Navigation – Plan du site
2002

Berthelot J.-M. (dir), 2001, Epistémologie des sciences sociales, Paris, PUF, 593 p.

Christine Kosmopoulos

Texte intégral

1Ce livre remarquable est sans aucun doute un événement. Très dense et extrêmement riche, parfois très technique, il réunit une grande quantité de réflexions, d´informations et de confrontations guidées par une volonté de clarification mais également dans une perspective de thématisation commune, ce qui est en sciences sociales tout à fait exceptionnel. Il constitue donc un véritable défi, en se donnant pour objectif de retrouver une unité des sciences sociales par-delà leur histoire particulière, la pluralité des écoles, des langages, des comportements disciplinaires ou encore des " programmes de recherche " (Lakatos). Il s’agit de " réduire à des noyaux rationnels l´activité épistémique décrite " comme des nœuds sous-jaçents qui formeraient une trame réticulaire première, la dimension ontologique n´étant jamais très loin, même si elle n´est pas le propos déclaré du livre.  Cet ouvrage est également un manuel comme le rappelle Jean-Michel Berthelot, et rien qu´à ce titre se doit de figurer dans toutes les bibliothèques concernées.

2Composé donc d´une série de textes de spécialistes en sciences sociales, la première partie " Les grands territoires et leurs paradigmes " nous offre le regard de chacun sur sa discipline et la façon dont s´opère la production de connaissances à l´intérieur de celle-ci : les dispositifs mis en œuvre, les instruments utilisés, les modes de pensée privilégiés etc. " Chaque auteur a cherché à remplir son contrat de la façon la plus authentique, c´est-à-dire en soumettant l´ensemble de son univers de référence à la critique rationnelle ". On y trouve présentées les sciences historiques (Jacques Revel), la géographie (Jean-François Staszak), la science économique (Bernard Walliser) et pour finir les sciences du social (sociologie, éthologie, démographie, psychologie sociale) par Jean-Michel Berthelot. Toutes les sciences choisies –dont se trouvent exclues les sciences juridiques et les sciences politiques notamment pour leur caractère normatif - ont en commun de " problématiser des formes d´interactions entre " actants ", quelque soit le nom qu´on leur donne (agents, acteurs, locuteurs, forces sociales, voire institutionnelles), le niveau d´analyse privilégié (celui des structures ou celui des processus) ou la forme explicative retenue (modélisation ou récit) ".

3Une seconde partie " Les grandes traverses " vise à faire ressortir les correspondances tant du point de vue de l'objet que des méthodes qui peuvent être appliquées et les débats communs aux disciplines choisies : action et cognition, histoire et structure, modèle et récit etc. On y rappelle que les termes ne sont pas employés avec la même acceptation dans les différentes disciplines, pour exemple le terme de " structure " : chez Durkheim il s´agit de " formes sociales d´association ", chez Levi-Strauss de " modèles théoriques d´explication des phénomènes sociaux ", chez Braudel de " clef "  expliquant " l´histoire de longue durée ", à distinguer des modèles structuraux issus du structuralisme. Dans son chapitre sur " Histoire et Structure " le philosophe Robert Franck se pose la question " à quoi l´histoire peut-elle servir dans les sciences sociales ? " Elle a bien joué un rôle important dans la géographie classique, mais comment désormais envisager son concours dans la géographie moderne, quelle place par exemple peut-elle tenir dans l´analyse spatiale ?

4Dans la troisième partie " Unité et Pluralité " de portée plus philosophique, Jean-Michel Berthelot essaye de dégager à travers la description de l´activité scientifique " un niveau commun d´analyse et de compréhension " du fonctionnement et des débats en sciences sociales. Pourtant dans le chapitre suivant, Ruwen Ogien remet en cause le choix des disciplines réunies sous la dénomination de " sciences sociales ". En effet, si l´on adhère à l´idée que les sciences sociales sont irréductibles aux " couches intermédiaires " que sont la biologie et la psychologie (en opposition à une vision unifiée de la science qui reposerait sur la physique pour s´élever selon un processus de complexification jusqu´aux sciences sociales situées à son sommet et par conséquent susceptibles d´être réduites aux étapes inférieures), on ne peut imaginer qu´elles soient réductibles un jour à la physique. En ce sens, la plupart des sciences sociales n´ont en fin de compte rien à voir entre elles. On est inévitablement tenté de poser la question de la cohérence interne aux disciplines, mais c´est un autre débat. Ogien propose donc de " réserver l´appellation " sciences sociales " aux disciplines qui se sont spécialisées dans les objets ou les propriétés sociales, ainsi que leur nom l´indique (sociologie, anthropologie sociale et culturelle, psychologie sociale) ".

5Le livre se clôt sur la question ouverte de l´objectivité dans les sciences sociales, notamment de l´effet causal des phénomènes sociaux et dans quelle mesure on peut y " fonder des théories sur des principes infaillibles ".

6Car la démarche comporte bien des écueils dont les auteurs ont tout à fait conscience, ce qui en accroît –si besoin est- le mérite. Dès son avant-propos, J.M. Berthelot se confronte à la difficulté de délimiter des champs significatifs pertinents et consensuels : sur quelle définition de l'"épistémologie" se fonde l'ouvrage ? qu'entendre par "sciences sociales" ? qu'est-ce qui distingue la philosophie des sciences sociales de l'épistémologie des sciences sociales ? A cela d´autres problèmes non soupçonnés au départ ont émergé au cours de ce travail " de la diversité, non seulement des langages et des réflexes disciplinaires, mais également des métalangages et, spécifiquement, du métalangage épistémologique. ".

7Au total un livre très stimulant à recommander fortement.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christine Kosmopoulos, « Berthelot J.-M. (dir), 2001, Epistémologie des sciences sociales, Paris, PUF, 593 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 14 mars 2002, consulté le 17 août 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/875

Haut de page

Auteur

Christine Kosmopoulos

christine.kosmopoulos@parisgeo.cnrs.frcnrs-umr 8504 geographie-cites

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page