Navigation – Plan du site
2002

Prelorenzo C. Rouillard D. (dir.)., 2001, Mobilité et esthétique. Deux dimensions des infrastructures territoriales, Paris, L´Harmattan, 142 p. ISBN 2-7475-1393-9

Eric Boutouyrie

Texte intégral

1Si la première de couverture met en scène une image qui n´est pas sans rappeler les flous urbains du Londres de Joseph M. W. Turner c´est, sans nul doute, pour suggérer l´effet visuel de la vitesse sur notre perception de la réalité mais aussi, et surtout, afin de traduire la difficulté que représente une tentative d´articulation des termes "mobilité" et "esthétique" dont l´étude, il faut bien l´avouer, ne hante pas la littérature géographique. Sur un terrain sensiblement analogue, peut-être se souviendra-t-on, en France, du numéro spécial de la revue Espaces et sociétés (n°69, 1992) consacré à l´interrelation "esthétique et territoire" et, plus proche de nous, de quelques explorations d´auteurs français ou étrangers (Pierre Pellegrino, Jean-François Augoyard, Jacques Dewitte, Marianne Ulla Ström ou, dernièrement, Gaëtane Lamarck-Vadel). Mais, force est de constater qu´il s´agit là d´un domaine préservé de tout psittacisme.

2C´est donc une correspondance terminologique peu commune que les auteurs du GRAI1 explicitent dans ce volume collectif de 142 pages, Claude Prelorenzo, un des coordinateurs, soulignant, dès l´introduction, que "La relation au territoire est ici appréhendée au travers de la question du mouvement, caractère inhérent aux infrastructures de transports." (p.10) Mais que l´on ne se méprenne pas. Il ne s´agit pas d´explorer des chiffres de temps et des distances parcourues, des trajets de navetteurs ou encore de migrations transfrontalières. Les 14 articles, fruit des actes d´un séminaire organisé par ce même laboratoire en 1998-1999, ont des thèmes souvent inattendus (Dominique Rouillard se penche sur le rôle du contrôle climatique dans la mobilité des hommes au sein de leurs espaces de vie; Antoine Picon, auteur en 1998 d´une réflexion originale sur La ville territoire des cyborgs, questionne la stéréo-réalité et le microscopique, porteurs, selon lui, des prémisses d´un nouveau paysage); parfois perpendiculaires (Claude Prélorenzo conçoit le navire comme une "architecture mobile" du cadre urbain; Virginie Picon-Lefebvre met en regard deux textes institutionnels -La Charte d´Athènes de 1936 et le rapport Buchanan de 1964- en montrant que le second, axé sur une architecture de la circulation automobile, aurait changé le visage de nos territoires). En tout les cas, l´ensemble des monographies et des essais, en évitant l´enflure, ne cède pas aux nécessités du moment et fait montre d´une ouverture conceptuelle et interdisciplinaire. Sans doute objectera-t-on qu´il ne s´agit pas d´un ouvrage de géographie. C´est en partie vrai. Mais, sans que cela soit clairement formulé, on comprend qu´il s´agit d´un ouvrage sur la géographie, tout contre la géographie dans le sens de la porosité car, d´une manière générale, les grandes orientations traversent de multiples enjeux épistémologiques de notre discipline. En effet, les contributions explorent -et là réside l´originalité de l´ouvrage- une problématique dont le sujet central rend compte des mécanismes d´élaboration des infrastructures (appelées aussi "ouvrage d´art") et leurs effets sur le territoire. Certains textes ont une couleur architecturale très prononcée (étude des "voiles"et des "coques" par Nicolas Nogue et un examen des "structures gonflables" par Caroline Maniaque) tandis que d´autres pointent des problématiques géographiques très prometteuses. On recommandera au lecteur les trois derniers textes dont les dimensions spatiales sont clairement définies, et notamment deux textes qui traitent, pour l´un, du rôle de l´architecte dans la régénération urbaine et la constitution de l´identité (Genius loci?) de Bilbao et de Barcelone (Rachel Rodrigues Malta) et, pour l´autre, de l´influence des données esthétiques du jardin dans quelques aménagements d´espaces de temps libre comme la "coulée verte Paris-Massy" (Georges Farhat). A bien y regarder, l´ensemble est assez proche des investigations de groupes de recherche curieusement absents des appuis bibliographiques: pensons au CRESSON (Centre de Recherche sur l´Espace Sonore et l´Environnement Urbain), fondateur de la notion "d´ambiances urbaines et architecturales", ou encore au GERPHAU de Clermont-Ferrand (Groupe Etudes et Recherches Philosophie, Architecture et Urbanisme) mobilisé autour des dynamiques et des mutations de l´habiter urbain.

