Navigation – Plan du site
2002

Driver F., 2001, Geography Militant. Cultures of Exploration and Empire, Oxford, Blackwell Publishers, 258 p.

Jean-Marc Besse

Texte intégral

1Le livre que Felix Driver consacre à ce qu´il appelle, après Joseph Conrad, la " géographie militante " du dix-neuvième siècle, n´intéressera pas seulement les historiens de la géographie ou de l´exploration, entendues au sens restrictif du terme. Les historiens des sciences, et, plus largement, ceux qui s´intéressent à l´histoire sociale et culturelle des pratiques scientifiques trouveront également, dans ce livre écrit avec beaucoup de clarté et de sobriété, de nombreux exemples propres à nourrir leurs analyses.

2Il ne s´agit pas, pour l´auteur, de raconter, sur un mode romantique ou nostalgique, une histoire héroïque des expéditions britanniques en Afrique. Son point de vue n´est pas celui des " progrès de la connaissance géographique " : car cette manière de poser la question fait partie, justement, du problème qu´il veut traiter. L´exploration géographique, dans la culture britannique du dix-neuvième siècle, a fait l´objet de plusieurs " mises en récit " (dont celui de la " découverte "), a nourri diverses légendes morales, et a été le théâtre de nombreuses stratégies à la fois personnelles et politiques. Cet ensemble instable et différencié constitue ce que Felix Driver appelle " les cultures de l´exploration ", et c´est à une reconstitution critique de ces diverses cultures que son livre est consacré.

3Il y a en effet une légende fort répandue, qui distingue, dans l´histoire des découvertes géographiques, deux époques qui se succèdent : celle de l´exploration " pure " réalisée par quelques individus héroïques animés d´un simple souci de connaissance, et celle de l´exploitation, de l´asservissement et de la corruption, nourrie par les appétits coloniaux des puissances occidentales. Il y a une autre légende, particulière aux historiens de la géographie, qui distingue les explorateurs et les savants, plus exactement la géographie de terrain et la géographie de cabinet. Le mérite du livre de Driver est de rendre le schéma plus complexe (et plus intéressant), et surtout de déplacer le problème, de deux manières : d´une part en prenant l´exploration comme un processus conflictuel (et non pas comme un objet clos sur lui-même), et d´autre part comme un ensemble complexe de pratiques culturelles, mobilisant un grand nombre de personnes, de ressources matérielles, et d´institutions diverses. L´exploration n´est pas seulement la rencontre nue et initiatique du " terrain ", qui serait ensuite relayée par la synthèse surplombante du géographe de cabinet, c´est un système de pratiques collectives, qui portent la marque des " contextes " institutionnels et sociaux dans lesquels ces pratiques prennent forme.

4Le savoir géographique est un domaine hétérogène, dit l´auteur (p. 217). Il le fait apparaître à plusieurs reprises au cours du livre. Ainsi, dans le chapitre 2 (" The Royal Geographical Society and the Empire of Science "), Driver montre que la RGS est loin d´être homogène, qu´elle est au contraire traversée par des courants et des intérêts très différents, entre lesquels les " négociations " sont constantes et les tensions persistantes. On appréciera, au passage, la critique adressée par l´auteur à la notion de " centre de calcul ", chère à Bruno Latour : " It is indeed difficult to characterize a body which finds room for missionaries, anti-slavery campaigners, roving explorers, mountaineers, antiquarians, geologists and naturalists under its umbrella as a coherent ‘centre´ at all " (p. 47). Un des enjeux de ces conflits est, en particulier, celui de la crédibilité scientifique des observations faites sur le terrain par les " explorateurs " : la RGS n´aura de cesse de définir les normes de ce qui doit être une bonne observation, scientifiquement instruite (chapitre 3, " Hints to Travellers : Observation in the Field "). Chapitre intéressant, d´un point de vue épistémologique : l´auteur montre bien en quoi les " analyses de controverses " sont des sources précieuses qui permettent de révéler les ressorts cachés de l´entreprise scientifique.

