Navigation – Plan du site
2001

Espaces et cultures à Los Angeles. A propos de quatre ouvrages récents concernant les “ Latinos ”

Jérôme Monnet

Texte intégral

1            Au cours de la décennie 1990, la métropole de Los Angeles a bénéficié d´une remarquable floraison d´ouvrages réalisés par des géographes (Allen & Turner, Dear, Scott, Soja), sociologues (Waldinger & Bozorgmehr) ou historiens (Hise, Pitt, Reid)2. Certains d´entre eux ont été très actifs (en particulier Michael Dear)3 pour faire reconnaître une “ école de Los Angeles ” qui viendrait se substituer à l´école de Chicago dans les études urbaines : Los Angeles, considéré comme “ post-moderne ”, serait ainsi devenu à la fin du 20ème siècle LE paradigme urbain remplaçant celui incarné au début du siècle par la ville industrielle de Chicago. Ces universitaires succèdent aujourd´hui à des journalistes et essayistes qui ont popularisé depuis des décennies l´observation de Los Angeles comme celle d´un prototype ou d´un laboratoire des évolutions en cours aux états-Unis : à Carey McWilliams, qui a ouvert la voie dès 1946, ont ainsi succédé Reyner Banham, puis Joel Garreau, Mike Davis, Rubén Martínez ou David Rieff4.

2            Les émeutes qui ont ravagé South Central Los Angeles en 1992 ont fait une extraordinaire publicité à certains de ces ouvrages considérés comme prémonitoires ou représentatifs d´une évolution apocalyptique de la mégapole californienne, contrastant avec son image hollywoodienne de paradis subtropical pour touristes, surfeurs et vedettes. C´est dans ce contexte qu´on observe avec intérêt la publication récente de plusieurs ouvrages qui s´attachent à la description de l´actuelle géographie sociale de la ville et essayent de prendre la mesure de la place importante des habitants dits “ Latinos ” dans la société locale :

3I) DAVIS, Mike. Magical urbanism. Latinos re-invent the US City. London / New York : Verso, 2000, 172 p.

4II) VILLA, Raúl H. Barrio-Logos. Space and Place in Urban Chicano Literature and Culture. Austin : University of Texas Press, 2000, 274 p.

5III) LECLERC, Gustavo, VILLA, Raúl & DEAR, Michael J., eds. Urban Latino Cultures : la vida latina en L.A. Thousand Oaks : Sage Publications, 1999, 214 p.

6IV) PHILLIPS, Susan A. Wallbangin´. Graffiti and Gangs in L.A. Chicago : The University of Chicago Press, 1999, 383 p.

7Les “ Latinos réinventent la ville aux Etats-Unis ”, proclame le titre alléchant de l´ouvrage publié par Mike Davis. Depuis que cet auteur s´est fait connaître internationalement grâce au succès public de City of Quartz, l´importance des questions qu´il soulève et le traitement discutable qu´il leur accorde n´ont cessé de le placer au centre de débats plus sensationnalistes que sérieux6. Il convient parfaitement à un tel polémiste (ce label donné par la New York Times Book Review figure en quatrième de couverture pour attirer le lecteur) de cristalliser autour de lui une opposition caricaturale entre une droite conservatrice l´accusant de représenter le “ goût des soi-disant ‘progressistes´ pour la perturbation et l´ébranlement de l´ordre civique ”7 et une gauche libérale appelée à le défendre contre une “ campagne anti-communiste cachée sous le prétexte d´une vérification des faits ”8. Cela laisse évidemment peu de place à une critique rigoureuse et argumentée. Etant donné l´autorité aujourd´hui attribuée à Mike Davis (si l´on se réfère au nombre de fois où il est cité), il semble nécessaire de consacrer un minimum d´attention à la “ déconstruction ” de ses positions et argumentations.

8Grâce au rythme entraînant des 15 chapitres d´une dizaine de pages chacun et à la truculence du style, ce petit ouvrage est d´une lecture rapide et agréable. Après une présentation de l´importance numérique croissante des Latinos dans les villes du pays (chapitre 1), il analyse les catégories employées par le recensement et par les activistes politiques pour conceptualiser cette population dans sa diversité (ch. 2). La description de la frontière avec le Mexique et des villes “ siamoises ” qui la jalonnent (ch. 3) précède celle de la distribution des quartiers latinos à New York et Los Angeles (ch. 4), des formes d´espaces résidentiels, d´économie informelle et de sociabilité (ch. 5) et d´exclusion dans l´espace public (le chapitre 6 décrit les stratégies de fermeture de parcs et de rues pour en empêcher l´usage par les Latinos). Suivent des développements sur la “ fabrication du péril bronzé ” (“ brown peril ”) par les médias et par le système judiciaire et policier (ch. 7), sur les filières et réseaux transnationaux des migrants (ch. 8), sur l´évolution économique des grandes métropoles avec la disparition de l´industrie lourde et syndicalisée employant les Noirs et les Chicanos, remplacée par des emplois précaires pour les derniers immigrants dans la confection, la construction et les services (ch. 9).

9La “ tragédie portoricaine ” (ch. 10) sert à montrer comment les Portoricains de New York ont été marginalisés économiquement, syndicalement et politiquement. Les problèmes d´éducation publique sont abordés ensuite, sous l´angle de l´abandon par les autorités locales et fédérales (ch. 11) et de la polémique sur la suppression de l´éducation bilingue en Californie (ch. 12). Les trois derniers chapitres portent respectivement sur la progressive mobilisation électorale des Latinos (ch. 13), la rupture des coalitions “ arc en ciel ” qui permettaient d´élire des maires noirs à NY, LA et Chicago (ch. 14), et la nécessité d´utiliser la syndicalisation comme outil de mobilisation politique aux différentes échelles (ch. 15).

10L´ouvrage soulève de très nombreuses et intéressantes questions sur l´importance démographique, économique, culturelle et politique des populations dites “ Hispaniques ” ou Latino aux états-Unis. Cependant, l´attention que Mike Davis sait éveiller se trouve frustrée lorsque l´on referme le livre, car le lecteur reste finalement sur une impression de superficialité. L´ouvrage apparaît comme un collage de petits articles journalistiques ayant une faible cohérence entre eux. Seules quelques unes des questions soulevées sont mises en relation, et les analyses restent limitées à chaque développement sans progresser vers une analyse plus globalisante conforme à la problématique annoncée par le titre. Les exemples urbains proviennent pour l´essentiel de Los Angeles. New York sert de contrepoint principal, Chicago fournit quelques illustrations, Miami est évoquée rapidement, comme la Silicon Valley, le Texas a droit à quelques allusions : il s´agit plus d´une mise en perspective de la métropole californienne que d´une étude des villes des états-Unis.

