Navigation – Plan du site
2003

Zeneidi-Henry Djemila, 2002, Les SDF et la ville. Géographie du savoir-survivre, Paris, éditions Bréal, collection D´autre Part.

Maryse Marpsat

Texte intégral

1L´originalité de cet ouvrage sur les personnes sans domicile est l´accent mis sur l´approche géographique. Les pratiques spatiales de ces personnes sont présentées comme un révélateur de l´identité des individus et des groupes. L´auteur s´appuie sur une bonne connaissance des travaux récents et plus anciens sur les personnes sans domicile, ainsi que sur des données originales, recueillies dans la ville de Bordeaux.

2Une première partie porte sur « le sigle SDF et ses non-dits ». Après un rappel des définitions et des termes utilisés dans différents pays, l´auteur fait le point des connaissances actuelles sur les effectifsles caractéristiques des personnes concernées et leurs trajectoires. Ces résultats montrent la grande diversité des situations et des parcours.

3En raison des ressources qu´elle offre, la ville est un lieu privilégié pour les personnes sans abri. Essayant d´en comprendre la perception, la chercheuse a tenté de faire dessiner aux sans-domicile des cartes mentales de la ville de Bordeaux ; elle analyse l´échec partiel de cette tentative, souvent perçue comme un exercice scolaire et replaçant les personnes dans une situation antérieure d´échec. Les quelques cartes remplies montrent une faible connaissance de la ville, centrée sur les ressources, en particulier celles fournies par les associations et les services sociaux, avec des variantes selon le genre et l´ancienneté dans la rue.

4Une deuxième partie traite de la géographie de l´assistance. D´une part, les services que l´on trouve dans la plupart des grandes villes, le centre d´hébergement d´urgence, les lieux d´accueil de jour, le Samu social. Comme c´est généralement le cas, ces structures sont concentrées dans les quartiers les plus modestes. Plus originale, une structure gérée par les SDF et ayant eu la responsabilité d´une résidence sociale. Chacun de ces lieux est décrit dans ses aspects physiques et relationnels, et resitué dans son histoire. A travers ces lieux sont abordées différentes questions, dont les atouts et les difficultés des SDF lorsqu´ils mènent une action militante, et la hiérarchisation des personnes et des prises en charge.

5Enfin, une troisième partie évoque l´action des SDF sur la ville. Comme ils n´ont pas d´autre espace privé que celui qu´ils peuvent découper dans l´espace public, leur occupation de cet espace concurrence celle d´autres fractions de la population et est plus ou moins tolérée ou refusée. Plusieurs types d´occupation de l´espace urbain sont ici décrits, ainsi que leur influence sur la façon dont ces espaces se transforment. Les quartiers populaires et les abords des quais sont investis, en particulier pour les refuges qu´ils offrent la nuit (hangars, cabanes de chantier), mais aussi les quartiers de commerce de luxe et les rues piétonnes, entre autres pour les ressources que peut procurer la « manche » dans ces espaces. Toutefois les SDF, selon l´auteur, ne sont pas « intégrés » dans le quartier mais restent « en marge ». Leur usage de l´espace peut être conforme à la norme, dans le cas de personnes cherchant à éviter d´être repérées comme SDF, ou, au contraire, très particulier, l´espace étant dans ce cas approprié, investi et transformé. Les commerçants et les riverains peuvent alors réagir de façon négative.

6Dans les formes d´appropriation de la ville l´auteur étudie plus particulièrement les activités qui permettent de « vivre de la rue », c´est-à-dire les pratiques de vente (journaux, objets fabriqués ou récupérés) et de mendicité, reprenant sur ce dernier point les catégories décrites par Pascale Pichon (1993), et celles de la « vie dans la rue », en particulier l´attente, les façons de « tuer le temps ». Photos et descriptions rendent compte de diverses façons de construire une sorte d´espace domestique dans l´espace public. Enfin, sont abordées les réactions individuelles des habitants (évitement, tolérance) à cette occupation, et celles des autorités locales. Deux territoires particulièrement investis par les sans-domicile, la gare et la rue piétonne, font l´objet d´un développement.

7L´ouvrage se clôt sur l´évocation de la mort des sans-domicile et l´anonymat de leurs tombes.

Haut de page

Notes

Signalons une bibliographie assez complète qui peut être utile à toute personne s´intéressant au thème des sans-domicile et plus généralement de la pauvreté.

PICHON Pascale, 1993, "La manche, une activité routinière. Manières de faire", Annales de la recherche urbaine, n° 57-58, p. 146-157.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maryse Marpsat, « Zeneidi-Henry Djemila, 2002, Les SDF et la ville. Géographie du savoir-survivre, Paris, éditions Bréal, collection D´autre Part. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 14 janvier 2003, consulté le 29 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/845

Haut de page

Auteur

Maryse Marpsat

marpsat@ined.frINED, Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page