Navigation – Plan du site
2001

PAQUOT T., LUSSAULT M., BODY-GENDROT S. (dir.), 2000, La ville et l´urbain, l´état des savoirs, Paris , La Découverte, 442 p.

Renaud Le Goix

Texte intégral

1Règne de l´urbain, Mort de la ville ? ". Matériaux pour une épistémologie des savoirs.

2Quelle démarche adopter pour aborder la ville, son histoire et son devenir ? La terminologie universitaire anglo-saxonne retient le terme d´urban studies. Mais en France, la ville et l´urbain ne font pas l´objet d´un savoir, d´une démarche spécifique. Les études urbaines sont en effet éclatées entre les réflexions, les recherches et les pratiques universitaires (historiens, géographes, sociologues, économistes…), institutionnelles (acteurs politiques, aménageurs, action sociale…) et professionnelles (urbanistes, architectes…). Probablement parce que l´objet est difficile à cerner, donnant lieu à de multiples définitions (définitions statistiques, définitions fonctionnelles) et de multiples interprétations insistant sur les effets spatiaux de l´urbain : exopolis, edge-city, posturbia, urban village, métapolis, ville-éclatée… Mais également parce que la ville et l´urbain s´étudient " à chaud " : les recherches portent sur des situations changeantes, des territoires mouvants, des populations mobiles. Thierry Paquot, Michel Lussault et Sophie Body-Gendrot ont rassemblé pour cet Etat des savoirs de la ville et de l´urbain près de 40 articles écrits par une trentaine de praticiens, d´acteurs et de chercheurs impliqués dans les études urbaines contemporaines. Le but avoué est de rassembler les matériaux de base à une épistémologie du savoir sur la ville et l´urbain ; de mesurer l´impact des démarches, des échanges et la pertinence des résultats ; et pourquoi pas de provoquer le rapprochement de certaines disciplines.

3Le philosophe Thierry Paquot introduit ce débat trans-disciplinaire en présentant l´urbanisation planétaire en tant qu´enjeu de civilisation, parce que la mutation actuelle du capitalisme a des répercussions sur les modes de vie et les modes de pensée. L´argument consiste à dire qu´à l´ ère de l´urbain généralisé, la ville compacte, continue et définie par sa seule polarité et centralité n´existe plus. Cette révolution urbaine, achevée dans les pays développés et en cours dans les pays en voie de développement, passe par la logique des réseaux qui signe l´acte de décès d´une manière locale de vivre institutionnellement ensemble, propre de la ville. Et cet urbain ne se traduit pas par une seule forme d´urbanisation, mais par de multiples configurations difficiles à interpréter.

4Le premier chapitre fait le point sur la connaissance de la ville, explorant les démarches des disciplines universitaires, les pratiques des architectes ou des urbanistes, et les perceptions de la ville en littérature ou au cinéma. Mais malgré la segmentation institutionnelle et disciplinaire, la lecture met rapidement en évidence les recouvrements entre les différentes approches. La contribution des sociologues M. et M. Pinçon montre bien comment la sociologie urbaine a abordé à la fois les notions de production d´espace urbain, la morphologie urbaine, l´histoire sociale, tout en étant très proche de l´aménagement et de l´urbanisme opérationnel. La position de la géographie (contribution de M. Lussault) paraît quant à elle nettement en retrait, rassemblant jusque dans les années 1960 un matériau descriptif, factuel et typologique, éloigné des aspects novateurs que connaissent les autres sciences sociales à la même époque, mais apte à fournir un outil simple et des ressources pour les planificateurs. Le renouveau de l´approche géographique se construit alors autour des recherches sur la logique des villes, sur l´examen de l´évolution des systèmes urbains, et sur l´organisation de l´espace urbain.

5Les chapitres suivant se veulent plus thématiques : les espaces, les territoires et les réseaux ; sociétés et cultures urbaines ; acteurs de la ville ; politiques de la ville. Parti pris de l´ouvrage, les contributions sont très logiquement imprégnées de l´approche disciplinaire de leur auteur, et se veulent des pistes de réflexion, et non des états de la question. Par exemple, J.-M. Offner aborde la question de réseaux et des dynamiques urbaines en géographe, en termes de liens et d´interactions entre maillages, territoires et réseaux. J.S. Bordreuil aborde lui le desserrement urbain en sociologue urbain, mettant en regard l´appartenance, l´identité et l´interaction sociale avec les mutations des morphologies urbaines.

6Le dernier chapitre, " enjeux, débats et perspectives ", en forme de conclusion, élargit le débat. Position des villes françaises par rapport à un modèle de villes européennes (J. Lévy), où " l´urbanité " est au cœur des politiques urbaines ; débat international sur la ville après Habitat 2 (G. Massiah) ; aspects de l´interdisciplinarité dans les travaux et l´action publique (F. Godard)… En somme tous les éléments de la réflexion sur l´émergence éventuelle d´une nouvelle civilisation urbaine, autour d´une " troisième modernité urbaine " où les conséquences de la métropolisation et de la globalisation sont à lire en terme de changement d´échelle de la vie urbaine, d´une autonomie croissante des individus, des questions de régulation ou d´exclusion (F. Ascher).

7On abordera donc cet ouvrage comme un état de lieux franco-français (parfaitement assumé), marqué par l´ambiance de l´époque et les discours sur les nouvelles technologies, le développement durable, la redéfinition des cadres territoriaux. S´ils font le point sur un thème, ou sur la façon dont leur discipline aborde la question urbaine, les auteurs assument leurs positions et ne prétendent pas à l´impartialité : ils ouvrent des pistes de réflexion. Chaque contribution est accompagnée d´une bibliographie relevant à la fois l´incontournable et le novateur. L´ouvrage se clot sur " la bibliothèque de base" des études urbaines, 19 titres essentiels sélectionnés et résumés (Weber, Park et Burgess, Gottmann, Castell, Sassen…). Parce qu´il pose les termes du débat entre les disciplines universitaires, mais aussi entre celles-ci et les pratiques diverses de la ville, cet ouvrage est au final particulièrement stimulant.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Renaud Le Goix, « PAQUOT T., LUSSAULT M., BODY-GENDROT S. (dir.), 2000, La ville et l´urbain, l´état des savoirs, Paris , La Découverte, 442 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 27 juin 2001, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/923

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page