Navigation – Plan du site
2005

Berthelot J.-M.(dir), 2003, Figures du texte scientifique, Paris, PUF , 312 p.

Didier Mendibil

Texte intégral

1Jean-Michel Berthelot, professeur de philosophie des sciences et de sociologie à l’Université de Paris 5-Sorbonne, s’intéresse aux sciences humaines et sociales, notamment à la géographie dont il a été question dans un précédent ouvrage sur l’Epistémologie des sciences sociales publié en 2001 aux Presses Universitaires de France. Deux ans plus tard, il a demandé à Marie-Claire Robic sa contribution sur l’écriture de la géographie pour la publication, chez le même éditeur, des Figures du texte scientifique, un ouvrage collectif issu d’un séminaire consacré cette fois aux textes de nature scientifique.

2A ses yeux, il est important de reconnaître la double nature des textes scientifiques qui sont à la fois des textualités matériellement inscrites, dans « un contexte socioculturel de production et de réception », et des écritures d’énoncés cognitifs. Mais, il pense qu’à ce titre ils ont été soumis, ces derniers temps, à des analyses critiques très dispersées dont il serait souhaitable de clarifier les différents points de vue (réaliste, pragmatiste, sémiotique) car ils n’accordent pas le même statut au texte. Il s’interroge aussi sur la pertinence de l’idée d’unicité formelle des textes scientifiques : ses doutes seraient confirmés par les réponses issues, dans ce livre, de l’ethnologie, de la psychanalyse et des mathématiques anciennes, mais non par celles de la géographie, de la psychologie et de la sociologie alors que les sciences et techniques des activités physiques et sportive sont plutôt en position intermédiaire.

3Jean-Michel Berthelot ouvre le débat en proposant d’y mettre à l’épreuve une approche modélisante du texte scientifique qui le définirait comme « un intertexte référentiel à prétention probatoire systématique ». Il considère en particulier que, si la forme textuelle et le contenu cognitif sont inséparables dans le processus de validation d’un texte scientifique, ils sont ensuite dissociables dans l’évolution temporelle de l’énonciation et des reformulations des connaissances à la différence des textes littéraires, religieux ou philosophiques dont la forme textuelle demeure. Après avoir explicité avec précision tous les termes de la définition qu’il soumet à la réflexion, il conclut son propos en demandant à 9 spécialistes de disciplines aussi différentes que les mathématiques, la géographie, l’ethnologie, la psychanalyse la sociologie et les S.T.A.P.S., de montrer - à l’aide d’exemples précis - ce qui caractérise les textes scientifiques de leur discipline. L’enchaînement de ces études de cas alimente une sorte de débat indirect où le lecteur trouvera de quoi approfondir et nuancer la proposition de réflexion initiale.

4Karine Chemla, s’interrogeant sur le contenu de la notion de texte « classique » dans les mathématiques de la Chine ancienne, remarque qu’elle reposait essentiellement sur leur réputation d’exhaustivité mais constate, à propos des commentaires portant sur un de ces classiques – Les neuf chapitres sur les procédures mathématiques - qu’il s’agissait d’y retrouver, au lieu d’une énumération étendue de procédures, plutôt l’effective formulation de principes généraux suffisant à établir « tous les algorithmes formulables » mais elle hésite encore à « disciplinariser » une telle approche des classiques qui, parce qu’on la retrouve dans d’autres disciplines à la même époque, pourrait avoir été surtout liée à la spécificité contextuelle des pratiques de lecture d’une organisation sociale particulière.

5Pour Marie-Claire Robic, il n’y a pas l’ombre d’un doute, le Tableau géographique de la France, publié par Paul Vidal de la Blache en 1903, est l’exemple même de ce que désigne le modèle proposé par J.-M. Berthelot. Elle montre que ce texte a été reçu, dès sa publication, comme un chef d’œuvre original et exemplaire tant par ses qualités littéraires que scientifiques ; qu’il peut être considéré comme la matrice formelle et le modèle canonique d’une lignée textuelle de monographies régionales ; et elle reconnaît, dans ce mouvement intellectuel d’innovation, d’organisation consensuelle et d’institutionnalisation de la géographie universitaire du début du XXe siècle, la phase « normale », au sens kuhnien du terme, de la géographie classique en France. Pourtant elle montre l’extraordinaire souplesse de ce modèle implicite. Toutefois on constate que les héritiers directs, Demangeon, Brunhes et de Martonne, n’ont pas strictement prolongé une posture iconographique et textuelle originale par rapport aux prédécesseurs de Vidal, et qu'ils ont jugeaient d’emblée "inimitables". L’école française de géographie qui, par la suite, a orienté sa pratique du texte scientifique vers des formes épurées se voulant positivement plus réalistes, en a conservé durablement une plus grande inclination pour l’expérience directe du terrain que pour son abstraction.

