Navigation – Plan du site
2001

Landes D., Richesse et pauvreté des nations, Albin Michel, 2000, 760 p.

Sophie Baudet

Texte intégral

1C´est dès la couverture que l'ambiguïté de l´ouvrage s´affiche à travers une triple contradiction entre titre, sous-titre et cartographie. Le sous-titre, " Pourquoi des riches, Pourquoi des pauvres ?" reprend une des interrogations actuelles fortes sur les inégalités de répartition de la richesse. Le titre quant à lui énonce déjà la grille de lecture adoptée pour répondre à ces interrogations : un maillage national, qui se révèle d´ailleurs au fil du texte davantage étatique que national. Enfin l´illustration est une carte du monde tel qu´il était représenté par H. Honduis dans le Nouvel Atlas ou Théatre du monde en 1658. Trois messages dès le départ : une question de fond, une approche géo-historique, une grille de lecture étatique pour un champ d´étude mondial.

2Et l´introduction reprend sans les résoudre ces ambiguïtés puisque Landes affirme qu´il s´agit pour lui de poser des éléments de réflexion alimentant un objectif affiché : Comment aider les nations pauvres à améliorer leur niveau de santé et à s´enrichir ? Comment en sommes-nous arrivés là (où en sommes nous donc arrivés, le lecteur ne le sait précisément ), comment certains pays sont-ils devenus aussi riches  ? Pourquoi d´autres sont aussi pauvres ? Pourquoi l´Europe de l´Ouest a-t-elle pris la tête de la transformation du monde ? Avec l´opinion clairement énoncée que " notre tâche à nous pays riches est d´aider les nations pauvres".

3Ouf ! que de grandes questions et que d´imprécisions nécessaires avant de se lancer finalement dans une longue épopée qui conduit le lecteur à sauter, au fil d´un ouvrage souvent divertissant parce que truffé d´anecdotes ‘judicieusement´ choisies, d´une nation à l´autre, d´un état à l´autre, d´un continent à l´autre aux détours d´un développement chronologique lui aussi fragmenté. C´est en effet en trente chapitres allant des inégalités naturelles du ch. 1 au "Où en sommes-nous, Où allons-nous ?" du ch. 29 en passant "Par amour du gain" (ch. 10) ou "Trahi par l´histoire" (ch. 24), que Landes chante un eurocentrisme nourri de convictions libérales. Mais, et c´est probablement là que l´affichage revendiqué de bonne conscience et les fondements de la démonstration se séparent pour révéler la difficulté d´un auteur qui, avant de faire œuvre scientifique, fait œuvre de propagande pour les forces du progrès technique. Si Landes rappelle dès le départ qu´il s´agit pour lui de se garder de deux courants manichéens qu´on croyait définitivement enterrés : l´un soulignant la prééminence intellectuelle de l´occident, l´autre identifiant les européens à des groupes agressifs, impitoyables, il se garde bien de situer le courant de pensée auquel il appartient . Et s´il se targue d´un eurocentrisme sain (pour être sain il aurait fallu commencer par identifier les représentations du monde nées en Europe) et assumé, n´est-ce pas que celui-ci permet de mieux masquer les convictions libérales du prolifique historien américain Landes, spécialiste de la révolution industrielle en Europe.

4Quid des modèles de développement émergents (économie sociale) qui mettant tous les hommes au cœur de la réussite s´appuient sur une volonté de développement social plutôt qu´économique, voir capitaliste ? Quid de la question des inégalités intranationales de richesses ? Quid du développement des idées, comme trame sous-jacente de l´évolution économique et technique ? Quid enfin des concepts qui font la discipline Histoire : que sont les temporalités, les cycles, les institutions, les représentations devenues chez un scientifique (?) qui cherche ici à s'intéresser au temps long ? Où même, si l´on accepte la grille de lecture étatique, quels sont les pays riches, quels sont les pays pauvres, nulle part Landes ne croira bon de le préciser. On se demande alors si les précautions oratoires disséminées çà et là (" tous les peuples se valent ", etc.) ont pour but d´endormir la méfiance du lecteur ou de dissimuler les oripeaux d´une conviction jamais réellement assumée, celle de la suprématie technique de l´occident (lequel ?) sur le reste du monde. Autant de questions que Landes omet de poser et qui, ce faisant, le privent des moyens de poser des éléments de réflexion réutilisables.

5Enfin pour un géographe, trois aspects de l´ouvrage de Landes sont particulièrement étonnants : d´une part une forte part des modes d´explications déterministes dans la question de l´inégal développement, d´autre part la prééminence d´une lecture étatique qui prive l´auteur de nombres de mécanismes explicatifs et, enfin, l´absence quasi-totale de références aux écrits de Braudel sur le développement de l´économie capitaliste. Comment alors ne pas opposer la maîtrise scientifique de l´un, qui dévoile les mécanismes de fonctionnement du niveau capitaliste de l´économie en transcendant les clivages et les maillages géographiques et la verve accrocheuse d´autant plus distrayante que les raccourcis d´une innocence sauvage de l'autre ("une société capable de fumer des gauloises peut respirer n´importe quoi" p.603 ; "le téléphone est une drogue et les Français n´ont rien à envier à quiconque en matière de bavardages") font figure d´exotisme ? Enfin, n'oublions pas que ce livre est une traduction française d´un ouvrage destiné à un lectorat mondial : propagande consciente ou inconsciente, telle est la question !

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sophie Baudet, « Landes D., Richesse et pauvreté des nations, Albin Michel, 2000, 760 p. », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 09 avril 2001, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/930

Haut de page

Auteur

Sophie Baudet

sophie.michel@parisgeo.cnrs.frMaître de conférences Lille III

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page