Navigation – Plan du site
2005

Leitmotive, temps et contretemps de l’urbain. Les Lectures de villes de Marcel Roncayolo

François Walter

Texte intégral

1Parmi les stratégies discursives mises en œuvre par les observateurs pour expliquer l’urbain, la mobilisation des tropes du langage sert souvent aux effets explicatifs comme dans toute démarche analytique en sciences sociales. Outre les métaphores organiques tellement répandues qu’on les croirait constitutives de l’urbain, on a surtout sollicité les métaphores visuelles. Dans la collection de fragments accumulés durant son exil parisien après 1933, l’écrivain allemand Walter Benjamin parlait de « fantasmagorie » pour évoquer les rapports que les objets nouveaux de la civilisation urbaine entretiennent avec les réalités sociales de leur temps. Le terme désigne tous ces symboles de rêve que furent, au XIXe siècle, les passages, les panoramas, les gares et autres édifices à fine structure de fonte, qui structurent l’espace. On sait aussi à quel point la ville, à partir des années 1900- 1920, a été marquée par la féerie de l’électricité. La transfiguration nocturne par la lumière qui fait vibrer les centres alors que les faubourgs et banlieues restent souvent encore dans l’obscurité est un élément fondateur de ce que l’on commence à désigner au début du XXe siècle comme le « paysage urbain ».

2Si appréhender la ville tel un spectacle nécessite le recours aux métaphores de la visibilité, la saisir comme un texte induit celles de la lisibilité. C’est sans doute ce que tente Marcel Roncayolo à travers son oeuvre. Après avoir suggéré que les villes peuvent se comprendre par leurs « Grammaires », il s’attache à des « Lectures » des signes pluriels de l’urbain.* En chemin, il cède volontiers aux métaphores musicales pour rythmer son approche, sans oser pour autant des « Musiques de villes » : c’eût été probablement un très mauvais titre, jetant immédiatement sur son auteur le soupçon de facétieux ou de poète. Il n’empêche, c’est à percevoir les leitmotive et les tempi que l’observateur saura peut-être rendre compte en quelques phrasés des multiples facettes spatiales et temporelles de son objet.

3Lectures de villes est un recueil de vingt-quatre articles publiés entre 1959 et 1996, regroupés en quatre volets, introduits chacun par une courte notice où l’auteur reconstruit à posteriori la cohérence de textes parfois, c’est la loi du genre, très éloignés les uns des autres. L’ordre de publication qui ne doit rien à la chronologie brouille la reconstitution de la genèse d’une pensée complexe. Elle autorise en revanche de dérouler les fils de chaîne et de s’arrêter le long des fils de trame, au gré des analogies supputées, en clair de construire les grandes lignes interprétatives qui courent à travers l’œuvre. Certains de ses articles ont marqué une génération de chercheurs, tel ce manifeste qu’a constitué pour le développement des études urbaines le bilan historiographique publié avec Louis Bergeron dans les Quaderni Storici en 1974 (1). Un bon tiers des textes concernent Marseille avec laquelle l’auteur entretient plus qu’une simple connivence, se mouvant à travers la grande cité phocéenne comme dans le laboratoire où se construisent les présomptions de corroboration des hypothèses. En ce sens, Marseille est dans son œuvre beaucoup plus qu’une monographie. Sa réalité fluctuante, la porosité de ses limites attestent, si besoin est, de l’infinie richesses des contextes historiques qui échappent à tout confinement expérimental.

4Ne pas naturaliser à l’excès les phénomènes spatiaux

5Au cœur du phénomène urbain devenu « la tour de Babel des sciences de la société »(2), Marcel Roncayolo a toujours revendiqué son identité de géographe. Préoccupé de comprendre la division sociale de l’espace urbain, il déploie sa pensée en termes de relations, comme un effort de croiser l’espace et le temps. C’est pourquoi il croit aux performances d’une géographie historique renouvelée en construisant délibérément cette discipline en science du temps, pour échapper à ce qu’il considère comme le « naturalisme exigeant des géographes »(3). S’inscrivant dans la grande tradition héritée de Lucien Febvre, il reconnaît que  La terre et l’évolution humaine  lui a apporté « le paradigme du paysage géographique comme construction sociale concrète » (p.13). Nonobstant une certaine marginalisation par rapport à une géographie urbaine volontiers encline à privilégier le « paradigme environnemental »(4), son appartenance disciplinaire demeure et le rend forcément sensible, mieux que d’autres, à l’analyse des formes. C’est avant tout par une étude serrée de la morphologie urbaine qu’il cherche à restituer la dynamique des réinterprétations sociales successives des espaces urbains, ce qu’il a dénommé ailleurs ses « grammaires »(5).

