Navigation – Plan du site
2003

Lagnier S., 2001, Sculpture et espace urbain en France. Histoire de l’instauration d’un dialogue 1951-1992, Paris, L’Harmattan, coll. "Logiques sociales", 291 p. ISBN 2-7475-1172-3

Eric Boutouyrie

Texte intégral

1"En générant un espace autre, la sculpture renvoie à une manière d’exister et de voir qui modifie la relation du spectateur au temps et au lieu." (p.107) voici, en quelque sorte, condenser dans cette phrase, l’une des thèses centrales de l’ouvrage de Sylvie Lagnier, sélection thématique d’une thèse de doctorat d’Histoire de l’Art soutenue en 1998 à l’Université Lumière Lyon II. C’est à travers cette idée d’un dialogue permanent entre deux espaces -celui du support spatial et celui de la sculpture- que l’auteur nous invite à découvrir un thème singulier dans la galaxie des contributions touchant aux espaces urbains français. Les artistes sont ici les acteurs principaux de l’aménagement urbain et les espaces publics leurs terrains d’investigations.

2Ainsi, il s’agit de rendre compte du rôle de l’art contemporain dans la ville et, plus spécifiquement, de la sculpture publique dans le paysage urbain avec, comme points d’appuis thématiques, trois axes directionnels transversaux: tout d’abord, la "politique" et le rôle des commanditaires dans la naissance des projets d’installations; ensuite, le "lieu", comme réceptacle d’un travail artistique et, en retour, comme porteur de sens pour les citadins; enfin, "la réception", avec le rapport des individus aux espaces modifiés par les sculptures contemporaines. Ce sont donc ces trois thèmes que le lecteur retrouvera lorsqu’il empruntera, attentivement, l’itinéraire quaternaire de l’argumentation.

3Dans une première partie, Sylvie Lagnier concentre ses recherches sur la mise en valeur progressive des espaces publics par des artistes. En plus de saisir l’incidence de la loi du 1% de 1951 dans la reconnaissance du sculpteur comme aménageur de lieux (1% du coût total de la construction d’un établissement scolaire pour la réalisation d’une sculpture), on comprend l’apport décisif de quelques figures historiques comme François 1er, Colbert, André Malraux ainsi que les effets de la loi de décentralisation de 1982 sur le développement d’initiatives locales (exemple de Strasbourg). Au terme de ce parcours historique, on se laissera séduire par cette affirmation féconde : "La mise en valeur des espaces publics est l’un des facteurs déterminants d’équilibre et d’identité des territoires urbains." (p.61)

4Une seconde partie, moins chronologique, souligne l’apport décisif des nouveaux matériaux plastiques dans la formulation de projets originaux, et ce bien loin des allégories et autres monuments funéraires des commémorations après-guerre. Cette effervescence créatrice aboutira, en 1967, au premier symposium de sculpture de Grenoble. Cette date marque incontestablement l’entrée des arts plastiques dans la réflexion sur la nature et le fonctionnement des espaces publics. Les exemples de Vitry-sur-Seine (100 oeuvres entre 1968 et 1996), d’Ivry-sur-Seine (35 oeuvres entre 1967 et 1993) et de Chalon-sur-Saône (oeuvres de Mark di Suvero) venant compléter cette approche monographique de la première tentative d’inscriptions de sculptures dans la ville.

5La troisième partie, intitulée "La sculpture publique en quête de fonctions urbaines", ne manquera pas de susciter l’intérêt des géographes soucieux de saisir les processus à l’oeuvre dans la production des espaces. En effet, c’est ici que Sylvie Lagnier, en se limitant, notamment, à l’exemple des Villes Nouvelles, identifie quatre fonctions de la sculpture urbaine: la sculpture comme un composant précieux de l’aménagement urbain et comme garante de la qualité des espaces publics (Evry et Gérard Singer; Marne-la-Vallée et Erwin Patkaï; Cergy-Pontoise et "l’Axe Majeur" de Denis Karavan); la sculpture comme indicateur du rayonnement de l’art contemporain (mode des fontaines de place publique dans les années quatre-vingt); la sculpture comme modificatrice de l’identité d’un lieu (appropriation de ronds-points) et comme productrice de haut lieu (Daniel Buren au Palais Royal); enfin, la sculpture comme resémantisateur d’espaces à partir d’éléments commémoratifs (Paris, avec l’oeuvre de Jean Dibbets en l’honneur d’Arago et la requalification du quartier Malpassé à Marseille).

6Une ultime partie, sacrifiée au profit des trois autres, aborde, succinctement, les effets de la sculpture sur les habitants et sur l’habiter des villes. On apprend que le rejet est une réaction plus courante que l’acceptation, le public n’étant pas enclin à concevoir le financement étatique d’oeuvres dont ils ne comprennent ni l’utilité, ni la nature (exemples des oeuvres de Buren à Paris ou Richard Serra à Chagny). Malgré tout, la réception, positive ou non, demeure un élément déterminant dans l’existence de ce "troisième espace singulier", produit de la rencontre entre espace physique et espace de l’oeuvre. Restent, à propos de cette question, certaines zones inexplorées, assez loin, il est vrai, des préoccupations dominantes de l’Histoire de l’Art: quelle est la réception en terme d’expérience esthétique ? Les oeuvres modifient-elles le vécu des habitants? Vivent-ils mieux leur ville? Quelle est l’incidence des sculptures sur la lisibilité des paysages urbains? (Cf. Kevin Lynch). De plus, mais les contraintes de l’édition sont impitoyables, on regrette de ne pouvoir parcourir du regard deux ou trois sites indiqués. Peut-être s’agit-il là d’un encouragement à aller voir sur place, une invitation aux vertiges de l’in situ ?

7Au final, le lecteur, géographe, en plus d’apprécier une bibliographie abondante et thématique d’une quarantaine de pages, retiendra que la sculpture est devenue un des paramètres constitutifs de l’urbanité et un promoteur de ce que les sciences sociales se plaisent à psalmodier à savoir, le "lien social". De fait, gageons que cet ouvrage, loin des corridors tortueux de certaines thèses, ait une reconnaissance ne se limitant pas au cercle confidentiel de l’Histoire de l’Art.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Boutouyrie, « Lagnier S., 2001, Sculpture et espace urbain en France. Histoire de l’instauration d’un dialogue 1951-1992, Paris, L’Harmattan, coll. "Logiques sociales", 291 p. ISBN 2-7475-1172-3 », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 11 novembre 2003, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/807

Haut de page

Auteur

Eric Boutouyrie

e-boutou@netcourrier.comDoctorant Equipe MIT, Université de Paris VII.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page