Navigation – Plan du site
2003

Dufaux F., Fourcaut A., Skoutelsky R., 2003, Faire l’histoire des grands ensembles. Bibliographie 1950-1980, Lyon, ENS Éditions.

Nicolas Verdier

Texte intégral

1Cet ouvrage est un outil extrêmement intéressant puisqu’il offre un panorama très large des productions sur ce blanc de la carte des connaissances sur la ville contemporaine. Sans ce type d’outil, on imagine mal, par exemple pouvoir connaître, et trouver une maîtrise de 1978 sur Le Raincy et Clichy-sous-Bois. C’est donc une collection de raretés qui est ici mise à notre disposition, mais c’est aussi une première possibilité de mise en série de la production sur les grands ensembles qui nous est offerte. Ce vaste travail comble donc un vide et sera nécessairement apprécié pour cela. Il offre par ailleurs une définition utile, celle des grands ensembles. Que sont ils ? Selon Annie Fourcaut, et on imagine que c’est là le fruit de l’élaboration de l’enquête, le grand ensemble (l’expression apparaît en juin 1935 dans un article de Maurice Rotival), "c’est à la fois une forme (barres et tours) et une taille (500 ou 1000 logements), un type de financement par les procédures du logement social, une localisation en banlieue, ou sur le territoire de la ville centre, mais en rupture avec celle-ci, un mode de conception globale avec des équipements prévus ou construits et un zonage privilégiant l’habitat seul. S’y ajoute un moment de l’urbanisation : les années béton." (p.10). Les acteurs du temps ne semblent pas toujours avoir suivi cette définition puisque comme l’auteur le précise, il n’existe à l’origine aucune doctrine officielle, et les grands ensembles sont finalement d’abord une catégorie de la pratique. Là encore, si ce travail n’offrait que cette synthèse, il mériterait d’être salué.

2Cette bibliographie est l’un des résultats de l’ACI Ville : "Relire la ville des Trente glorieuses. Faire l’histoire des grands ensembles". Après une série de textes introductifs présentant la recherche et sur lesquels nous reviendrons, l’ouvrage propose une bibliographie de "1116 références différentes, ainsi réparties : 401 rapports, 314 travaux universitaires, 152 ouvrages, 172 articles, 60 travaux collectifs (numéraux spéciaux de revues, colloques, congrès, etc.), 6 communications non publiées, 1 carte et 10 parties dépendantes". La bibliographie est répartie en "Travaux non localisés", et en "Travaux localisés", ces derniers étant répartis selon une zonation qui attribue un cinquième à la région parisienne, puis un cinquième par quarts de la France. Les découpages inférieurs utilisés sont les départements. L’ouvrage se termine par deux index, le premier est thématique, le second est par auteur.

3Il est toujours possible, dans ce type d’ouvrage, de pointer les manques. Nous connaissons tous des armoires dans lesquelles dorment des documents relevant de cette question (est-ce un oubli d’ailleurs ? car il s’agit ici d’indiquer la bibliographie accessible), ou des travaux dont les textes portent essentiellement sur cette question, mais que leurs titres peu explicites rendent difficiles à recenser pour l’histoire des grands ensembles. Quel que soit l’objet d’une bibliographie, et quelle que soit la qualité du travail effectué, il semble impossible de ne rien oublier. Ce type de critique semble donc à éviter. Il est en revanche possible de s’intéresser aux choix effectués par les auteurs. Dans cette bibliographie, "l’accent a été mis sur les travaux inédits, rapports, mémoires et thèses, à l’exclusion des archives, et les auteurs n’ont pas effectué de dépouillement systématique des revues spécialisées : ne figurent […] que les références indiquées dans les bibliographies des différents travaux recensés". Il me semble qu’il y a là une véritable faille de l’ouvrage, car le chercheur est souvent fainéant, trouvant une bibliographie, il en lit rarement le texte introductif, et trouvant dans cette bibliographie des titres d’articles, il imaginera aisément qu’un dépouillement systématique a été effectué. Bien sûr la recherche aurait été plus longue, et aurait sous-entendu des choix difficiles dans un espace de réflexion où les revues ne durent parfois que peu de temps sans que pour autant on puisse en inférer leur mauvaise qualité. Mais la bibliographie y aurait très fortement gagné en qualité.

4Une autre critique peut être effectuée quant aux lieux de la recherche. En effet, ce sont "les dépôts documentaires de la région parisienne" qui ont servi à la collecte de cette bibliographie. Or, la "Géographie des recherches" proposée à titre exploratoire (p.21-24) montre que si en effet, la région parisienne domine fortement (59 %), il existe des lieux de la recherche dans certaines zones rendues particulières soit par la présence de pôles universitaires, soit par l’existence de politiques municipales particulièrement volontaristes. Un test aurait pu être tenté ici, ne serait-ce qu’à l’aide du catalogue collectif de France (http://www.ccfr.bnf.fr/​). Il aurait peut-être permis de revoir la primatie parisienne.

5Quant à l’exposition géographique des résultats, on pointera ici quelques difficultés. Tout d’abord, la présentation en " cinq quarts " (les quatre quarts plus Paris), décomposés ensuite en départements. À lire l’introduction, les cadres pertinents semblent beaucoup plus relever de la région, en tant que circonscription de plan, et de la commune, en tant que lieu d’implantation, or, c’est principalement à la lecture de la bibliographie que l’on s’aperçoit que les communes forment le niveau inférieur du cadre de classement. La liste par départements a par ailleurs le défaut de laisser penser que l’ensemble des départements a été touché par le mouvement de construction. Or, trente-deux départements ne sont pas cités… Pour en finir avec cette question de la présentation on notera que la carte de présentation des résultats dans l’agglomération parisienne (p.24) aurait pu éviter de fournir le découpage interne de Paris, ce qui aurait offert une lecture plus juste de phénomène.