11Il apparaît que les talents d´essayiste de l´auteur ont été quelque peu gaspillés. L´écriture, généralement alerte et parfois utilement provocante, aboutit souvent à une dramatisation excessive. L´auteur abuse ainsi des formules “ pour la première fois dans l´histoire ”, “ pour la première fois au monde ”, etc., tombant ainsi dans le sensationnalisme médiatique ou hollywoodien qu´il dénonce par ailleurs9. Pour capter l´intérêt du lecteur, il exagère également l´aspect “ inconnu ”, “ mystérieux ”, “ négligé ” par la recherche, des phénomènes qu´il nous présente. Les qualités narratives de l´ouvrage souffrent de ces exagérations.

12De même, il est dommage que le corpus important et diversifié de références utilisées par l´auteur présente des lacunes criantes, sur lesquelles il bâtit des affirmations non fondées. Les lacunes les plus remarquables portent sur l´Amérique latine. Il oppose ainsi la violence des centre-villes aux Etats-Unis aux “ mondes villageois généralement pacifiques du Mexique ou même d´Amérique centrale ”10, alors que les recherches académiques, les rapports des ONG, les médias ou même le cinéma (cf. El Norte) mettent à sa portée les informations qui caractérisent la violence dans les zones rurales comme une raison de l´émigration vers les villes et les Etats-Unis (caciquisme, conflits fonciers, pistoleros et guardias blancas, etc.). Quand il évoque la violence dans une petite ville du Salvador, c´est pour en faire une conséquence directe de la guerre entre gangs de Los Angeles (p.89). Aucune source ne permet de connaître l´origine d´une telle information.

13Au delà de l´ignorance, les réalités latino-américaines (et états-uniennes) se trouvent ainsi expliquées par un cliché bucolique et anti-urbain d´une part, et, d´autre part, par le fantasme d´une “ convergence créative et intense ” et d´une “ conviction partagée ” entre les cultures ibéro-méditerranéenne et méso-américaine (p.55) dont toute la violence de la conquête et de la colonisation semble exclue. Aucune source n´est indiquée à l´appui de l´affirmation que les “ historiens du Mexique Bourbon ont eu traditionnellement du mal à séparer les éléments de la planification urbaine coloniale d´origine espagnole de ceux qui sont indigènes ” (p.55), alors que la bibliographie fait très clairement de Mexico et des autres fondations coloniales des prototypes de la ville occidentale moderne, caractérisés par la pratique de la tabula rasa11.

14Un autre puissant cliché est utilisé de façon répétée par l´auteur, celui d´une latinité qui va “ épicer ” (p.1, 22) la ville états-unienne, “ tropicaliser un espace urbain froid ” (p.51)12, inscrire un urbanisme “ chaud et exubérant ” dans les “ froides géométries de l´ancien ordre spatial ” (p.54). Malheureusement, ces affirmations ne s´appuient que sur une réduction des identités sociale et culturelles à d´autres clichés exotiques et pittoresques : “ La montée des ‘Latinos agringados´ drogués aux hamburgers et au football [américain] du vendredi soir [...] est tendanciellement équilibrée par l´émergence de ‘gringos hispanisados´ entichés de piments et de merengue ”13. Le cosmopolitisme latino de New York est ainsi réduit à une “ saveur tropicale dans la nourriture, la musique, la mode et le langage ” (p.22), sans qu´aucune information ne soit d´ailleurs livrée sur ces quatre réalités sociales.

15Ce traitement anecdotique et superficiel de ce qui est censé être au cœur de l´ouvrage (comment les Latinos réinventent la ville aux Etats-Unis) est accompagné par de rares exemples concrets, malheureusement dévalorisés par l´exagération : “ il y a trente ans, Pacific Avenue à Huntington Park, dans la banlieue ouvrière de Los Angeles, était une Grand-Rue gériatrique sans autre avenir que son magasin de l´Armée du Salut. Aujourd´hui, elle règne dans sa gloire restaurée ‘Art déco´ comme le centre commercial et de festivité des immigrants mexicains dans le Comté de Los Angeles ”14. Cette affirmation, qui au passage montre le sens de la formule de l´auteur, ne repose sur aucune information ni référence dans le texte. On ne saura rien de ce qui permet de faire de Pacific Avenue “ le ” centre des immigrants mexicains, alors que ne sont pas mentionnés une seule fois d´autres hauts-lieux de la sociabilité mexicaine, abondamment documentés, comme Broadway dans l´hypercentre, la Placita dans le quartier historique, César Chávez Avenue dans East Los Angeles, etc.

16            Mike Davis décrit un monde dichotomique avec un bon côté, où se trouvent pêle-mêle les Latinos, les pauvres, l´urbanité chaude et métisse, et un mauvais côté, composé par le Capitalisme, les élites, les pouvoirs constitués et les états-Unis. Cette position préalable est la seule qui soutient une affirmation telle que des “ meurtres non élucidés ” à la frontière nord du Mexique sont une partie du prix à payer “ dans le brave nouveau monde créé par l´ALENA ”15 (aucune relation n´est établie avec la vieille absence d´état de droit et les structures hiérarchiques, inégalitaires et violentes, de la société mexicaine).

17            Ailleurs, la démonstration s´appuie sur l´affirmation gratuite d´une absence d´information. Ainsi, sans citer une seule référence, il affirme “ l´invisibilité ” des Latinos dans les études urbaines et l´incapacité de la “ soi disant théorie urbaine ” d´intégrer les résultats de recherche produit par les études ethno-culturelles, sociologiques et anthropologiques (p.8) ou s´étonne du peu d´attention accordé à la “ géographie historique des modèles de spatialisation latinos dans les villes non frontalières ” (p.39). Dans aucun des deux cas n´est mentionnée la remarquable floraison de recherches sur Los Angeles publiées en sciences sociales dans les années 1990 (outre les ouvrages signalés plus haut, on pourrait citer des articles de B. Bright, Ph. Ethington, P. Hondagneu-Sotelo, A. Loukaitou-Sideris, M. Storper, J. Wolch, etc.). Comble de l´ironie, il ne cite à aucun moment le gros ouvrage dirigé par Scott et Soja (The City : Los Angeles and Urban Theory at the End of the Twentieth Century), dans lequel il a lui-même rédigé un chapitre, à côté d´un chapitre de Raymond Rocco sur “ Latino Los Angeles ”…

