Navigation – Plan du site
2001

Nicolai H. (dir), Pelissier P., Raison J.-P., 2000, Un géographe dans son siècle, actualité de Pierre Gourou, Paris, Karthala, 338 p.

Frédéric Thomas

Texte intégral

1Hommage de trente-huit géographes et agronomes à Pierre Gourou, cet ouvrage présentait tous les risques du genre, celui du panégyrique notamment et de la dispersion. Eloge mêlé de critiques contenues et de quelques malices, le genre permet pourtant d´embrasser le foisonnement et la finesse d´une œuvre esthétisante abhorrant l´intellectualisme, une position intellectuelle que l´on retrouve chez d´autres, et pas des moindres, dans tout le 20ème siècle. Le titre de l´ouvrage n´a donc rien d´usurpé, et c´est là tout son intérêt ; il nous dit, à sa manière, l´importance et l´inconfort du métier de géographe dans ce siècle de mondialisation.

2Augustin Berque regardant les rizières d´Hokkaido, Jean-Paul Charvet analysant les greniers du monde, Hubert Cochet lisant les paysages du Burundi, Roland Pourtier évoquant la chatoyante diversité des hommes témoignent des résonances dans leurs travaux des réflexions de Gourou sur les " techniques de production ", les " techniques d´encadrement ", les " civilisations ". Michel Sivignon, détective ès paysage, rapporte avec beaucoup d´humour sa mise en accusation des paysages de l´Europe de l´Est et montre que la méthode de Gourou dépasse les tropiques. C´est aussi le point de vue de Henri Nicolaï qui, relatant la force de Gourou l´enseignant, réfute la vue trop courte qui en fait un "tropicaliste"…

3La liste des auteurs étant trop longue pour décrire la participation de chacun, on insistera surtout ici sur l´actualité des réflexions et des observations de Pierre Gourou sur le terrain où on l´attend peut-être le moins, celui du politique. On sait combien Pierre Gourou a toujours pris soin d´éviter tout engagement politique et cette stratégie a pu être tenue pour coupable. Quelques auteurs le signalent discrètement : l´article de Jean-Luc Piermay rappelle que l´apolitisme de Gourou relevait d´un haut sens du politique ; Jean-François Dupon parle " d´intenable parti pris de neutralité " et pointe à cet endroit une contradiction avec le " système géographique de Gourou " décrit par Gilles Sautter dans un article de l´Espace Géographique en 1975 et réédité pour l´occasion ; même Bernard Calas évoque pudiquement " certains silences " sur " les acteurs " en Ouganda. Pointer cette prudence, n´est pas vouloir ternir l´image trop brillante qui ressort de ce livre mais, bien au contraire, éclairer, sans jugement de valeur, le délicat positionnement intellectuel d´un tropicaliste qui a traversé tout le 20ème siècle. Compromission ou composition avec les pouvoirs en place (?), force est de constater que c´est de cette position que Gourou réussit à adresser les plus violentes critiques à l´égard des politiques de développement, et ce dès la thèse. Gourou épouse des positions les plus réactionnaires du paternalisme colonial face aux mouvements indépendantistes vietnamiens des années trente – il suffit de lire les conclusions des Paysans du Delta Tonkinois pour s´en persuader – mais son expertise de l´hydraulique dans le delta est un désaveu des principales options de la colonisation agricole européenne qui ont jeté sur les routes les miséreux que l´armée française mâte à la mitrailleuse. Dans cet exemple si troublant, c´est tout le drame de l´intellectuel face au Tiers-Monde qui est condensé. Comment avoir accès à l´information sans être proche des pouvoirs, comment faire entendre son discours, comment être acteur, et pour se rapprocher de la préoccupation majeure de Gourou, comment protéger les civilisations contre les risques d´uniformisation du développement ? De ce point de vue, une fois n´est pas coutume, quand on aime Dumont qui dénonce, sans doute est-il difficile de ne pas aimer Gourou qui énonce, c´est d´ailleurs ce que suggère admirablement Jean-François Dupon. L´intérêt de ce recueil d´articles est bien de faire surgir à différents moments de la carrière de Gourou ces questions fondamentales qui touchent, plus qu´à la politique, à l´éthique du développement et de l´agir. L´article de François Bart, montre bien que c´est en expert de la colonisation que Gourou fait de son analyse des densités de population du Ruanda-Urundi une référence qui permet de réfuter, comme au Tonkin, un certain nombre des grandes options de la colonisation. Benoit Antheaume rappelle utilement la condamnation sans appel que Gourou fait de " l´erreur raciste " en Afrique du Sud. Bernard Charlery de la Masselière, à propos de la question foncière sur les Hautes Terres de l´Afrique orientale, se demande " combien de scientifiques, à cette époque, remettaient en question l´idéologie néo-classique dominante qui imposait le principe d´individualisation progressive et inéluctable de la tenure foncière ? " (p. 199). Enfin, poursuivant les analyses de Gourou, Françoise Imbs, dans un article décrivant l´inquiétant processus de villagisation au Rwanda, regrette que la rationalité des structures spatiales de l´habitat traditionnel dispersé n´ait pas été suffisamment étudiée pour contrebalancer le discours dominant qui en faisait un des vecteurs de l´insécurité et du sous-développement. Les tristes paysages post-génocide qu´elle dessine reposent une fois encore le dramatique " que faire ? " auquel on s´expose dans le Sud.

