Navigation – Plan du site
2005

Moulinier L., Sallmann L., Verna C. et Weill-Parot N.(dir.), La juste mesure. Quantifier, évaluer, mesurer, entre Orient et Occident (VIIIe-XVIIIe siècle), Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, Collection Temps et espaces, 2005, 205 pages.

Nicolas Verdier

Texte intégral

1Ce nouveau volume de la collection Temps et espaces rassemble une série de dix textes introduits solidement et dont les réflexions et la bibliographie orienteront tous ceux qui souhaitent se faire une idée de ce champs de la recherche. Les auteurs les plus érudits et savants y sont cités, et les livres les plus problématiques y sont à juste titre accrochés. L’ensemble des textes n’intéressera pas nécessairement tous les géographes, cela même si la plupart méritent une lecture attentive, tant il est vrai qu’ils offrent des aperçus sur les méthodologies toujours utiles. Quant aux savoirs sur l’espace, ils sont régulièrement et utilement traités par plusieurs textes. On y trouve ainsi quelques développements sur l’idée que la géométrie, comme son nom l’indique est d’abord la mesure de la terre (Texte de Jacques Lefort, et texte de Michel Virol qui cite Furetière). Les auteurs y distinguent toujours différents niveaux de savoir (savants et vernaculaires, comme dans le cas des mesures fiscales à Byzance, puissance coloniale et compétences locales, comme dans le cas des mesures effectuées lors de l’expédition d’Égypte (Patrice Bret) ou de la conquête du Mexique par les Espagnols (Serge Gruzinski)…). Ceux-ci, loin de s’exclure, cohabitent et s’enrichissent les uns les autres par de procédures d’emprunts réciproques. On imagine en effet mal les quelques membres de l’expédition d’Égypte cadastrer et cartographier seuls une grande partie de l’Égypte en si peu de temps et avec si peu de moyens. La mesure est donc objet d’hybridation des savoirs. Elle est une modalité de la réduction de l’incompréhension, tant face au monde qu’entre individus. Cela, les usages de la lieue carrée chez Vauban le montrent à l’envi, faisant de cette mesure l’étalon à construire pour en arriver à un bon gouvernement. La mesure permet ainsi de participer à une mutation profonde du rapport au monde qui transparaît dans les descriptions des tremblements de terres au XVIIIe siècle. La localisation et la durée gagnent en précision alors que les relations au monde religieux (essence de la catastrophe, mais aussi sa durée) s’éclipsent au profit d’une métrologie triomphante. La mesure est donc objet de distanciation des savoirs.

2Entre hybridation et distanciation, cet ouvrage place la mesure à l’articulation des représentations, ce qui ne peut qu’intéresser la communauté des géographes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Verdier, « Moulinier L., Sallmann L., Verna C. et Weill-Parot N.(dir.), La juste mesure. Quantifier, évaluer, mesurer, entre Orient et Occident (VIIIe-XVIIIe siècle), Saint-Denis, Presses Universitaires de Vincennes, Collection Temps et espaces, 2005, 205 pages. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 09 septembre 2005, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/760

Haut de page

Auteur

Nicolas Verdier

CNRS-UMR Géographie-cités
http://www.parisgeo.cnrs.fr/
nicolas.verdier@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page