18      Malgré une intéressante présentation de différentes conceptualisations des Latinos, Hispaniques et Chicanos dans le chapitre 2, l´auteur utilise tout au long de l´ouvrage, comme synonyme de Latino, un terme qu´il n´explique à aucun moment : “ Spanish-surname population ”, “ population au patronyme espagnol ”. C´est ainsi qu´il intitule des cartes “ Patronymes espagnols ”, alors que leur légende donne le pourcentage de “ population hispanique ” (p.42, 45). Il se refuse pourtant à utiliser ce dernier terme dans le texte, tout en exploitant abondamment les données statistiques qui sont rassemblées avec cette catégorie par laquelle les recensements états-uniens demandent aux gens de s´auto-identifier. Cela pose un vrai problème de rigueur, car le “ patronyme espagnol ” est une identification prescriptive et non descriptive. En outre, nombre de gens qui veulent s´identifier ou peuvent être identifiés comme Latinos ou Hispaniques portent des patronymes d´origine arabe (l´actrice mexicaine Salma Hayek), française (Leclerc, éditeur d´un ouvrage présenté plus loin, est un leader du groupe d´activistes chicanos Adobe L.A. que fréquente assidûment Mike Davis), italienne (Garcetti, le Procureur [District Attorney] du Comté de Los Angeles)16, anglo-saxonne (Fox, Richardson, Royball, Bush)17, etc. Inversement, il existe des gens au patronyme “ espagnol ” qui ne s´identifient pas comme “ Latinos ”.

19      La catégorisation des populations dites latines pose un autre problème dans l´ouvrage : la latinité est conçue comme un métissage ou un cosmopolitisme dans lequel des ingrédients “ nationaux ” dominent régionalement : Mexicains en Californie, Portoricains à New York, Cubains en Floride. Rien n´est dit de la problématique construction de ces nationalités, ni des difficultés et des violences vécues par les populations amérindiennes ou afro-caribéennes dans ces naturalisations qui les marginalisent, dans le pays d´origine comme parmi les émigrés.

20      Un manque de rigueur similaire se retrouve dans la manipulation des entités géographiques. Elles sont trop souvent désignées par un toponyme qui ne permet pas de savoir si l´on a affaire aux entités administratives de la municipalité ou du comté ou à l´entité statistique de l´aire métropolitaine. Quand cela est précisé, les exemples passent sans cesse d´une échelle à l´autre. Ainsi, l´ouvrage commence par affirmer que dans 6 des 10 plus grandes villes des Etats-Unis, les Latinos sont plus nombreux que les Noirs (p.2), sans préciser s´il s´agit de la commune-centre, du comté qui l´englobe ou de l´aire métropolitaine : sachant que la distribution relative de la populations peut être très différente dans l´agglomération et dans la commune-centre, l´information perd toute sa pertinence. Concernant Los Angeles, l´ambiguïté et le va-et-vient sont permanents entre la commune et le comté ; en une occasion est mentionnée l´aire métropolitaine associant les 2 comtés de L.A. et Orange (p.43) ; à aucun moment n´est considérée la totalité de l´agglomération qui concerne cinq comtés. Le problème de définition est encore plus aigu à New York, qui n´est considéré qu´au travers des cinq “ boroughs ” qui composent ensemble la commune, “ oubliant ” les 10 millions d´habitants des zones conurbées à l´ouest de l´Hudson River en face de Manhattan (New Jersey), sur Long Island à l´est de Queens et vers le nord.

21      Ces hésitations ou imprécisions sur les échelles d´observation des phénomènes amènent à des énoncés contradictoires d´une page à l´autre : “ avec une population estimée à 1,3 millions en 1999, Tijuana est maintenant plus grande que sa riche jumelle, San Diego ” (p.26). Cette affirmation, qui ne renvoie à aucune source, est contredite quelques paragraphes plus loin, où l´agglomération transfrontalière San Diego/Tijuana est décrite comme rassemblant 4,3 millions de personnes (p.29), ce qui fait de San Diego une entité au moins deux fois plus peuplée que sa “ pauvre jumelle ”.

22            Tous les problèmes mentionnés jusqu´ici rendent les deux premiers tiers de l´ouvrage peu crédibles. En fait, contrairement à l´ambition du titre, le livre ne nous apprend rien de neuf ou de sérieux sur comment les Latinos réinventent la ville aux états-Unis. Seule le dernier tiers donne une petite idée du bon livre que Mike Davis aurait pu écrire, s´il avait mis ses talents de conteur au service de la description systématique des transformations des gouvernances locales sous l´impact d´une population latine caractérisée non seulement par sa pauvreté et sa précarité, mais aussi par les fortes solidarités à l´intérieur de familles élargies et de réseaux sociaux et par ses modes d´établissement de l´urbanité et de la centralité. En effet, Mike Davis évoque les importantes conséquences de la présence ou de l´absence d´une mobilisation politique des Latinos au sujet de l´administration de la justice, de l´éducation, des élections municipales et des conflits de travail. Les intéressantes descriptions qu´il fait de ces problèmes dans l´agglomération de Los Angeles amènent à penser qu´une bonne enquête similaire dans d´autres villes des Etats-Unis lui aurait fourni la matière d´un essai beaucoup plus conforme à son titre et plus approprié à l´approche journalistique à la fois documentée et engagée dans laquelle Mike Davis pourrait exceller. Il aurait sans doute mieux valu pour les lecteurs, captivés par l´importance médiatique de l´auteur et l´ardeur de son engagement politique pour les misérables, comme pour Mike Davis lui-même, co-directeur de la collection dans laquelle il est publié, qu´un éditeur courageux lui fasse remettre l´ouvrage sur le métier afin d´en éviter la superficialité, voire l´opportunisme.

23            A bien des égards, cette question trouve davantage de réponses dans l´essai publié par Raúl Villa que dans celui de Mike Davis. L´auteur démontre que les “ études culturelles ” (Cultural Studies), si développées aux Etats-Unis, peuvent produire des recherches et des résultats intéressants pour tous ceux qui s´intéressent aux évolutions de la société en général et de l´espace urbain en particulier. Ce qui intéresse Raúl Villa, c´est de montrer comment a pu se construire, au cours du 20ème siècle, ce qu´il appelle les “ Barrio-Logos ”, c´est-à-dire les discours spécifiques issus des quartiers hispaniques. La “ barriologie ” est la part mexicaine d´un dialogue avec la culture dominante (sinon oppressante), qui passe aussi bien par l´expression romancée, poétique, musicale ou picturale que par l´organisation des espaces domestiques ou publics dans les quartiers de résidence et par la manifestation de la résistance politique ou de l´affirmation citoyenne.

24            L´introduction s´interroge sur “ la pratique de l´espace et la conscience du lieu dans la culture urbaine Chicano ”, accordant une large part au rôle de la géographie dans la formation de l´identité sociale. Raúl Villa fait l´analyse que les logiques anglo-américaines d´apartheid sur critères ethniques, et donc de relégation systématique des populations mexicaines19 de Californie à partir de la deuxième moitié du 19ème siècle, ont doté celles-ci d´une unité qu´elles n´avaient pas au départ (hétérogénéité des origines ethniques, régionales, des trajectoires et des générations migratoires, des positions sociales et économiques) et les ont amené à sur-investir le barrio (quartier de résidence) comme espace d´identification de la communauté. L´auteur montre alors comment les activistes Chicanos (militants syndicaux ou politiques, artistes, intellectuels…) se sont emparés du barrio pour en faire le support de leur expression et l´instrument de la mobilisation des habitants.