6D’une certaine manière, sans que cela s’opère explicitement, Roncayolo se projette en contrepoint au choix fondamental de Braudel. Chez ce dernier, on le sait, le processus d’intelligibilité implique la « réduction de faits humains à l’ordre géographique », processus qui pour lui est double, « réduction à l’espace, oui, bien sûr, mais aussi réduction au social »(6). Le géographe Roncayolo opte quant à lui pour une réduction au temps, à la durée, à des temporalités qui s’inscrivent forcément dans le social. D’où la faveur d’une expression comme « les pierres et les formes urbaines sont du temps et des pratiques consolidées » (p. 11) en écho à une formule de Jean-Claude Perrot pour qui « les villes ne sont que du temps pétrifié »(7). Tout l’effort de recomposition de l’histoire urbaine se ramène à décrypter les relations qui unissent les espaces et les formations sociales en sachant que ce que nous nommons espace ou selon les contextes paysage, territoire, région est toujours d’abord une construction sociale. Le vocabulaire qui va dire ensuite cette relation ramenée à ses temporalités multiples insiste sur la plasticité des paysages, la « labilité » des espaces (l’expression revient souvent), les « décalages » entre les tissus urbains et leurs usages sociaux, les processus de différenciation, les dissymétries, les clivages, le « caractère nécessairement syncopé de la construction de l’espace urbain » (p. 298) qui n’est jamais en synchronie avec lui-même.

7La réduction au temps ne dispense pas de multiples avertissements à ne pas « naturaliser à l’excès le phénomène urbain » car  « les rapports sociaux ne sont pas d’essence territoriale » (p. 23) ou ailleurs encore plus péremptoirement : « Tout ne relève pas de l’inscription territoriale »(8). C’est l’une des constantes de ce recueil que de nous inciter à éviter le piège du « postulat écologique » et celui de la « naturalisation » qui transformerait en fait de nature de simples qualifications. A l’écologie historique qui phagocyte le social, Roncayolo préfère une géographie historique au plein sens du terme ou, mieux, une histoire des formes spatiales. Le recours à l’espace devient alors « le moyen d’apprécier plus justement une structure complexe et concrète à la fois et ses rapports avec le temps ou mieux les temps historiques » (p. 289). Entre la société et les formes urbaines, la réflexivité n’est pas automatique et à sens unique. De nombreux dossiers sur le terrain peuvent appuyer cette leçon de méthode.

8Ainsi le grand thème de la recomposition des limites urbaines. Il est certain que, jusqu’à la Première Guerre mondiale, les contraintes militaires ont pesé sur le développement des villes dans l'espace et qu'elles ont été souvent mal acceptées par les usagers à cause des entraves qu'elles mettent à la circulation et à la construction. Néanmoins, leur suppression souhaitée avant tout par les acteurs économiques ont inquiété les municipalités pour des raisons d'ordre public et pour des motifs financiers. De sorte que la société globale ne peut s'empêcher de corriger le mouvement vers l'ouverture qui anime tout le XIXe siècle par un autre de longue durée dont nous ne cessons de vivre les effets. A peine supprimées, les barrières physiques sont en quelque sorte reconstituées comme si l'image du huis clos urbain, même totalement déphasée par rapport aux réalités vécues de la ville, continuait à produire ses effets jusqu'à nos jours, comme si on cherchait continuellement des substituts physiques et symboliques aux enceintes fortifiées, des murs après les murs (9). D’un côté, les observateurs ont l’impression d’une dissolution de la ville supplantée et noyée dans un mouvement plus général d'extension au territoire tout entier. De l’autre, les instruments de gestion de l’urbain, depuis que l'urbanisme existe (dès la fin du XIXe siècle), sont prisonniers d'une image de la ville bien délimitée et ont de la peine à se départir de l’idée d’un centre urbain parfaitement identifiable comme tel. Les interventions administratives requièrent la permanence de périmètres là où la réalité est mouvante avec une ville en reptation continuelle et des coulées de densité d’habitat. « Je chercherais (…) dans cette persistance du thème de l’enceinte une réflexion plus longue, une sorte de leitmotiv, sur la forme urbaine »(10).

