Navigation – Plan du site
2002

Ghorra-Gobin C., 2001, Réinventer le sens de la ville. Les espaces publics à l´heure globale, Paris, L´Harmattan, 266 p.

Antoine Fleury

Texte intégral

1Depuis plusieurs décennies, les sociétés occidentales ont dû faire face à la fois au déclin de formes traditionnelles comme la rue ou la place, et à l´émergence de nouveaux espaces sur le modèle des centres commerciaux ou des parcs de loisirs américains. C´est dans ce contexte qu´est apparue la notion d´espace public dans le champ des sciences sociales. La philosophie, la sociologie et l´urbanisme ont exploré cette problématique des espaces publics, en s´attachant respectivement au sens, à la pratique et à la gestion de ces derniers. L´ouvrage collectif dirigé par C. Ghorra-Gobin pose un regard géographique sur ces lieux et sur leur " dimension symbolique ", en les réinscrivant dans l´espace de la métropole. Les contributions, pour la plupart des études de cas, répondent de manière très inégale à cet objectif. Certaines y parviennent avec brio.

2La notion d´espace public renvoie dès son origine à une réalité complexe et changeante dont l´ouvrage se fait l´écho dans ses différentes parties : privatisation de l´espace public ; " marchandisation ", en liaison avec une spécialisation récréative le plus souvent ; rôle des communautés et multiculturalisme ; dimension politique et citoyenneté. Tels sont les dimensions et les processus par lesquels sont aujourd´hui abordés les espaces publics. Ceux-ci s´opposent ou se recoupent partiellement, des acceptions multiples de la notion d´espace public ayant été suggérées par cette réalité très multiforme. Cependant, l´intérêt de l´ouvrage n´est ni dans la définition de cette notion, ni dans son renouvellement, ce que très peu de contributions s´assignent comme objectif. L´intérêt est ailleurs. Aux espaces publics correspondent des pratiques et des représentations qui dépassent ce cadre strict pour prendre sens à l´échelon de la ville tout entière. Il s´agit donc moins de s´intéresser aux espaces publics pour eux-mêmes, que d´esquisser à travers leur étude une " perspective culturelle de la géographie urbaine " (B. Debarbieux). En plus du dialogue entre " la matérialité de l´espace public " et ses " interprétations multiples " mis en avant par l´auteur, cette démarche inclut une mise en relation de l´espace public avec d´autres espaces, à l´intérieur comme à l´extérieur de la ville, saisie comme " système de lieux et de liens " (G. Dubois-Taine). Les espaces publics sont reliés entre eux et interagissent avec d´autres lieux dans un jeu d´échelles qui va bien au-delà de la confrontation entre local et global. Une telle démarche permet à la géographie à la fois de s´enrichir elle-même et d´enrichir la réflexion sur l´espace public.

3Quelques contributions retiennent particulièrement l´attention. Ainsi, T. Khayat décrit la double centralité d´un quartier périphérique de Beyrouth, à la fois centralité communautaire et centralité commerciale, qui relie celui-ci à d´autres lieux plus ou moins éloignés. Th. Rocco, qui s´intéresse au " jardin anglais " de Munich, montre que l´inscription de ce vaste espace vert dans le centre de la ville renvoie à des enjeux contradictoires qui le dépassent : pression foncière, loisirs des citadins, gestion des déplacements, etc. En fonction de leur généalogie et des interactions qui les caractérisent, les espaces publics peuvent en outre être regroupés en différents types. Ainsi, ces espaces de la " marchandisation ", que sont les centres commerciaux ou les parcs de loisirs, entretiennent des liens ambivalents avec les formes urbaines héritées qu´ils imitent souvent, qu´ils font parfois évoluer dans le sens d´une " disneylandisation ". Le processus est bien analysé par S. Didier pour Anaheim, et par M. Cruz pour Pico Union à Los Angeles. Enfin, à propos du marché de Carpentras, M. de la Pradelle montre que les espaces publics hérités, bien que répondant encore à certaines fonctions, en particulier identitaires, sont soumis à des mutations considérables dont rend bien compte cette contribution. La démarche géographique permet enfin de revisiter la dimension politique des espaces publics. Comme le note M. Lussault, l´enjeu est de démythifier le modèle de l´agora grecque. Dans ce cadre, la dimension politique n´a d´intérêt que dans la mesure où elle est relativisée et mise en relation avec d´autres dimensions : l´exemple des espaces publics marocains (F. Navez-Bouchanine) en témoigne. Initialement étrangers au modèle de l´agora, ils évoluent aussi sous la pression de la société et de ses nouvelles valeurs, en s´ouvrant aux femmes en particulier.

4L´étude de l´espace public passe nécessairement par une pratique de l´interdisciplinarité, voie dans laquelle l´ouvrage s´engage peu si l´on excepte l´éclairage apporté par l´architecte B. Landau. On note en outre que la plupart des contributions mettent davantage en œuvre des méthodes empruntées à d´autres sciences sociales qu´elles n´associent démarches, concepts et outils de la géographie. Cela peut plonger le lecteur dans une certaine perplexité, comme aussi le manque de soin apporté à l´impression et à la typographie.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Antoine Fleury, « Ghorra-Gobin C., 2001, Réinventer le sens de la ville. Les espaces publics à l´heure globale, Paris, L´Harmattan, 266 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 13 mars 2002, consulté le 24 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/876

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page