Navigation – Plan du site
2003

Cambrézy L., 2001, Réfugiés et exilés.Crise des sociétés, crise des territoires, Paris, Editions des archives contemporaines, 216 p.

Marianne Guérois

Texte intégral

1L´ouvrage Réfugiés et exilés est, nous dit son auteur, né d´un double sentiment de perplexité et de frustration : perplexité face au maintien, voire à l´augmentation continue des flux de réfugiés dans le monde ; frustration face aux analyses que les journalistes, les politologues et la « littérature humanitaire » font de ce phénomène. Spécialiste des migrations dans les pays en voie développement, Luc Cambrézy a signé cet essai pour souligner l´intérêt d´un regard géographique sur l´étude des populations réfugiées et pour montrer combien la dimension trop souvent oubliée du territoire est essentielle à la compréhension de la dynamique des flux de réfugiés.

2La première moitié de l´ouvrage s´attache à identifier les populations réfugiées et déplacées : comment les définir ? Combien sont-elles et comment se répartissent-elles dans le monde ? A une échelle territoriale plus fine, une typologie des « routes et des territoires du refuge » distingue les lieux de transit et les formes d´accueil, depuis les centres des grandes villes jusqu´aux camps de réfugiés, en interrogeant les chances d´intégration, de retour, ou les risques de pérennisation. Cette partie vaut cependant moins pour l´exhaustivité et la précision des informations apportées –l´absence assumée de cartes souligne, entre autres, que l´ambition de l´auteur est ailleurs- que pour la manière dont sont exposés les obstacles à la réalisation de cet « impossible bilan ». En témoigne par exemple « l´imbroglio sémantique et juridique » qui caractérise le statut de réfugié et qui hypothèque l´amélioration de statistiques pourtant essentielles à l´anticipation des flots de personnes fuyant les guerres ou à la justification des ressources du Haut Commissariat aux Réfugiés.

3Dans un second temps, L. Cambrézy s´engage plus avant dans la recherche des processus responsables de l´augmentation des flux de réfugiés. D´objet d´étude, la géographie de ces populations se fait alors le support d´une réflexion sur l´origine des conflits contemporains et sur les « rapports entre sociétés et territoires dans leur dimension la plus conflictuelle ». Alors que s´inscrit en creux l´impuissance de l´action humanitaire pour tarir ces flux, et tandis que les lectures nationalistes ou ethniques des conflits sont jugées insuffisantes, L. Cambrézy voit dans l´attachement au territoire le nerf de conflits identitaires qui sont avant tout l´« expression d´un problème de partage du territoire et de ses ressources ». Le « culte » de l´intangibilité des frontières, imposé par les pays industrialisés via les Nations Unies, serait responsable de ces tensions en alimentant la fuite de minorités nationales sans territoire défini. Déplorant la pauvreté du débat sur le tracé des frontières, l´auteur se prononce en faveur de l´attribution d´un « droit à un territoire » à tout peuple qui le souhaiterait, percevant dans cette voie l´issue au problème des réfugiés.

4Tout en s´affichant partial et partiel -les analyses s´en tiennent principalement au continent africain-, cet essai apporte un éclairage stimulant sur la question des réfugiés de par la quantité d´informations rassemblées, et ce même si sa lecture achoppe parfois sur un certain nombre d´allers-et-retours et de reprises. On peut néanmoins se trouver désarçonné par la tournure que prend l´ouvrage lorsqu´il ambitionne de traiter de la question du lien entre territoire, identité et nation, à travers la remise en cause du transfert du modèle de l´Etat-nation aux pays « du Sud ». A mettre l´accent sur la responsabilité des pays industrialisés et de l´ONU, attachés à l´intangibilité des frontières, l´analyse élude la position des pouvoirs locaux et leur responsabilité dans la partition de leur territoire. Les implications de la thèse du « à chaque peuple son Etat », par ailleurs, sont peu développées (à peine la question des bases sur lesquelles doit se fonder cette partition d´Etats est-elle posée), et on aimerait voir davantage exposés les arguments contraires à une telle démarche. La démonstration n'est donc que partiellement convaincante, tout en lançant une vigoureuse invitation au débat.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Guérois, « Cambrézy L., 2001, Réfugiés et exilés.Crise des sociétés, crise des territoires, Paris, Editions des archives contemporaines, 216 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 03 mars 2003, consulté le 27 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/833

Haut de page

Auteur

Marianne Guérois

guerois@parisgeo.cnrs.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page