p.

Compte-rendu du colloque international “Territory, Control and Enclosure: the Ecology of Urban Fragmentation”, CSIR, Pretoria, Feb. 28-March 3, 2005, par Angot, M., Benit, C., Didier, S., Morange, M., Peyroux, E.

Davis, M., 1992, “Fortress Los Angeles. The militarization of urban space”, in Sorkin M. ed., Variations of a Theme Park: the New American City and the End of Public Space, New York: Hill & Wang, 154-180.

“Deputy Minister probes security companies”, 2007, Agência de Informaçao de Moçambique, AIM Reports, n° 334.

Estatisticas de Crime e Justiça, Moçambique, 1998-1999, 2002, INE, 57 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Folio, F., Les condominios à Maputo : enjeux sociétaux et spatiaux autour de l’implantation des ensembles résidentiels sécurisés dans la capitale mozambicaine, Les annales de géographie, à paraître.   
DOI : 10.3917/ag.655.0247

FRELIMO, 1976, Combate a criminalidade Popular contra a criminalidade: apliquemos criadoramente as palavras da ordem da Frelimo; Departamento de Informação da Frelimo.

“French cop murdered in Maputo”, 2007, Sapa.

Gamba, V., Chachiua, M., 1999, Small Arms Proliferation in Southern Africa : an Overview, ISS Monograph 38, Pretoria : Institute for Security Studies.

Gastrow, P., Mosse, M., 2002, “Mozambique: Treats posed by the penetration of criminal networks”, Institute for Security Studies (ISS), ISS Regional Seminar, Organised crime, corruption and governance in the SADC Region, Pretoria, 18 and 19 April 2002, 17 p.

Gleeson, B., 2003, “What’s Driving Suburban Australia? Fear in the Tank, Hope to the Horizon”, Griffith Review: Dreams of Land, ABC Books, 57-71.

Gomez, A., 2003, Les ensembles résidentiels sécurisés de Maputo, Mozambique, DESS urbanisme et gestion des villes, Université Paris XII, IFAS, 119 p.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Hanlon, J., 2004, “Do donors promote corruption ?: the case of Mozambique”, Third World Quarterly, Vol. 25, n° 4, 747-763.
DOI : 10.1080/01436590410001678960

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Harrison, G., 1999, “Corruption as ‘boundary politics’: the state, democratisation, and Mozambique’s unstable liberalisation”, Third World Quarterly, Vol. 20, n° 3, 537-550.
DOI : 10.1080/01436599913677

Human Development Report, 2001, UNDP, Oxford University Press.

“Hundreds of policemen dying from AIDS”, 2005, Agência de Informaçao de Moçambique,AIM Reports, n° 310.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Iliffe, J., 1987, The African Poor, a History, Cambridge University Press.
DOI : 10.1017/CBO9780511584121

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Johnston, L., 2002, “Crime, Fear and Civil Policing”, Urban Studies 38, 5-6, 959-976.
DOI : 10.1080/00420980123185

Lachartre, B., 2000, Enjeux urbains au Mozambique, De Lourenço Marques à Maputo, Paris, éditions Karthala, 317 p.

Le Goix, R., 2005, “La dimension territoriale de la séparation sociale dans les « gated communities » en Californie du Sud, L’information géographique, n° 4, 33-49.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Madoré, F., 2004, “Fragmentation urbaine et développement de l’auto-enfermement résidentiel dans le monde”, L’Information géographique n° 2, 127-138.
DOI : 10.3406/ingeo.2004.2940

Mendes De Araujo, M. G, 1999, “Citade de Maputo, Espaços contrastantes : do urbano ao rural”, in Finisterra, XXXIV, 67-68, Lisboa, 175-190.

Mondlane, C., Chicamisse, L., 2005, Estrategias da Policia e das Seguranças privadas no combate a violência e criminalidade na cidade de Maputo : estudo de cas dos condominios do Bairro Costa do Sol, Maputo, Universidade Mondlane, 25 p.

Montclos (de), M-A., 1997, Violences et sécurité urbaines en Afrique du Sud et au Nigeria, Un essai de privatisation, Tome 1, L’Harmattan, 303 p.

Mozambique, 2006, BAF/OCDE, 16 p.

Mozambique Annual Report Draft 1, 2005, Amnesty International in http://www.amnesty.asso.fr/

Mozambique: Focus on Corruption and Donor Aid, 2002, IRIN.

 “Mozambique, Trafic et Transit, 2002, Lettre internationale des Drogues, Bulletin de l’Association d’Etudes Géopolitiques des Drogues, AEGD, n°4 ; 4 p.