5Les chapitres qui suivent dressent l´inventaire, pour ainsi dire, des attitudes possibles dans le monde culturel de l´exploration au dix-neuvième siècle. Il y a en effet bien des manières d´aller en Afrique, d´y être, et d´en revenir. Il y a d´abord celle de Livingstone (chapitre 4 : " Missionary of Science : David Livingstone and the Exploration of Africa "). Driver montre que la personne de Livingstone (son corps) va littéralement incarner, d´une part, et d´autre part faire fusionner les différentes motivations culturelles engagées initialement dans les entreprises d´exploration. Livingstone l´explorateur réunit en lui les figures du missionnaire, du scientifique et du pionnier de la colonisation, mais surtout, il leur attribue une sorte de sainteté, qui sera largement entretenue par l´institution elle-même (c´est-à-dire par l´establishment géographique et les associations philantropiques), dans la mesure où elle lui assure une légitimité irrécusable. Mais tous les explorateurs ne sont pas des gentlemen britanniques, contrairement à ce que voudrait faire croire la RGS. A l´inverse, la figure de Stanley, à laquelle Driver consacre une étude (chapitre 6 : " Exploration by Warfare : Henry Morton Stanley and His Critics "), apparaît comme nettement plus controversée. Si Stanley a permis, en effet, de faire progresser les connaissances géographiques au sujet de l´Afrique centrale, si, surtout, il est celui qui ramène au monde la figure de Livingstone, ses origines, ses manières, la brutalité dont il fait preuve en Afrique, conduisent les autorités de la RGS à une attitude pour le moins ambivalente, qui hésite entre la reconnaissance de ses mérites et la condamnation de ses exactions. Mais surtout, Stanley est celui qui fait entrer l´exploration, comme le souligne Driver, dans l´âge du journalisme et du sensationnalisme : là est peut-être son principal défaut, aux yeux de l´institution.

6Mais l´exploration peut devenir aussi un projet de vie, une légende privée, une revendication personnelle : c´est ce que montre l´auteur dans le chapitre passionnant qu´il consacre à Winwood Reade (chapitre 5, " Becoming an Explorer : The Martyrdom of Winwood Reade "). L´histoire de ce " deuxième couteau " est assez révélatrice de la dimension de construction culturelle des entreprises d´exploration. Winwood Reade voyage finalement assez peu, et pour des résultats bien maigres, mais il écrit, et il est capable par l´écriture de transfigurer son expérience personnelle, qui est celle d´un échec, en une destinée de paria et de contestataire. Il fait de son incapacité à se faire reconnaître socialement, par les institutions auxquelles il aspire, le thème de ses stratégies de reconnaissance littéraire. Apparemment, jusqu´à un certain point, il y réussit.

7Driver nous montre bien que l´exploration, autant qu´une aventure privée ou qu´une entreprise de connaissance, est un motif culturel, une forme possible du comportement social, bref une construction, éthique, politique, autant que cognitive. A cet égard, les trois derniers chapitres sont instructifs. Le chapitre 7 (" Making Representations : From an African Exhibition to the High Court of Justice "), qui s´intéresse à une exposition ethno-géographique présentée à Londres en 1890 (autour de Stanley, encore), étudie le cas de deux jeunes garçons exhibés lors de cette exposition comme exemples d´" esclaves ". Une association anti-esclavagiste ayant porté l´affaire devant la Haute Cour de Justice, toute cette affaire est l´occasion pour Driver de faire apparaître les différentes représentations culturelles sous-jacentes, à propos de l´Afrique, de ses populations, et de l´attitude que les Britanniques doivent adopter, qui sont mises en œuvre à cette occasion. Mais la rhétorique de la " géographie militante " a été utilisée, au cours du dix-neuvième et du vingtième siècles, dans des contextes très différents. Elle a pu servir à des entreprises de " colonisation intérieure ", et à des projets sociaux d´exploration, de cartographie et de contrôle au cœur même des métropoles anglaises. C´est ce que montre l´auteur dans le chapitre 8 (" Exploring ‘Darkest England´ : Mapping the Heart of Empire ").

8Peut-on dire, enfin, que l´époque de l´exploration a désormais disparu ? Au moment où la Henry Morton Stanley Collection est vendue aux enchères chez Christie´s, on pourrait raisonnablement le penser. Et l´on pourrait se plaindre (ou au contraire se réjouir) du remplacement de l´exploration par le tourisme : plus rien n´est à découvrir, tout n´est plus qu´à parcourir, en groupe et sur catalogue. Driver montre dans son dernier chapitre (" Geography Militant and its After-life ") que la culture de l´exploration se prolonge, justement, dans ces avatars que sont le tourisme de masse et les magazines de voyage. La culture de l´exploration a quitté le monde de la science et des institutions géographiques. Mais elle est toujours présente comme une forme de vie sociale et dans les loisirs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Marc Besse, « Driver F., 2001, Geography Militant. Cultures of Exploration and Empire, Oxford, Blackwell Publishers, 258 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 04 novembre 2002, consulté le 28 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/847

Haut de page

Auteur

Jean-Marc Besse

CNRS-UMR 8504 Géographie-cités

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page