Navigation – Plan du site
2007-2006
Sélection des meilleurs articles de SAGEO 2005
384

Lieu de résidence réel et lieu de résidence idéal : une approche fondée sur la théorie de la décision

Anne-Marie Meyer

Résumés

Cette recherche examine la capacité d'une théorie de la décision à estimer le lieu de résidence réel des personnes. Son objectif est double : d'une part, proposer une méthode pour tester empiriquement la théorie de la Subjective Expected Utility appliquée au choix résidentiel, et d'autre part, mettre en évidence les différences dans l'évaluation des quartiers d'une ville liées à l'existence de groupes de population définis par leurs statuts familial et social. Grâce à une enquête, la validité de cette théorie de la décision peut être en partie confirmée, mais sa mise en pratique pose également un ensemble de difficultés, liées notamment à l'acquisition de l'information.

Haut de page

Texte intégral

Introduction

1Les nombreuses enquêtes effectuées dans le domaine de la mobilité résidentielle soulignent le rôle essentiel du logement dans le processus du choix d'un nouveau lieu de résidence. La qualité du cadre de vie, telle qu'elle est évaluée par les habitants, d'un quartier se définit en premier lieu par les caractéristiques des logements qui s'y trouvent. Mais, souhaits et lieux d'arrivée d'un déplacement ne sont pas forcément identiques.

2Malgré ces divergences, cette recherche tente d'appréhender le processus de choix du lieu de résidence à travers une approche issue de la théorie du choix rationnel, bien que les capacités des individus à connaître et à utiliser toutes les informations qui sont théoriquement à leur disposition sont limitées. Une personne peut, malgré cela, avoir un comportement d'optimisation puisque "plutôt que de trouver tout de suite la meilleure localisation possible tel que le modèle standard du comportement de consommation le prévoit, l'individu ajuste sa consommation actuelle de manière myope afin d'améliorer l'utilité" (De Palma et al., 1994). Pour valider cette approche, une enquête a été menée en octobre 2004 à Hambourg sur un échantillon de 260 personnes.

Théorie de la "Subjective Expected Utility" et choix résidentiel

3Parmi les différentes approches possibles du choix résidentiel, nous avons choisi de mettre plus particulièrement l'accent sur la théorie de la décision de la Subjective Expected Utility (SEU) et, pour analyser sa validité, d'élaborer un questionnaire qui doit contenir les éléments nécessaires à cette vérification. En intégrant la théorie de la SEU dans notre modèle, nous suivons en partie la proposition de G. F. De Jong et J. T. Fawcett(1981) de modéliser les migrations en tenant compte du contexte de niveau macro, tel qu'il est perçu par l'individu et des caractéristiques de ce dernier. A notre connaissance, leur proposition n'a pas été mise en pratique à l'aide d'une enquête dans le domaine de la mobilité résidentielle intra-urbaine. Dans d'autres domaines, la théorie de la SEU a guidé l'élaboration de quelques enquêtes : C. Wolf (1988) a mené auprès des visiteurs du centre-ville de Hambourg une investigation destinée à comprendre les différences de fréquentation entre les parties Est et Ouest de la City, celle de O. Behn, J. Friedrichs et V. Kirchberg (1989) possède une thématique similaire et concerne les 3 centres de l'agglomération de Wolfsburg, J. Friedrichs, M. Stolle et G. Engelbrecht (1993) proposent une étude du consentement des chômeurs à déménager lorsqu'un emploi leur est proposé dans une autre ville. Ces trois études nous serviront de guide pour l'élaboration de notre enquête.

4La théorie du SEU part de l'hypothèse qu'un individu se trouvant dans la situation de prendre une décision, est capable de percevoir différents comportements alternatifs possibles. La personne choisira parmi ces alternatives, celle qui lui procurera l'utilité la plus forte, celle dont les conséquences sont évaluées comme étant les plus positives et dont la probabilité d'occurrence est la plus élevée :

Ex : deux comportements alternatifs Ca et Cb possédant chacun des conséquences évaluées par l'individu :

- l'individu attribue à chacune de ces conséquences une utilité Ui et une probabilité d'occurrence pi. Chaque conséquence est évaluée à l'aide du produit des deux termes Ui et pi.

- l'utilité globale UG d'un comportement est obtenue en additionnant le produit lié à chaque conséquence. Donc si le comportement Ca possède trois conséquences, son utilité globale UG(Ca) est calculée à l'aide de la formule suivante : 

Celle d'un comportement UG(Cb) à 4 conséquences s'écrira :

- l'individu compare les deux comportements et choisira celui qui lui procurera l'utilité globale la plus élevée : si  UG(Ca) > UG(Cb), alors le comportement Ca sera choisi.

