Navigation – Plan du site
2005

Garat I., Pottier P., Guineberte Th., Jousseaume V., Madore F., 2005, Nantes, De la belle endormie au nouvel Eden de l'Ouest, Paris, Anthropos-Economica, collection Villes, 162 p.

Camille Vielhescaze

Texte intégral

1Dans la lignée des autres villes françaises présentées dans la collection Villes (1), l’ouvrage nous propose ici un portrait de Nantes, grande ville française et aujourd’hui métropole régionale incontestable du Grand Ouest. Il n’en fut pas toujours de même et c’est bien l’idée d’une transformation que le titre du livre nous invite à saisir. Nantes connaît en effet depuis 30 ans de profondes mutations tant sur les plans économiques, sociaux, culturels que politiques qui poussent aujourd’hui à s’interroger sur cette métropole en devenir. Analyse d’un changement de statut, du passage « de la belle endormie au nouvel Eden de l’ouest », l’ouvrage semble ainsi proposer la confrontation d’une image et d’une réputation amplement véhiculées par les médias (la ville « où il fait bon vivre ») à la réalité métropolitaine actuelle. Parler de « l’ouest », c’est également poser la question de l’identité nantaise, indissociable du contexte régional singulier dans lequel la ville s’inscrit : quelle place Nantes tient-elle et doit-elle tenir dans cet espace, mais également dans quelle(s) mesure(s) peut-elle se constituer en métropole à l’échelon national et européen ?

2Dans cette optique, lesauteurs s’intéressent successivement au site et à la situation de Nantes, à la construction de son territoire métropolitain et intercommunal (partie 1), aux richesses et donc aux activités et aux emplois métropolitains (partie 2), à la population et sa distribution spatiale (partie 3), à l’organisation socio-spatiale de la ville-centre (partie 4) ; enfin à l’image et la culture nantaises (partie 5). Les thématiques abordées portent ainsi un éclairage relativement complet sur les dynamiques de métropolisation à l’œuvre depuis quelques années.

3L’année 1987, s’il faut un marqueur temporel, constitue à cet égard un tournant dans l’histoire de la ville : c’est en effet cette année-là que les chantiers Dubigeon ferment dans un contexte de crise, clôturant ainsi un long et lourd passé industrialo-portuaire. Nantes cherche aujourd’hui à s’affirmer comme « un pôle tertiaire novateur »(2), principalement dans les domaines des transports et de la culture. Mais si cette rupture est réelle, l’abandon de ce qui a fait sa grandeur passée est loin d’être total : en effet, la mémoire des lieux est aujourd’hui valorisée comme en témoignent certains projets de l’ Ile de Nantes (3) : « le site est donc devenu un symbole de l’histoire industrielle et maritime nantaise, de l’aventure industrielle du XIXème et du XXème, mais aussi de l’histoire ouvrière »(4). La ville développe en outre un véritable partenariat avec son avant-port St Nazaire(5), la vocation portuaire restant « un élément majeur de compréhension de cette entité géographique »(6), à l’image de l’importance du rôle joué par le port autonome de Nantes-St Nazaire (PANSN). Cette vocation maritime est certainement moindre qu’autrefois, mais la Loire est néanmoins aujourd’hui revalorisée dans les politiques d’aménagement par les aménités paysagères qu’elle procure, reconsidérée politiquement comme singularité première et trait d’union d’une métropole bicéphale dont l’unité doit se réaliser dans un territoire avant tout estuarien. Il est certain que la stratégie politique de communication nantaise passe par ces deux éléments que sont le prétendu poids européen de l’alliance entre les deux villes et l’affirmation du caractère fluvial de la métropole, « ville verte et bleue ». Mais en réalité, « « la métropole de l’estuaire » se cherche (encore) un territoire »(7). On regrettera d’ailleurs que ces points majeurs ne trouvent pas la place qui devrait leur être accordée dans l’ouvrage (8), quand bien même la thématique fluviale nous est présentée dans le chapitre 1 comme étant « l’un des enjeux actuels et futurs de Nantes »(9). Les auteurs en soulignent pourtant l’importance: « Porte océane, l’ensemble Nantes / St Nazaire doit son originalité à son site estuarien qui a fait de la Loire un élément incontournable de sa géographie »(10). Si l’avenir de Nantes comme métropole européenne interroge la construction d’un territoire fonctionnel l’associant notamment à St Nazaire(11), il semble pertinent de dépasser une vision réduite à l’échelle de Nantes pour l’élargir à celle non seulement de l’aire métropolitaine mais aussi de la Basse-Loire.