6Deux remarques pour finir sur ce que l’on aurait souhaité voir dans cet ouvrage, tout d’abord une explication des choix ayant présidé à la construction de l’index thématique, ensuite, et à côté de l’exposition géographique des résultats, une exposition historique de ces mêmes résultats : quand se met-on à écrire sur les grands ensembles de façon massive, et quand telle ou telle thématique se met-elle en place ?

7Il reste pour finir à revenir sur l’introduction de l’ouvrage pour tenter de comprendre le rôle que ses auteurs ont souhaité lui donner. Cela permettra d’en marquer les intérêts et les limites. Pourquoi faire l’histoire des grands ensembles ? À lire l’introduction le paradoxe à l’origine du questionnement est, qu’alors que l’histoire des grands ensembles n’a pas été faite, nous commençons à les détruire. Ce paradoxe se double d’une énigme constituée par le renversement radical de l’image de ces grands ensembles : l’enthousiasme des débuts est suivi d’une critique massive qui en fait l’archétype de la mauvaise urbanisation. Le manque d’intérêt pour cet objet aurait deux origines. La première est propre aux fonds d’archives qui sont à la fois pléthoriques et difficiles d’accès depuis la loi de 1979 sur les archives. La seconde est que s’intéresser à l’histoire des grands ensembles serait faire l’histoire d’une erreur collective qui concernerait l’État, les technocrates, les architectes fonctionnalistes, les grandes entreprises du bâtiment et les maîtres d’ouvrages parapublics.

8Qu’en est-il du paradoxe ? En effet, on peut se demander pourquoi l’histoire devrait nécessairement se pencher sur ce qui est en train d’être détruit. La fin du XIXe siècle, qui voit la lutte contre les taudis n’est pas le moment de l’étude de l’histoire de la constitution de ces taudis. La contemporanéité n’a rien d’obligatoire. En fait l’historien répond au moins en partie aux interrogations sur la ville, puisqu’il s’y intéresse de façon croissante et renouvelée depuis au moins le milieu des années 1960. Il n’est que de renvoyer à l’introduction de la thèse de Jean-Claude Perrot sur la ville de Caen pour montrer que la recherche historique est en prise avec les questionnements sur l’urbain. Mais plus que de recopier les difficultés du temps en se limitant aux objets qui les portent à un moment donné, les historiens s’ingénient le plus souvent à mettre en phases des questions avec des objets du passé. Autrement dit, légitimer l’étude des grands ensembles par le fait qu’on les démolit aujourd’hui n’a pas nécessairement de sens.

9Il me semble que c’est plutôt derrière l’énigme que se trouve la meilleure justification de cet effort. Car ce qui est posé ici c’est l’erreur du monde de l’action alors que le monde des sciences sociales semble avoir dénoncé précocement les défauts d’une politique massive de grands ensembles. L’introduction évoque à ce propos les travaux de Chombart de Lauwe, qui dès 1952 met en cause la possibilité d’une vie sociale dans ce type d’habitat (p.11). Puis sont évoquées les enquêtes sociologiques des années 1960 qui témoignent de l’inquiétude à propos du devenir des habitants les plus fragiles. L’uniformité est alors censée engendrer l’alcoolisme, l’ennui, l’entassement, la fatigue physique et nerveuse (p.12). Dans les années 1970, c’est la mouvance du groupe Habitat et Vie sociale qui constate la pauvreté, l’atomisation de la vie quotidienne et la faiblesse des structures sociales locales. Ces mêmes années voient l’essor de l’analyse de la sociologie urbaine marxiste qui dénonce ces grands ensembles devenus les lieux de l’apprentissage de la sécession sociale (p.12-13). On aurait donc ici une coupure qui ne se résoudrait en partie qu’au moment de la directive ministérielle d’Olivier Guichard, ministre de l’Équipement, du Logement et des Transports du 21 mars 1973. Les sciences sociales auraient donc mis 25 ans à se faire entendre, mais le mal est alors déjà fait. Le postulat d’une telle coupure apparaît problématique si ce n’est gênant, et remet en cause le paradoxe initial, puisque si les sciences sociales sont si peu utiles, pourquoi devraient-elles s’intéresser aux grands ensembles ? C’est là ne pas tenir beaucoup compte du fait que ces rapports et autres recherches furent très souvent initiés par ce monde de l’action. Ce que ce chantier de recherches permet — et finalement cette bibliographie qui en tant que telle évacue les archives y invite — c’est justement de tenter de faire l’histoire de la mise en place souvent difficile d’un accord entre les diagnostics, cela sachant qu’il est loin d’être certain que les productions des sciences sociales aient été univoques à dénoncer les errements d’une politique d’aménagement dans une France en pleine modernisation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Verdier, « Dufaux F., Fourcaut A., Skoutelsky R., 2003, Faire l’histoire des grands ensembles. Bibliographie 1950-1980, Lyon, ENS Éditions. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 13 novembre 2003, consulté le 28 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/806

Haut de page

Auteur

Nicolas Verdier

CNRS-UMR Géographie-cités
http://www.parisgeo.cnrs.fr/
nicolas.verdier@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page