3Dans ce qui s'apparente à d´autres réserves, on signalera quelques fragilités sans incidences notoires sur l´enjeu et l´intérêt général de ce recueil. Sur la forme, d´abord. On regrettera l´utilisation abondante d´iconographies en noir et blanc qui réduisent considérablement la portée démonstrative de certaines productions, notamment lorsque le paysage est censé éclairer des choix d´intervenants. En outre, les auteurs semblent avoir confondu illustration et placage visuel, ce qui donne à l´ensemble un côté désarticulé entre des textes et des images qui se répondent dans de trop rares occasions. Sur le fond, maintenant. Si l´on entr'aperçoit ce que le terme "mobilité" recouvre (le mouvement des hommes grâce à des infrastructures) on est bien embêté lorsqu´il s´agit d´interpréter le mot "esthétique", encore qu´il soit de pratique courante d´user les mots dans toute leur disponibilité sémantique. C´est dans ce cas un peu dommage, d´autant plus qu´il existe autant de définitions que de courants de pensée: l´aisthèsis, la sensibilité commune? L´émotion? Une philosophie de l´art? Une science du Beau? Une science de la création? L´étude de la réception des productions artistiques? A quelques exceptions près cela reste à l´appréciation du lecteur et n´éclaire pas le fait que, dans des contextes culturels particuliers, certaines infrastructures, comme les autoroutes ou les ponts, soient porteuses d´une disponibilité appréciative alors que d´autres enlaidissent le paysage. S´agissant des pistes de réflexion, un seul auteur -Antoine Picon- évoque la place du cinéma, en l´occurrence un échangeur autoroutier du film Paris-Texas, alors que ce thème est au coeur d´une filmographie abondante, vraisemblablement porteuse d´un nouveau regard sur les infrastructures et l´espace qui les porte, qui plus est, lorsque "l´infrastructure correspond à la fois au désir de prendre enfin pied quelque part, de s´enraciner et à la tentation de rompre les amarres et d´errer librement" (p.70). Pensons à des films comme "Route One USA" de Robert Kramer, à "Trafic" de Jacques Tati, "Métropolis" de Fritz Lang ou bien à "Crash" de David Cronenberg et demandons-nous dans quelle mesure la sémantisation de l´étendue donne à voir ce paysage ? Enfin, peut-être aurait-il fallu fouiller du côté des Parcs de loisirs ou les Parcs à thèmes, sortes de méga-infrastructures de temps libre associées à la spectacularisation urbaine, car, si certains considèrent les autoroutes comme de nouveaux jardins (Jean-Pierre Le Dantec) est-il inconcevable de voir dans ces lieux de récréations des routes d´un nouveau genre: des courts circuits bornés? Gageons que le second volume, attendu en 2002, soit volubile à ce sujet.

4Au final, la lecture de ces diverses contributions nous fait pénétrer au coeur d´une perspective de recherche engageante, ouverte et novatrice. Même si l´on sent que bon nombre de projets sont encore au stade de la théorisation, on reste convaincu par l´idée selon laquelle après une longue tradition de recherche dominée par l´analyse économique de l´espace géographique, il convient de prendre la mesure du rôle de l´Art dans le façonnement et le fonctionnement de nos territoires, notamment pour l´étude des conditions d´attractivité. Comme le fait si justement remarquer Cyrille Simmonet dans l´ultime article intitulé "Ouvrage d´art, oeuvre d´art": "l´ouvrage d´art est objet, mais également opérateur d´un processus, pour le dire vite: un processus de territorialisation" (p.139). Et il ajoute, suite à l´étude du pont de Normandie: "La donnée un peu abstraite du territoire se matérialise soudainement dans la puissance de l´ouvrage d´art" (p.140). Et pourquoi pas dans et par l´oeuvre d´art? Une territorialité artistique en quelque sorte, signe de l´importance d´une rencontre entre géographie et esthétique. Reste à la provoquer et à séduire...

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Eric Boutouyrie, « Prelorenzo C. Rouillard D. (dir.)., 2001, Mobilité et esthétique. Deux dimensions des infrastructures territoriales, Paris, L´Harmattan, 142 p. ISBN 2-7475-1393-9 », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 08 avril 2002, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/872

Haut de page

Auteur

Eric Boutouyrie

e-boutou@netcourrier.comDoctorant Equipe MIT, Université de Paris VII.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page