9Par ailleurs, les déterminations par le milieu, notamment celle de l’état de santé ou des attitudes de vie par le dispositif urbain, ont été sources de « tentatives de manipulation et d’illusions à la fois, qui pèsent lourd dans l’histoire de l’urbanisme » (p.27). Et d’évoquer ici une sorte de totalitarisme urbanistique ou de « volonté démiurgique mal contrôlée » quand priment les déterminations spatiales et que manque « la dimension sociale et imaginaire » (p.35), quand on croit que « les formes font la société » (p.178) ou quand on prétend « déterminer les conduites par le cadre créé » (p.185). L’histoire précisément rappelle constamment l’échec des tentatives d’anticipation des besoins sociaux en une sorte d’impossible mission. Plus que jamais aujourd’hui il importe de résister à l’ambition totalitaire qui vise à recomposer la société au point que la technique et l’utopie mettent constamment en danger les libertés citoyennes.

10En corollaire à la précédente proposition, celle de ne pas naturaliser à l’excès, il paraît essentiel aussi de ne pas réduire l’histoire de la ville à une histoire de la pensée sur la ville. « Il n’y a rien de plus appauvrissant qu’une histoire des idées ou une histoire de l’art qui flotte au-dessus des temps et des hommes et se limite à constater les généalogies des théories et des modes, à l’intérieur de son secteur particulier » (p.162). Le jugement est récurrent et ils sont fréquents les appels à ne pas céder à la facilité de l’histoire des idées, « repliée sur elle-même et sa propre généalogie » (p.56). Concrètement, cela suggère que les idées sur la ville et d’une manière plus générale les représentations de la ville sont toujours associées à des groupes sociaux ou professionnels. L’urbanisme ne peut pas être réduit à une stratégie dont l’orientation serait le quadrillage social ou à des attentes idéologiques utopiques face à une « ville épurée », véritable mythe de l’histoire de l’urbanisme. Au contraire, « les usages et plus précisément l’enchaînement des usages dans le temps sont rarement conformes à l’idée initiale » (p.88). Il suffit par exemple d’évoquer l’inflexion fondamentale de la pensée autour du « projet urbain » dans les années 1970. Le concept sert à la fois une expression critique face aux pratiques urbanistiques décriées et, en même temps, se transforme en un substitut commode aux formes rigides de la planification des années 1960.

11Du constructivisme à une herméneutique urbaine

12Dans l’une des pages rédigée pour introduire tel groupe d’articles, une référence à Jean Piaget et un aveu retiennent l’attention : « Après coup, je me range volontiers du côté des ‘constructivistes’ » (p.157). L’allégeance est assez rare pour qu’on s’y arrête. Certes, la plupart des historiens manifestent, souvent sans le formaliser épistémologiquement, une réticence viscérale au positivisme sous toutes ses formes, mêmes sous les variantes séduisantes de la falsifiabilité poppérienne. Peu d’entre eux, cependant, se réclament ouvertement du constructivisme. Certains l’ont fait non sans emphase provocatoire au début des années 1990 lorsque la revue Le Débat avait réactivé la querelle du déterminisme en donnant une large audience aux positions du mathématicien René Thom (11). Pour la recherche urbaine, les effets heuristiques du paradigme constructiviste ne sont pas sans importance. Des liens épistémologiques étroits le relient à la notion de « projet urbain »  comme en témoigne le contexte conjoncturel qui auréole sans cesse ce concept phare des urbanistes.

13Le constructivisme implique une interaction de l’objet et du sujet, la médiation de l’objet et du sujet prenant la forme d’un projet. « L’intelligence organise le monde en s’organisant elle-même » écrivait Piaget en 1937 (12). Cette pensée de la complexité est en même temps pragmatique parce qu’elle estime que la connaissance que l’on a du réel est celle de sa propre expérience. La formule de Th. Dobzahnsky (1961) semble toute transposable aux praticiens de la ville : « En changeant ce qu’il connaît du monde, l’homme change le monde qu’il connaît. Et en changeant le monde dans lequel il vit, l’homme se change lui-même »(13). Aussi la réalité connaissable par l’historien se définit-elle par l’expérience que s’en construit le chercheur. De même, le caractère premier du projet est d’actualiser dans le monde des possibles un certain nombre de paramètres, parce qu’il s’agit de mettre quelque ordre (une finalisation) dans la complexité du monde. Les formes urbaines se comprennent uniquement dans leur actualisation. Roncayolo le dit à sa manière lorsqu’il s’attache au « rôle du sujet dans la pratique et la reconnaissance de sa ville »(14).

14Cultivant le paradoxe, le constructivisme de Marcel Roncayolo semble prendre à contre-pied une tendance forte de l’histoire actuelle quand elle oppose l’histoire des acteurs à l’histoire des structures. S’appuyant sur Piaget, dont le moins qu’on puisse dire est qu’il ne figure pas parmi les épistémologues familiers aux géographes et aux historiens, il constate que les structures sont mises en place par les genèses sans être jamais véritablement achevées. Le processus génétique s’insère dans les interstices, ces espaces de liberté que laissent les structures.