5Seule une enquête permet la collecte des informations nécessaires à la vérification de la théorie de la Subjective Expected Utility. Elle se fonde sur l'hypothèse qu'une personne est capable de traduire son évaluation de la situation, c'est-à-dire l'utilité et la probabilité associées à chaque conséquence d'un comportement, soit directement en termes numériques, soit sous forme de variables nominales que le chercheur transformera ensuite en valeurs quantitatives. D'après J. Friedrichs, M. Stolle et G. Engelbrecht, la théorie de la SEU paraît ainsi particulièrement bien adaptée à l'analyse du choix du lieu de résidence puisque certaines conséquences du changement de lieu de résidence peuvent être directement exprimées en termes monétaires : le coût du déménagement, celui de l'ancien et du nouveau logement, l'achat de nouveaux meubles, d'éventuelles pertes financières liées à l'impossibilité de conserver son emploi devenu trop distant du nouveau lieu de résidence, des charges locatives ou des taxes foncières différentes… Mais la théorie de la SEU pose quelques problèmes lorsqu'elle est mise en pratique. Combien existe-t-il de comportements alternatifs ? Est-ce que le choix de l'un des comportements exclue automatiquement le choix d'un autre ? Les conséquences des comportements sont-elles toutes connues de l'individu ?

Le choix du lieu de résidence

6A. Speare (1971, 1974) propose dans son approche de la mobilité résidentielle, de modéliser la deuxième phase du processus, le choix d'un logement spécifique situé dans un quartier particulier, à l'aide d’une conception se rapprochant de la théorie du choix rationnel (Figure 1). La théorie de la SEU possède l'avantage de pouvoir tenir compte des capacités limitées des individus à connaître et à utiliser toutes les informations qui sont théoriquement à leur disposition. En effet, il est improbable qu'une personne ayant décidé de déménager choisisse son nouveau logement dans un ensemble composé de tous les logements vacants présents dans tous les quartiers de la ville.

Figure 1 : De l'individu au lieu de résidence (d'après A. Speare)

A. M. Meyer, 2004

Différentes interprétations de la théorie de la Subjective Expected Utility

  • 1 . Données issues du dernier recensement réalisée en Allemagne en 1987

7Un individu qui décide à Hambourg de changer de logement a théoriquement le choix de s'installer dans l'un des 180 quartiers de la ville. Il peut rester dans son quartier, le quitter pour un autre, mais il peut également partir complètement de la ville et s'installer en Allemagne ou à l'étranger. Le nombre de possibilités est donc très élevé et une utilité globale devrait être calculée pour chacune d'entre elles. Tester par un questionnaire l'ensemble de ces alternatives n'est guère possible et n'est pas utile puisqu'il est fort peu probable qu'une personne soit capable de considérer l'ensemble des possibilités existantes. Une multitude de facteurs, comme la distance, la proximité d'amis ou de parents dans certains quartiers, le lieu du travail…, peuvent intervenir et écarter certains lieux de résidence potentiels. Pour réduire le nombre de possibilités, une typologie des quartiers selon les caractéristiques de leurs logements a été élaborée à partir des scores d'une analyse factorielle en composantes principales réalisée sur des données caractérisant le logement et le bâti1.

Figure 2 : Quartiers proposés comme lieux de résidence alternatifs

A. M. Meyer, 2004

8Les personnes participant à l'enquête ne seront plus questionnées par rapport à l'ensemble des unités administratives de Hambourg mais par rapport aux sept catégories de quartiers de la typologie. Pour simplifier le remplissage des enquêtes, chaque type de quartier est remplacé par l'unité la plus représentative du groupe, obtenue en appliquant la méthode de comparaison visuelle des silhouettes (D'Arcy Thompson,1917). Ainsi par exemple, la catégorie "Logements de reconstruction d'après-guerre", typique de la partie Est du péricentre, sera remplacée dans le questionnaire par "Barmbek", c'est-à-dire par le quartier le plus représentatif de ce groupe (Figure 2).

9Pour connaître les attitudes des personnes participant à l'enquête, toutes les questions ont été posées de la même manière, selon le modèle proposé par O. Behn, J. Friedrichs et V. Kirchberg (1989) : l'utilité individuelle de chaque caractéristique d'un logement ou d'un quartier est déterminée à l'aide de l'évaluation d'un constat, par une phrase débutant par les mots "j'aimerais pouvoir... (par exemple, me promener le soir sans peur dans mon quartier)". Chaque individu évalue donc une situation présentée sous la forme d'un constat qu'il qualifie à l'aide d'une des 5 possibilités de réponses, de "très important" à "sans importance", selon le rôle qu'il accorde à cet aspect particulier de la résidence. Les caractéristiques que les personnes doivent évaluer ont été choisies de manière à retenir les éléments les plus importants du logement, son prix et sa taille. L'accent est également mis sur des caractéristiques générales des quartiers qui devraient pouvoir être évaluées par la majorité des habitants de Hambourg.

