Navigation – Plan du site
2002

Bonnemaison J. , 2000, La géographie culturelle (établi par Maud Lasseur et Christel Thibault). Paris, éditions du CTHS (coll. Format 38), 152 p.

Jérôme Monnet

Texte intégral

1Voici un agréable petit livre, comme il en faudrait davantage pour que la géographie savante soit plus accessible à tous ceux qui ont construit leur savoir géographique et leur image de la discipline à partir de leur expérience scolaire. Agréable, d´abord, parce que petit : 150 pages au format poche, éditées de façon soignée, font de cet ouvrage un objet attrayant, familier, pas intimidant comme les grands essais ou les gros manuels. Agréable, aussi, une fois entré dans le texte, grâce à la collaboration globalement réussie d´une voix disparue et de quatre mains fidèles pour aboutir à un discours animé.

2En effet, le livre reprend des cours de géographie culturelle donnés par Joël Bonnemaison à l´Université de Paris-IV Sorbonne entre 1994 et 1997, année du décès de ce grand géographe à l´âge de 57 ans. Deux de ses étudiantes assidues ont repris des notes de cours pour établir le texte qui est proposé dans cet ouvrage. La nature même de la source, un cours oral, et du travail éditorial qui s´en est suivi de la part des auditrices, donne un résultat plus " léger " que celui auquel parvient habituellement un auteur, maître de la construction de son discours depuis la conception jusqu´à la rédaction.

3Cette légèreté, où l´écrit conserve la fluidité mais aussi la superficialité de l´oral, est un des avantages déjà mentionnés de ce texte accessible au non spécialiste car libéré des impératifs démonstratifs ou référentiels. Mais la même légèreté, au delà du caractère parfois heurté et non cumulatif du texte, sera évidemment frustrante pour le spécialiste, qui sait que Joël Bonnemaison était porteur de propositions fortes, de positions dérangeantes, de démonstrations originales et de références novatrices qui n´apparaissent dans La géographie culturelle que de façon trop allusive ou affirmative. Mentionnons pour mémoire cette fascinante notion d´espace " réticulé ", qui invitait tous les géographes à réfléchir sur notre naturalisation habituelle de l´espace comme " aire ". On retrouvera également dans l´ouvrage des définitions opératoires de culture ou métaculture, monde ou système, lieu ou territoire ; une interrogation sur la nature géographique de l´être humain ; la critique du marxisme, de l´économicisme ou du réductionnisme quantitativiste ; la mise en relation du culturel et du pouvoir ; les références à Carl Sauer ou Jean Gottmann (" ...cette géographie culturelle peut se ramener à une géographie des acteurs dont le problème de la signification constitue l´élément clé ", p.54) ; les exemples du Vanuatu et de l´Océanie, etc.

4Notons qu´il transparaît toujours dans le cours une dimension épistémologique et politique : en bon géographe des représentations, Bonnemaison savait bien que les idées ont une histoire et renvoient à des enjeux de conception et d´action sur le monde, en Mélanésie comme chez les universitaires occidentaux. Mais tout cela a le goût d´une introduction : faute du traité dont la disparition de Joël Bonnemaison nous a frustré, il sera nécessaire que les lecteurs intéressés par cette géographie culturelle complètent leur lecture de l´ouvrage par le recours aux ouvrages et aux articles dispersés du même auteur, et dont quelques extraits textuels ou iconographiques illustrent l´ouvrage.

5A cet égard, je n´ai qu´une critique à faire au travail d´établissement de ce texte par les éditrices, sur le choix du texte de conclusion, qui ne procède pas des cours de Bonnemaison à l´Institut de géographie de Paris mais d´une allocution pour un colloque déjà publiée sous deux formes. Il s´agit d´une interrogation sur le concept de territoire chez les géographes qui ne me semble pas avoir la vertu de reprendre les principaux éléments de la pensée Bonnemaison pour terminer par quelques idées marquantes. Cette critique mise à part, on ne peut qu´inviter les enseignants et les étudiants à (s´) offrir cet apéritif agréable à la géographie culturelle.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Monnet, « Bonnemaison J. , 2000, La géographie culturelle (établi par Maud Lasseur et Christel Thibault). Paris, éditions du CTHS (coll. Format 38), 152 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 27 juin 2002, consulté le 21 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/863

Haut de page

Auteur

Jérôme Monnet

Université de Toulouse-Le Mirail. Institut universitaire de France.
monnet@cict.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page