Navigation – Plan du site
2004

Moser G ., Weiss K. (dir), 2003, Espaces de vies. Aspects de la relation homme-environnement. Paris. A. Colin. Collection Sociétales. 396 p.

Angèle Charpentier

Texte intégral

1Dans l’espace qu’il a l’habitude de fréquenter, chacun de nous a en tête au moins une conception architecturale ou une rénovation urbaine qui a pu lui sembler en inadéquation avec son environnement quotidien. Ceux qui s’intéressent aux relations entre l’homme et son espace le savent sans nul doute : l’habitat, la cour de récréation, l’espace de travail, le quartier ou la ville ne sont pas des environnements neutres et dénués de valeurs, mais ils sont façonnés par l’homme et sont pour lui un vecteur de sens et d’identité. Cette divergence entre certains projets architecturaux et l’opinion des habitants ou des usagers est le reflet probable d’un manque de considération de ces perceptions, représentations et usages du lieu dans les projets d’aménagement.

2Tenir compte de cette relation entre l’homme et son espace de vie dans les opérations architecturales et urbaines, telle est l’ambition des études de psychologie environnementale présentées dans ce livre. Gabriel Moser et Karine Weiss réunissent ici une quinzaine d’auteurs d’horizons variés, psychologues mais aussi architectes, urbanistes et géographes, pour proposer des outils d’analyses et quelques pistes de réflexions quant à la compréhension de cette sphère homme-environnement, nécessaire aux praticiens soucieux du bien-être de leurs usagers. Cette ambition affichée pourra apparaître étonnante pour un champ disciplinaire habituellement connu pour ses études sur le seul psychisme des individus, mais les investigations présentées et les méthodes proposées convaincront certainement le lecteur de la place des sciences humaines et sociales dans l’ingénierie opérationnelle.

3Dans un premier chapitre introductif, Gabriel Moser pose pour les non initiés, les jalons épistémologiques de la discipline. La psychologie environnementale est fondée sur l’étude des…" […] interrelations entre l’individu et son environnement physique et social, dans ses dimensions spatiales et temporelles ". L’approche se veut résolument systémique et accorde une place aussi importante à l’individu qu’à l’environnement, ce qui la différencie de la psychologie classique -qui ne porte pas d’attention aux variables contextuelles pour expliquer certains comportements-, et de l’architecture, de l’urbanisme, de la géographie ou de l’écologie par le regard particulier qu’elle porte sur l’individu. La psychologie environnementale procède d’une démarche assez inattendue où recherche fondamentale et recherche appliquée sont intimement liées. " On n’applique pas un savoir mais on construit un savoir appliqué ". Chaque situation étudiée relevant d’un contexte spécifique, la psychologie environnementale agit surtout sur un mode inductif. A partir de quelques études de cas, on essaie de fonder desconcepts plus généralisables, comme par exemple celui de la privacité ou de l’identité résidentielle.

4Les dix chapitres suivants se répartissent en 4 parties respectant le cadre d’analyse habituel des études, à savoir le pôle affectif, cognitif et comportemental (pour les 2 dernières parties).

5La première partie de l’ouvrage rend ainsi compte de divers outils permettant d’analyser la perception de l’environnement par les individus. Jean-Paul Thibaud, spécialiste des ambiances urbaines, présente ainsi la méthode du parcours commenté. Celle-ci permet à travers diverses analyses (textuelles et statistiques) de la description par l’enquêté de ce qu’il perçoit, sent, entend et ressent sur un parcours donné (ici l’exemple de la pyramide du Louvre), d’évaluer son expérience sensible vis à vis de cet espace et de comprendre les dispositifs construits en terme d’ambiance. D’autres méthodes comme l’analyse des particularités individuelles (personnalité, compétence environnementale, projet personnel), l’analyse des attitudes et comportements liés aux problèmes environnementaux (position face à la crise écologique, le style de vie, l’orientation pour l’achat à long terme, l’échelle de simplicité de vie…) ou la mesure de la perception et de l’évaluation des qualités environnementales ( bien-être, perception des attributs de voisinage, satisfaction résidentielle) permettent d’apprécier les degrés de satisfaction des individus vis à vis d’une unité environnementale donnée (Chapitre d’Eugénia Ratiu sur l’évaluation environnementale). Cette première partie montre entre autres que la qualité de l’environnement ne se résume pas au fonctionnel ou à l'esthétique mais que la perception des hommes doit être prise en compte.

