Navigation – Plan du site
2001

Miles M., Borden I. Hall T., 2000, The City Cultures Reader, London, Routlege.

Didier Mendibil

Texte intégral

1"The City Cultures Reader" est un recueil de textes décrivant la ville en tant que fait culturel. Les auteurs, qui enseignent l´art (pour Malcolm Miles), la géographie humaine (pour Tim Hall) et l´histoire de l´architecture (pour Iain Borden), ont surtout voulu multiplier et diversifier les regards portés sur la ville afin de présenter un tableau riche, nuancé et actualisé des idées contemporaines exprimées sur cette question complexe.

2Ils ont donc rassemblé des textes nombreux, courts et récents : sur les 60 textes sélectionnés, les deux tiers ont été écrits (ou publiés en anglais) il y a moins de 10 ans et seulement deux d´entre eux font plus de 10 pages. Tous ces points de vue s´entrecroisent en 12 chapitres thématiques qui ont été regroupés en trois parties d´égale importance : 1. "Shaping Urban Culture", 2. "Living Urban Culture", 3. "Negociating Urban Culture".

3La première partie rassemble des textes qui se sont intéressés aux formes de la ville en tant que forme d´organisation sociale et qui soulignent l´importance des transformations récentes de la vie urbaine. Plusieurs textes rappellent d´abord le changement postmoderne de point de vue sur la matérialité et sur les formes de la ville. Cela concerne surtout les architectes mais, à titre d´exemple, le point de vue économique et spatial de B. Berry sur la géographie des marchés des années 1960 y est opposé à une conception plus sociologique et plus " érotique " des lieux d´échanges commerciaux actuels. Une deuxième série de textes rappelle le lien étroit entre les transformations de l´économie et celles de la ville pour souligner, par exemple, " l´entrepreneurialisme " croissant de sa gestion économique et administrative ainsi que l´accentuation récente des contrastes sociaux intra-urbains. La ville est décrite ensuite comme un lieu de production, de consommation d´expression et d´inspiration de la culture contemporaine, ce qui conduit plusieurs auteurs à s´interroger sur le statut de réalité – sociale, symbolique, fictionnelle – qui est le sien. Dans cette interrogation, il apparaît que les progrès de la technologie du transport des personnes, des informations et des images, sont l´un des principaux facteurs constitutifs d´une vie métropolitaine de plus en plus inter et hyper active.

4La deuxième partie du recueil s´intéresse plus précisément à la dimension culturelle de la vie citadine. Elle commence par quelques descriptions du mode de vie urbain, notamment en Allemagne dans des lieux symboliques d´une modernité architecturale jugée critiquable, mais divers points de vue expriment aussi des opportunités d´émancipation individuelle susceptibles d´orienter le travail des architectes vers une approche plus créative des événements de la vie quotidienne urbaine. Car, comme les textes qui suivent le montrent, la mémoire et l´imagination structurent la perception de l´environnement et l´identité individuelle à des degrés plus ou moins poussés d´articulation avec des images mentales collectivement partagées, tout particulièrement dans l´espace des grandes agglomérations. Chaque quartier a ses formes, son image, sa culture locales dans lesquelles s´ancrent des identifications collectives qu´il serait dangereux de méconnaître. L´image, la forme et la représentation des villes mobilisent donc aussi les interrogations entrecroisées de la philosophie et de la sémiologie qui cherchent dans la production sociale de l´espace de la cité un cadre originel et continu de la pensée occidentale notamment. Dans la dernière section de cette partie ont été rassemblés des textes qui, posant la question urbaine en termes écologiques, ne relèvent pas moins du champ culturel car la lutte contre les pollutions urbaines ou la préservation du caractère des lieux de vie qui guident de plus en plus les politiques d´aménagement des villes, ne sont pas seulement des problèmes techniques.

5La troisième partie rassemble des textes qui considèrent les villes comme des lieux de tensions et de compromis sociaux où s´élaborent et se négocient à chaque instant les conditions de la vie future. La question des relations sociales se trouve concrètement posée à travers des textes posant des problèmes tels que l´hygiène publique, le vandalisme, le logement social et, plus globalement, toutes les violences urbaines. Sur le plan idéologique, les mouvements alternatifs ou situationnistes considèrent les villes comme autant de lieux d´expression des résistances politiques et des transgressions culturelles opposées aux cultures dominantes. Cela conduit à s´interroger, avec quelques architectes et à partir d´exemples aussi célèbres que le Bronx ou East-End, sur le rôle que peuvent encore jouer les utopies dans leur confrontation avec les idéologies dominantes pour organiser la nécessaire reconstruction de certains centres urbains. Et lorsqu´ils pensent aux villes du futur, dans la dernière section du recueil, des architectes s´interrogent sur l´effet des nouvelles technologies de la communication dans le cyberespace, alors que d´autres s´inspirent de l´expérience écolo-architecturale d´Arcosanti et que tous font évidemment appel à l´imagination.

6Pour un livre sur la culture urbaine c´est un livre à la fois cultivé et urbain. Urbain par le mélange des genres, des perspectives et des points de rencontre entre les textes comme par la sélection de points de vue réfléchis et non polémiques : le mélange pondéré des discours étant d´ailleurs la métaphore recherchée de l´objet dont il est question. Cultivé, il l´est aussi pour les mêmes raisons et par la qualité et la diversité des auteurs : on apprend beaucoup en passant d´un texte à l´autre mais aussi d´une section à l´autre, surtout lorsqu´on est un lecteur peu familier du monde anglo-saxon.

7Le lecteur français sera d´ailleurs surpris - ou fier ? - de trouver dans les commentaires des auteurs du recueil de nombreuses références à des penseurs français tels que Henri Lefebvre, principalement, mais aussi Bachelard, Barthes, Foucault, de Certeau, etc. Il sera heureux de découvrir l´écho de leurs idées repris par des auteurs anglo-saxons et y trouvera sans doute la raison d´une nette prédominance des approches à la fois théoriques et critiques, notamment marxistes, de la ville.

8En revanche, le lecteur français, n´y trouvera pas de présentation très précise ni des auteurs – qu´ils soient connus ou en voie de l´être -, ni des ouvrages dont sont extraits les textes ni, surtout, des contextes différents de leurs élaborations même si, on l´a dit, la majorité des textes sont actuels. Il sera sans doute frappé par la rareté des contributions puisées dans la littérature du monde en développement et par l´orientation très nord-occidentale des références de ce recueil.

9En dehors de quelques photographies illustrant un article de philosophie, le lecteur géographe n´y trouvera aucune image, aucune carte ni autres représentation graphique du fait culturel à l´œuvre dans l´espace urbain, ce qui a de quoi surprendre si l´on considère que des géographes " culturels " ont participé à l´élaboration de cet ouvrage.

10C´est toujours un pari difficile que de concilier, surtout sur un thème aussi complexe que celui-ci, l´actualisation de l´information et le désir de clarification, la vulgarisation et le débat des idées. Cet ouvrage, en tout cas, n´a pas cédé à la facilité : il a fait des choix.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Didier Mendibil, « Miles M., Borden I. Hall T., 2000, The City Cultures Reader, London, Routlege. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 15 mai 2001, consulté le 25 juin 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/927

Haut de page

Auteur

Didier Mendibil

didier.mendibil@free.fr CNRS/UMR 8504 Géographie-cités, Equipe E.H.GO

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page