Navigation – Plan du site
2002

Géographies anglo-saxonnes, 2001, Textes rassemblés et présentés par J.-F. Staszak, B. Collignon, C. Chivallon, B. Debarbieux, I. Géneau de Lamarlière et C. Hancock, Paris, Mappemonde-Belin, 315 p.

Nathalie Blanc

Texte intégral

1Cet ouvrage est un recueil d´articles d´auteurs anglo-saxons. Il a le mérite de rendre accessible aux lecteurs français des textes qui, autrement, seraient demeurés inconnus.

2Il a aussi le grand mérite de rendre compte de la recherche anglo-saxonne sur des questions diverses : la géographie des genres, du paysage ou encore la géographie économique.

3C´est donc d´un intérêt indiscutable pour un lecteur non-averti.

4D´autant plus qu´on parle souvent de la différence culturelle des approches scientifiques, notamment pour les sciences sociales, mais que ces différences sont peu explorées : pourtant, dans le cadre d´une épistémologie de la géographie et, surtout, de sociologie des sciences, cette piste de recherche pourrait être féconde.

5À lire les différents articles, on a une double surprise : celle, tout d´abord, liée à la communauté des centres d´intérêt avec les géographes français ; aussi, à contrario, celle, relative à la différence des approches.

6Communauté d´intérêt : par exemple, en ce qui concerne le paysage, les approches de J. et N. Duncan, Relire le paysage et celle D. Ley Le logement coopératif comme paysage moral. Réexamen de " la ville postmoderne " semblent familières. En effet, il s´agit d´une contribution au débat constructivisme/naturalisme (Lire le numéro 17 de la Revue du Mauss : Chassez le naturel, écologisme, naturalisme et constructivisme) autour du paysage.

7Par contre, les textes contribuant au chapitre Les géographies féministes demeurent surprenants : même si la question des genres connaît un regain d´intérêt en France, elle était encore jusqu´aujourd´hui, rarement abordée en tant que telle.

8De façon générale, l´approche des " communautés " est essentiellement anglo-saxonne et va, d´une certaine façon, à l´encontre des principes républicains français.

9Autre surprise : celle liée à l´importance des intellectuels français outre-manche. Il semble qu´on fait plus référence à J. Derrida ou à P. Ricœur dans la géographie anglo-saxonne que dans la géographie française. Ceci pour deux raisons au moins. Tout d´abord, les séparations des disciplines sont moins contraignantes notamment aux Etats-Unis : " en effet " dit J.-F. Staszak qui introduit le recueil, " dans le monde anglo-saxon, le découpage du champ académique en sciences sociales a été fortement déstabilisé par la vague post-moderniste. Les géographes dont la formation est davantage pluridisciplinaire qu´en France, empruntent volontiers aux autres sciences sociales, publient fréquemment dans des revues et enseignent dans des départements qui relèvent d´autres spécialités. " De ce fait, les géographes anglo-saxons n´hésitent pas à mobiliser des réflexions empruntées à la philosophie ou aux théories post-structuralistes. D´autre part, le post-modernisme auquel se réfèrent certains des philosophes cités n´a pas eu le même impact en France que dans le monde anglo-saxon.

10En définitive, cet ouvrage est une bonne surprise même si on aimerait comprendre, sur le plan théorique, l´intérêt des géographies anglo-saxonnes pour le géographe français : s´agit-il de renouveler la géographie française ? D´y introduire les avancées théoriques faites en référence aux théories post-modernistes qui semblaient jusqu´ici étrangement ignorées en France ? Ou encore, de mieux relativiser les différentes approches géographiques ? Ou, enfin, d´introduire un débat sur la production des objets digne des géographes ?

11Car, on ne peut prétendre, quand on réalise un ouvrage de cette sorte, vouloir juste attiser la curiosité des lecteurs et répondre à leur soif de connaissances.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nathalie Blanc, « Géographies anglo-saxonnes, 2001, Textes rassemblés et présentés par J.-F. Staszak, B. Collignon, C. Chivallon, B. Debarbieux, I. Géneau de Lamarlière et C. Hancock, Paris, Mappemonde-Belin, 315 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 25 février 2002, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/882

Haut de page

Auteur

Nathalie Blanc

Chargée de recherches CNRS/UMR LADYSS 7533

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page