10Enfin, pour obtenir l'utilité globale du choix de tel ou tel type de quartier, les souhaits déterminés par les questions précédentes sont confrontés aux 7 types de quartiers définis à l'aide de la typologie : chaque personne doit indiquer si elle estime pouvoir satisfaire les caractéristiques du logement qu'elle juge importantes dans chacun des 7 quartiers choisis pour représenter leur groupe respectif. Les probabilités d'occurrence de chaque élément d'attractivité sont donc obtenues en y associant à chaque fois 3 possibilités de réponses : "oui", "peut-être" et "non". Malgré le passage d'une évaluation de 178 à 7 quartiers, le nombre de réponses à donner dans le questionnaire est important et peut rebuter certaines personnes. Par ailleurs, le choix des quartiers représentatifs n'est pas sans poser de problèmes : nous supposons que les personnes interrogées les connaissent au moins de nom et qu'elles soient capables de s'en faire une opinion (que cette dernière soit juste ou non).

11L'évaluation des affirmations pour chaque quartier est ensuite recodée pour obtenir les probabilités d'occurrence propres à chaque personne interrogée. Puisqu'il ne s'agit pas réellement de probabilités mais d'une évaluation de la chance d'obtenir telles caractéristiques du logement ou du quartier, les réponses ne devront pas être codées sur une échelle allant de 0 à 1. La valeur 0 est finalement attribuée à la réponse "non", 1 à la réponse "peut-être" et 2 à la réponse "oui".

Figure 3 : Déterminer le lieu de résidence idéal d'un individu (modèle 1)

A. M. Meyer, 2004

12Nous avons choisi de conserver le même système de codage quel que soit le type de quartier et sans tenir compte des divergences dans le degré de connaissance d'un quartier, que celui-ci soit élevé lorsque l'individu y habite depuis de longues années ou faible lorsque le quartier n'est connu qu'à travers l'image véhiculée par le discours d'autres personnes. Les différences pourraient être introduites dans le modèle en surévaluant, par exemple, les réponses associées aux caractéristiques du quartier de résidence actuel. Mais un individu fréquente également d'autres lieux dans la ville et peut posséder une idée plus ou moins précise du quartier dans lequel il travaille, fait ses achats ou pratique ses activités de loisirs… Une question supplémentaire serait donc nécessaire pour mesurer avec plus d'exactitude le degré de connaissance des types de quartiers proposés. Cette possibilité n'a pas été retenue dans cette recherche : l'individu connaît non seulement avec précisions les caractéristiques positives de son lieu de résidence actuel, mais aussi tous les éléments négatifs de ce dernier et qui peuvent faire émerger le désir de changer de quartier. Il possède également une certaine image, plus ou moins proche de la réalité, des avantages et désavantages des autres quartiers. Il nous paraît difficile d'estimer le rôle joué par le degré de connaissance dans les représentations parfois idylliques, parfois pessimistes, parfois neutres attribuées aux quartiers.

13Dans ce premier modèle (Figure 3), l'ensemble des caractéristiques indiquées sur le questionnaire est intégré dans les calculs (modèle 1). Pour tenter d'affiner l'analyse et d'intégrer la rationalité limitée des individus, deux modèles supplémentaires sont élaborés, soit en tenant compte de toutes les caractéristiques mais en accordant un poids supplémentaire aux aspects correspondant aux aspirations les plus déterminantes (modèle 2), soit en éliminant les éléments moins significatifs pour ne conserver que les trois critères les plus significatifs (modèle 3). Les personnes enquêtées doivent donc indiquer les 3 souhaits liés au logement qui sont à leurs yeux les plus importants. Le coefficient de pondération attribué à chaque réponse prend en compte cette inégale importance des caractéristiques : les valeurs 1,75, 1,5 et 1,25 sont affectées aux 3 dimensions indiquées en fonction de l'ordre indiqué sur le questionnaire.