15Il y a bien sûr une cohérence forte entre les thèses constructivistes et les références constantes à Maurice Halbwachs. L’auteur affirme, en effet, pratiquer la morphologie génétique au sens physique comme au sens social. C’est chez Halbwachs qu’il trouve les racines théoriques à sa réflexion sur la ville. La société ne se contente pas de s’insérer dans les formes urbaines existantes. Non seulement elle se les approprient en les modifiant mais en retour ces formes, dans un processus dialectique, modèlent les représentations que l’on se fait de la ville et qui servent à la modeler. Sans faire explicitement allégeance au maître de la sociologie, l’article le plus ancien du recueil (1959) en répercute les leçons en mettant le tissu urbain marseillais en relation avec différents types de spéculation. Dans une étude de 1909, Halbwachs s’efforçait déjà d’expliquer l’évolution du prix des terrains non pas à partir de données acquises par avance sur l’accessibilité et la centralité mais à partir d’une volonté collective de modifier ces données qui trouve dans les mécanismes spéculatifs un mode d’actualisation.

16Très présente aussi, La morphologie sociale (1934) de Maurice Halbwachs est une œuvre proche de la publication d’un autre ouvrage de référence, La construction du réel chez l’enfant de Piaget (1937). Si l’on s’en tient à des coïncidences chronologiques, lesquelles sans rien expliquer ne peuvent pas être seulement fortuites, la nébuleuse épistémologique à laquelle se réfère Roncayolo intègre le romancier Jules Romains. Le début de la parution des Hommes de bonne volonté remonte à 1932. Surprenante à première vue, cette filiation est astucieusement proposée dans un étonnant article de 1990 (p.331). Évoquer l’unanimisme de Romains pour relancer la modernité de la pensée de Halbwachs n’est pas sans fondement. Dès 1903, l’écrivain assignait comme une tâche dévolue à l’écrivain, celle d’exprimer la vie mystérieuse des groupes humains. Roncayolo peut ainsi faire sienne la belle formule de Jules Romains : « Comment un homme peut, par la force d’un idéal, accoucher la Société de l’avenir qu’elle contient » (p.340).

17Les uns et les autres lient constamment leurs ambitions théoriques et leur engagement pragmatique dans l’action. Lorsqu’il est question d’urbanisme, il s’agit d’abord pour des universitaires de faire reconnaître leur légitimité sociale à dire la ville. Pratiquant le nomadisme disciplinaire (au sens positif du terme), Roncayolo fait partie des historiens et des géographes qui ont su gagner une audience large parmi les professionnels de la ville. Qu’on le veuille ou non, cette situation le place parmi ceux qui pratiquent ce qu’il faut bien considérer comme une herméneutique urbaine au sens où l’entendait Bernard Lepetit (15). L’expression déplaît sûrement à Marcel Roncayolo réfractaire à ce qu’il voit comme un effet de mode et il se garde bien de l’utiliser. Il n’empêche et à son corps défendant, Roncayolo s’inscrit parfaitement dans ce qu’on a appelé l’horizon herméneutique de la pensée contemporaine (16). Proposer des Lectures de ville suppose a priori que la ville est un texte à analyser.  Appliquée à la ville, « la tâche herméneutique », pour reprendre une expression de Gadamer, repose sur le constat que les significations des formes et des discours qui les portent ne sont jamais définitivement fixées. Mieux encore, que l’interprétation mobilise à chaque pas l’ensemble des expériences du passé sans pour autant négliger la réalité d’une actualisation présente de l’une d’entre elles. En même temps, le lecteur de ville se doit d’anticiper les formes futures qui ne reproduiront pas le passé à l’identique mais en sachant que leur cohérence dépend de ce qui est déjà, tout en restant parfaitement opaques à leur décrypteur. Cette singularité de l’observateur, qui fait partie de son propre objet et tente d’interpréter son insertion dans l’histoire, est le propre de la démarche herméneutique : « Nous faisons l’histoire et nous faisons de l’histoire parce que nous sommes historiques » écrit Ricoeur pour dire la conditionnalité existentiale de l’herméneute (17). La tension entre le passé, le présent et le futur qui préside à l’action aménagiste mérite dès lors quelques suggestions.