6Francis Affergan considère que « tout texte ethnologique associe un double dispositif : de conviction et de persuasion, au travers de régimes rhétoriques qui mettent en scène un monde possible ». Il montre, à travers trois exemples (Malinowski, Leiris, Geertz) qui sont des étapes célèbres de la réflexion sur ce sujet, la difficile recherche d’une écriture descriptive qui ne serait pas suspectée de manipulation des objets et de surinterprétation des faits. Et, dans le partage de ce problème avec l’ensemble des sciences humaines, il se demande s’il faut croire à une chance pour l’ethnologie qui résiderait « dans son ancrage indéfectible dans des contextes réels, évitant ainsi une contamination purement narrative ? ». On pourrait y retrouver l’écho des justifications de la géographie vidalienne classique …

7Les analyses de Pierre-Henri Castel, sur la psychanalyse freudienne, et de Maïa Fansten, sur la psychanalyse lacanienne, portent plus précisément sur la notion de texte canonique. Le premier, à propos de la Tramdeutung, journal intime de Freud qui, à ce titre, ne peut donc pas être considéré comme un texte scientifique, insiste néanmoins sur le caractère fondateur et exemplaire des interprétations du psychisme et des méthodes d’analyse que l’on y trouve. Du côté lacanien, Maïa Fansten montre tous les problèmes théoriques et institutionnels qui ont été posés par la contestation de la transcription réputée officielle du séminaire oral de Lacan par son gendre Jacques-Alain Miller et conclut sur l’importance des rapports de force internes aux instances de validation disciplinaire… et le mot prend ici toutes ses significations.

8Le point de vue d’Olivier Martin est à la fois proche et radicalement différent puisqu’il analyse, en prenant dans l’histoire de la psychologie de l’intelligence l’exemple d’une polémique scientifique d’assez longue durée (la théorie de Spearman sur l’unicité du fonctionnement mental de l’homme), la place prise par les formulations mathématiques dans l’expression des arguments échangés entre psychologues. Il constate leur part croissante dans les textes scientifiques des psychologues et il insiste surtout sur le fait que ces formulations différentes du savoir ont nettement contribué à transformer la psychologie elle-même en modifiant ses questionnements et ses procédures de validation.

9De la même façon, Patricia Vannier, s’appuyant sur une évolution formelle des textes sociologiques qui, suivant le modèle américain, ont incorporé de plus en plus de mathématiques après la dernière guerre mondiale, montre les différents aspects d’une normalisation progressive (par les revues spécialisées, par la recherche) du mode d’exposition textuelle des savoirs sociologiques. Toutefois, elle montre aussi à partir de deux exemples précis que cette quantification, utilisée à des titres divers (comme outil probatoire du texte ou d’un point de vue méthodologique), a beaucoup servi à asseoir un consensus sur la scientificité longtemps contestée de la discipline.

10Enfin, la participation des sciences et techniques des activités physiques et sportives à ce débat a conduit Cécile Collinet à souligner la particularité des stratégies de légitimation de ce champ pluridisciplinaire récemment constitué dans l’université française. Elle montre que la production des textes scientifiques des STAPS s’est partagée entre l’influence d’une logique externe de justification scientifique, surtout recherchée du côté de la sociologie, et d’une logique interne de formation professionnelle plus sensible à la vulgarisation des savoirs qu’à leur validation et elle se demande s’il faut y voir un autre registre de la scientificité.

11C’est d’ailleurs sur cette question que Claude Rosental tente de mettre le débat en suspens par les remarques, relatives à l’usage de la démonstration scientifique et de ses excès, qu’il tire de l’analyse d’un débat scientifique qui s’est récemment porté pour ainsi dire sur la scène publique, via internet, pour valider un théorème de logique (le théorème d’Elkan sur la logique floue). Il montre que, là où l’on s’attendait à ne trouver que des démonstrations scientifiques rigoureuses et des formules abstraites, se sont aussi exprimés des argumentaires mêlant des considérations à la fois technologiques, économiques, psychologiques et culturelles qui ont été également intégrés par cette procédure d’évaluation publique.

12A l’exception du chapitre rédigé par Marie-Claire Robic, qui donne un éclairage synthétique et nuancé sur la posture scientifique de la géographie classique vidalienne et qui, d’ailleurs, répond directement aussi à la question liminaire posée par Jean-Michel Berthelot, tous les chapitres que l’on vient de résumer succinctement ne sont pas facilement accessibles dans les mêmes termes et pour les mêmes raisons aux géographes de formation. Toutefois, à ceux que l’épistémologie de la géographie intéresse, ces chapitre offrent tous, à des titres divers, globalement ou par quelques détails significatifs, l’occasion de trouver d’étranges similitudes dans les cheminements, parallèles ou non, des sciences humaines et sociales vers la scientificité.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Mendibil, « Berthelot J.-M.(dir), 2003, Figures du texte scientifique, Paris, PUF , 312 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 21 novembre 2005, consulté le 26 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/753

Haut de page

Auteur

Didier Mendibil

didier.mendibil@free.fr CNRS/UMR 8504 Géographie-cités, Equipe E.H.GO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page