Navigation – Plan du site
2003

Reitel B., Zander P., Piermay J.L., Renard JP (coord.), 2002, Villes et frontières, Paris, Economica- Anthropos, collection Villes, 268 p.

Cécile Buxeda

Texte intégral

1Dans le contexte actuel de mondialisation et de développement des réseaux modernes de communication, de nombreuses recompositions territoriales s´opèrent à différentes échelles : la ville et la frontière en particulier deviennent des objets spatiaux et des concepts " mutants ". La frontière semble " s´effacer " dans un monde où la continuité territoriale paraît obsolète, mais n´est-ce pas pour mieux renaître sous de nouvelles formes ? La ville, élément nodal dans des configurations de plus en plus réticulaires, devient " globale " tout en se transformant en un objet aux configurations spatiales de plus en plus floues et aux modes de gestion en complet remaniement. Cet ouvrage collectif, dont l´un des points de départ a été le colloque " Images de villes-frontières " organisé en 1999, se propose, tout en menant une réflexion sur les concepts, d´explorer les relations complexes existant entre ces deux objets, relations fondées sur une dialectique de l´ouverture et de la fermeture (la ville est le lieu de la mise en relation mais peut aussi engendrer confrontation et exclusion, la frontière a pu longtemps signifier fermeture ou conflit ; en s´ouvrant, elle offre un certain nombre d´opportunités liés aux différentiels).

2Les différentes contributions composant cet ouvrage sont rassemblées en quatre chapitres qui proposent autant de modes d´articulation de la ville et de la frontière, du plus habituel, la ville située sur une frontière politique, au plus innovant, la ville, lieu de production de nouvelles frontières. Le premier chapitre s´intéresse aux effets souvent persistants des " frontières vives ", anciennes coupures devenues coutures, mais qui continuent à influer sur le fonctionnement, l´organisation, la recomposition des espaces urbains libanais, indien et européens. Lorsque les frontières sont " apaisées ", quand elles ne connaissent plus de conflits depuis longtemps mais privilégient les contacts, tout en conservant éventuellement une fonction de filtre, quels sont les effets-frontières ? Comment allier la persistance des différentiels, qui reste généralement la règle, et des ambitions transfrontalières en termes de gestion des espaces urbains en particulier ? Le chapitre 2 tente d´apporter des éléments de réponse dans différents contextes, celui des petites villes dans le jura franco-suisse et celui de trois métropoles transfrontalières (Lille, Bâle et Genève). Dans le troisième chapitre, l´accent est mis sur les différentes stratégies développées par les acteurs urbains pour exploiter les potentialités liées aux frontières : la ligne frontière est ici davantage perçue pour ses effets ou les processus qu´elle engendre que pour elle-même. Ainsi, des villes éloignées des frontières peuvent être qualifiées de villes frontières car elles vivent du commerce frontalier et bénéficient de ses retombées ou encore Cherbourg pourra devenir une ville " transmanche " grâce à la contraction de la frontière maritime liée à l´évolution des distances-temps et des moyens de transport. La frontière appréhendée à travers ses " effets " peut ainsi se dilater ou se contracter ou encore susciter l´invention de modes de gestion hors norme. Elle peut aussi devenir insaisissable dans sa forme si on ne la perçoit plus classiquement comme une limite entre deux états, mais si l´on s´attache, comme le font les textes du chapitre 4, à sa substance même, à ses propriétés, qui sont de séparer, de mettre en contact, en concurrence ou en conflit, de créer des discontinuités ou de rapprocher. Appréhender la frontière ainsi permet d´apporter un nouveau point de vue sur ses relations avec la ville. Celle-ci peut jouer le rôle de " marqueur " pour la frontière floue et peu représentable du XVIIème siècle ; inversement les frontières dans la ville peuvent devenir un outil de maîtrise de l´espace urbain. La ville peut également inventer de nouvelles formes de frontières : des " fronts pionniers " en périphérie des métropoles aux " frontières-nœuds " matérialisées dans les grands aéroports ou autres gares en passant par les " fronts " temporels et spatiaux de la nuit urbaine.

3Villes frontalières, villes-frontières, frontières-villes : les différents auteurs (tous géographes) apportent des éclairages multiples sur les liens existants entre les deux objets en privilégiant l´entrée par la frontière tout en revisitant et parfois bousculant le concept. Loin de rechercher le consensus, les coordinateurs de l´ouvrage revendiquent la diversité, voire le paradoxe et la contradiction suscités par la variété des approches. Le soin apporté à la structure de l´ouvrage permet en effet de le faire : la rigueur dont font montre les auteurs dans la définition des termes employés, la présence d´une introduction et d´une conclusion générales ainsi que de paragraphes de transition au début et à la fin de chaque contribution permettent d´éviter l´écueil du patchwork éclectique et un peu stérile en remettant en perspective chacune des contributions. Les textes traitant de frontières et de villes internes à l´Union Européenne (ou en passe de le devenir) dominent certes largement. Ce choix peut être justifié par les recompositions importantes engendrées par un processus d´intégration européenne encore largement inachevé. Cependant, quelques contributions permettent également d´apporter des éclairages géographiquement plus variés (Afrique, Liban ou Inde). Cet ouvrage stimulant propose donc de nombreuses pistes à un public d´universitaires désireux d´alimenter une réflexion pluridisciplinaire sur des objets spatiaux et des concepts en mutation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Buxeda, « Reitel B., Zander P., Piermay J.L., Renard JP (coord.), 2002, Villes et frontières, Paris, Economica- Anthropos, collection Villes, 268 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 19 septembre 2003, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/809

Haut de page

Auteur

Cécile Buxeda

Doctorante, UMR Géographie-cités, Université Paris I, France
cecile.buxeda@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page