25            Le premier chapitre (“ Creative Destruction ”) détaille l´histoire sociale du siècle qui va de l´annexion de la Californie par les Etats-Unis (1848) à la Seconde Guerre mondiale. Il montre pour Los Angeles la dynamique qui fait succéder à la constitution de barrios mexicains vivants, réservoirs de main d´œuvre bon marché centrés autour d´un espace public marqué par le commerce de détail, leur démantèlement dès lors qu´ils apparaissent comme des enclaves dangereuses pour des motifs hygiénistes (éradication des taudis), sécuritaires (refuges d´agitateurs révolutionnaires, venus du Mexique ou d´Europe orientale) ou économiques (jeu du marché foncier).

26            Le deuxième chapitre décrit l´évolution de cette dialectique “ relégation-éradication ” à partir de la Seconde Guerre mondiale, caractérisée localement par un paroxysme de racisme et de violence à l´encontre des “ minorités ethniques ”. Tandis que les populations côtières d´origine japonaise furent dépossédées de force de leurs biens et internées dans des camps de concentration situés dans les hautes terres continentales, les population d´origine mexicaine furent victimes d´abus judiciaro-policiers (le procès de “ Sleepy Lagoon ” en 1942) et de violences militaires (les “ Zoot-Suit Riots ” de 1943) soutenus par une campagne de presse extrêmement haineuse. De la Seconde Guerre mondiale à la guerre du Vietnam, les barrios voient l´émergence de l´activisme Chicano, auquel les militaires “ vétérans ” et les syndicalistes fournissent les premiers élus “ Hispaniques ”, tandis que les artistes et intellectuels plus radicaux donnent corps aux premiers “ Barrio-Logos ”, à travers la littérature, la poésie et le muralisme. Cet activisme semble déclenché par la résistance à une nouvelle forme de démantèlement des barrios de Los Angeles, celle qui amène à y implanter sans souci du tissu local les premières autoroutes urbaines et leurs immenses échangeurs, qui occupent désormais 12 % de la surface de East Los Angeles.

27La “ revalorisation ” des quartiers centraux et péricentraux de Los Angeles (Bunker Hill, Chavez Ravine/ Dodger Stadium) se fera, quant à elle, par l´intermédiaire de la reconversion de zones d´habitat populaire en zones d´activité : on notera que les moyens destinés à l´amélioration de la situation dans la “ ville intérieure ” (inner city) après les émeutes de Watts en 1965 furent en fait utilisés pour remplacer le quartier résidentiel populaire de Bunker Hill par le nouveau “ district financier ” (p.149). L´agence paramunicipale créée en 1945 pour mener les politiques de réaménagement, la C.R.A. (“ Community Redevelopment Agency ” : Agence de Réaménagement de la Communauté) finira par être moquée comme la “ Chicano Removal Agency ” (Agence de Déménagement des Chicanos).

28C´est dans le second chapitre que Raúl Villa commence à faire l´analyse plus systématique de l´élaboration progressive des “ Barrio-Logos ” face aux agressions dont sont victimes les communautés mexicaines. Il montre comment les tracts politiques, la presse alternative, la poésie et les récits autobiographiques construisent une représentation cohérente du barrio angeleno comme espace de référence et de refuge, tout en incorporant dans les narrations les fractures tant physiques (les autoroutes) qu´institutionnelles (les abus policiers), sociales (les différences de classe et de stratégie) et générationnelles (les gangs) qui fragilisent la communauté. Dans le troisième chapitre, il développe cette analyse en l´appliquant au roman de Helena María Viramontes, “ Neighbors ” (1985), aux chansons du groupe de rock Los Illegals (1983), à un poème de Gloria Alvarez (1989) et à des extraits de “ City of God ” de Gil Cuadros (1994).

29            Dans le quatrième chapitre (“ Art against Social Death ”), Raúl Villa examine plus particulièrement comment des œuvres proposent une perspective sur l´art comme instrument de lutte contre l´oppression et de défense d´une spatialité particulière. Le premier exemple est celui d´un roman qui a trouvé son public bien au-delà de la communauté hispanique des Etats-Unis : The Road to Tamazunchale, de Ron Arias (1975), a eu un succès public considérable et a ouvert la voie du public “ anglo ” à la littérature “ latino ”. Il s´agit du récit, caractérisé par le “ réalisme fantastique ”, de la décision d´un vieil homme de quitter son quartier du “ Eastside chicano ” de Los Angeles, coincé entre les autoroutes et les voies ferrées, pour retourner à sa terre d´origine, incarnée par la localité de Tamazunchale (située au centre du Mexique). Le roman construit une géographie de l´errance dans la métropole, signifiant que les héros ne sont nulle part à leur place, sinon dans la “ voie sans issue ” (dead-end) qu´est le barrio. Mais l´issue est dans l´expression artistique elle-même, puisque le roman imagine une réappropriation fictive du parc voisin du barrio comme lieu de sociabilité et d´urbanité essentiel à l´existence de la communauté.

30            Ce qui n´est que fiction dans le roman de Ron Arias est devenu une réalité concrète à San Diego, dans le barrio de Logan Heights, avec la création du “ Chicano Park ” étudiée dans la deuxième partie du chapitre 4. Ce quartier, comme tant d´autres barrios, avait été sacrifié lors de la construction des rampes autoroutières d´accès au gigantesque pont qui enjambe le sud de la baie de San Diego (Coronado Bay Bridge), au cours des années 1950-1960. Entre les piliers qui soutenaient les bretelles autoroutières aériennes, ne subsistait plus qu´un terrain vague, lorsqu´en 1970 des activistes communautaires encouragèrent les habitants du barrio à y créer leur propre parc public. Ce projet cristallisa un grand nombre d´activités artistiques, avec un festival annuel (groupes de musique rock ou de danse folklorique, foire aux livres et artisanats, stands de nourriture, exhibition de voitures customisées) et la réalisation d´œuvres picturales sur les piliers de l´autoroute. A partir de cette expérience pionnière, artistes et résidents animèrent une “ Commission d´aménagement du barrio ” qui fit des proposition de planification, concernant d´abord le parc avant de s´étendre à tout le barrio. Le cercle d´inter-détermination entre les formes narratives et les espaces aménagés semble complet, pour Raúl Villa, avec le film documentaire réalisé en 1988 sur “ Chicano Park ” et qui devient une expression de la parole chicano sur la ville de San Diego et sur l´ensemble du développement urbain contemporain aux états-Unis.

