Navigation – Plan du site
2005

Gravari-Barbas M. (dir.), 2005, Habiter le patrimoine. Enjeux, approches, vécu, Rennes, P.U.R., 618 p.

Marianne Blidon

Texte intégral

1Quel avenir pour le patrimoine ?

2Que font les hommes des bâtiments hérités du passé ? Alternative à la muséification, l’intégration et la réaffectation peuvent-elles permettre au patrimoine de perdurer ? La sauvegarde du patrimoine dépend-elle de la capacité de chaque société à habiter ces lieux et à concilier tradition et modernité ? Comment se joue l’interaction entre le lieu patrimonial et ses habitants, entre « habiter et être habité » ? C’est entre autres à ces questions que l’ouvrage collectif Habiter le patrimoine : enjeux, approches, vécu, issu de la 3 e Université d’été du Val de Loire Patrimoine Mondial (octobre 2003), tente de répondre. Coordonné par Maria Gravari-Barbas (professeur de géographie à l’Université d’Angers), il regroupe 37 interventions divisées en 4 grandes thématiques.

3La première thématique s’intitule sens, vécu, approches d’habiter. Elle cherche à comprendre ce que signifie « habiter le patrimoine » pour les résidents. La question des temporalités fait le lien entre les différentes communications de ce chapitre de façon plus ou moins explicite. Ainsi Luc Bossuet (Habiter le patrimoine au quotidien, selon quelles conceptions et pour quels usages ?) souligne qu’habiter le patrimoine suppose « un mode de vie qui se nourrit d’une relation privilégiée avec le passé » (p. 27) ce qui n’empêche pas une grande diversité des logiques d’usage qui peuvent éventuellement se compléter ou entrer en conflit. En s’appuyant sur l’étude des pratiques et des représentations, les auteurs montrent le poids des contraintes liées à un cadre de vie peu commun qui induit un rapport de possession-dépossession des lieux et une gestion complexe de la mémoire. Nathalie Ortar (Restaurer sa maison à l’ombre d’un patrimoine) rappelle qu’habiter à proximité d’un monument historique implique de respecter un certain nombre de règles imposées par l’architecte des bâtiments de France. Or « concilier respect historique et contingences d’une vie quotidienne ne s’accommode que difficilement » (p. 46).

4La seconde thématique aborde les stratégies d’acteurs et les enjeux politiques et sociaux à travers l’analyse des discours. Cela permet de rappeler que le patrimoine n’est pas seulement un cadre mais une structure sociale. La patrimonialisation s’accompagne parfois de l’éviction des populations en place par l’effet d’une gentrification résidentielle ou commerciale. D’où des conflits entre les différents acteurs (habitants, experts, élus, associations), les politiques sociales s’opposant parfois aux politiques patrimoniales. Ainsi Florence Paulhiac (Espace public/espace patrimonial : le rôle des citoyens dans la gestion du patrimoine local) décrit les incohérences entre représentations, pratiques et gestion du Vieux Montréal. De même, Vincent Veschambre (Effacement et réappropriation de l’habitat populaire dans les centres anciens patrimonialisés) met en évidence les hiatus de la mémoire urbaine et l’effacement de la mémoire des populations qui vivaient dans les quartiers historiques d’Angers et du Mans.

5La troisième thématique pose la question du rapport à l’altérité à travers l’étude des relations entre populations résidentes et populations de passage. C’est l’occasion de rappeler que des étrangers sont souvent à l’origine du processus de patrimonialisation. C’est le cas au Maroc avec la restauration des riads, analysée par Anne-Claire Kurzac (Ces riads qui vendent du rêve. Patrimonialisation et ségrégation en médina). Néanmoins cette implication ne va pas sans contradictions comme le démontrent Vasso Trova et Antonia Noussia (Paysages de migration : l’immigration, menace ou contribution à la conservation du patrimoine culturel ?).

6La dernière thématique s’intéresse à un type particulier de patrimoine, les lieuxde production et de travail. Les espaces de production sont difficiles à réinvestir tant matériellement que symboliquement. Pour devenir patrimoine, ils doivent changer de fonction. D’où l’idée de François Duchêne (Les anciennes cités ouvrières, entre patrimonialisation et normalisation) que les cités ouvrières qui abritent toujours des familles populaires n’ont pas été patrimonialisées. A l’inverse de sites industriels qui réactivent « le mythe du Phoenix qui renaît de ses cendres » (Virginie Gannac-Barnabe, « Les Phoenix de l’industrie », p. 561).

7Les questions posées offrent des réponses qui font appel à la fois au matériel et à l’idéel, à l’habiter au sens propre d’y vivre et au sens métaphorique d’investir un lieu par l’imaginaire. Ce dépassement de la seule fonction résidentielle induit une grande diversité d’analyses. De même, s’il est bien question de patrimoine, les premières variations naissent de l’interprétation même du terme que peu d’auteurs s’emploient à définir. Ce terme fut-il précisé par son inscription spatiale se révèle en fait polysémique. Maria Gravari-Barbas, en introduction, relève que « la notion de patrimoine a tendance à couvrir des espaces de plus en plus vastes, relevant à la fois du monumental et du quotidien, de l’exceptionnel et de l’ordinaire » (p. 11). Cette notion n’est pas pour autant universelle même si elle tend à se diffuser. Bruno Fayolle Lussac note que « la notion occidentale de patrimoine, importée dès le début du XX e siècle, s’est imposée à un univers culturel chinois qui se l’est réappropriée, à partir d’une conception traditionnelle qui n’intégrait pas l’architecture » (p. 390). Cependant les variations interprétatives ne s’expliquent pas seulement par l’appartenance des auteurs à des disciplines différentes, elles révèlent des points de vue différents selon le statut conféré à l’objet. D’où un dialogue fructueux qui permet de repenser et d’enrichir cette notion de patrimoine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Blidon, « Gravari-Barbas M. (dir.), 2005, Habiter le patrimoine. Enjeux, approches, vécu, Rennes, P.U.R., 618 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 23 novembre 2005, consulté le 28 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/750

Haut de page

Auteur

Marianne Blidon

blidon@parisgeo.cnrs.frDoctorante CNRS-UMR 8504Géographie-cités

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page