Pereira, J., Raimundo, I., Chikwanha, A., Saute, A., & Mattes, R., 2003, “Eight years of Multiparty Democracy in Mozambique: The public’s view”, Afrobarometer Paper n°30, 30 p.

Pérouse de Montclos, M-A,. 2006, “Les guerres d’aujourd’hui sont plus nombreuses, plus meurtrières, plus prédatrices et plus barbares!”, in Courade G. (dir.), L’Afrique des idées reçues, Editions Belin, 151-157.

“President Chissano hands over to Guebuza”, 2005, Agência de Informaçao de Moçambique, AIM Reports, n° 292.

Quembo, C., Lopes, P., 2005, Dinâmicas da Urbanizaçao na Costa do Sol, Maputo-Moçambique e os seus problemas, Maputo, Universidade Mondlane, 38 p.

Relatorio sobre direitos humanos em Moçambique, 2000-2002, 2003, Liga Moçambicana dos Direitos Humanos (LMDH) 113 p.

Roché, S., 1998, Sociologie politique de l’insécurité, violences urbaines, inégalités et globalisation, Presses Universitaires de France, 283 p.

Serra, C., 2003, Em cima de uma lâmina, Um estudo sobre precaridade social em três cidades de Moçambique, Maputo, Impressa Universitaria, 94 p.

Shearing C., Stenning P., 1983, “Private Security : Implications for Social Control”, in Social Problems, Vol. 30, n° 5, 493-506.

Sousa Morais, J., 2001, Maputo, Patrimonio da Estrutura e Forma Urbana, Topologia do Lugar, Lisboa, éditions Livros Horizonte, 247 p.

Trani, J-F., 2006, “Les fonctionnaires ne remplissent pas leur mission de service public”, in Courade G. (dir.), L’Afrique des idées reçues, Editions Belin, 244-250.

Vitimizaçao em Moçambique 2002/3, Relatorio Final, 2003, INE, IAF, 31 p.

“Zimpeto Residents Refuse to End Lynchings”, 2006, Agência de Informaçao de Moçambique, AIM,      23 octobre, allafrica.com.

Haut de page

Annexe

Principaux entretiens

Personnalité académique/diplomatique

- M. Jacques Szalay, 12. 04. 2004, Adido Cultural, Serviço de Cooperaçao e de Acçao Cultural, Embaixada de França em Moçambique.

- Sr. Aristide Baloi, 05. 05. 2005, Departamento da Geografia, História Universidade Eduardo Mondlane.

- M. Jeremy Grest, 01. 05. 2004, Department of Science Politics, University of KwaZulu-Natal, Durban,       South Africa.

Municipalité de Maputo

- Sr. Aderito Chambe, 05. 06. 2005, Técnico de Planificação urbana do Município de Maputo.

Acteur privé/public de la sécurité

- Sr. Abilio Quive, 05. 24. 2005, Chefe do Gabinete de Relaçoes Publicas no Comando da Policia de Maputo.

- Sr. Chinhama, comandante da 13a esquadra do bairro da Costa do Sol.

- Sr. Carlos Dionisio, 05. 19. 2005, Director do Delta Segurança.

- Gardiens (Security Guards), 05. 01. 2005 : Condominio PMA, USAid, Parque Sabié, I Hi Muke Kawa, 4 Estaçoes (Mozal).

Administrateur de Condominio

- Sr. Antonio, 08. 17. 2005, responsable du Condominio Sommershield II.

- M. Alex Smith, 05. 01. 2005/ 05. 05. 2005, responsable du Condominio 4 Estaçoes.

Haut de page

Notes

1  Le rapport insiste sur une criminalité qui n’est que rarement un phénomène isolé : « C'est l'un de toute une série de cofacteurs liés au sous-développement, tous présents en Afrique ». Il cite à cet égard la corrélation entre la criminalité et les inégalités de revenus, l’urbanisation effrénée du continent, la proportion forte de jeunes au chômage et enfin les carences des ressources allouées aux systèmes de justice pénale.

2  Le Mozambique traîne un passé tumultueux, marqué par la colonisation lusophone, l’ère marxiste-léniniste après 1975, le conflit civil dans les années 1980 et enfin l’ouverture sous l’égide des grands acteurs mondiaux (FMI et Banque Mondiale) au tournant de la décennie 90. La république populaire reste l’un des Etats africains les plus pauvres au monde (le rapport du PNUD sur le développement humain le positionne en 2002 en 171ème position sur 177 pays classés). Pourtant la stabilité récente, illustrée par le multipartisme et les premières élections démocratiques de 1994, mais aussi son intérêt géostratégique (position de façade maritime pour de nombreux pays d’Afrique australe dont le géant sud-africain) en ont fait un nouveau champion de l’aide internationale. Celle-ci finance 50% du budget de l’Etat en 2006 (BAF/OCDE, 2006).

