Navigation – Plan du site
2003

Gaudin T., Hatchuel A. (dir), 2002, Les nouvelles raisons du savoir, La Tour d'Aigues, Ed. de l'Aube, coll. "essais", 320 p.

Béatrice Collignon

Texte intégral

1Un état des lieux inégal sur l'organisation de la production du savoir, un projet ambitieux inachevé

2Cette publication présente les actes du colloque "Prospective de la connaissance" tenu à Cerisy au printemps 2001 et qui constituait le troisième volet d'une série intitulée "Prospective d'un siècle à l'autre" dont la cinquième (et dernière ?) séquence s'est tenue en août 2003.

3Il s'agissait pour les participants de mettre en commun leurs analyses des modalités de construction de la connaissance dans diverses disciplines, et de confronter les conditions dans lesquelles ces modalités se sont mises en place avec la situation contemporaine, au tournant du XXIè siècle. D'emblée, le savoir examiné est limité au savoir scientifique. Si d'autres types de savoir sont à plusieurs reprises mentionnés, ils ne sont jamais examinés pour eux-mêmes.

4L'objectif du colloque, et de l'ouvrage, est de tenter d'anticiper les formes d'organisation de la production du savoir dans les décennies à venir. Un objectif ambitieux, reflété par un titre prometteur. Cependant, plus qu'une réflexion prospective, c'est plutôt un état des lieux de la situation contemporaine dans diverses branches de la connaissance qui est proposé. De ce fait, l'intérêt des textes - vingt-deux, répartis entre six parties - varie beaucoup en fonction de chaque lecteur et de sa familiarité avec l'état et le mode de fonctionnement de telle ou telle discipline.

5Quelques textes sont particulièrement stimulants : l'introduction d'Armand Hatchuel, la présentation du projet bien méconnu d'une politique de la science d'Auguste Comte par Juliette Grange, la réflexion de Claude Trink sur l'impact des technologies de l'information et de la communication sur les liens entre enseignement supérieur et industrie, l'analyse d'Armand Hatchuel des liens entre le mode de gestion des connaissances et le développement d'un capitalisme de l'innovation.

6La plupart des contributions relatives aux sciences sociales laisseront sans doute nombre de géographes confirmés sur leur faim, car ils n'apprendront rien de nouveau à la lecture de ces synthèses, même bien faites. En revanche, les mêmes textes seront d'un grand intérêt pour les étudiants de maîtrise et DEA, qui trouveront matière à réflexion dans des articles très clairs les introduisant aux questionnements disciplinaires tels qu'ils sont formulés par les chercheurs de ces disciplines : articles de Michel Sébillotte, particulièrement pédagogique, de Pierre-Benoit Joly, d'Alain Bucaille, de Catherine Paradeise, de Michel Gensollen et de Véronique Le Goaziou. De même, la présentation des opérations de "réduction en art" aux origines de la rationalité moderne par Hélène Vérin leur offrira une très bonne introduction à l'épistémologie en général.

7A côté de ces synthèses qui ont les défauts de leurs qualités, d'autres textes sont d'un intérêt bien moindre. Quelques auteurs (Marc Himbert, Albert David) sont trop techniques et leurs contributions sont donc difficilement accessibles aux non spécialistes. D'autres à l'inverse, hélas plus nombreux, s'en tiennent à des propos beaucoup trop superficiels. Il s'agit notamment des contributions les plus courtes : il est vrai qu'en cinq pages ou moins, il est difficile de traiter de quoi que ce soit de façon un peu approfondie. Il est particulièrement dommage que la partie consacrée explicitement à l'éthique de la science - associée à la politique de la science - soit ainsi sacrifiée. Mais cette faiblesse là est aussi le reflet de la pauvreté des travaux en ce domaine, en dehors des sciences de la vie et de la médecine, en France. Ce champ reste à défricher et l'on ne peut que regretter que les textes qui en traitent dans cet ouvrage ne soient pas plus stimulants.

8Il aurait sans doute fallu renoncer aux textes trop courts qui n'apportent rien et si ce n'est la frustration du lecteur. Mais peut-on refuser un texte d'Hubert Curien ? On retrouve peut-être là un des petits travers des colloques de Cerisy, parfois friands de noms célèbres pour leur seule célébrité. Cela fait aussi partie du jeu de ces séminaires particuliers.

9Le projet était ambitieux, le résultat est un peu décevant. On reste sur l'impression d'une recherche inaboutie où les participants au séminaire ne sont pas parvenus à dépasser le stade de l'état des lieux pour avancer vraiment dans la réflexion prospective. Le déséquilibre entre une introduction très construite et une conclusion (6è partie : "synthèses et ouverture") plutôt anecdotique en est l'expression la plus visible. Peut-être était-il trop tôt.

10Au delà de ces faiblesses, cet ouvrage mérite pourtant notre attention pour trois raisons.

11A propos de la politique de la recherche il propose, notamment par l'introduction générale, l'article de Juliette Grange sur Auguste Comte et les articles de Claude Trink et Armand Hatchuel dans la quatrième partie consacrée à la gestion des connaissances dans l'action collective, une base solide pour une réflexion informée sur les rapports entre secteur public et secteur privé, société civile et monde académique. Sur ce sujet d'une actualité brûlante à l'heure des réductions tous azimuts des budgets de la recherche publique, les chercheurs en sciences sociales manquent souvent d'informations sur les conditions réelles de la recherche en entreprise. Claude Trink notamment montre bien que le secteur privé attache beaucoup plus d'importance qu'on le croit trop souvent à la recherche fondamentale.

12En termes épistémologiques, il témoigne de l'évolution des pratiques des chercheurs dans deux dernières décennies du XXè siècle, qui ont vu les scientifiques sortir de leur citadelle pour intégrer les acteurs au processus même de la recherche sur les sujets qui les concernent. Ces collaborations, encore difficilement acceptées par certains qui ne les jugent pas légitimes, marquent un réel changement dans le rapport entre le savant et la société civile et accompagnent une révision de l'appréciation des savoirs scientifiques et non scientifiques.

13En termes pédagogiques enfin, les enseignants des 2ème et 3ème cycles universitaires trouveront dans cet ouvrage plusieurs textes pouvant servir de base à un travail de réflexion sur telle ou telle science, sur les modalités de construction du savoir ou sur la gestion de projets de recherche.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Béatrice Collignon, « Gaudin T., Hatchuel A. (dir), 2002, Les nouvelles raisons du savoir, La Tour d'Aigues, Ed. de l'Aube, coll. "essais", 320 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 14 novembre 2003, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/804

Haut de page

Auteur

Béatrice Collignon

barcdue@tin.itéquipe EHGO UMR 8504 CNRS/Univ. Paris 1 - Géographie-cités

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page