18L’enchaînement des échelles temporelles

19En partant de l’urbanisme et de l’architecture, Marcel Roncayolo précise opportunément que les deux dimensions physiques du projet, l’urbain et l’architectural, ne s’emboîtent pas comme des poupées gigognes mais se situent « à deux niveaux de la réalité » avec des caractères spécifiques, dont les applications ne sont pas seulement une affaire d’étendue (des grands ou des petits projets) (p.85). Attentif aux processus, donc cherchant à expliquer par les acteurs sociaux, il ne peut pas non plus se contenter de rapports d’emboîtement entre formes matérielles et formes sociales. Les échelles s’enchaînent mais ne s’impliquent pas mécaniquement. A l’appui, il reprend volontiers la formule de Jules Romains, lancée dans une conférence de 1949 à propos de Paris. La ville a « changé de carapace plusieurs fois, parce que l’accumulation interne de substance et d’énergie faisait sauter la carapace ancienne » (p.38 et p.341). L’ordre de la phrase a ici son importance. Elle résonne parfaitement avec la métaphore qu’aimait à mobiliser Bernard Lepetit. Une société ne se glisse pas dans la ville à la manière du bernard-l’ermite dans sa coquille (18). Ce sont les changements d’usages sociaux qui commandent les formes parfois contradictoires de l’urbain.

20Dans la logique de la pensée de Roncayolo, aborder les échelles spatiales confronte tout naturellement aux rapports qu’elles entretiennent avec les rythmes temporels. Réfractaire à temporalité, il préférerait l’expression empruntée à la musique de « tempo »(19). Par la force de l’habitude académique qui en fait abondant usage, les temporalités sont néanmoins multiples dans le livre, au propre et au figuré. Le lecteur de villes ne se contente pas d’observer les « multi-temporalités » urbaines, à savoir que les structures matérielles ont des rythmes de vie variables avec des rationalités d’époque différentes, à savoir aussi que les groupes sociaux ont leurs temporalités propres. Le projet urbain ne reste jamais tel qu’en lui-même il a été pensé. L’admettre serait se contenter d’aborder la question là où Braudel l’a laissée. Or Braudel, on le sait, n’est pas parvenu à articuler les diverses temporalités. Les trois temps se présentent comme des couches géologiques et s’empilent en strates bien différenciées et guère intégrées. Cette structure feuilletée du temps est inaboutie : « J’aurais tendance à penser qu’il n’y a pas trois temporalités mais que chaque type d’objet s’inscrit dans des temporalités qu’il faut tenter de reconstruire » constatait Jacques Revel, inaugurant une lecture de la pensée braudelienne aujourd’hui largement admise (20). Pour échapper à l’impasse, c’est l’ensemble du schéma braudelien avec ses trois temps étagés qu’il convient de reconsidérer. Alain Corbin l’exprimait aussi avec vivacité dans les « Considérations de méthode » qui terminent l’un de ses livres : « Il est temps pour les historiens de remettre en question la notion de prison de longue durée et les rythmes décalés de la temporalité braudelienne ; ces derniers leurs imposent l’image de fleuves, plus ou moins rapides et agités, qui ne mêlent pas leurs eaux »(21). Est-il possible, dans ces conditions, de « détecter la cohérence des représentations telles qu’elles se structurent à une époque donnée » se demande Corbin ? Braudel lui-même devait être conscient de la difficulté, admettant que la « pente du temps n’est pensable que sous la forme d’une multiplicité de descentes, selon les diverses et innombrables rivières du temps »(22). La décomposition analytique du temps rend certes saisissable la coprésence des rythmes différents mais en aucun cas elle ne permet leur articulation. Roncayolo évoque quant à lui la « co-présence » des formes urbaines dans le temps présent (p.158).

21La grande question est donc bien celle de « l’articulation » de ces temps multiples (p.90 et p.189). Comment rendre compte du fait qu’«aucune ville n’est parfaitement synchrone dans tous ses éléments », comment trouver une logique des trajectoires quand on est confronté à des non-synchronies et des a-synchronies ? Comment rendre compte des décalages et des synchronies entre trois grandes catégories de temps, le temps des constructions matérielles, le temps des usages et le temps des représentations, chacun combinant à de multiples niveaux anticipations et résistances (p.242) ? On gagne à chercher la réponse du côté d’un nouveau régime d’historicité tel qu’il a été formalisé notamment par Bernard Lepetit pour lequel le passé devient un « univers de ressources » et une « multiplicité de possibles ». Cela revient à dire que le présent est toujours l’instance de mobilisation. Lepetit perçoit finement les conséquences de cette position en écrivant : « Les états successifs de la société ne trouvent leur raison d’être nulle part ailleurs que dans leur déroulement même. » Cette remarque pourrait à première vue passer pour un singulier appauvrissement épistémologique. Mais l’impasse n’est qu’apparente. Assumant sa fonction de connecteur des durées, l’historien construit certes des modèles temporels, mais il conserve un rapport direct avec la réalité du passé en cherchant à interpréter l’insertion de l’homme dans l’histoire à partir du présent. Une telle revalorisation du présent aboutit à rejeter tout découpage a priori des durées et ramène la longue durée à n’être qu’une forme parmi d’autres d’un temps réélaboré en fonction des enjeux du moment. Pour parler comme Koselleck, il y a un passé et un présent et un futur propre à chaque génération (23). Ce sont donc les horizons temporels des acteurs de l’histoire qui doivent nous intéresser : c’est dans l’action, en effet, que les acteurs élaborent la forme et la profondeur de leur passé. Comme l’écrit Bernard Lepetit, le processus historique devient un « présent en glissement »(24).