4La construction et l’affirmation de l’intercommunalité nantaise tendent d’ailleurs à privilégier cette échelle plus petite; visiblement, « l’appellation de supracommunalité semble de plus en plus adaptée à la réalité du fonctionnement de l’agglomération »(12). Les auteurs évoquent à juste titre un processus de recomposition territoriale dont l’une des dernières étapes fut la création de la CUN -Communauté Urbaine de Nantes, le 1er janvier 2001. Les 24 communes de Nantes Métropole se répartissent selon un plan radioconcentrique de part et d’autre du fleuve, organisation politique révélatrice de ces mêmes problématiques, dont celle notoire des disparités nord/sud de la Loire (franchissements, distribution des activités, …). Cette montée en puissance de l’intercommunalité (dont l’intérêt n’est pas tant dans le processus politique d’association, que dans la construction originale qui se pose en rupture avec les antagonismes socio-politiques passés) tout comme la construction d’un territoire composite estuarien posent en outre la question d’une identité collective dans « un département sans appartenance régionale nette »(13). Si « la position de frontière entre trois territoires provinciaux est constitutive de la « porte nantaise » »(14), comment définir culturellement cette dernière et les territoires fonctionnels qui lui sont associés ? Les auteurs citent ici la proposition intéressante d’Alain Chauvet de bâtir une « ville-région » à la manière des villes-länder comme Brême ou Hambourg.

5Si l’on peut admettre que Nantes se rapproche d’un modèle métropolitain, ce sont ses singularités qu’il apparaît opportun de mettre en avant, en ce qu’elles expliquent pour partie cette évolution et qu’elles participent d’une caractérisation de la métropole de l’ouest, et in fine de son identité. Comme le note J. Scheibling, « les écarts aux modèles sont autant, sinon plus, significatifs de l’espace social que ne l’est la conformité aux modèles »(15). Plus concrètement, s’il y a bien depuis une quinzaine d’années croissances démographiques, économiques,… remarquables ; s’il y a bien étalement urbainet autres signes révélateurs comme les infrastructures de transport ou le périurbain ; s’il y a bien les problèmes inhérents aux phénomènes de métropolisation comme la montée du chômage ou la question des déplacements… : en quoi Nantes se distingue-t-elle finalement des autres villes françaises et européennes ? Trop souvent dans le livre, on a l’impression que l’analyse faite de Nantes, ses indicateurs statistiques et ses dynamiques métropolitaines, sert en premier lieu à revendiquer l’appartenance à un modèle métropolitain français ; que l’évolution historique de la ville est finalement peu ou prou la même que celle d’autres villes comme Toulouse ou Bordeaux ; que, comme il est dit dans l’ouvrage, « l’exemple nantais témoigne ainsi des logiques spatiales à l’œuvre (…) en France »(16). Certes, il est important de justifier cette affiliation à un modèle commun : le « processus classique de diffusion spatiale de la tâche d’urbanisation (…) qui donne à la ville une véritable couronne de banlieue »(17) ; une « véritable redistribution territoriale » des activités et des emplois, avec « des processus de diffusion plus que de véritable étalement »(18) qui conduisent audouble mouvement de polarisation (centralités) / dispersion (desserrement urbain, périphérisation) ; une autonomisation progressive des périphéries « qui ne seraient  plus complémentaires, mais en concurrence avec la ville centre »(19) ; la division socio-spatiale de l’espace urbain… Mais au-delà, l’attention aurait peut-être pu davantage être portée sur une approche globalisante des particularismes nantais ; comme le soulignent d’ailleurs en conclusion les auteurs, « Nantes a incontestablement connu une mutation profonde, car ce sont certains de ses traits les plus marqués qui ont été remodelés »(20). Aussi quels sont-ils ? D’une manière générale, la transition urbaine et fonctionnelle que connaît Nantes est celle, nous l’avons déjà dit, d’une ville industrialo-portuaire reconvertie en pôle tertiaire, avec des secteurs d’excellence comme l’agro-alimentaire, les postes/télécom, les services aux entreprises, les banques et assurances,… La position de fond d’estuaire est remarquable (seules deux autres villes en France ont cette situation : Bordeaux et Rouen), qui inscrit Nantes dans un territoire composite original, et invite ainsi à une analyse multi-scalaire des territoires vécus et politiques permettant de saisir les différents enjeux du devenir métropolitain nantais. Il y a création de nouvelles territorialités qui interrogent en outre l’identité nantaise.Les stratégies de communication actuelles révèlent d’ailleurs cette quête d’identité, elles qui font de l’environnement, de la culture et des transports la carte de visite nantaise.  Mais revendiquer le statut et l’image de « ville verte et bleue », c’est d’autant plus assumer des problématiques environnementales comme la préservation des espaces naturels, et donc d’habitat (densification de l’existant) et de transports (gestion des déplacements) pour une métropole qui suit pourtant « un modèle très consommateur d’espace » (21), aux faibles densités. L’autre question territoriale est celle de l’organisation métropolitaine : l’ouvrage parle d’un polycentrisme maillé avec un réseau de pôles secondaires et des « campagnes vivantes » ; mais d’un point de vue fonctionnel, n’assiste-t-on pas au contraire à l’affirmation d’une hégémonie nantaise (22) ? Enfin à l’échelle de la commune de Nantes, le centre, en pleine mutation (les nombreux grands projets en cours témoignent de l’opportunité rare pour une ville de ce rang de pouvoir encore aménager pleinement son centre), cristallise toujours les clivages sociaux (et politiques) traditionnels que l’on retrouve également à une échelle plus large ; les auteurs évoquent également le poids de l’enseignement catholique, le problème d’une université en mal de reconnaissance, la municipalisation de la culture…Et puis est soulevée la question certainement à creuser de la représentation de la ville par ceux qui la vivent, de la disjonction entre le territoire des habitants et celui des décideurs.