31            R.Villa présente une troisième expérience de “ proclamation de la culture et revendication du lieu ” (“ claiming cultura and reclaiming place ”, p. 184) à Sacramento, avec le cas du RCAF (“ Rebel Chicano Art Front ” ou “ Royal Chicano Air Force ”), rassemblement d´activistes exprimant par l´intermédiaire de la littérature, de la peinture et de la musique leurs revendications sociales et politiques. Dans les années 1970, le RCAF s´est mobilisé contre la “ revitalisation ” du centre-ville de la capitale californienne par l´intermédiaire d´une transformation en zone touristique sur le thème du “ Vieil Ouest ”. Chansons, peintures murales et manifestations publiques dans le parc jouxtant le nouveau centre commercial devenaient ainsi l´expression d´une pratique tout autant artistique qu´urbaine, qui obtint une reconnaissance institutionnelle lorsque les autorités urbaines rebaptisèrent ce parc du nom d´un des héros du panthéon Chicano, le révolutionnaire mexicain Zapata.

32            Le cinquième et dernier chapitre donne à l´auteur l´occasion de montrer que les “ barriologies ” de lutte contre l´aliénation et l´oppression peuvent elles-mêmes être oppressives, lorsqu´elles enferment dans une vision figée et traditionaliste la complexité et la dynamique des groupes sociaux. Raúl Villa choisit alors de donner la parole à des femmes, dont les narrations contestent le modèle patriarcal suivant lequel la communauté ou le barrio sont souvent conçus. Ce chapitre est le moins convaincant, car les poèmes étudiés ne semblent évoquer que des espaces génériques, et pas des lieux concrets comme dans les autres développements de l´ouvrage. On voit pas l´émergence d´un “ barrio-logos ” équivalent aux précédents dans sa capacité à porter une parole et une territorialité alternatives, même en considérant que le jardin et les fleurs seraient des espaces de “ désaliénation ” des femmes.

33            Avec cet ouvrage, Raúl Villa nous offre une sémiologie complète, un véritable jeu de miroir entre les formes urbaines et les formes artistiques, qui reflètent et produisent des formes sociales. La démonstration est au final cohérente avec son postulat initial que les trois éléments déterminants de l´identité sociale sont le paysage, la loi et les médias (landscape, law and media). Partant de son analyse d´une littérature de la violence subie par une communauté constituée par la stigmatisation socio-spatiale de la société englobante, l´auteur parvient à montrer comment l´art est devenu une arme politique effective pour protéger des espaces ou les aménager. En commentant des plans d´urbanisme, des dispositions concrètes d´espaces publics ou des architectures, des romans, des poèmes, des chansons et des documentaires, Raúl Villa met à nu le potentiel aliénant de certains aménagements, comme les autoroutes, et les mécanismes sociaux et culturels de la résistance à cette aliénation, qui peut aller jusqu´à la production ou l´appropriation d´espaces publics alternatifs, comme les parcs.

34            Raúl Villa est également coéditeur, avec l´architecte et activiste Gustavo Leclerc et le géographe universitaire Michael Dear, d´un ouvrage collectif consacré aux cultures urbaines “ Latino ” de Los Angeles. Ce livre foisonnant ne parvient cependant pas à expliciter comment reconnaître ou définir ces cultures, que l´introduction de G. Leclerc et M. Dear présente comme porteuse d´une révolution pour les villes des états-Unis. On peut s´irriter de la façon dont la présentation initiale naturalise l´hybridité et la mixité comme essentielle à “ l´identité Latino contemporaine ” (p.3), alors qu´on peut en faire un trait commun à toutes les cultures prises dans les mouvements de la globalisation contemporaine, comme le dit Nestor García Canclini. On retrouve ici la tentation de l´exceptionalisme : “ ce livre est consacré à une révolution culturelle qui est en cours à Los Angeles et dans d´autres grandes villes des Etats-Unis ” ; “ Nous avons choisi Los Angeles parce que [...] beaucoup considèrent la Californie du sud comme le prototype de la croissance urbaine du 21ème siècle ”21. Alors que L.A. est présentée comme à l´avant-garde des transformations de la société, sont répétés de vieux clichés sur l´identité Latino : celle-ci émergerait du croisement entre “ la Mémoire et le Sud ” (“ origines primordiales de l´ascendance, de l´identité, de la tradition et du soi ”), le “ Corps ” (“ les corps Latino sont à la fois sensuels et critiques, assimilés et assurés, déplacés et enracinés ”)22, “ l´espace vécu, la traversée des frontières, l´hybridité et la résistance ”.

35L´habitude est de considérer que l´hétérogénéité des contributions est un défaut constitutif de ce genre d´ouvrages, mais ici, cette hétérogénéité est assumée voire revendiquée comme le meilleur moyen de rendre compte de la diversité des cultures concernées. Le parti pris général est de donner la parole à des citadins Latinos pour qu´ils parlent d´eux-mêmes ou de leur expérience urbaine. La liste des contributeurs de l´ouvrage compte ainsi 37 noms d´artistes, d´universitaires, de journalistes et d´activistes dont la grande majorité s´auto-définit comme “ Latino ” ou “ Chicano ”. Leurs contributions sont présentées sous la forme de 29 chapitres variant entre deux et une douzaine de pages, constitués parfois essentiellement de texte ou inversement exclusivement de photographies.

36Cinq “ chapitres ” disséminés dans l´ouvrage sont constitués par des poèmes ou textes de chanson (G. Alvarez, R. Martínez, L. Haley, L. Alvarez, R. García), accompagnés de photographies. En ce qui concerne ce que cela nous apprend sur les “ cultures urbaines Latino ”, la plupart de ces textes ont l´intérêt de mettre en évidence les réalités du bilinguisme anglais/espagnol, les jeux de langue qu´il autorise pour rendre compte de l´expérience biculturelle, voire pour fonder cet hybride qu´est le “ spanglish ”. Cinq autres chapitres sont essentiellement constitués par des photographies (C. Fernandez, A. Hernandez, R. Rivera) ou par un pastiche de “ roman-photo ” (H. Gamboa Jr.) ; on mentionnera tout particulièrement les huit photographies prises par Don Normark à Chavez Ravine en 1948, un an avant l´éradication de ce soi-disant “ taudis mexicain ” représenté ici comme un paisible village.

