Navigation – Plan du site
2005

Gourdon J.-L., 2001, La rue – Essai sur l´économie de la forme urbaine, La Tour d´Aigues, éditions de l´Aube, 285 p.

Antoine Fleury

Texte intégral

1Critique du fonctionnalisme, éloge de la rue.

2Ce livre apparaît d´abord moins comme un essai sur la rue que comme une critique du fonctionnalisme et de la planification. Il s´inscrit ainsi dans la lignée des nombreux travaux menés depuis les années 70 par les architectes et les urbanistes, visant à remettre en cause les principes du mouvement moderniste. Mais il renouvelle le genre en mesurant le fonctionnement et l´efficacité des nouveaux espaces urbains à l´aune de la rue, que Le Corbusier jugeait devoir disparaître. Et la critique se fait éloge, en se fondant sur une analyse très convaincante et sans nostalgie de cette forme urbaine qui constitue finalement pour l´auteur, la forme d´avenir par excellence. Pour comprendre cet objet social complexe, il faut passer par des approches diverses. J.-L. Gourdon, qui a travaillé dans l´urbanisme, la promotion immobilière, la recherche et l´enseignement, s´appuie sur des références multiples, à la fois scientifiques et littéraires, actuelles et historiques. Son livre fait preuve d´une réelle pédagogie, y compris quand les problèmes traités sont d´une grande complexité. Il s´adresse donc à un large public. L´auteur aborde des problèmes théoriques, tout en faisant profiter le lecteur de son expérience de terrain. Il fait alterner des récits parfois épiques avec des descriptions de paysages et d´ambiances, des propos engagés avec des passages plus légers. De surcroît, il manie adroitement l´art de la formule. On comprend l´enthousiasme de F. Choay dans sa préface. Même si parfois, les cheminements de la pensée sont difficiles à suivre. Même si l´abondance des références et l´érudition de certains passages peuvent desservir la démonstration. Même si l´auteur a tendance à s´effacer derrière de longues citations extraites d´un ouvrage qui l´a marqué. Le genre de l´essai a ses avantages et ses inconvénients.

3Les deux premiers chapitres donnent une définition de la rue et de la forme urbaine. Son principal attribut est la " polyvalence ", association de fonctions différentes que le fonctionnalisme sépare (chap. 1). La rue rend visibles " les différents transferts ou externalités qui s´y jouent " et favorise ainsi " la formation d´un accord ", contrairement aux développements urbains récents, caractérisés par l´opacité et l´inéquité des " transferts " (chap. 2). Les chapitres suivants constituent le cœur de l´ouvrage. Ils s´articulent chacun autour d´un des quatre couples d´éléments contradictoires qui structurent la rue par leur rééquilibrage constant : " mouvement et établissement " (chap. 3), " changement et permanence " (chap. 4), " univers privés/espace public " (chap. 5) et patrimoine/capital (sous le titre " valeur, valeurs ", chap. 6). A chaque fois, l´auteur développe son approche de la rue et plus généralement des formes urbaines traditionnelles de la ville, traitant en contre-point des nouveaux espaces issus du fonctionnalisme et de la planification : grands ensembles, banlieues pavillonnaires, zones d´activités, etc. C´est à ce nouveau type d´espace urbain rebaptisé " espace e-s-p-a-c-é " qu´il consacre son dernier chapitre : la grille de lecture mise en place précédemment lui permet d´en proposer à la fois un tableau et un bilan sans concession.

4Le géographe trouvera dans ce livre une réflexion approfondie sur le parcellaire : la rue et les parcelles sont le support de l´édification, cadre où s´inscrivent des temporalités diverses, permettant la formation progressive de la ville et sa mixité. Il sera également sensible à l´approche scalaire : " la vocation (et la réussite) de la ville a toujours été d´organiser la confrontation, dans un même espace, d´échelles radicalement différentes ". Entre ces échelles, la rue organise le " glissement ", ménage des " croisements " synonymes de diversité et de rencontres. Bref, elle " fait réseau ". Sur le plan économique, la rue associe les micro-producteurs de la ville, habitants ou petits entrepreneurs, avec les entreprises capitalistes et les instances publiques. Qu´en est-t-il des " espaces espacés " ? A l´inverse, ils dissocient les différentes fonctions sous forme d´" éclats urbains " dont l´articulation ne se fait que par la vitesse. Les relations à distance l´emportent sur les relations de proximité, et les " branchements " se substituent aux " croisements ". Pour J.-L. Gourdon, il faut plutôt faciliter l´accès à la ville, en donnant des terrains pour permettre le développement de l´habitat et de la petite entreprise, sur le modèle des lotissements de l´entre-deux-guerres, autrefois défectueux et aujourd´hui valorisés. On peut reprocher à J.-L. Gourdon la distinction un peu manichéenne qu´il opère entre la ville et un espace péri-urbain au sens large, dénué d´urbanité, mais il ne faut pas oublier que son critère principal demeure la forme urbaine. D´ailleurs, il fait preuve d´un optimisme certain à ce sujet : la ville rattrapera cette non-ville, elle finira par l´urbaniser, la " civiliser ". En témoigne l´exemple des grands ensembles en voie de transformation, où l´on réintroduit des boulevards et des rues.

5Cet ouvrage traite aussi – parmi d´autres thèmes – du rôle des autorités publiques, qui devraient organiser la surveillance et la gestion de l´espace au lieu de l´aménager ; des processus de valorisation/dévalorisation, qui dépendent de la relation à un environnement. La richesse des réflexions et des arguments développés est considérable. Elle laisse cependant ouvertes quelques pistes. Comme la modélisation de la forme urbaine, qu´elle soit graphique ou sagittale. Ce livre ne propose que tardivement un " diagramme " pour expliquer la forme urbaine. Comme la dimension culturelle de la rue. Dans la conclusion, J.-L. Gourdon note que la forme de la rue " appartient plus à l´ordre du culturel qu´à celui de l´universel ", et que l´articulation entre les différents éléments qui la constituent change non seulement dans le temps, mais aussi dans l´espace. Or il s´appuie essentiellement sur des cas français, et la réflexion comparative demeure à l´état d´ébauche. Une question reste posée : qu´en est-il de la rue dans d´autres pays, dans d´autres aires culturelles ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fleury, « Gourdon J.-L., 2001, La rue – Essai sur l´économie de la forme urbaine, La Tour d´Aigues, éditions de l´Aube, 285 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 26 mai 2005, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/832

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page