3  Au point que le nouveau président, A. Guebuza, a fait de la lutte contre l’insécurité l’une des priorités de son mandat (en plus de l’éradication de la pauvreté et des velléités de bonne gouvernance - AIM, 2005).

4  Nos données sont avant tout qualitatives, appuyées par un travail de terrain. Elles complètent les bases statistiques qui, lorsqu’elles traitent de thèmes aussi sensibles que la criminalité, restent malheureusement incomplètes et souvent non dénuées de biais. L’essentiel des informations provient des divers entretiens tenus sur place entre mai et septembre 2005. Ces derniers ont été menés conjointement avec Carlota Marlen, Luisa Chicamisse et Carlos Quembo du département d’histoire de l’Université Eduardo Mondlane à Maputo. On renvoie le lecteur à la liste de ces principaux entretiens placée à la suite de la bibliographie.

5  Si ces déséquilibres démographiques se sont aggravés tout au long des années 80, B. Lachartre (2000) a toutefois démontré qu’ils trouvent leur origine dans les conséquences de la politique coloniale. Du fait du jeu de pouvoir entre les nombreux impérialismes régionaux, celles-ci se sont traduites par la polarisation côtière et le décrochement de la capitale au sud en 1898, en lieu et place de Ilha de Moçambique au nord. Il convenait à ce moment de la connecter à la zone du Rand sud-africain et d’en faire un débouché stratégique.

6  Avec tous les biais que la lecture de ce genre d’enquêtes comportent : l’on sait que les reports des délits restent faibles au Mozambique pour diverses raisons (difficulté d’accès, manque de confiance en la police…). Des différences notables existent aussi au niveau de la déclaration selon la nature des délits : les vols de véhicules sont souvent déclarés(en vue d’une réclamation auprès de l’assurance), ce qui n’est pas le cas de la violence domestique, des délits sexuels ou des mauvais traitements infligés aux enfants. A tout ceci s’ajoutent un suivi et une instruction pas toujours systématiques : des dossiers peuvent « disparaître » sous l’effet de dessous de table.

7  Depuis 1919, le pouvoir colonial s’assurait que quiconque pénétrait en ville devait posséder une pièce d’identité (bilhete de identidade) renseignant sur son emploi et son lieu d’activité (ce qui n’était pas sans rappeler le « pass » sud-africain). La durée de transit en ville était fixée à trois jours, sous condition de résidence dans des baraquements réservés à cet effet.

8  Depuis 1896 et les contrats passés avec la Witswatersrand Native labour Association, le travail migrant consacrait aux mines sud-africaines des quotas de travailleurs africains. L’accord de 1928 entre le Portugal et l’Afrique du Sud confirme cette tendance. Il concède au port de Lourenço Marques 47,5% du trafic maritime des zones minières du Rand. En échange, il ouvre au recrutement de mineurs la totalité de l’espace méridional du Mozambique (au sud de la rivière Save).

9  Une véritable politique anti-pauvre est lancée en 1983, connue sous le nom de opération-production. Au terme d’une campagne de ratissage en ville, trafiquants divers, chômeurs, mendiants mais aussi travailleurs informels et femmes seules avec enfants sont envoyés dans des camps à finalité rurale situés au nord du pays (Niassa). Il ne s’agit ni plus ni moins que d’une politique d“’assainissement” de la capitale (Frelimo, 1976).

10  Le contexte historique en est le suivant : l’assouplissement de la ligne socialiste mène à l’adhésion du Mozambique au FMI en 1984. Elle est suivie des premières mesures du plan d’ajustement structurel (PAS) en 1987. À la suite de la signature de l’Accord Général de Paix à Rome en 1992, une ère néo-libérale s’ouvre.

11  V. Gamba et M. Chachiua (1999) ont fait remarquer que les estimations nationales du nombre d’armes importées pendant le conflit varient entre un demi-million et six millions.

12  Le Mozambique se place ainsi entre la Tanzanie et l’Ouganda, devançant l’Egypte, Madagascar ou l’Ethiopie.

13  Précisons toutefois qu’à l’instar du président, qui a fait de la fermeté sécuritaire et de la transparence son cheval de bataille (ce que réclamaient en fait les habitants), le nouveau maire de Maputo, E. Comiche, s’inscrit lui aussi comme un intransigeant. Dans la rue, pourtant, un faible optimisme est perceptible à l’heure actuelle.