37Un troisième groupe de quatre contributions disséminées dans l´ouvrage présente des récits à la première personne, offrant ici ce que Raúl Villa analyse dans Barrio-Logos comme la restauration du “ je ” opprimé face à un discours dominant qui dénierait la qualité de sujet (de l´histoire, de la société et de la politique) aux populations latines. C´est le cas de l´essai autobiographique de María Elena Fernández sur son emménagement à East Hollywood et la constitution des solidarités de voisinage (chapitre 5), des trois “ vignettes ” autobiographiques de Luis Alfaro (ch. 13) et du texte de Theresa Chavez (ch. 15), qui présente une performance théâtrale fondé sur une relecture de l´histoire de Los Angeles l´arrivée des ancêtres de la narratrice en 1771. Cette dernière raconte une fascinante histoire de colonisation, de dépossession et d´aliénation : économique avec la perte du patrimoine foncier du rancho, culturelle avec la relégation des familles qui se considéraient comme “ Espagnoles ” dans le groupe stigmatisé des Mexicains, et urbaine avec la disparition du patrimoine architectural qui donnait ses points de repère à la famille dans l´espace métropolitain.

38L´entretien avec Tomás Ybarra-Fausto (ch.4) relève également de l´autobiographie, puisque cet ancien activiste raconte les luttes culturelles, artistiques et politiques auxquelles il a participé depuis les années 1960. Il explique la différence qu´il opère entre les “ Chicanos ” des années 1960 (Mexicains-Américains) et les “ Latinos ” des années 1990 (caractérisés par la diversité des origines), les luttes des premiers en faveur d´un “ nationalisme ” chicano s´opposant au cosmopolitisme et à la vision “ globale ” des seconds. Il montre bien que le nationalisme chicano, comme tous les nationalismes, était disposé à manipuler l´histoire pour la réécrire comme un mythe fondateur, lorsqu´il compare les travailleurs agricoles chicanos du 20ème siècle aux “ Chichimèques, ou aux Aztèques luttant contre les pouvoirs impériaux ”23. C´est oublier que les Aztèques furent des “ impérialistes ” de premier ordre, et qu´ils groupaient sous le nom de Chichimèques les différentes sociétés nomades qui menaçaient de razzias leur frontière nord. Cela n´empêche d´ailleurs pas de dire ailleurs que l´Espagne est le “ point d´origine ultime ”24 et que les victimes de l´émancipation des colonies du Nouveau Monde ont été les poètes et les philosophes espagnols de la “ Grande Génération de 1898 ” (p.32).

39Quatre autres contributions proposent des vignettes d´un autre genre, non pas autobiographiques mais sur des aspects pittoresques des cultures latines de Los Angeles ou de Californie. Le culte populaire, mais non officiel, de “ Juan Soldado ”, saint patron des émigrants illégaux, attire à Tijuana sur sa tombe réputée miraculeuse des pèlerins et concentre les témoignages de reconnaissance et demandes d´intercession (A. López). “ Foto-Novelas ” est une série télévisuelle chicana pastichant les feuilletons populaires mexicains (C. Avila). La “ Mona de Tijuana ” est une maison prenant la forme en ciment d´une femme nue géante, construite par un habitant d´un quartier populaire (G. Leclerc/J. Easton). Les “ paleteros ” sont les vendeurs de glace ambulant dont les camions peints sillonnent les quartiers de Los Angeles (C. Vergara).

40Certains chapitres ont un ton plus académique et présentent des analyses plus ou moins approfondies. Raúl Villa propose un honnête résumé académique de l´histoire de la lutte des lieux (“ Place struggles ”, par analogie à lutte des classes) dans le Los Angeles Latino (ch. 2). J. Lerner et R. Ortiz-Torres offrent un trop bref aperçu sur le “ Mission Revival ”, ce mouvement architectural qui a pastiché l´architecture vernaculaire du nord du Mexique et du sud-ouest des Etats-Unis au début du 20ème siècle pour en faire la carte de visite touristique de la Californie du sud, avant d´être réexporté dans les beaux quartiers de Mexico comme style “ californien ” (ch. 10). M. Crawford signe un essai angélique sur les spatialités domestiques dans le barrio, gommant toute trace de la misère ou de l´oppression des femmes (ch. 20). Par contraste, le texte de J. Rojas sur “ l´usage latino de l´espace urbain à East L.A. ” (ch. 22) éclaire méthodiquement les interfaces spatiales entre sphère privée et sphère publique et montre comment la gestion fine de l´espace est une ressource pour des populations pauvres et marginalisées. Le chapitre 24 présente de façon anecdotique la scène musicale underground du rock chicano (Y. Doss), tandis que le chapitre 28, sans rapport avec le thème de l´ouvrage, évoque Walter Betancourt, un architecte états-unien d´origine cubaine retourné à Cuba pour participer à la révolution (J. Loomis).

41L´ouvrage se termine avec trois essais plus généraux, dont deux en espagnol. Rubén Martínez, dont la verve cynique est toujours très active, réfléchit à voix haute sur l´identité binationale et transfrontalière : l´exercice de style est savoureux, mais la réflexion semble plus caricaturale et moins complexe que dans son ouvrage The Other Side. C´est toujours mieux que le texte de R. Villareal sur Mexico, qui n´est qu´une collection de clichés apocalyptiques (“ Jamais Mexico n´a été plus menacée par la destruction et la débâcle ”25) et de positions conservatrices sur “ l´équilibre perdu ” et le “ bon vieux temps ”26. Le chapitre conclusif par Robert A. González invite à “ apprendre depuis East Los Angeles ”, faisant ainsi des quartiers hispaniques de la métropole un observatoire plus pertinent des transformations urbaines et sociales que Las Vegas, désignée par Venturi et alii comme le lieu d´où découvrir la post-modernité.

42Je préfère conclure cette recension par l´évocation des dessins humoristiques de Lalo Alcaraz (ch. 14), qui offre un point de vue merveilleusement acide et drôlement salutaire sur Los Angeles, sur la politique en Californie et aux Etats-Unis comme sur les crispations identitaires ou les ambivalences consuméristes des Latinos eux-mêmes. Il résume bien l´intérêt majeur de ce livre : il sera une mine d´or pour qui veut étudier la “ culture urbaine latine ”, en mettant directement à disposition ces dessins, poèmes, témoignages etc. En revanche, on y trouvera pas une synthèse utile, une grille d´analyse bien fondée, et ce n´est donc pas par là, mais plutôt par l´ouvrage personnel de Raúl Villa, qu´on aura intérêt à commencer. En ce qui concerne “ la vie latine à L.A. ”, sous-titre de l´ouvrage, on ne peut s´empêcher de penser que la vie des artistes et intellectuels qui s´expriment ici ne ressemble que de très loin à celle des femmes de ménage, des jardiniers, des serveurs de restaurants et des jeunes déscolarisés, dont il faudra aller chercher la description ailleurs.