22Les conséquences d’une telle épistémologie du présent sont au fondement de ce qu’on a pu appeler le « tournant pragmatique et interprétatif des sciences sociales » en référence à la philosophie de Paul Ricoeur. D’aucuns commencent à le désigner comme un « performative turn », sans doute pour rendre sensible à la singularité de la condition existentiale dont il a été question précédemment (25). En réaction aux grands modèles explicatifs (largement inspirés par les sciences dures) qui privilégient les invariants et les régularités et par conséquent le temps long des sciences de la nature et des déterminismes biologiques, les sciences humaines valorisent aujourd’hui le changement et la place des acteurs dans leur recherche d’une interprétation du lien social. Elles insistent sur la complexité et le pluralisme des processus de l’interaction sociale tout en reconfigurant le temps, en en déplaçant le centre de gravité vers la courte durée et le présent de l’action.

23Ce type de réflexion est évidemment d’une redoutable efficacité si l’on veut, comme le soutient l’auteur, prendre position dans la question de la conservation et faire que des « formes créées à un certain moment de l’histoire et dans des conditions qui ont disparu, [trouvent] un support économique et social viable, un rôle dans les pratiques actuelles, un sens autre que la simple visite admirative du touriste » (p.167). D’une certaine manière encore, Roncayolo inverse la démarche braudelienne. Ici c’est dans le temps court que se créent des structures et des paysages dans la ville qui ensuite tendent à cristalliser dans la très longue durée. Ce qui l’intéresse est moins de reconstituer la matrice paysagère que de comprendre comment le court terme se transforme par expériences successives en très longue durée jusqu’à figer une identité.

24Un paysage urbain visuel ou musical ?

25Chez Roncayolo, le concept de paysage est fréquemment utilisé comme synonyme de morphologie urbaine, celle-ci indexant des formes matérielles, des formes sociales et des représentations (p.247). La construction de l’objet paysage reste toutefois « incertaine » entre le visible et le lisible. Sur ce dossier, Roncayolo se démarque nettement de la géographie vidalienne classique, qui se définissait comme une science biologique et traitait le paysage comme quelque chose de vivant que le géographe doit aspirer à reproduire, à condition de savoir déchiffrer et décrypter l’ensemble des signes qui le constituent. La géographie de Roncayolo, en revanche, a réussi à relativiser les composantes du ressort immédiatement visuel dans le paysage en rappelant qu’un tissu complexe de relations sous-tend les aménagements paysagers (p.181). Déployée dans l’espace sur le mode de la fragmentation, de la pluralité, de l’hybridité et du paradoxe, la métropole moderne peut bien constituer un paysage mais les réseaux et les flux marquent plus que le territoire, même si, suprême paradoxe, on ne vit pas dans des réseaux et que ceux-ci servent à mettre en relation les territoires. Cela implique la nécessité de dépasser ce « caractère visuel (lourd mais non suffisant) que l’on attribue d’ordinaire à un paysage » parce que précisément le paysage est « à la fois système d’idées (mieux qu’idéologie), conception (souvent du monde) et utilisation d’un savoir-faire, de pratiques donc » (p.187-188).

26Pour rendre compte de cette complexité, la métaphore souvent mobilisée de « palimpseste » urbain paraît excessivement paresseuse (p.87). Ces states superposées à la manière géologique figurent des états successifs, voire même des représentations successives du paysage urbain (p.188). Mais ces empilements ne sont pas que des empreintes, ils fonctionnent aussi comme matrice de nouveaux paysages, de paysages possibles, d’où une certaine préférence pour la métaphore de l’affleurement, nettement meilleure que celle de l’empilement, et qui dit mieux des filiations revendiquées avec la morphologie génétique (tant au sens physique qu’au sens social d’ailleurs). Peuvent se succéder alors d’autres métaphores de géomorphologie dynamique. Des processus « d’érosion » (p.370) déplacent et réorganisent les paysages. Pensons au glissement des sièges sociaux et financiers de Paris à la Défense (ou plutôt à leur dédoublement) ou encore à l’industrialisation des activités culturelles (médias, journaux, édition) qui amène leur dispersion vers les boulevards extérieurs (p.370-371).  Par des processus de « décollement »(26), le paysage est « détaché de la fonction productrice autour de laquelle s’est construite sa symbolique » (p.372). C’est le cas du paysage folklorisé de la « ville-port » qui sert à vendre une image alors qu’il s’agit en fait plus trivialement de ville-marina.

