Navigation – Plan du site
2003

Roncayolo M., 2002, Lectures de villes, Formes et Temps, Marseille, Editions Parenthèses, 386 p.

Guilhem Labinal

Texte intégral

1Une géographie sociale de la ville ?

2Dresser le compendium des écrits scientifiques d’un homme tel que Marcel Roncayolo semble être une véritable gageure… C’est pourtant chose faite avec Lectures de villes, Formes et Temps, qui présente plusieurs de ses travaux de spécialiste de la ville choisis au prix d’une sévère sélection dans sa vaste bibliographie. Les différents textesprésentés dans ce recueil doivent permettre de saisir les jalons d’un long et complexe itinéraire intellectuel que l’auteur veut dévoiler. Ils marquent ainsi les étapes de son cheminement et en montrent les sinuosités et les bifurcations. L’opulente information qu’ils contiennent doit permettre de saisir les multiples approches de l’auteur, car c’est bien là le legs qui nous est proposé. Il s’agit de transmettre les éléments de méthode qui ont fait la richesse d’une pensée de chercheur, dont on connaît la grande capacité d’abstraction et de conceptualisation. L’organisation générale de l’ouvrage, mais aussi et surtout la structure interne des textes, y prennent de ce fait une importance toute particulière, car s’y dessinent les clés indispensables pour déchiffrer son parcours.

3L’avant propos dessine d’emblée la silhouette d’un chercheur acquis à la pratique de différentes sciences sociales dont il ne veut rompre les liens. A côté des tenants de la sociologie urbaine de Chicago, Marcel Roncayolo assume une filiation qui convoque tout autant des géographes (André Cholley, Roger Dion…) que des historiens comme Lucien Febvre et Ernest Labrousse ou encore un sociologue tel que Maurice Halbwachs. Au géographe qui s’en émeut répond la singularité d’un homme qui fut toujours " méfiant à l’égard des évolutions en cours " et, pour reprendre les mots de Louis Bergeron concluant sa préface, dont on ne sait, en définitive, s’il n’est pas " tout simplement un historien ".

4Le plan général de l’ouvrage doit ordonner la succession des textes et permettre à leur association de faire sens en leur donnant une cohérence, dans la mesure où leur présentation n’est pas chronologique ; le découpage en quatre parties voudrait faire face à cette exigence.

5Ainsi, la première partie traite des pensées sur la ville et des formes de cette dernière, et invite à considérer l’espace urbain comme l’enjeu de tensions diverses entre acteurs, idées et autres logiques structurantes, en le présentant comme indissociable des différentes temporalités auxquelles il se rattache. Des monographies s’ajoutent à des créations théoriques telles que l’essai de définition d’une tri-temporalité de la ville, lieu des " saccades mais aussi de la durée " qui ne peut se saisir sans référence au temps.

6En effet, après une courte seconde partie intitulée " Métropole ", qui fait large place à la ville de Marseille chère à Marcel Roncayolo, les textes invitent à réfléchir sur la morphologie urbaine et sur les " temps de la ville " dont l’auteur approfondit l’analyse et la caractérisation. Se dégageraient ainsi un temps de la construction, un temps des usages, des représentations et un temps de la maturation…temps pluriels et clés de compréhension des espaces sociaux que constituent les territoires urbains.

7Pierre angulaire d’une riche composition, cette partie est suivie d’un dernier raisonnement consacré aux " lectures de ville ", dans lequel on trouve quelques procédés d'examen de sa morphologie, de ses formes sociales et de ses représentations. Ici comme dans le reste de l’ouvrage, aucune position n’est totalement adoptée dans les méthodes d’approches traditionnellement fixées : il opère un va-et-vient constant et revendique ce balancement, " entre le respect de la marqueterie et l’évocation du modèle ". Ainsi se devine la voie choisie : la généralisation autant qu’il est possible, le particularisme autant que nécessaire. Cela étant, le lecteur découvre dans cette dernière partie tout à la fois le caractère syncopé de la construction de l’espace urbain marseillais (chapitre 17) et, à titre d’exemple, une réflexion sur les convergences possibles ou existantes entre l’histoire et la géographie (chapitre 20).

8De ce fait, l’organisation générale du recueil n’établit pas toujours clairement les liens entre les différents textes, ce qui n’est pas sans imposer une lecture fortement dispendieuse en énergie à ceux qui souhaitent s’y engager dans un parcours continu. Ce que l’auteur concède pour la dernière partie peut l’être du reste de l’ouvrage, et il est certain qu’il s’agit là d’un faix à porter pour le lecteur, alors qu’il lui faut pénétrer les arcanes d’un itinéraire intellectuel alambiqué, et en comprendre les nombreux apports. Pour autant, l’intérêt en est indiscutable et la peine non seulement nécessaire mais récompensée : les détours restent finalement à l’image des " arabesques " du raisonnement proposé qui forgent aussi son originalité et sa complexité. Car c’est somme toute dans la structure interne des articles que se saisissent les multiples grilles d’analyse et de lecture de l’auteur. Et si l’on regrette pour certains d’entre eux l’absence d’une iconographie éclairante, il faut se reporter à l’ensemble de son œuvre indiquée in extenso dans une bibliographie complète et achevée.

9Quant à en mesurer l’apport pour les seuls géographes, la question reste posée : géographie ou histoire sociale de la ville, sociologie urbaine… ? Le livre comme l’auteur ne se laissent pas aisément ranger dans une catégorie prédéfinie : seule une lecture personnelle peut faire écho à l’ouverture, au syncrétisme scientifique et aux voies de recherche proposés. Ainsi que le précise Marcel Roncayolo et en dépit des apparences, ce livre reste le " guide historique " de sa réflexion, longue d’un " demi-siècle de recherche ". Le géographe curieux et attaché à la ville trouvera donc enrichissement et perspectives dans ce véritable parangon de production scientifique, reflet d’une fructueuse carrière aux marges de la discipline.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Guilhem Labinal, « Roncayolo M., 2002, Lectures de villes, Formes et Temps, Marseille, Editions Parenthèses, 386 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 14 novembre 2003, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/802

Haut de page

Auteur

Guilhem Labinal

CNRS-UMR 8504 Géographie-cités

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page