14Les 3 modèles du choix du lieu de résidence n'indiquent que le type de logement et les caractéristiques globales du quartier, mais non pas une localisation précise. D'autres critères devront donc être introduits par la suite pour déterminer le choix final du ménage. Un problème supplémentaire pourrait provenir du déroulement du processus de décision : l'enquête ne peut que vérifier une prise en compte simultanée des alternatives c'est-à-dire que nous supposons qu'une personne sait qu'il existe sept catégories de logement et de quartier à Hambourg et est capable de les évaluer en même temps au niveau de leur utilité et de leur probabilité d'occurrence. Mais le processus de décision pourrait également être séquentiel : puisque les individus ne sont pas capables de prendre en compte tous les aspects d'un comportement, ils comparent tout d'abord les comportements alternatifs possibles par rapport à la caractéristique qui leur parait être la plus importante. Si alors l'une des alternatives possède une utilité nettement supérieure aux autres possibilités, leur choix s'orientera vers cette dernière, sans qu'il ne soit tenu compte des autres attributs du comportement. Si plusieurs comportements obtiennent une valeur identique pour cette première caractéristique, le deuxième critère le plus important est introduit et l'évaluation des comportements possibles est reprise pour ces deux critères. Le modèle "Elimination by Aspects" de A. Tverski (1972) est sans doute l'exemple le plus représentatif de cette approche.

15En appliquant n'importe lequel de nos 3 modèles fondés sur la théorie de la SEU, nous obtenons pour chaque individu le type de quartier qui devrait lui procurer l'utilité globale la plus élevée. Certaines restrictions liées par exemple à des moyens financiers réduits interviennent donc indirectement par l'évaluation par l'individu de sa chance d'améliorer sa situation en déménageant dans un certain quartier. D'après cette logique, chaque personne devrait habiter dans la catégorie de quartier qui lui procure l'utilité globale la plus élevée. Ces modèles peuvent donc être validés à travers leur capacité à estimer le lieu de résidence actuel des personnes. Une évolution de ses besoins et préférences ou une modification dans son évaluation des probabilités d'occurrence devrait donc provoquer un recalcul de toutes les utilités globales, une nouvelle phase de comparaison, et si celle-ci est défavorable au lieu de résidence actuel, le démarrage d'une mobilité résidentielle.

16L'estimation du lieu de résidence par les trois approches fondées sur la théorie de la SEU donne des résultats très différents. La comparaison des utilités globales nous met effectivement parfois en face d'une situation indécise puisqu'un individu peut attribuer des valeurs identiques à des types de quartiers différents (Figure 4). Ceci est particulièrement vrai lorsque seules les trois caractéristiques du logement et du quartier jugées les plus importantes sont prises en compte dans le calcul des utilités globales : 88 individus devraient ainsi hésiter entre deux, trois voire quatre types de quartiers parfois très différents. Dès que le nombre de critères introduits augmente, le nombre de cas indécis diminue : il n'est que de 33 individus lorsque toutes les caractéristiques sont introduites et de 29 lorsque les éléments les plus déterminants sont en plus pondérés selon leur degré d'importance. Le modèle 2 ne différencie donc pas suffisamment les types de quartiers. En augmentant le nombre de critères, la chance d'introduire des éléments différenciateurs devient plus grande et, même si l'individu estime que cette caractéristique ne joue qu'un rôle très secondaire dans le choix de son lieu de résidence, cet élément orientera le choix, parmi un ensemble de quartiers tous identiques, sur le quartier qui possède cet aspect particulier.

Figure 4 : Comparaison des 3 modèles fondés sur la théorie de la SEU

  • 2 . Le coefficient V de Cramer mesure l'intensité de la relation entre deux variables nominales dont (...)

17Mais la validité de la théorie de la SEU appliquée à la mobilité résidentielle doit surtout être évaluée à travers sa capacité à estimer le lieu de résidence réel. Les modèles 1 et 3, comparables du point de vue de leur pouvoir de différenciation, se distinguent alors très fortement. Cette différence est manifeste lorsque les valeurs du V de Cramer2 sont comparées. Celle du modèle 1 est nettement supérieure à la valeur de référence 0,20 utilisée communément pour montrer qu'il existe une relation entre deux variables. Les règles utilisées par le modèle 1 fournissent ainsi les estimations les plus proches des localisations réelles : dans 45,58 % des cas, la simple comparaison des utilités globales, sans attribuer de poids supplémentaires à certaines caractéristiques du logement, permet d'affecter l'individu dans le type de quartier dans lequel il vit réellement. Ce résultat nous paraît satisfaisant, notamment parce que les erreurs d'estimations importantes ne sont que rares : les erreurs d'affectation se produisent généralement entre des types proches, par exemple entre le type "Altona" représentant "les quartiers anciens et denses aux logements plutôt vastes" et le type "Winterhude" symbolisant "les quartiers aux logements confortables généralement de grande taille". En combinant l'importance accordée aux différents éléments du logement et du quartier à une évaluation individuelle de la chance d'obtenir une amélioration de la situation résidentielle dans les différentes parties de la ville, nous parvenons à prévoir globalement le type de quartier dans lequel l'individu vit (Figure 5).