14  Les résultats du recensement de 1997 ont uniquement porté sur les cinq districts de la ville, qui n’intègrent pas moins de 53 quartiers (bairros). Qui plus est, les indicateurs présentés ont été assez peu nombreux. Aussi devenait-il nécessaire de compléter les grilles de départ par des enquêtes de terrain, étalées sur une période de deux ans, qui renseignent sur des indicateurs perçus (à l’inscription toutefois notable sur l’espace). Au nombre de ceux-ci, on peut citer les densités humaines et du bâti, le type de logement majoritaire relevé ou encore le niveau d’équipements et d’infrastructures. Les rapports spécialisés de quelques auteurs, les renseignements pris auprès des services municipaux et enfin les avis des interlocuteurs locaux achèvent de compléter nos sources.

15  Là encore, l’obtention des statistiques ne fut pas chose aisée. Les chiffres par districts – avec toutes leurs imperfections – existent et nous informent des premières tendances. Grâce aux sources qualitatives (entretiens avec les professionnels comme avec les résidents) et à la consultation des archives du journal Noticias (sur une période d’un an), nous avons pu affiner nos observations.

16  La sécurité publique est toujours du domaine national au Mozambique. Il existe bien une police municipale à Maputo, mais elle s’attelle avant tout aux aspectstarifaires et derégulation du commerce de rue et des taxis-minibus ou chapa cem (légalité, normes environnementales…).

17  Les sommes, vu leur ampleur, sont payées en dollars américains, creusant un fossé social encore plus grand avec les plus démunis.

18  La plupart d’entre elles proposent à titre de prestations la protection résidentielle, l’installation électrique (avec la présence d’alarme) et le transport de valeur (Delta, Maxi Segurança, Wackenhut de Moçambique…). Alfa Segurança ajoute à ses services le transport de fonds bancaires. Certaines compagnies restent plutôt spécialisées dans la protection industrielle, commerciale ou financière (Bassopa Segurança). D’autres enfin proposent la protection rapprochée (Serenu - Protecçao e segurança).

19  Toutefois, il est souvent payé directement par l’employeur (dans le cas d’entreprise comme Mozal qui détient ses propres condominios) ou encore par l’ambassade pour les personnels diplomatiques.

20  On a pu le mesurer à travers les récents assassinats de A. Siba-Siba Macuàcua (le président par intérim d’Austral Bank), du policier français Bernard Chamarier (Sapa, 2007) et surtout du journaliste Carlos Cardoso. Tous deux enquêtaient à leur niveau sur de vastes malversations financières se déroulant dans la capitale. Leur mésaventure a révélé la mise sous silence de voix protestataires tentant de mettre sur la place publique, sinon l’incurie, tout du moins les manœuvres de corruption d’une certaine classe au pouvoir. Elle égratigne au passage cette image d’Epinal de bonne gouvernance du pays auprès de l’opinion étrangère. C. Cardoso, du journal par fax Metical, enquêtait notamment sur la disparition de 14 millions dedollars au sein de la Banco Comercial de Moçambique (après sa privatisation), lorsqu’il fut criblé de balles au sortir de son bureau le 22 novembre 2000. Le procès, âpre et médiatique, a débouché sur la condamnation des commanditaires (dont les frères Satar, à l’origine du détournement de fonds). Le meurtrier, Anibalzinho, s’est a lui par deux fois  pu s’échappéer de sa cellule avant d’être rattrapé, d’abord en Afrique du Sud en 2002, puis au Canada en 2004. Pendant longtemps, un suspect très gênant a échappé au jugement, en la personne du fils du président alors en exercice J. Chissano. En mai 2006, le procureur de la république a pour la première fois inculpé Nyimpine Chissano du meurtre de C. Cardoso. Cette affaire, portée sur les fonts baptismaux par la femme de Cardoso, de nationalité norvégienne (un des donateurs du Mozambique), a ouvert une brèche dans le regard critique que portent les Mozambicains sur leurs élus.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Fabrice Folio, « La criminalité à Maputo, Mozambique : origine, distribution et répercussions spatiales », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Espace, Société, Territoire, document 380, mis en ligne le 02 juillet 2007, consulté le 27 mai 2016. URL : http://cybergeo.revues.org/7492 ; DOI : 10.4000/cybergeo.7492

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page