43            L´ouvrage de S.Phillips me paraît d´une profondeur exceptionnelle et nous offrir une perspective unique pour comprendre la réalité de la “ vie urbaine ” pour les jeunes Angelenos, en particuliers les Latinos. L´étude commence par une sémiologie des graffiti pour s´achever par une anthropologie fine des gangs de Los Angeles dans leurs rapports avec la société englobante, en s´accompagnant de réflexions subtiles sur la nature du politique, sur les systèmes de régulation sociale à différente échelles, sur les conditions de l´observation de sa propre société et de sa propre ville. “ Les anthropologues qui travaillent sur le lieu où ils vivent [...] exposent parfois des choses que les gens ne veulent pas voir, des choses qu´ils ne veulent pas savoir à leur sujet ou à celui des autres. Il est difficile pour les gens d´imaginer que des membres de leur société peuvent ne pas partager leur expérience de cette même société. [...] les mêmes lois régissent ce qui s´est développé jusqu´à devenir des mondes entièrement différents ”28.

44            Le parti pris théorique de Susan Phillips est que la société et ses composantes n´ont pas d´existence en soi, que leur réalité est tout entière dans la façon dont les membres se la représentent et l´agissent : ainsi, “ le gang n´est rien de plus pour ses membres que les moyens de se le représenter à travers diverses pratiques ”29. Sur ce postulat épistémologique, elle définit sa position éthique et politique, après avoir constaté que très peu d´études sérieuses font pendant à la diabolisation sociale, médiatique et institutionnelle des graffiti et des gangs : “ dans le processus d´humanisation de ce qui est populairement devenu l´ennemi sauvage, j´espère combattre une partie de la peur et de la haine résultante qui entourent ces sujets, et permettre aux gens de voir les gangs et les graffiti sous un nouveau jour. [La peur] est une des plus actives des forces qui fragmentent notre société suivant des lignes raciales, de classe ou ethniques. [...] Ce sont précisément ces forces qui créent les gangs aujourd´hui. [...] Je considère que je suis réellement en train de combattre les gangs en essayant de les comprendre ”30.

45            L´ouvrage commence par une soigneuse mise au point sur le graffiti (ch. 1), en rappelant que dessiner ou écrire sur les parois puis les murs s´inscrit de longue date dans l´histoire de l´humanité, que cela n´a pas été considéré comme spécialement transgressif pendant longtemps (cf. les touristes qui gravaient sur les monuments historiques qu´ils visitaient), qu´il existe cependant une longue tradition d´utilisation subversive de ce moyen de communication à des fins secrètes (les codes utilisés par des colporteurs ou des cambrioleurs) ou publiques (les slogans contestataires). Ce qui intéresse Susan Phillips, c´est que le graffiti est devenu, à Los Angeles en particulier et en Californie en général, à la fois un code secret de communication entre les membres des gangs et leur principale manifestation publique volontaire. “ La nature antisociale du graffiti fait fondamentalement de son analyse une entreprise sociale. Le graffiti est tout entier un problème de gens, de relations, d´individus, de motivations ”31.

46            Or, l´étude parvient à montrer la “ remarquable stabilité ” des graffiti à Los Angeles, qui témoigne de la “ nature conservatrice ” des membres des gangs, pourtant “ habituellement classés comme la frange instable de la société ”32. En effet, il est possible de faire remonter des noms de gangs, des territoires et des styles graphiques (abréviations, lettrages, etc.) jusqu´aux années 1940 (cf. p.110), alors que la participation aux gangs concerne toujours uniquement des jeunes de moins de 25 ans voire moins de 20. Il y a là en effet une extraordinaire inertie du phénomène, qui renvoie à la permanence des “ forces de fragmentation sociale ” et du racisme déjà évoqués. Sur ces prémices, Susan Phillips justifie son projet d´anthropologie politique en expliquant que l´analyse du graffiti comme système de communication à la fois interne (comme code partagé entre les membres des gangs) et externe (comme manifestation de l´aliénation et de la révolte vis-à-vis de la société et des institutions englobantes) permet de mettre en évidence le système de règles qui régissent le monde des gangs et son interaction avec l´environnement social. “ Ce n´est pas par hasard que des choses comme les graffitis et les gangs prospèrent ici [...]. Le graffiti de Los Angeles est celui des groupes que Los Angeles a créé –au travers de son histoire, de sa ségrégation, de son illusion de complaisance et de contentement. Ils sont les enfants du pays. Ils sont ce qui fait de Los Angeles un monument à soi-même ”33.

47L´étude dessine une frontière très claire entre le “ Gang Graffiti ”, qui est l´expression d´un micro-groupe au territoire extrêmement contraint dans sa rivalité meurtrière avec d´autres micro-groupes similaires et voisins, et le “ Hip-Hop Graffiti ”, qui est l´expression individuelle d´une compétition esthétique fonctionnant aussi bien à l´échelle locale (apposer son “ Tag ” ‑signature personnelle‑ dans les endroits les plus improbables de la ville ou de la région) qu'à l'échelle nationale (compétition pour le renom entre New York et Los Angeles) voire internationale (diffusion du style Hip-Hop et de la pratique du Tag dans le monde entier). Confondre les deux phénomènes renforce l´incompréhension, en exagérant d´une part l´étrangeté de ce qui apparaît sur les murs et d´autre part la “ déshumanisation ” du comportement et des motivations des membres des gangs. La lecture du dernier chapitre de l´ouvrage, consacré au graffiti Hip-Hop, vient montrer ces différences après les développements sur les gangs chicanos et noirs.

48Dans le chapitre 2, Susan Phillips revient sur les conditions de la formation des gangs de jeunes dans les ghettos socio-ethniques des grands villes des états-Unis. La moitié des familles vit en dessous du seuil de pauvreté, donc avec moins que ce qui semble nécessaire pour survivre, parce que les taux de chômage sont sans commune mesure avec celui de l´économie globale du pays. C´est dans ce contexte que les activités illégales et les gangs apparaissent d´abord essentiellement comme des systèmes de survie, mais qui engagent les populations pauvres dans une spirale infernale dès lors que le stigmate de la violence renforce les logiques économiques et racistes d´exclusion. Factuellement, les réseaux de gangs apparaissent alors comme “ fournissant les plus stables des opportunités économiques offertes aux jeunes issus des minorités dans certaines zones de Los Angeles ”34. Le choix d´une répression à outrance, visant particulièrement à incarcérer les jeunes Noirs et Chicanos dans l´espoir de démanteler les gangs, a abouti à l´effet inverse en faisant des prisons de véritables passages initiatiques, écoles du crime où les micro-gangs engagés dans des conflits à l´extérieur se sont retrouvés dans un champ clos meurtrier et se sont structurés en vastes fédérations (les fameux Bloods & Crips, les Sureños & Norteños, etc.) qui ont disséminé le système de gang dans tout le pays à partir de son réseau carcéral : “ le système [répressif] est à la fois reproducteur de soi et des gangs, il ne règle pas les problèmes du crime dans notre société, il contribue plutôt sérieusement à en créer davantage ”35.