Figure 5 : Distributions de la population réelles et estimées par le modèle 1 entre les sept types de quartiers (hors cas indécis)

18La comparaison entre les distributions réelles et estimées par le modèle 1 révèle de plus quelques aspects intéressants. Les pourcentages d'individus affectés correctement à leur type de quartier sont très hétérogènes d'une catégorie à l'autre. Ils sont particulièrement importants pour les types "Altona" et "Eimsbüttel" : quartiers très denses d'époque wilhelmienne composés d'immeubles de rapport se distinguaent du point de vue de la taille et du niveau de confort des logements. Ils sont généralement plus grands, plus chers et plus modernes à Eimsbüttel qu'à Altona. Leur lieu de résidence actuel leur procure donc effectivement l'utilité globale la plus élevée. Le type "St. Pauli" qu'on pourrait qualifier de type "Altona dégradé" est quant à lui plutôt mal estimé et une part importante de ses habitants est justement affectée par erreur à la catégorie "Altona". Les habitants de "St. Pauli" estiment donc qu'ils peuvent améliorer leur situation résidentielle en vivant dans ce quartier qui possèdent de nombreux points communs avec le leur, mais dont l'image est globalement plus positive. Les personnes questionnées ne sont donc pas irréalistes, elles ne mésestiment que rarement les moyens financiers dont elles disposent pour satisfaire leurs besoins en matière de logement. Seul l'une d'entre elles attribue ainsi une utilité globale très élevée à la catégorie "Othmarschen", donc à un quartier composé de vastes villas entourées de jardins.

19Le modèle 1 montre quelques faiblesses au niveau de l'estimation des personnes qui ont choisi d'habiter dans les zones plus périphériques de la ville symbolisées par le type "Schnelsen". 39,34 % des personnes qui habitent cette catégorie de quartier y sont correctement affectés, mais 21,3 % d'entre eux attribuent une utilité globale plus élevée au type "Winterhude". A Hambourg, Winterhude possède une image très positive : un quartier tranquille, plutôt résidentiel et cossu, situé à proximité d'espaces verts publics et du plan d'eau de l'Alster et associant une bonne accessibilité du centre-ville par les transports en communs. Mais les loyers et le prix de l'immobilier y sont chers. De nombreux ménages s'installent donc dans un quartier périphérique du type "Schnelsen" où les opportunités d'acheter ou de construire une maison sont beaucoup plus élevées. L'utilité globale attribuée à Winterhude révèle les préférences des individus mais qui ne peuvent souvent pas être satisfaites.

20La part des individus correctement affectée par le modèle 1 à leur quartier dépasse 50 %. Ce modèle, qui n'apporte aucune pondération supplémentaire liée à une évaluation personnelle de l'importance accordée aux éléments introduits dans le calcul, fournit donc les meilleurs résultats. Fondé sur l'hypothèse implicite qu'une personne est capable d'évaluer un nombre illimité de dimensions, il pourrait remettre indirectement en question la rationalité limitée. En réalité, la prise en compte de la "bounded rationality" est en grande partie contournée par la forme prise par le questionnaire. Pour faciliter son remplissage, toutes les dimensions utilisées pour comparer les quartiers ont été déterminées en fonction du seul jugement du chercheur. La personne qui répond n'a donc pas la possibilité d'ajouter ou d’éliminer l'un des aspects, il doit essayer de toutes les évaluer. Il est mis "artificiellement" dans la situation de devoir évaluer différents types de quartiers en fonction de dimensions qui potentiellement n'entreraient peut-être pas en ligne de compte dans son processus de comparaison. Des questions ouvertes, sans aucune indication préalable, auraient été nécessaires pour ne prendre en compte que les aspects réellement déterminants. L'introduction de toutes les réponses des personnes enquêtées dans le calcul des utilités globales devient un peu plus complexe, puisque d'un individu à l'autre, le nombre et le type de dimensions changent. Mais la théorie de la SEU permet de nombreuses modifications sans que les postulats de celle-ci ne soit remis en question. F. Kalter (1997) montre ainsi que des modèles destinés à prendre en compte la rationalité limitée comme les modèles lexicographiques de A. Tverski (1972), discriminatoires de S. Lindenberg (1981,1985), et du framing de H. Esser (1991) peuvent être appréhendés par la théorie de la SEU.

