Navigation – Plan du site
2005

Dubreuil V. (dir.), 2002, Environnement et télédétection au Brésil, Editions Presses Universitaires de Rennes

Marianne Cohen

Texte intégral

1Cet ouvrage vient conclure dix années de travaux menés en collaboration entre le laboratoire COSTEL et des universités brésiliennes, via deux accords CAPES-COFECUB successifs, avec le Sud du Brésil puis avec le Mato Grosso. Les recherches menées dans l’Etat du Mato-Grosso, avec la caractérisation de ses paysages et écosystèmes (première partie) et du front pionnier agricole (deuxième partie), constituent la part belle de l’ouvrage. La troisième partie, plus brève, donne quelques exemples des recherches réalisées en milieu urbain ou rural dans le sud du Brésil. Cette assymétrie trouve une explication dans la conclusion de Robert Bariou qui établit le bilan contrasté de ces deux accords franco-brésiliens.

2Les paysages et écosystèmes du Mato Grosso sont présentés dans deux articles généraux. Celui de Maitelli et al. brosse les grands traits de l’organisation spatiale des écosystèmes, de la population et des types d’occupation humaine, tout en replaçant le secteur test du moyen Teles Pires dans ce contexte régional, au contact entre la forêt amazonienne au nord et les cerrados (savanes) au sud. Bariou et al. rappellent les caractères de cette végétation des cerrados, très largement entamée par une colonisation agricole accélérée depuis une génération. Maitelli et al., dans un article plus exploratoire, montrent l’intérêt de l’utilisation des variations de températures minimales pour détecter les défrichements, températures également sous l’influence des invasions d’air polaire qui interfèrent avec le précédent facteur.

3Cette dynamique de déforestation affecte aussi la partie amazonienne, au nord de l’Etat, ce qui constitue un enjeu écologique majeur selon Dubreuil et al. Les surfaces concernées et la vitesse des évolutions conduisent à mobiliser les capteurs à haute résolution embarqués à bord des satellites météorologiques NOAA. Les pratiques de défrichement très radicales et l’utilisation des différents canaux, notamment l’infra-rouge thermique, permettent une bonne discrimination de ces évolutions. V. Dubreuil produit ainsi une image particulièrement frappante du Mato Grosso, puis à une échelle plus grande, distingue cinq modèles de déforestation. Il montre aussi l’intérêt de l’utilisation du canal 3 (entre 2,7 et 3,7 mm) pour identifier les surfaces incendiées, du fait de leurs températures de surface.

4Cette approche trouve un prolongement, conduit en partie par les mêmes auteurs, en seconde partie de l’ouvrage, dans la modélisation de la déforestation au Mato Grosso. Cette fois-ci la typologie des défrichements s’appuie, outre sur la persistance variable de la forêt, sur la structure foncière (opposition grande propriété/zones de colonisation publique). La modélisation teste le rôle attendu de la distance aux voies de communication et aux centres urbains, la validation s’appuyant sur l’utilisation des images satellitales, une méthode présentant un intérêt pour prévoir de futures évolutions.

5Cette seconde partie est introduite par une présentation par Bariou et al. des grandes étapes de la colonisation agricole de l’Etat du Mato Grosso, en lien avec une politique de développement et d’occupation territoriale volontariste. Le front pionnier recouvre en fait trois modèles de développement, en fonction du type de colonisation : publique, privée ou spontanée. Plusieurs exemples sont développés, s’appuyant sur des reconstitutions des étapes de la colonisation, illustrées par des images satellitales. Des critères géographiques, comme le développement d’une organisation régionale, sont mobilisés pour l’évaluation de la réussite de ces modèles. Le bilan reste toutefois mitigé ; à l’actif, une augmentation de la population et de la production agricole ; au passif la fragilité des réseaux, la faiblesse du développement de l’agro-industrie et surtout le respect insuffisant de l’environnement, laissant craindre dans le futur un Mato-Grosso dépourvu de cerrados et de forêts. Dans la même veine, Dos Passos remobilise les grandes étapes de la colonisation territoriale, déjà évoquées au fil de l’ouvrage ; elle insiste sur le processus d’urbanisation associé à la frontière agricole, qui absorbe les contradictions de cette colonisation accélérée. D’autres articles présentent des travaux plus sectoriels. Barrozo et al. retracent l’histoire de deux assentamentos (colonies agricoles mises en place par la réforme agraire) de la région et montrent la fragilité de l’installation à la terre des chômeurs venant des villes. Un dernier exemple de ce processus est développé par Hubert-Moy et al., qui analysent le cas du municipe de Sorriso, situé dans la zone du cerrado, sur le Plateau des Parecis. L’utilisation de diverses images satellitales montre l’ancienneté relative de la colonisation, mais aussi le statut particulier de « zone-refuge » accueillant les perdants de la colonisation amazonienne, expliquant le fort dynamisme de cette région centrale. On peut toutefois regretter que ces divers articles, malgré leur qualité et leur force d’évocation d’une réalité bien souvent difficile, ne situent guère le cas de cette région dans des ensembles plus vastes (front pionnier au Brésil ou ailleurs…).

6La troisième partie de l’ouvrage regroupe une série d’articles qui ont pour point commun l’utilisation de la télédétection spatiale, dans le cadre de travaux réalisés dans le sud du Brésil. Mendonça & Dubreuil font un point critique des travaux de climatologie urbaine, dans trois champs : thermo-hygrométrique, physico-chimique et hydrométéorique, dans la littérature internationale et au Brésil. Ils montrent l’intérêt des images satellitales et de l’infra-rouge thermique pour caractériser le climat urbain, un domaine encore peu développé au Brésil. De Castro Panizza et al. traitent de l’utilisation des images satellitales dans des zones à fort relief. Une combinatoire de traitements d’image (masque, transformation composition colorée Rouge-Vert-Bleu en paramètres Intensité-Tonalité-Saturation) permet d’améliorer la visualisation des paysages y compris sur les versants à l’ombre. Bien que les auteurs rappellent certains principes de la synthèse des couleurs, le non-spécialiste aura quelques difficultés à aborder cet article. Vizintim Fernandes Barros et al. mobilisent des images Landsat TM en vue d’une cartographie de l’espace urbain de Londrina, dans l’Etat du Parana, en utilisant classiquement l’indice de végétation et la composition colorée. La morphologie urbaine qui se dégage traduit la vitesse et l’aspect désordonné de l’urbanisation. Pour finir, de França et al. appliquent la télédétection à l’étude hydrologique du haut Rio Parana, qui permet, en combinant différentes dates, de déterminer le lit majeur du lit mineur. Cette meilleure connaissance des milieux représente un enjeu alors que de nombreuses menaces pèsent sur cet espace de grande valeur écologique.

7Au total, malgré quelques répétitions, cet ouvrage représente un grand intérêt, en documentant le front pionnier dans le centre-ouest du Brésil et en montrant l’intérêt de la télédétection pour mesurer les processus de transformation des espaces tropicaux, y compris dans leur dimension écologique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Cohen, « Dubreuil V. (dir.), 2002, Environnement et télédétection au Brésil, Editions Presses Universitaires de Rennes », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 20 avril 2005, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/762

Haut de page

Auteur

Marianne Cohen

umr Ladyss
Université Paris 7-Pôle Image

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page