27Dans une telle conception dynamique, le paysage fonctionne autant comme projet que comme mémoire. Aussi la difficile question des représentations peut-elle être abordée en tant que phénomène culturel qui porte à la fois des héritages et des anticipations (p.303). Roncayolo écrit : « Les représentations font une grosse partie de la ville et se reproduisent, à la manière d’un texte musical inscrit dans la cire. La matrice demeure dans le tissu de la ville et de ses territoires comme dans l’esprit de ses habitants, matrice sensible, matrice pensée » (p.355). Cette belle image introduit explicitement la métaphore musicale, laquelle inspire par ailleurs des notations ponctuelles pour dire les temps, contretemps et autres rythmes syncopés de l’urbain. Et c’est donc la musique qui permet de cerner un peu mieux le projet intellectuel d’un chercheur aux facettes aussi multiples que son objet. Toujours convaincu des vertus heuristiques du nomadisme disciplinaire, par son itinéraire à travers les espaces habituellement distincts et cloisonnés de la géographie, de l’histoire, de l’urbanisme, de l’architecture, Roncayolo nous apparaît comme l’homme des pratiques plurielles non sans analogie avec cette ville-territoire, vaste nébuleuse aux contours flous, en « crise sémantique » ( p. 372), qu’il tente de cerner. Animé par ce dessein profond qu’est la quête de l’intelligibilité des formes urbaines, il se retrouve sans aucun doute dans la complexité de la musique wagnérienne. C’est pourquoi l’une des pages de transition du livre reproduit un passage de l’acte II du Parsifal (p.154) avec un commentaire pour le moins laconique : « Leitmotive, temps et contretemps ». Des phrases musicales qui reviennent à plusieurs reprises, des rythmes qui leur donnent des couleurs contrastées et sans cesse changeantes, le mouvement syncopé des airs, mais comment mieux, en effet, exprimer l’urbain ? Selon l’auteur lui-même (27), la scène finale du Crépuscule des dieux avec le Rhin qui déborde, l’embrasement du Walhalla et la destruction du monde des dieux reproduirait sur le plan symbolique ce que nous dit la ville contemporaine. A travers la densité puissante d’une musique narrative où les thèmes insistants et fugaces vont et viennent et confèrent une importance primordiale à la perception mémorielle, le Crépuscule devient métaphore de l’histoire entière quand l’homme persiste à temps et à contretemps à s’imposer aux dieux et aux mythes.

Haut de page

Notes

* Marcel Roncayolo, Lectures de villes. Formes et temps, Marseille, Éditions Parenthèses, 2002.

1- « De la ville préindustrielle à la ville industrielle, essai sur l’historiographie française », in La formazione della città industriale, colloque de Sorrente, décembre 1973, actes publiés in Quaderni Storici, n° 27, 1974, pp. 827-841 et 858-876.

2- Marcel Roncayolo, Les grammaires d’une ville. Essai sur la genèse des structures urbaines à Marseille, Paris, Éditions de l’EHESS, 1996, p. 20.

3- Voir son article « Histoire et géographie : les fondements d’une complémentarité », in Annales ESC, vol. 44, n°6, 1989, pp. 1427-1434.

4- Bien que, comme le souligne M.-C. Robic, la géographie mobilise dans la seconde moitié du XXe siècle « plusieurs paradigmes entremêlés ». Voir Marie-Claire Robic, « La ville, objet ou problème ? La géographie urbaine en France (1890-1960) », in Sociétés contemporaines, n° 49-50, 2003, p. 107-138.

5- C’est donc le titre de sa thèse tardivement publiée. Voir un compte rendu dans Annales HS, vol. 52, n° 5, 1997, pp. 1195-1198.

6- Fernand Braudel, « Histoire et sciences sociales. La longue durée », in Annales ESC, vol. 13, n°4, octobre-décembre 1958, pp. 725-753 [nous citons d’après le recueil d’articles réunis sous le titre Écrits sur l’histoire, Paris, Flammarion, 1969 p. 173]. Le rapprochement entre longue durée et réduction à l’espace est évoqué aussi p. 83 comme pouvant contribuer à construire un programme de recherches collectives en sciences sociales.