21La définition de la situation par un individu est également liée à son appartenance à un groupe de populations défini par exemple par son statut socio-économique ou par son statut socio-familial. Cette influence pourrait se manifester par un rôle inégal joué par les différentes caractéristiques du logement et du quartier dans le choix du lieu de résidence.

Une évaluation influencée par les caractéristiques sociales et familiales

22L'influence de l'appartenance à un groupe de population sur le choix du lieu de résidence peut se manifester de deux manières différentes dans le calcul de l'utilité globale attribuée à chacun des 7 quartiers représentatifs de Hambourg :

  •  au niveau de l'importance accordée par les membres de chaque groupe aux différentes dimensions du logement et du quartier retenues par l'enquête.

  •  au niveau de l'évaluation des chances d'obtenir une amélioration des conditions de vie en choisissant tel type de lieu de résidence. Une attitude commune à l'intérieur d'un groupe par rapport à un type de quartier pourrait alors expliquer que certaines populations privilégient ce quartier alors que d'autres l'évitent.

23L'analyse des éventuelles divergences entre groupes de population repose sur une typologie des personnes ayant répondu à l'enquête obtenue à l'aide d'une analyse factorielle des correspondances multiples suivie d'une classification. Les 5 groupes qui en résultent révèlent la prédominance de la dimension familiale par rapport au niveau social plus secondaire :

  •  gr. 1 "fin du cycle de vie"

  •  gr. 2 "jeunes ménages de petite taille"

  •  gr. 3 "les familles traditionnelles" 

  •  gr. 4 "les 'nouveaux' ménages d'une personne"

  •  gr. 5 "les 'nouveaux' ménages de 2 personnes"

24Pour analyser les éventuelles divergences entre groupes, nous avons calculé pour les groupes définis par le statut social et familial les importances moyennes accordées à chacune des 10 dimensions retenues par le questionnaire, puis les probabilités d'occurrence moyennes attribuées aux 7 types de quartiers (Figure 6).

Figure 6 : Hiérarchie des caractéristiques du logement et du quartier selon le groupe de population

25Effectivement, d'après la figure précédente, les groupes de population se différencient fortement au niveau de l'importance qu'ils attachent aux différents éléments du logement et du quartier. Le prix (ou le loyer) du logement, donc la seule caractéristique incontournable, arrive en tête dans tous les classements. Mais dès le deuxième élément jugé le plus important, les hiérarchies ne se ressemblent plus et reflètent les spécificités de chaque groupe.

26Pour les "jeunes ménages de petite taille", les "nouveaux ménages d'une personne " et les "nouveaux ménages de deux personnes", la sécurité dans le quartier devient une priorité, peut-être parce que contrairement aux "familles traditionnelles" et aux individus se trouvant à la "fin du cycle de vie", ces personnes utilisent plus fréquemment les distractions de leur quartier, fréquentent les restaurants, vont au cinéma ou à un concert... On retrouve la même priorité au niveau du "mode de vie tourné sur l'extérieur", donc pour un style de vie caractérisé par l'importance de ses activités de loisirs notamment à l'extérieur de son domicile. Les personnes âgées privilégient plutôt l'accessibilité du centre-ville, notamment par les transports publics, mais n'attribuent qu'un rôle moyen à la présence de commerces et services d'utilisation courante dans le quartier. Cet ordre est inversé pour les familles traditionnelles : habitant le plus souvent dans les quartiers périphériques, ces ménages ont fait le choix de s'éloigner du centre-ville, mais ils apprécient la présence d'une offre commerciale de proximité et la tranquillité du quartier. Le rôle joué par les enfants dans la vie de la famille est également révélé par la dimension "envoyer mes enfants dans l'école du quartier", ils sont le seul groupe à ne pas attribuer un rang en fin de classement à cette caractéristique. L'accès aux activités culturelles devient très secondaire, après le mariage et la naissance des enfants, le ménage modifie généralement ses activités de loisirs et se recentrent plus fortement sur celles qui se pratiquent dans le cadre de la famille. Les autres groupes n'ont pas (ou n'ont plus) d'enfants, les caractéristiques du quartier qui pourraient faciliter la vie en famille n'entrent donc pas en ligne de compte lors du choix de leur lieu de résidence.

