Navigation – Plan du site
2003

Levy J., Lussault J. (dir.), 2000, Logiques de l´espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy. Paris, Belin, « Mappemonde », 351 p.

Antoine Fleury

Texte intégral

1Comment faire de la géographie aujourd´hui ? Concepts, méthodes et objets de la géographie au sein des sciences sociales.

2En 1999, l´un des colloques de Cerisy avait pour objectif de « refléter l´état de la géographie contemporaine dans sa diversité et sa dynamique, montrer les interfaces (…) entre la géographie et les autres sciences sociales ». Les textes des principaux intervenants ont été rassemblés dans un ouvrage où les articles de synthèse, écrits par des géographes chevronnés, côtoient les articles plus ciblés de jeunes chercheurs. Le livre ne dresse pas un tableau exhaustif et systématique de la géographie actuelle. Les choix opérés sont parfaitement assumés par les organisateurs du colloque, J. Lévy et de M. Lussault. Ainsi certains domaines sont-ils absents, tels la géographie économique ou la géographie culturelle. L´ouvrage livre donc plutôt un certain nombre de pistes de réflexion, à forte teneur épistémologique et méthodologique. Les auteurs (ré)explorent des problématiques diverses, en prenant soin la plupart du temps de « laisser ouvert le champ de la critique et de l´interprétation ».

3Le livre est organisé de manière assez efficace au regard de la diversité des contributions. Il se divise en quatre parties. La première rassemble des textes qui tâchent de définir l´espace géographique et la place de la discipline dans le champ des sciences sociales. La seconde met plutôt l´accent sur des problématiques transversales en présentant d´abord des recherches concernant l´histoire de la discipline, puis deux textes explorant la relation quantité/qualité. La troisième partie donne un aperçu de la réflexion actuelle des géographes dans trois domaines : la ville, la politique, la relation homme/milieu. Enfin, la quatrième partie regroupe des textes très différents destinés à élargir les perspectives, notamment en ce qui concerne les rapports avec les autres sciences sociales.

4Un certain nombre de problématiques générales se dégagent de l´ouvrage. Celui-ci pourrait se ramener à la question : qu´est-ce que la géographie ? L´appartenance aux sciences sociales fait aujourd´hui consensus. La spécificité du géographe est de chercher à « circonscrire le champ complexe de la relation entre l´espace, l´individu et la société » (J. Lévy). Selon des modalités qui lui sont propres : ainsi, M. Lussault énonce les principes d´une « théorie axiologique » de la spatialité en s´inspirant des grands textes de la sociologie, alors que C. Grataloup part d´une réflexion sur la représentation cartographique pour définir l´espace tel que doit l´envisager la discipline. Au-delà de ces différentes approches, la communauté scientifique produit « des formes idiosyncrasiques de mise en texte » (O. Orain) correspondant à un paradigme commun, en rupture avec le paradigme post-vidalien. Néanmoins, ce choix épistémologique peut s´avérer problématique en ce qui concerne la nature : J.-P. Marchand estime que les géographes doivent redéfinir son statut dans le cadre d´une théorie de la discipline et généraliser l´emploi de certains concepts tels que ceux de risque ou de contrainte. Si la géographie appartient aux sciences sociales, c´est d´ailleurs avec ses propres concepts qu´elle peut contribuer à la connaissance de la société. G. Di Méo en rappelle les principaux : espace, territoire, territorialité. Ensuite, le choix des méthodes à mettre en œuvre est crucial. Comment construire la pensée géographique ? La plupart des textes s´expliquent sur la démarche adoptée, qui peut alors être contestée ou débattue. Parmi les méthodes de la discipline, la mesure occupe une place importante. T. Saint-Julien fait le bilan d´un langage dont les apports incontestables ne doivent pas faire oublier la relativité. La modélisation reste un langage parmi d´autres à la disposition des sciences sociales, qui ne permet pas d´expliquer toutes les réalités. Comme en témoigne le reste de l´ouvrage, d´autres méthodes ont pris leur essor : la prise en compte des pratiques individuelles et collectives (G. Di Méo, M. Lussault), l´analyse des discours (L. Mondada, M. Lussault) apparaissent indispensables en sciences sociales, tout comme la réflexion sur le statut du récit dans la recherche scientifique (V. Berdoulay).

5Lorsqu´il s´agit d´évoquer certains « chantiers », les auteurs conservent les mêmes préoccupations épistémologiques et méthodologiques. Ainsi, deux contributions posent la question des concepts utilisés pour étudier la ville. O. Louiset met en lumière l´inadaptation des concepts issus de l´étude des villes européennes pour l´approche des « villes d´ailleurs » et L. Devisme s´intéresse à la notion de centralité pour l´historiciser et montrer combien elle peut être instrumentalisée politiquement. D´autres auteurs s´intéressent à de nouveaux objets de recherche : c´est le cas d´A. Volvey qui étudie l´inscription du corps dans l´espace en analysant le cas particulier entretenu par le géographe avec son terrain. Outre son travail d´enquête, elle s´appuie sur une analogie avec l´œuvre de Christo. Cette dernière contribution, aussi intéressante soit-elle, ne peut que susciter certains questionnements chez le lecteur géographe. L´exploration de nouveaux objets nécessite l´utilisation de nouvelles méthodes. De ce fait, une connaissance de plus en plus vaste des autres sciences sociales s´impose désormais : par exemple, N. Entrikin utilise largement l´acquis des sciences politiques quand la démarche d´A. Volvey est fortement teintée de psychanalyse. Cet état de fait, susceptible d´enrichir la géographie, pose cependant un triple défi : le premier est de garder vivants les concepts fondateurs de la discipline, ceux qui font sa spécificité ; le second est de rester accessible au public des géographes en expliquant les méthodes et les concepts importés des autres sciences sociales ; le troisième est de ne pas céder à un excès d´importations, comme le note A. Turco. Certains auteurs relèvent ces défis avec succès, ce qui rend leur texte très stimulant. D´autres n´y parviennent pas complètement, plongeant le lecteur dans la perplexité, voire dans un certain agacement. De ce succès dépend pourtant l´avenir de la discipline, sa légitimité au sein des sciences sociales, sa capacité à innover et à rester attractive auprès de ces autres sciences.

6En définitive, le lecteur - un géographe qui s´interroge sur sa discipline - trouvera dans cet ouvrage matière à nourrir ses réflexions personnelles. Au-delà du caractère un peu rebutant de certains textes, une lecture à la carte pourra l´aider à avancer dans ses propres centres d´intérêt, quels qu´ils soient. Quant aux lecteurs extérieurs à la discipline, ils n´y trouveront sans doute pas vraiment d´éclaircissements sur ce qu´est la géographie, mais se retrouveront sûrement dans l´une ou l´autre des contributions.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fleury, « Levy J., Lussault J. (dir.), 2000, Logiques de l´espace, esprit des lieux. Géographies à Cerisy. Paris, Belin, « Mappemonde », 351 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 16 janvier 2003, consulté le 24 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/843

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page