Navigation – Plan du site
2003

Bidou-Zachariasen C. (dir.), 2003, Retours en ville - des processus de "gentrification" urbaine aux politiques de "revitalisation" des centres, Paris, Descartes et Cie, collection "Les urbanités", 267 p.

Antoine Fleury

Texte intégral

1Le modèle de la gentrification à l´épreuve des contextes urbains.

2La notion de " gentrification " est apparue dans les années 60 pour désigner les transformations " à la fois matérielles, sociales et symboliques " des centres-villes, liées à l´arrivée d´habitants relativement aisés. Le terme, utilisé pour la première fois à propos de Londres, a été largement repris par la suite dans les sciences sociales anglophones. Il n´a pas d´équivalent en français. Cet ancrage dans le contexte bien particulier des villes anglo-saxonnes explique en grande partie les réticences de certains chercheurs européens à son propos. Le lecteur pourra s´en rendre compte lui-même en lisant l´article de N. Smith, l´un des inventeurs de la notion : l´auteur reprend ici les trois principales étapes de la reconquête du centre-ville de New York, à savoir la " gentrification sporadique ", " l´ancrage " et la " gentrification généralisée &quot.
Cependant, la transformation des centres-villes a pris aujourd´hui une ampleur considérable dans toutes les villes du monde. De nombreux points communs peuvent être relevés : réhabilitation de l´habitat, nouveaux usages et nouveaux styles de vie, politiques urbaines renouvelées. Dans la mesure où l´on pose une définition claire et rigoureuse, la notion de gentrification apparaît dès lors comme un outil pour l´étude de ces processus. C´est l´intérêt de cet ouvrage, qui se propose de tester le modèle dans d´autres contextes historiques et culturels jusque là peu étudiés sous cet angle, en prenant soin de le " relier aux autres processus présents dans les villes ou agglomérations considérées comme des systèmes ". Outre la contribution de N. Smith, une série d´articles concerne des métropoles européennes : Bruxelles, Lyon, Barcelone et Naples. Trois autres s´intéressent à São Paulo, à Mexico et aux grandes villes mexicaines.
L´hypothèse principale est simple et séduisante. Résultant à l´origine " de la structure du marché immobilier et des comportements des acteurs privés ", le processus a été " récupéré et construit en politique urbaine par de nombreuses municipalités, pour valoriser leurs centres, rendre leurs villes plus attractives et favoriser leur essor ou reconversion économique ". C´est le cas en Europe, où les acteurs publics sont désormais le principal moteur de la gentrification, qu´ils désignent par les termes de " régénération " ou de " renaissance ". La " mixité sociale " devient leur credo, même si elle cache bien souvent des phénomènes de segmentation. On observe la constitution d´un modèle, largement imité en Amérique Latine sous forme de politiques de " revalorisation du patrimoine historique ". Dans un contexte de dévalorisation des centres, elles n´ont cependant pas les effets escomptés. P. Melé montre que dans les quatre premières villes mexicaines, le retour des investisseurs privés ou des promoteurs immobiliers est resté marginal, et que si les classes moyennes et supérieures sont revenues fréquenter les centres, grâce à la diversification des activités, elles continuent à résider en périphérie, sauf peut-être à Puebla.
En testant le modèle, certains auteurs sont amenés à le remettre en cause. Telle est la démarche de M. van Criekingen, qui en fait une solide critique – alors que d´autres se contentent de l´illustrer – en s´appuyant sur le cas bruxellois : le processus de gentrification y apparaît comme un aspect seulement des dynamiques résidentielles dont l´auteur montre la diversité. Par ailleurs, les " gentrifieurs " sont parfois assimilés aux nouvelles classes sociales mondialisées, ce que réfutent certains auteurs, comme Jean-Yves Authier : dans le quartier Saint-Georges à Lyon, ce sont plutôt les " catégories intermédiaires au sens large " qui interviennent. Comme le modèle de la gentrification lui-même, le concept de " ville globale " tend à cacher d´autres processus, ces résidus qu´il est important de traiter malgré tout, et que certains tendent à oublier à l´intérieur même de l´ouvrage.
Au fil de la lecture, les interfaces avec d´autres problématiques surgissent. M. van Criekingen distingue ainsi une " gentrification de consommation ou de fréquentation " et une " gentrification résidentielle ". Un quartier gentrifié, c´est aussi un quartier fréquenté pour ses espaces publics, ses boutiques et ses restaurants, par des populations résidentes ou extérieures. Dans cet article comme dans le reste du livre, on trouve des relations avec les notions d´espace public ou de quartier. La question des " façons d´habiter " (J.-Y. Authier) se pose souvent, de même que celle des représentations de la ville. Tel est le cas pour Naples. R. Cattedra et M. Memoli racontent le retournement spectaculaire de l´image du centre symbolique, sous l´impulsion d´une politique volontariste à laquelle ont largement adhéré les populations. Le centre de Naples est aujourd´hui fréquenté par les classes moyennes et supérieures, même si elles ne s´y installent que de façon embryonnaire.
Un certain nombre d´articles font jouer les échelles, interrogent les relations entre les quartiers, les interactions à l´intérieur de la ville. Avec une habileté inégale certes, mais force est de reconnaître que cette démarche multiscalaire constitue l´un des intérêts de la notion : partir du local, des quartiers Ciutat Vella ou Saint-Georges, pour expliquer des processus intervenant à l´échelle de la ville tout entière, Barcelone ou Lyon. Même quand ils ne sont pas géographes, les contributeurs mettent souvent l´espace au centre de leurs approches. A ce propos, les cartes de localisation et la cartographie des données, couramment utilisées ici, sont une bonne chose, mais ne remplacent pas la modélisation graphique pour rendre compte des processus en cours. On ne peut donc que souhaiter un meilleur investissement des géographes dans le débat qui entoure la gentrification, pour approfondir les enjeux socio-spatiaux de la problématique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fleury, « Bidou-Zachariasen C. (dir.), 2003, Retours en ville - des processus de "gentrification" urbaine aux politiques de "revitalisation" des centres, Paris, Descartes et Cie, collection "Les urbanités", 267 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 26 mai 2003, consulté le 29 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/835

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page