Navigation – Plan du site
2004

Collignon B. et Staszak J.-F. (dir.),2003, Espaces domestiques. Construire, habiter, représenter, Paris, Bréal.

Marianne Blidon

Texte intégral

1Habiter l’espace

2La parution d’ouvrages de micro-géographie dont le thème sort des sentiers battus suscite souvent la même défiance : est-ce de la géographie ? Comme si les géographes ne s’étaient pas affranchis de leur crise d’identité, comme si les débats épistémologiques sur notre objet d’étude n’avaient pu apaiser nos complexes face à des disciplines plus assurées, toujours enclines à se saisir de tous les sujets de société. Ne faudrait-il pas mieux s’interroger sur le dédain que l’espace du quotidien, de l’intime et des comportements individuels, suscite ? Seraient-ils moins honorables et moins instructifs du jeu social que les macro-structures ? Les enjeux sociaux, politiques et économiques s’arrêteraient-ils au seuil des maisons ? Avant de juger de façon définitive les Espaces domestiques, prenons le temps de les parcourir.

3En 2002, dans le prolongement d’un numéro spécial des Annales de Géographie (2001, 620), Jean-François Staszak et Béatrice Collignon ont réuni un colloque transdisciplinaire sur le thème des Espaces domestiques. Les intervenants étaient pour moitié géographes, pour moitié sociologues, anthropologues, linguistes ou professionnels ; cette diversité a permis un dialogue fécond entre approches complémentaires du sujet. Saluons au passage la relative parité des intervenants (19 femmes sur 31) qui met à mal l’idée que le domestique est l’apanage des femmes, notons la rareté des approches féministes de la question, mais regrettons l’européo-centrisme des interventions (19 sur l’Europe, 12 sur la France). Aucune définition figée du thème n’a délibérément été donnée afin de permettre à chacun de nourrir le débat conceptuel. Le lecteur désireux de connaître les termes et les enjeux de cette question trouvera une réponse dans l’introduction de l’ouvrage, mais aussi dans certains articles comme celui de Djemila Zeneidi-Henry sur la « Reformulation de la notion d’espace domestique à travers l’expérience des SDF ». En montrant que l’assimilation du privé et du domestique est réductrice (le logement n’est pas l’espace domestique), elle permet de saisir la complexité et le caractère multidimensionnel de la notion d’habiter.

4Cinq questions centrales jalonnent l’ouvrage : celle des limites, plus complexes qu’il n’y paraît, de l’espace domestique ; celle des acteurs, qui permet de comprendre le mode de production et d’appropriation de cet espace ; celle du rapport valeurs domestiques et normes sociales, qui met en tension pur-impur ou ordre-désordre ; celle de l’inscription des cycles de vie dans l’espace domestique ; et enfin celle de l’espace domestique comme produit discursif et des représentations produites par la mise en texte de la maison dans les ouvrages de fiction. Il est impossible de résumer chacun des articles, mentionnons cependant quelques lignes de forces générales qui ressortent de ce foisonnement. En premier lieu, l’espace domestique est bien un territoire anthropique et différencié qui joue un rôle dans les relations homme/femme et dans la construction des identités. Il matérialise des valeurs : « c’est toute une vision du monde qui sous-tend l’espace domestique, et, en retour, toute vision du monde se fonde sur un modèle domestique » (Jean-François Staszak et Béatrice Collignon, p.5). D’où des résistances, des adaptations ou des accommodements, à Tananarive ou chez les Inuits, à « la diffusion universelle du modèle occidental et moderniste [qui] constitue dans cette perspective une clé de lecture des mutations domestiques et sociales à l’échelle de la planète » (Ibid, p. 9). Deuxième trait notable, l’espace domestique n’est pas un contenant vide qui va de soi. Tout comme l’intimité, l’espace domestique est une construction socio-historique, ce que rappelle l’étude des « figures du seuil » dans la peinture de genre hollandaise au XVIIe siècle (Rémy Knafou et Jean-François Staszak). De fait, « la façon dont on utilise l’espace domestique et les limites fondamentales qu’on y établit reflètent des valeurs culturelles, des normes et des idéologies » (Ritsuko Ozaki, p.197). L’espace japonais s’organise selon l’opposition entre « l’intérieur associé à la pureté, la propreté, la sécurité et l’intimité » et « l’extérieur [qui] est lié à l’impureté, la saleté et le danger » (Ibid, p.197). Cette norme culturelle est difficile à maintenir dans les maisons occidentales, d’où l’embarras rencontré par les Japonais résidants en Grande-Bretagne. Enfin, étudier l’espace domestique informe sur la société qui le produit. Etudier cette micro échelle permet de saisir des enjeux sociaux qui dépassent le seul comportement individuel : « l’espace domestique nous apprend sur les sociétés des éléments que l’analyse d’autres types d’espaces ne peut que difficilement apporter » (Jean-François Staszak et Béatrice Collignon, p.5). L’espace domestique n’est pas toujours un espace-refuge, parce qu’il organise la vie sociale, il peut être un lieu de conflits entre les sexes, les générations ou les classes sociales. Analyser les petits riens, les détails, les éléments insignifiants d’un intérieur permet au sociologue de mettre en lumière les transactions au sein du couple ou de la famille. « L’analyse de ce qui se déroule dans l’espace domestique doit donc passer par celle de cet espace lui-même » (Ibid, p.4).

5Au final, on ne peut que préconiser la consultation de cet ouvrage qui offre des éléments de réflexion sur la façon d’enquêter au sein d’un micro-espace et sur la dichotomie espace public/espace domestique. Pour les non-géographes, l’ouvrage permet de positionner notre discipline dans le champ des sciences, rappelant que les relations sociales se déploient dans un espace qui n’est pas vide de sens et que le rôle du géographe est d’attirer l’attention sur la dimension spatiale des faits sociaux.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Blidon, « Collignon B. et Staszak J.-F. (dir.),2003, Espaces domestiques. Construire, habiter, représenter, Paris, Bréal. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 05 octobre 2004, consulté le 30 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/789

Haut de page

Auteur

Marianne Blidon

blidon@parisgeo.cnrs.frDoctorante CNRS-UMR 8504Géographie-cités

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page