Navigation – Plan du site
2002

Prevelakis G., 2000, Athènes.Urbanisme, culture et politique, Paris, L´Harmattan, 146 p.

Christine Kosmopoulos

Texte intégral

1Dans la préface Paul Claval dit de ce livre qu´il se lit comme un roman et c´est exact. La qualité première de l´ouvrage est d´être accessible au grand public comme au spécialiste. Chacun y trouvera les sources d´information et de réflexion selon ses intérêts.

2Dès son introduction, Prévélakis nous prévient qu´il ne s´agit pas d´un travail objectif, au sens où la capitale grecque serait prise comme un objet d´étude indifférent, avec le recul nécessaire de tout observateur impartial. Au contraire, l´auteur revendique un regard investi de sentiments personnels qui l´autorise à dénoncer sans concession la politique du clientélisme et la spéculation qui règnent encore aujourd´hui. Mais à ce regard terriblement réaliste, vient se subsister une vision originale et humaniste de l´avenir de la ville.

3Au XIXème siècle, après la fin de l´occupation ottomane, la ville présentait une configuration très éloignée de celle qu´on connaît aujourd´hui. Inspiré des Lumières mais également marqué par une volonté de renouer avec le passé antique, le rationalisme du nouveau plan de développement urbain, qui mettait un terme à l´anarchie de quatre siècles, exprimait la fonction symbolique de la ville et les valeurs de l´identité nationale. Le style néo-classique des bâtiments officiels et villas ainsi que la géométrie de la cité marquent le signe d´un rapprochement avec l´Occident et, simultanément, la rupture consommée avec l´Orient.

4C´est en 1912 que la tragédie de la ville a commencé, avec les échanges de population dans les Balkans, pour se parachever lors de la catastrophe d´Asie mineure en 1922 : 250 000 réfugiés ont cherché refuge à Athènes sur une population existante de 450 000 habitants. Ce flux d´immigrants a déstabilisé l´équilibre de la ville et du pays déjà très affaibli économiquement. La seconde guerre mondiale et la guerre civile qui s´en suivit contribuèrent à détruire le paysage urbain. La question de la reconstruction était devenu incontournable, tout autant que la crise financière du pays .

5"Comment est-on passé de cette situation de blocage, au boom de la construction et au "miracle économique"" ? On doit l´issue à deux mots-clés "antiparochi" (contre-partie) et "paranomi domisi" (construction illégale), deux systèmes complémentaires, largement développés dans la 1ère partie du livre, qui vont plonger pour 30 ans la ville dans une période noire d´expansion incontrôlée, inadaptée et catastrophique pour l´environnement. En répondant à la question insoluble du logement et de la faillite économique, on a sacrifié la ville et son potentiel historique. Très peu de bâtiments ont survécu à ce carnage et jusqu´à ces dernières années on a vu disparaître les précieux témoignages du passé (comme les villas néo-classiques avec jardins privés) au profit d´immeubles à 6 ou 7 étages beaucoup plus rentables.

6L´auteur analyse ce phénomène comme une descente aux enfers pour la société dans son ensemble : "ce n´est pas étrange dans ces conditions que la capitale et son environnement ont perdu graduellement jusqu´à la moindre qualité symbolique puisqu´il n´existait pas d´autre valeur que l´argent." De 1950 à 1974, le développement urbain s´est donc fait de façon spontanée et anarchique. De prises de conscience en crises politiques, en fin de compte rien ne change. La garantie de prospérité est un argument bien plus porteur pour les élections que la promesse de réformes cathartiques.

7Parallèlement et en particulier depuis la guerre civile, on constate un rejet de la logique de centralisation engagée au XIXème siècle par les souverains bavarois sous la pression de l´Occident. La contestation de la périphérie à l´égard de la ville-capitale trouve un écho dans la crise que connaît l´autorité étatique mettant au défi la classe politique d´apporter des réponses adaptées. En effet, la Grèce et Athènes pourraient avoir un rôle central à jouer dans la construction européenne notamment sur le plan iconographique (au sens de Jean Gottmann). Elles réunissent l´une et l´autre des éléments culturels unificateurs pour une Europe étendue aux pays balkaniques, mais aussi à la Turquie voire au monde arabe, une extension vitale pour l´Europe elle-même de l´avis de l´auteur. Une revalorisation des sites, des bâtiments et des lieux historiques est à mettre en œuvre ainsi qu’un réaménagement de la ville, qui doivent s´inscrire simultanément dans un projet d´ouverture politique et économique tant à l´égard de l´étranger que de la périphérie.

8Outre son érudition, ce livre a le mérite d´éclairer sur les difficultés rencontrées aujourd´hui et de dénoncer dans un langage qui ne mâche pas ses mots un mode de vie et des mentalités qui ne seront certes pas facile à changer. Mais comme les autres pays, l´Etat grec se voit forcé de s´adapter aux nouvelles données de la mondialisation, s´il ne veut pas être complètement marginalisé.

9On retire de cet ouvrage la conviction que la valeur emblématique de la capitale grecque conserve le pouvoir de ressouder les fractures de son histoire et de reconquérir son destin en Europe.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Kosmopoulos, « Prevelakis G., 2000, Athènes.Urbanisme, culture et politique, Paris, L´Harmattan, 146 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 29 août 2002, consulté le 26 octobre 2014. URL : http://cybergeo.revues.org/850

Haut de page

Auteur

Christine Kosmopoulos

christine.kosmopoulos@parisgeo.cnrs.frcnrs-umr 8504 geographie-cites

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page