Navigation – Plan du site
2002

Staszak J.-F. (coord.), 2001, "Espaces domestiques", Annales de Géographie, n°620 Juillet-Août 2001

Caroline Varlet

Texte intégral

1Jean-François Staszak ouvre ce numéro thématique des Annales de Géographie par une analyse du regard géographique porté sur l´espace domestique. L´échelle individuelle n´est pas familière aux géographes, dont les outils et les concepts ont été forgés à l´échelle des larges espaces, et qui usent plutôt de la notion de genre de vie pour traiter des rapports entre les hommes et leur milieu. D´ailleurs, l´échelle micro-locale, celle des faits minuscules et des comportements individuels est généralement délaissée par les sciences sociales, qui en disqualifient l´impact dans la vie des sociétés, face aux phénomènes spatiaux et aux communautés autrement importants dans le jeu social —structures de production, espaces urbains, conflits géopolitiques— qui, eux, mobilisent, entre autres, les géographes. "La trivialité de l´espace domestique réside dans le fait que nous le connaissons tous, mais est aussi le pendant d´une valorisation des macrostructures."

2Pourtant cet espace domestique est un point d´observation privilégié de deux institutions sociales essentielles dont il est le siège : le couple et la famille. Lieu de l´apprentissage des normes et de valeurs, on y apprend en situation que l´espace peut être construit et organisé, limité, différencié, ségrégué, négocié et constitué en territoire. Les caractéristiques mêmes de l´espace domestique en font un espace fondamentalement géographique, qualifié par une double dualité : dualité bien connue entre extérieur —vie sociale normée et convenue— et intérieur —vie privée, authenticité du moi— et dualité structurelle de l´espace domestique, à la fois facteur et produit. Les quatre enquêtes récentes qui composent, avec le texte de Jean-François Staszak, ce numéro, sont axées sur l´appréhension qualitative des espaces domestiques, pris dans une confrontation à la modernité : elles témoignent en actes de l´intérêt de l´observation des rituels de la vie ordinaire.

3L´évolution du statut de la femme, à Yaoundé, dans un quartier populaire musulman de la capitale camerounaise étudié par Xavier Durang, est un des éléments repérables par cette géographie de l´intérieur. Lié pour partie à l´islam et relayé par l´organisation spatiale de la concession qui sépare les hommes (près de l´entrée, à la réception des visiteurs) des femmes (loin de l´entrée et inaccessibles aux visiteurs), le confinement des femmes est atténué par la création d´une seconde porte d´entrée permettant d´accéder directement dans la cour et aux appartements féminins. On assiste à un affaiblissement du rôle de verrou tenu par l´espace masculin. Parallèlement, on note une entrée massive des conjointes sur le marché du travail, à l´extérieur, notamment dans la vente de détail.

4Les articles de Béatrice Collignon autour de la sédentarisation imposée aux Inuit et de Valérie Gelézeau sur les ensembles d´immeubles collectifs contemporains en Corée du Sud, évoquent les négociations des habitants avec un espace domestique en rupture, subi dans sa configuration par les Inuit et choisi pour sa configuration par les Coréens.

5Le découpage de l´espace domestique en pièces fonctionnelles imposé aux Inuit sédentarisés, entrave la communication qui se déployait dans l´iglou entre les individus. Par une occupation particulière des pièces (en dormant tous dans la même chambre et parfois tous sur un grand et même matelas, en laissant les portes toujours ouvertes) et en faisant coexister du mobilier occidental et des dispositifs venus de l´iglou (plus légers, plus éphémères tels que des couvertures pour sièges collectifs), les familles Inuit contournent avec finesse les normes portées par un espace domestique venu de l´extérieur qui les déculture de l´intérieur. Chez les Coréens, l´occidentalisation de leur habitation se traduit par deux aspects : une distribution fonctionnelle des pièces et un progrès technique dans les cuisines, le chauffage, les sanitaires. Ce confort "technique" confond modernité avec occidentalisation et prime sur l´autre aspect dont les habitants s´accommodent sans commentaire. "Ainsi accomplit-on quotidiennement dans l´appartement considéré comme moderne des gestes présentés comme motifs de dénigrement de la maison traditionnelle, symbole d´arriération (se déchausser et se rechausser, transporter des tables basses) que la disposition matérielle du logement l´impose (méthodes de circulation) ou non (usages de meubles transportables)."

6La confrontation avec la modernité peut se jouer aussi à "l´intérieur" de la culture domestique occidentale. Ainsi les immeubles-barres en verre de Lafayette Park (Détroit 1956-63), réalisé par l´architecte Mies van der Rohe, ont conduit les locataires (volontaires ou captifs) à des expérimentations analysées par Janine Debanné. Les dimensions inhabituelles des pièces (séjour beaucoup plus large, cuisine et salle de bains réduites à leur plus simple expression, chambres en "lamelles") et le mur-rideau (façade de verre continu du sol au plafond) brisent les logiques traditionnelles de disposition des meubles le long des murs. Plusieurs tentatives différentes et successives de positionnement de meubles ont été nécessaires aux habitants pour se sentir installés, comme autant de phases d´apprentissage des potentialités de l´espace de cette habitation "moderne".

7Dans ces espaces domestiques, de nouveaux usages sociaux croisent la permanence de principes actifs de la culture sociale du groupe. La modernité signifie alors, tour à tour et à la fois, une rupture dans l´organisation spatiale traditionnelle domestique, mais aussi une évolution technique, génératrice de confort de vie. Cette modernité est mobilisée alternativement en complice de la résistance au changement, et en outil d´intégration de ce changement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Caroline Varlet, « Staszak J.-F. (coord.), 2001, "Espaces domestiques", Annales de Géographie, n°620 Juillet-Août 2001 », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 11 juillet 2002, consulté le 30 avril 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/859

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page