6La seconde partie de l’ouvrage est destinée à appréhender les représentations de l’environnement, " un objet n’existant pas en lui-même mais pour un individu ou un groupe et par rapport à eux ", comme la référence à la théorie des représentations sociales de Moscovici le fait justement remarquer. Marie-Line Félonneau présente tout d’abord un ensemble d’outils (qualitatifs comme les entretiens, les questionnaires, les échelles ou plus récemment des méthodes quantitatives comme l’analyse en composantes principales ou l’analyse des similitudes…) pour appréhender les représentations sociales ou les théories implicites de la ville. Un exemple d’application assez convaincant est donné sur les représentions territoriales chez les étudiants. On retrouve également la très fameuse théorie de K. Lynch sur les éléments constitutifs d’une représentation spatiale (voies, limites, quartiers, nœuds, points de repères) pour aider à cerner la connaissance environnementale de l’individu. La carte mentale, outil associé à cette théorie y est décrite par Thierry Ramadier.

7Dans la troisième partie de l’ouvrage l’environnement est placé au cœur de l’observation et de ce fait intéressera sans doute davantage les géographes. On retrouvera par exemple une contribution de Karine Weiss sur les sites comportementaux qui se définissent par l’interdépendance de l’espace et des comportements qui s’y associent. Un concert dans une église et un office dans ce même lieu, constituent par exemple deux sites comportementaux différents. La connaissance de ces derniers au moyen de techniques d’observations et de divers tests, permet d’appréhender des sujets comme l’appropriation des espaces urbains, l’utilisation des infrastructures publiques ou l’insécurité. Mais c’est certainement dans la présentation d’Alain Legendre et de Sandrine Depeau sur l’approche spatiale du comportement à l’aide de techniques cartographiques où les concepts de distance et d’analyse spatiale sont mis en avant, que les géographes se retrouveront le plus.

8La dernière partie de l’ouvrage -bien que présentant quelques méthodes sur les retours d’expérience post-catastrophe qui permettent de mieux gérer les situations de crises- se tourne davantage vers les perspectives d’évolution des études de psychologie environnementale, avec le défi pour les années à venir d’amener les individus, les entreprises, les institutions et les sociétés, à intégrer les valeurs du développement durable dans leurs comportements

9Cet ouvrage s’adresse avant tout aux étudiants (de psychologie environnementale, de géographie humaine, d’urbanisme ou de sociologie), mais aussi aux théoriciens et praticiens des sciences de l’homme et de l’espace, qui seront probablement stimulés par une bibliographie de plus de 20 pages, qui leur donnera entre autres des éléments de réflexion sur les grandes pensées de la psychologie environnementale et un certain nombre d’exemples d’application.

10Le lecteur intéressé appréciera entre autres la place qui est faite à l’échelle micro-locale dans cet ouvrage, échelle encore trop délaissée par les sciences sociales.

11Les outils -dont on regrette une présentation parfois un peu " catalogue "- privilégient la description comme mode d’accès à la réalité, comme peut en témoigner la revendication de Pascal Amphoux dans sa contribution sur l’observation récurrente : une approche reconstructive de l’environnement construit : "  A la monographie qui, par une écriture unique, vise à couvrir un champ de manière exhaustive, substituons donc la polygraphie, en croisant et en confrontant des modalités d’écriture différentes : l’évocation du lieu, la composition de l’image, la recomposition des commentaires et l’invention de concepts intermédiaires ".

12Les théoriciens et praticiens gagneraient sans doute davantage à utiliser les investigations et méthodes de cette position phénoménologique, qui permet de retracer de façon efficace la -première et principale- relation qui nous unit à nos espaces, celle de l’expérience sensible.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Angèle Charpentier, « Moser G ., Weiss K. (dir), 2003, Espaces de vies. Aspects de la relation homme-environnement. Paris. A. Colin. Collection Sociétales. 396 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 17 février 2004, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/795

Haut de page

Auteur

Angèle Charpentier

Doctorante CNRS-UMR 8504 Géographie-cités

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page