27La comparaison des valeurs moyennes attribuées par les groupes aux types de quartier indique que les deux dimensions "taille du logement" et "loyer du logement" sont liées et révèlent les contraintes liées aux moyens financiers et au nombre de personnes dans le ménage. Seule la catégorie des "nouveaux ménages de deux personnes" possèdent en moyenne des revenus suffisants pour pouvoir attribuer des probabilités d'occurrence élevées au type "Othmarschen" : ils estiment donc qu'ils ont réellement une chance d'obtenir un logement spacieux avec les moyens financiers dont ils disposent. Les revenus sont au contraire plutôt faibles pour les "jeunes ménages de petite taille" et les "nouveaux ménages d'une personne" : ils attribuent effectivement une chance plus élevée d'accéder à un logement abordable dans le quartier "St. Pauli", là où les logements sont généralement plus anciens et peu confortables. D'après les "nouveaux ménages d'une personne", il est également possible de trouver un logement de grande taille dans les quartiers centraux, à "Eimsbüttel", à "St. Pauli" ou à "Altona", même si cette évaluation de la surface est relative : pour ces ménages de petite taille, des logements de 2 à 3 pièces peuvent paraître grands, alors qu'ils sont plutôt petits pour d'autres catégories, dont le nombre de membres est plus grand. Les familles traditionnelles estiment donc que leurs chances sont plus élevées dans les quartiers un peu plus éloignés du centre, par exemple à "Winterhude" ou à la périphérie de l'agglomération comme à "Schnelsen".

28La variable "vivre dans un quartier tranquille" est surtout intéressante du point de vue de l'évaluation des deux types "Altona" et "St. Pauli" : l'opposition entre les groupes de population "fin du cycle de vie", "familles traditionnelles" et "nouveaux ménages de deux personnes" d'une part, et les "jeunes ménages de petite taille" associés aux "nouveaux ménages d'une personne" y est particulièrement nette. Pour les uns, le terme "tranquillité" ne peut pas être associé à ces quartiers, alors que l'avis reste plus optimiste pour les autres. Ces évaluations reflètent à nouveau des attitudes différentes vis-à-vis les caractéristiques des quartiers, les jeunes et célibataires ont sans doute plutôt tendance à relativiser le caractère plus ou moins calme d'un quartier et n'estiment pas qu'un nombre important de commerces et services et qu'une population hétérogène puisse diminuer fortement la tranquillité dans un quartier.

29Une dernière remarque concerne le groupe "fin du cycle de vie". Ses membres attribuent pratiquement sans exception une valeur très faible à leur chance d'obtenir une amélioration de leur condition de vie en déménageant dans un des types de quartier retenus pour l'enquête. Cette vision "pessimiste" des conditions dans les autres parties de la ville pourrait être un des facteurs explicatifs de la relation positive entre l'âge de la personne et la durée de résidence dans le même logement. Même si le degré de satisfaction avec le lieu de résidence actuel diminue, l'utilité globale de ce dernier reste supérieure à celle que la personne pourrait obtenir en déménageant : les désavantages sont donc contrebalancés par le sentiment de ne pas pouvoir améliorer sa situation en changeant de domicile.

30Les calculs des moyennes révèlent donc les divergences au niveau de l'évaluation des chances d'obtenir une amélioration des conditions de vie en déménageant dans l'un des types de quartier retenus par l'enquête. Puisque les 7 types de quartiers sont représentatifs des caractéristiques de l'habitat à Hambourg, il devrait être possible d'extrapoler ces évaluations spécifiques à chaque groupe de statut à l'ensemble de l'agglomération. De l'évaluation des chances affectées à chaque quartier, on aboutirait pour chaque catégorie de statut à une représentation cartographique globale des probabilités d'occurrence : l'image subjective de la ville telle qu'elle est perçue par un groupe d'individus.

Conclusion

31Une fois que la décision de déménager est prise, la personne compare les avantages et désavantages des différents lieux de résidence potentiels de la ville, puis choisit celui qui est susceptible de lui offrir un maximum d'avantages et un minimum d'inconvénients, en fonction de ses besoins et souhaits mais aussi des contraintes qui peuvent diminuer sa marge de manœuvre. Ces aspects du choix peuvent être opérationalisés dans le cadre de la théorie de la Subjective Expected Utility. Les composantes introduites dans les calculs de l'utilité globale sont le fruit d'une définition de la situation qui est propre à chaque personne qui a participé à l'enquête : par l'intermédiaire de la cognition et de l'évaluation des alternatives et conséquences, le contexte (les caractéristiques du ménage auquel l'individu appartient, de la ville dans laquelle il réside, de la société dans laquelle il vit…) est introduit dans le choix du lieu de résidence. En fonction de cette définition de la situation, l'individu prend une décision, son comportement est rationnel, mais cette rationalité ne se définit que pour lui-même.

