Navigation – Plan du site
2003

Di Méo G. (dir.), 2001, La géographie en fêtes, Paris, OPHRYS, 270 p.

Christophe Queva

Texte intégral

1La fête, objet géographique ?

2Dans son dernier ouvrage, La géographie en fêtes, Guy Di Méo, géographe spécialiste des questions territoriales et identitaires, nous plonge au cœur du " tumulte des fêtes ", un objet d´étude destiné à conforter sa conception sociale et culturelle de la géographie. Collectif et dirigé par Guy Di Méo, l´ouvrage s´inscrit dans la continuité des réflexions théoriques de celui-ci. Mais cette fois, un objet, la fête, a été choisi comme clef pour entrer dans l´analyse du territoire et des identités qui lui sont associées.
En quoi la fête est-elle un bon révélateur des relations que les sociétés tissent avec leur territoire ? C´est en digne metteur en scène de La géographie en fêtes, que Guy Di Méo, parvient à élaborer une synthèse de qualité sur le sujet. L´idée générale est de mettre en évidence le rôle majeur de la fête — conçue comme événement hors du commun, ancré dans un espace festif spécifique — dans le processus de constructions sociale et identitaire des sociétés. Guy Di Méo met d´abord en place une intrigue générale, confrontant le festif et le quotidien, le local et le global, l´individu et la société, les dominants et les dominés, le sacré et le profane, bref tous les éléments temporels, spatiaux et socio-culturels qui se voient articulés et rassemblés dans le jeu des fêtes. Les autres auteurs, des chercheurs francophones, nous font ensuite part de leurs recherches sur des exemples précis: le festival A Caen la paix (P. Buléon), le carnaval béarnais à Pau (F. Guérit), ou encore la fête du vin à Bordeaux (J.-C. Hinnewinkel).
L´ouvrage confronte au total huit contributions de type monographique, que Guy Di Méo relie avec soin pour effectuer plusieurs synthèses, ponctuant l´analyse globale de l´intrigue festive. Trois moments de réflexion sont distingués. La première partie de l´ouvrage insiste sur la dimension locale des territoires de la fête : celle-ci contribue à unifier et à identifier la localité par rapport aux localités voisines, comme dans le cas du carnaval de Malmédy en Belgique. C´est ici la définition-même de l´identité, à la fois similarité et singularité, qui est illustrée par l´analyse des territoires de la fête. La deuxième partie se centre sur les rapports inter-territoriaux mis en œuvre dans les fêtes avec, comme grille d´analyse, le jeu des échelles spatiales. Ainsi, par exemple, les Mûlid-s du Caire illustrent l´idée d´un territoire d´interface entre le territoire matériel de la fête, les vieux quartiers cairotes, et le territoire symbolique qu´ils représentent, celui de l´Islam. Enfin, analysant davantage le jeu des acteurs, la dernière partie étudie la participation de la fête non plus seulement à la représentation symbolique mais aussi à la production de territoires d´envergure micro-régionale ou régionale, comme les " pays " dans le cas du Josbaig, en Béarn, par exemple.
L´ouvrage, très clair et très riche en termes de cadrage conceptuel et de définitions (lieu, espace, territoire, identité, etc.) est, à cet égard, une bonne synthèse des analyses plus complètes mais aussi peut-être plus complexes des ouvrages précédents de Guy Di Méo, qui vise ici clairement un lectorat large et pluridisciplinaire. Il se base d´ailleurs sur une importante bibliographie, intégrant près de deux cents références géographiques, historiques, sociales et philosophiques, qui peuvent vraisemblablement constituer un très bon outil de travail. L´ouvrage est, en outre, bien illustré : chaque monographie est associée à un ou plusieurs schémas. L´auteur a également intégré, dans l´une de ses synthèses, une typologie des constructions territoriales par la fête, en six modèles. Enfin, si cet ouvrage s´inscrit dans une optique de vulgarisation, il n´en garde pas moins un objectif scientifique, voire épistémologique. En effet, dans le débat opposant géographie sociale et géographie culturelle, Guy Di Méo, désirant " établir les principes et les fondements d´une nouvelle géographie cognitive, à la fois sociale et culturelle ", cherche à se démarquer des défenseurs acharnés de cette dernière. On regrettera que cette ambition ne soit exposée que très brièvement, au début et à la fin de l´ouvrage, et qu´elle ne soit pas réellement prise en compte dans les huit études de cas, ou encore que les exemples, à l´exception de deux, soient choisis uniquement en France. Mais, à ce sujet, l´auteur nous avertit dès l´introduction de la non-exhaustivité de l´ouvrage. Dans l´ensemble, La géographie en fêtes est une synthèse riche, originale et bien construite. Que chacun se laisse donc emporter par le tumulte des fêtes !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christophe Queva, « Di Méo G. (dir.), 2001, La géographie en fêtes, Paris, OPHRYS, 270 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 26 mai 2003, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/830

Haut de page

Auteur

Christophe Queva

ENS Lettres et Sciences Humaines

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page