6 Si la problématique du devenir métropolitain est louable et légitime pour le statut de « métropole atlantique » que Nantes revendique, on peut cependant s’interroger sur le caractère affirmatif d’un titre sans interrogation, et sur le choix du plan adopté pour y répondre. Plan géographique traditionnel qui a certes le mérite de dresser un portrait assez complet de la ville dans ses différentes composantes; mais plan peut-être trop académique qui d’une part ne met pas d’emblée l’accent sur les spécificités locales ; et dont par ailleurs les différentes parties ne semblent pas être cohérentes, une cohérence pourtant nécessaire pour être susceptible de conduire une réflexion apte à faire du simple portrait une véritable « autopsie » de la métropole. Et finalement, quid du rayonnement effectif de la métropole nantaise (exportations, tourisme, interactions supra-régionales, comparaisons européennes (23)… ne sont pas abordés) ? Pour comparaison, le livre sur Toulouse (24) pose en introduction la question : « quelle métropole ? » ; le deuxième chapitre s’interroge : « métropole régionale ou positionnement international ? ». Puis les chapitres suivants insistent justement sur les différentes singularités premières de Toulouse : le chapitre 3 s’intitule « Ville, Université et Recherche » et comme l’écrit G. Jalabert : « consacrer un chapitre dessus peut paraître excessif » mais « le lien université-recherche-industrie demeure l’élément majeur de fonctionnement de la technopole » (25) ; le chapitre 4, « L’espace productif », « aurait pu s’intituler « Avions, Satellites et le reste »» (26) … On ressort finalement de l’ouvrage un peu comme on y est entré : Nantes, potentielle métropole nationale d’envergure européenne ou capitale régionale à l’assise territoriale contestée ? La question reste posée…« L’état des lieux » qui est fait, s’il est satisfaisant dans la mesure où les synthèses récentes sur les grandes villes françaises sont rares, pourra sembler insuffisant au regard des questions que suscite l’évolution de Nantes (27).

Haut de page

Notes

(1) Voir notamment :   Bonneville Marc, Lyon – Métropole régionale ou euro-cité ? ,  Jalabert Guy, Toulouse – Métropole incomplète ? , Donzel André, Marseille – L’expérience de la cité , Kleinschmager Richard, Strasbourg – Une ambition européenne, Gresillon Michel, Orléans. Anthropos

(2) cf. introduction p.5

(3) Projets tels que le parc de la mémoire ou la nef Dubigeon - futur lieu d’expositions -

(4) cf. p.129-130

(5) « les rapprochements entre municipalités nantaise et nazairienne se confortent tout au long de la décennie 1990 », p.29

(6) cf. p.28

(7) cf. p.28

(8) Seul le paragraphe 2.4. lui est consacré, et de manière factuelle uniquement, p.28-30

(9) cf. p.15

(10) cf. p.162

(11) Ce que les politiques semblent d’ailleurs soutenir, comme le montre le périmètre du SCoT en cours d’élaboration (ainsi que PANSN, SDAAM, OREAM, ACEL, DTA…)

(12) cf. p.27

(13) cf. p.38

(14) cf. p.41, Nantes se trouve en effet au carrefour des influences armoricaines, poitevines et ligériennes

(15) SCHEIBLING J., Qu’est-ce que la géographie ?, Carré Géo, Hachette, p 94, 180 p., 2002

(16) cf. p.85, le contexte de cette phrase étant les migrations résidentielles

(17) cf. p.90-91

(18) cf. p.69

(19) cf. p.77 ; on notera d’ailleurs qu’une référence à Alain Reynaud aurait pu ici être faite : REYNAUD A., « Centre et périphérie », A. Bailly, R. Ferras et D. Pumain (dir.), Encyclopédie de la géographie, Paris, Economica, 2ème éd., 1995, p.583-599

(20) cf. p.159

(21) cf. p.19

(22) N’y aurait-il pas court-circuitage des échelons intermédiaires ? Ne s’éloignerait-on pas du modèle de Christaller ?

(23) On peut se référer à la synthèse faite par Patricia Cicille et Céline Rozenblat : Les villes européennes. Etude comparative, La Documentation française, 2003, 94 pages

(24) JALABERT G., Toulouse – métropole incomplète

(25) cf. p.43

(26) cf. p 65

(27) La bibliographie pourra d’ailleurs sembler lacunaire sur certaines des thématiques abordées (transports principalement, grands projets –et notamment Chemetoff pour l’Ile de Nantes-…)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Camille Vielhescaze, « Garat I., Pottier P., Guineberte Th., Jousseaume V., Madore F., 2005, Nantes, De la belle endormie au nouvel Eden de l'Ouest, Paris, Anthropos-Economica, collection Villes, 162 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 22 novembre 2005, consulté le 29 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/751

Haut de page

Auteur

Camille Vielhescaze

vielhescaze@yahoo.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page