7- On trouve p. 297 la référence à Jean-Claude Perrot, Genèse d’une ville moderne, Caen au XVIIIe siècle, Paris/ La Haye, Mouton, 1975.

8- « Tout ne relève pas de l’inscription territoriale » écrit Marcel Roncayolo et, ajoute-t-il, l’« identité vient de la culture plus que de la stricte localisation physique » (Marcel Roncayolo, La ville et ses territoires, Paris, Éditions Gallimard, 1990, p. 183 et p. 185).

9- « Les murs après les murs », c’est le titre d’un texte publié en 1989.

10- Les grammaires…op.cit., p. 359.

11- Voir Krzysztof Pomian (dossier réuni par), La querelle du déterminisme. Philosophie de la science d’aujourd’hui, Paris, Éditions Gallimard, 1990.

12- Jean Piaget, La construction du réel chez l’enfant, Lausanne, Delachaux et Niestlé, 1937.

13- Piaget et Dobzahnsky sont cités par Jean-Louis Le Moigne, Le constructivisme, t. I : Les fondements ; t. II : Les épistémologies, Paris, ESF, 1995. On les trouve aussi dans le « Que sais-je » du même auteur, Les épistémologies constructivistes, 2 e éd., Paris, PUF, 1999, p. 74. 

14- Marcel Roncayolo, « La ville est toujours la ville de quelqu’un », in De la ville et du citadin, Marseille, Éditions Parenthèses, 2003, pp. 52-73 (la citation à la page 53).

15- Bernard Lepetit, « Une herméneutique urbaine est-elle possible ? », in Bernard Lepetit et Denise Pumain (coordonné par), Temporalités urbaines, Paris, Anthropos, 1993, pp. 287-299.

16- Jean Grondin, L’horizon herméneutique de la pensée contemporaine, Paris, Vrin, 1993.

17- Paul Ricoeur, La mémoire, l’histoire, l’oubli, Paris, Seuil, 2000, p. 456.

18- Par exemple dans Bernard Lepetit, « Le temps des villes », in Villes, histoire et culture, n° 1, décembre 1994, p. 8.

19- Les temporalités et le vécu, autant de désignations qu’il ne peut éviter tout en feignant de céder à ce qu’il nomme le « vocabulaire du jour » (M. Roncayolo, in De la ville et du citadin, op. cit., p. 55).

20- Jacques Revel, « Une œuvre inimitable », in EspacesTemps, n°34-35, 1986, p. 13.

21- Alain Corbin, Le territoire du vide. L’Occident et le désir du rivage 1750-1840, Paris, Aubier, 1988, p. 321.

22- Fernand Braudel, Ecrits sur l’histoire… op.cit., p. 62.

23- Voir Reinhart Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques [1979], Paris, Éditions de l’EHESS, 1990. Voir aussi Christian Delacroix, « La falaise et le rivage. Histoire du ‘tournant critique’ », in EspacesTemps, n° 59/60/61, 1995, p. 86-111.

24- Voir Bernard Lepetit, « L’histoire prend-elle les acteurs au sérieux ? », in EspacesTemps, n° 59/60/61, 1995, p. 112-122.

25- Jürgen Martschukat et Steffen Patzold (édité par), Geschichtswissenschaft und ‘performative turn’. Ritual, Inszenierung und Performanz vom Mittelalter bis zur Neuzeit, Köln, Böhlau, 2003.

26- Phénomène tectonique qui entraîne le plissement des couches au-dessus d’un substratum plus rigide selon le dictionnaire de la géographie.

27- C’est ce que Marcel Roncayolo a expliqué à son auditoire qui l’interrogeait sur la présence quelque peu mystérieuse de la page de Parsifal dans son livre lors de la journée consacrée à Lectures de villes le 28 février 2003 à l’EHESS (journée organisée par Alain Musset et Marie-Vic Ozouf-Marignier). Pour pousser plus loin les rapports de l’histoire avec la dramaturgie wagnérienne, voir Christian Merlin, Le Temps dans la dramaturgie wagnérienne, Berne/ Berlin, P. Lang, 2001.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

François Walter, « Leitmotive, temps et contretemps de l’urbain. Les Lectures de villes de Marcel Roncayolo », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 12 avril 2005, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/764

Haut de page

Auteur

François Walter

francois.walter@lettres.unige.chDépartement d'histoire générale, Faculté des Lettres, Uni-Bastions, CH - 1211 Genève 4

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page