32En appréhendant le choix résidentiel à l'aide de la théorie de la SEU, nous avons volontairement choisi de nous rapprocher de la théorie du choix rationnel (Coleman 1990, Esser 1991...). Cette recherche s'insère en effet dans une problématique plus générale qui utilise le modèle explicatif proposé par cette théorie pour tenter d'appréhender l'organisation socio-résidentielle d'une ville. Celle-ci ne peut pas être définie directement du fait de la complexité des processus à l'œuvre. Mais en suivant l'hypothèse que tout phénomène collectif est le résultat de la combinaison de phénomènes individuels, l'analyse peut être simplifiée en modifiant l'angle d'approche : les répartitions inégales des populations dans la ville sont expliquées à l'aide des décisions individuelles en matière de choix du lieu de résidence.

Haut de page

Bibliographie

Behn O., Friedrichs J., Kirchberg V., Die City von Wolfsburg. Bedeutung und Bewertung eines jungen Stadtzentrums, Frankfurt, New York, Campus, 1989.

Coleman J., Foundations of Social Theory, Belknap, Harvard University Press, 1990.

D'Arcy Thompson W., On Growth and Form, Cambridge, Cambridge University Press, 1917.

De Jong G. F., Fawcett J. T., Motivation for Migration: An Assessment and a Value. Expectancy Research Model. In : De Jong G. F., Gardner R. W., Migration Decision Making, New York, Pergamon Press, 1981, pp. 13-58.

De Palma A. et al., «Rational Choice under an Imperfect Ability to Choose», The American Economic Review, vol. 84, n°3, 1994, pp. 419-440.

Esser H. Alltagshandeln und Verstehen. Zum Verhältnis von erklärender und verstehender Soziologie am Beispiel von Alfred Schütz und "Rational Choice", Tübingen, Mohr, 1991.

Friedrichs J., Stolle M., Engelbrecht G., «Rational-Choice-Theorie: Probleme der Operationalisierung», Zeitschrift für Soziologie, vol. 22, 1993, pp. 2-15.

Kalter F. Wohnortwechsel in Deutschland. Ein Beitrag zur Migrationsthgeorie und zur empirischen Anwendung von Rational Choice Modellen, Opladen,Leske + Budrich, 1997.

Lindenberg S., Erklärung als Modellbau : Zur soziologischen Nutzung von Nutzentheorien, In : SCHULTE W., Soziologie in der Gesellschaft, Bremen, Universität Bremen, 1981, pp. 30-35.

Lindenberg S., «Rational Choice and Sociological Theory: New Pressures on Economics as a Social Science», Zeitschrift für die gesamte Staatswissenschaft, vol. 141, 1985, pp. 244‑255.

Speare A., «A Cost-Benefit Model of Rural to Urban Migration in Taiwan», Population Studies, vol. 25, 1971, pp. 117-130.

Speare A., «Residential Satisfaction as an Intervening Variable in Residential Mobility», Demography, vol. 11, 1974, pp. 173-188.

Tversky A., «Elimination by Aspects: A Theory of Choice», Psychological Review, vol. 79, 1972, pp. 281-299.

Weichhart P.,«Wohnsitzpräferenzen im Raum Salzburg : subjective Dimensionen der Wohnqualität und die Topographie der Standortbewertung. Ein mikroanalytischer Beitrag zur Propädeutik der Wanderungstheorie», Salzburger geographische Arbeiten, vol. 15, 1987.

Wolf C., Die Hamburger Innenstadt: Ihre Benutzung und Bewertung. Eine empirische Analyse sozialräumlicher Differenzierung, Hamburg, Gesellschaft für Sozialwissenschaftliche Stadtforschung, 1988

Haut de page

Notes

1 . Données issues du dernier recensement réalisée en Allemagne en 1987

2 . Le coefficient V de Cramer mesure l'intensité de la relation entre deux variables nominales dont l'une au moins doit être subdivisée en plus de 2 modalités. Ce coefficient, fondé sur le calcul du χ2, mesure l'écart entre les variations constatées dans des données et une hypothèse d'indépendance. Lorsqu'il tend vers 0, l'hypothèse d'indépendance est vérifiée : il n'y a pas de relation. Si au contraire, sa valeur tend vers 1, alors la liaison entre la catégorie estimée par le modèle et le type de quartier habité réellement par l'individu est forte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anne-Marie Meyer, « Lieu de résidence réel et lieu de résidence idéal : une approche fondée sur la théorie de la décision », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Dossiers, document 384, mis en ligne le 11 juillet 2007, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/8142 ; DOI : 10.4000/cybergeo.8142

Haut de page

Auteur

Anne-Marie Meyer

Laboratoire Image et Ville UMR 70113, rue de l'Argonne, 67000 Strasbourgmarie@lorraine.u-strasbg.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page