Navigation – Plan du site
2001

Amirou R., Bachimon P. (dir.), 2000, Le tourisme local - Une culture de l´exotisme, Paris, L´Harmattan.

Sophie Bonin

Texte intégral

1Le premier contact avec cet ouvrage amène une certaine appréhension : cette photo d´un pilote de bateau sur lagon aux eaux turquoises, évocation immédiate du tourisme-cocotiers conquérant ; ce titre de tourisme local qui suppose tout l´inverse, un loisir doux revitalisant de visite dominicale à la campagne, enfin un sous-titre qui nous raccroche à la photo en laissant une part de mystère : une culture de l´exotisme. La table des matières confirme que ce recueil d´articles s´intéresse à ce qui est habituellement séparé : valeurs rurales et représentations paradisiaques de Tahiti, éco-tourisme dans le Midi et transformation de l´espace majorquin sous la pression touristique. Cette bipolarisation est trop nette pour ne pas être démonstrative, et marque en fait la force de l´enjeu de cet ouvrage, l´objectif de Rachid Amirou, sociologue à Montpellier, et Philippe Bachimon, géographe à Avignon. Il s´agit d´une tentative, à contre-courant de certaines thèses (comme la discussion traditionnelle séparant le voyageur du touriste), de réconciliation de deux " religions du tourisme " séparées depuis peu, et se vouant en général un mépris mutuel qui n´empêche pas les individus de goûter tantôt à l´une, tantôt à l´autre : les inconditionnels de la nuit dans l´avion ou du séjour Club ne seraient pas si éloignés de ceux qui vont prendre l´air à 50 km de chez eux, voire des voyageurs autour d´une chambre (sommet aristocratique du tourisme).

2C´est l´ambition de cet ouvrage que d´examiner l´intérêt de cette réconciliation, permise en particulier par le recours aux concepts de représentation, d´imaginaire, de psychisme, laissant de coté le fonctionnalisme social du tourisme. Dès lors la formule du recueil d´articles est parfaitement judicieuse, de même que le dialogue entre sociologie et géographie dont l´ouvrage est émaillé et qui fait un autre intérêt majeur de ce livre. Six articles généraux, en plus de la présentation et de la préface de Michel Maffesoli, tentent de poser les bases théoriques de cette approche : ils partent en général du point de vue du touriste, exploré avec l´entrée des représentations, de l´imaginaire. Rachid Amirou développe le tourisme comme rite moderne de passage d´un type de sociabilité vers un autre, et il se livre dans un premier article à une remise en ordre des espaces du travail, de la formation et du loisir, dans une perspective éthique en particulier. Dans un second article, il tente une anthropologie voire une psychanalyse de l´imaginaire du tourisme culturel, ou plus précisément de l´imaginaire des espaces touristiques (leur qualification morale en particulier). Jean Rémy propose l´espace touristique comme trame sociale alternative, " possibilité offerte à la collectivité de prendre ses distances, voire de se mettre à l´écart du social ", et reprend le parallèle de Rachid Amirou avec l´objet transitionnel des psychologues. Ces hypothèses sont investies dans deux domaines particuliers associés au tourisme : l´espace rural et le phénomène de patrimonialisation par Jacinthe Bessière ; la gastronomie et plus largement les valeurs, l´imaginaire mobilisés par l´acte quotidien de manger, par Jean-Pierre Poulain. Enfin Philippe Bachimon fait le lien, en géographe, en traitant de l´influence des représentations paysagères touristiques sur la création des paysages : mais ce faisant, il enrichit considérablement le débat et permet de passer du point de vue du touriste à celui du visité, de l´habitant.

3Les sept articles présentant des études de cas peuvent dès lors se centrer sur la réception par les sociétés locales des phénomènes touristiques. Cette réception donne lieu à une mise en scène du local avec une participation plus ou moins active des habitants (dans les exemples d´un village d´immigré laotien de Guyane, de Marie-Odile Géraud ; dans celui des Tahitiens de Philippe Bachimon ; enfin dans l´exemple de la mise en oeuvre d´une route des oliviers dans la Drôme et les Bouches-du-Rhône par Sophie Davoust). Mais parfois cette mise en scène est fermement prise en mains par ces locaux (dans l´exemple d´une communauté villageoise de l´arrière-pays biterrois étudié par Philippe Cadène et Louis Meilhac), voire elle donne lieu à une réaffirmation de soi, de l´autochtonie, renversant le rapport à l´autre (dans l´exemple pittoresque du toro-piscine analysé par Frédéric Saumade). Mais cette mise en scène peut être vécue plus passivement, entraînant un décalage voire une fracture géographique et sociale entre le paysage rêvé, attendu, et celui qui est vécu (Philippe Bachimon et les représentations paradisiaques " spatialisées " pas forcément avec bonheur en Polynésie ; Patrick Tacussel et le rôle des identités régionales dans le clivage entre littoral et arrière-pays languedocien ; Segui Llinas dans une même problématique avec l´île de Majorque).

4Voici finalement un recueil qui ouvre de nouveaux champs de recherche autour du concept de tourisme mais aussi de représentations, et qui donne l´exemple d´un échange fructueux entre sociologues, ethnologues et géographes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Bonin, « Amirou R., Bachimon P. (dir.), 2000, Le tourisme local - Une culture de l´exotisme, Paris, L´Harmattan. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 03 mai 2001, consulté le 23 mars 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/928

Haut de page

Auteur

Sophie Bonin

sp.bonin@wanadoo.frIngénieur civil du GREF LADYSS-CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page