4On regrettera de fait d´autant plus dans cet ouvrage, mais sans doute n´était-ce pas le lieu, l´absence d´éclairages contextuels de l´œuvre. Les articles remarquent à l´unisson de fortes évolutions dans les écrits du géographe (1) et les attribuent, en somme, au progrès de la connaissance, à l´affinement des thèses. Ne s´agirait-il pas plutôt d´ajustements d´une géographie coloniale et fortement colonialiste aux temps nouveaux des indépendances ? Le sens de la nuance de Gourou que Frédéric Dufaux oppose à " la géographie active " d´un Pierre George a aussi son contenu politique., ainsi la sensibilité de Gourou à l´harmonie entre l´homme et son milieu n´est pas le signe d´une " géographie du vécu " en gestation, comme le suggère Gabriel Rougerie, ou un simple fait épistémologique, une science idiographique, mais la conséquence logique d´une pensée conservatrice, certes consolatrice, voyant dans l´équilibre homme/nature les fondements de la paix sociale dans le cadre d´une exploitation coloniale ou d´un néo-libéralisme désertifiant qu´on prend soin de ne pas trop heurter. L´approche culturaliste de Gourou (qui force aujourd´hui l´admiration) ne peut donc être isolée d´une idéologie coloniale qui y a largement puisé. Jean-Louis Chaléart et Alain Dubresson ainsi que Philippe Gervais-Lambony trouveraient également dans une sociologie de l´œuvre des réponses nouvelles à l´absence d´intérêt de Gourou pour ce monde urbain si rempli d´inquiétants déracinés. Il en est de même du concept de " civilisations " dont l´inertie réclame selon Gourou beaucoup de prudence dans l´intervention civilisatrice et un sens de la conservation dont le géographe tropicaliste est l´expert par excellence ; un expert dont la fonction est la naturalisation d´une idéologie politique réactionnaire aux couleurs d´humanisme, les gouvernements coloniaux l´avaient bien compris ainsi. Grâce à cette critique sociologique forte, on restituerait vraiment l´importance de l´œuvre de Gourou, car c´est bien de cette position, dont il faut absolument briser l´opacité, que Gourou a adressé comme on l´a vu les diagnostics les plus pertinents car les plus techniques à l´égard de ce qu´il est bien convenu d´appeler le siècle du développementalisme (2).. C´est ce lieu d´où il parle, dans tous les paradoxes de la critique participative, qui rend son discours central pour le 20ème.siècle. Qu´un tel recueil d´hommages soulève pareil débat est, quelles que soient les positions qui y sont tenues, le gage de l´intérêt de sa lecture.

Haut de page

Notes

1. Michel Bruneau dans un autre hommage posthume rend compte de manière synthétique des évolutions de Pierre Gourou tout au long de sa carrière. Michel Bruneau, " Pierre Gourou 1900-1999, Géographie et civilisations ", L´homme, 153 / 2000, 7-26.On se rend mieux compte dans cet article de l´indifférence de Gourou à la cohérence interne de son œuvre puisque sa géographie est faite de deux écoles antagoniques : la première structuro-marxiste héritée des Annales reste dominante tout au long de l´oeuvre, la seconde culturaliste s´affranchit mal du matérialisme historique de la première (ce que fait d´ailleurs remarquer, à propos de l´absence du spirituel dans la notion de civilisation chez Gourou, Jean Stenger dans son article " Pierre Gourou entre géographie et histoire " infra, 327-331).

2. Pour une approche plus critique de l´œuvre de Pierre Gourou voir M. Bruneau, G. Courade, " Existe-t-il une géographie humaine tropicale ? A la recherche du paradigme de Pierre Gourou. " L´Espace géographique, 13, 4, 1984 ; M. Bruneau et D. Dory (dir), Les enjeux de la tropicalité, Masson, 1989 & Géographies et colonisation XV-XXème siècles, l´Harmattan, 1994.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Frédéric Thomas, « Nicolai H. (dir), Pelissier P., Raison J.-P., 2000, Un géographe dans son siècle, actualité de Pierre Gourou, Paris, Karthala, 338 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 23 novembre 2001, consulté le 23 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/885

Haut de page

Auteur

Frédéric Thomas

E.H.E.S.S., Centre Alexandre Koyré

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page