49L´étude de Susan Phillips s´ajoute à toutes celles qui signalent aux Etats-Unis les dangers d´une situation où la police reste la seule représentation publique des institutions. Dans un contexte médiatico-politique où la sphère gouvernementale est sommée de se retirer du maximum de domaines publics, la police (et, secondairement, les pompiers) devient la seule incarnation de l´autorité, la seule tâche légitime du gouvernement local : en témoignent le budget et le personnel de la municipalité de Los Angeles, consacrés pour plus d´un tiers à la police36. Dans les rues piétonnes des centres-villes, dans les galeries des centres commerciaux, les municipalités se font représenter par l´intermédiaire d´un poste de police chargé de l´information générale du public (exemples à Santa Monica, Ontario, Whittier, etc.). Au delà de ce qu´implique l´assimilation de toute autorité politique à un pouvoir policier, S. Phillips montre que les membres des gangs considèrent qu´ils appliquent eux-mêmes la loi qui leur apparaît comme fondamentale dans la société englobante, tant en politique étrangère (allusion à l´invasion du Panama, auquel ont pu être sensibles les Latinos) que dans les affaires intérieures : la loi du plus fort, la loi de l´abus de pouvoir généralisé. Le gang ne serait alors guère que la reproduction des rapports de force violents qui régissent la société états-unienne, à l´échelle micro-locale des relations interpersonnelles entre jeunes de milieux défavorisés. Les Français peuvent sans doute méditer cela, à l´heure où ils se plaignent des “ incivilités urbaines ” des “ jeunes de banlieue ” sans les mettre en rapport avec la façon dont les élites gouvernantes, médiatiques ou économiques s´auto-amnistient de leurs propres incivilités.

50Dans la compréhension de l´anthropologie politique des gangs, de leur système de valeurs et de règles, la question de l´échelle est importante : la reproduction des rapports de force au niveau du gang s´inscrit dans le cadre d´un face à face quotidien sur des territoires restreints. “ Amis ” et “ ennemis ” sont tous voisins : la haine ritualisée et généralisée entre ces abstractions que sont les fédérations de gangs s´incarne chaque jour dans des individus que l´on peut croiser au coin de la rue, chez l´épicier, à l´école. C´est pourquoi le marquage et la défense des territoires devient l´occupation obsédante des gangs. Plus deux groupes sont voisins, plus il y a de risques qu´ils soient engagés dans un conflit meurtrier direct ; parce que les inimitiés sont nourries par des “ événements ” quotidiens, “ les pires ennemis sont généralement les plus proches voisins ”37 ; les alliés sont recherchés plutôt au-delà d´un cercle immédiat de rivaux et d´ennemis.

51Il en résulte une extraordinaire marqueterie de territoires imbriqués les uns dans les autres, qui conduit à des violations permanentes de limites toujours incertaines (car changeant sans cesse en fonction des rapports de force de l´instant) et à une actualisation permanente du cycle trangression-vengeance. On trouvera p.67 une carte présentant l´interpénétration de 42 gangs (dont certains dépassent à peine la dizaine de membres actifs) dans le quartier de Central Vernon/South Central Los Angeles, et leur affiliation Chicano, Blood ou Crip. p.168, un tableau présente l´organigramme des affiliations dans les gangs chicanos, avec les échelons constitués par les “ cliques ” d´âge, les regroupements par section de rue, par quartier, par grande zone urbaine, par zone de préfixe téléphonique (!), par région supra-urbaine, etc. D´autres classifications (p.247 & 262) concernent les gangs “ afro-américains ”, sous forme de cercles emboîtés centrés sur l´individu, entouré de la “ bande de rue ”, du “ gang ”, des gangs voisins, de la “ famille de gangs ”, de la “ zone ” et enfin de l´affiliation “ Blood/Crip ”. Ce qu´il faut bien sûr retenir de ces principes d´organisation, c´est que leur homogénéité et leur cohérence (associées à leur inertie temporelle), loin d´empêcher “ l´état de guerre ” (warfare) permanent, au contraire entretiennent celui-ci tout en offrant le seul cadre de socialisation accessible à ces jeunes souffrant de “ multiples marginalisations ” (p.74-ss.).

52Cette capacité d´endo-reproduction du système des gangs (couplée à la reproduction mutuelle avec le système de répression) repose à Los Angeles (à la différence d´autres villes, ou des mafias) sur un fonctionnement non hiérarchique (p.81) : il n´y a pas de chef dans les gangs, il n´y a pas moyen de les “ décapiter ”, comme s´y emploie parfois la police. C´est un système qui repose sur le prestige d´un “ renom ” personnel et pas sur l´exercice d´une autorité institutionnalisée. Les “ leaderships ” sont limités, instables dans le temps en fonction de l´évolution de la “ réputation ”, qui ne s´incarne pas dans les insignes d´une fonction mais fluctue en fonction de l´activisme des uns et de la reconnaissance des autres. Susan Phillips rappelle alors que ce genre de société n´est pas une “ aberration ” liée à la grande ville, mais est un “ système acéphale classique ” de l´anthropologie (p.82), identifié en différents lieux et temps de l´histoire humaine. Cependant, l´auteur met en garde contre la tentation d´analyser les gangs comme des “ tribus ” (p.84), car cela postule leur étrangeté par rapport à la société dans laquelle ils s´inscrivent (et cela n´est jamais loin d´une naturalisation raciste considérant que les Noirs ou Chicanos s´organisent “ spontanément ” en tribus). Au contraire, il faut se demander comment un “ système segmentaire acéphale à conflit endémique ” peut naître à l´intérieur d´une société organisée en état : quelle précarité, quelles relations de pouvoir, quelles inégalités d´accès au droit ou à la protection peuvent amener un jeune à dépendre davantage du groupe local que de la société nationale ?

53Pour aborder les questions et problèmes soulevés jusqu´ici, le véritable coup de génie de Susan Phillips est d´avoir utilisé une étude “ ethnographique ” du graffiti comme un cheval de Troie pour faire l´étude “ sociologique ” du gang et de sa relation avec la société englobante. En effet, dans ces groupes obsédés par leurs conflits internes et structurés par l´exclusion vis-à-vis de la société englobante, l´investissement dans la communication apparaît comme vital : il faut savoir coder/décoder pour survivre. Dans un système acéphale, où il n´y a pas de hiérarchie identifiable par des fonctions, et “ hyper-territorialisé ”, où chaque individu n´est identifié que par rapport à une rue ou un pâté de maison, le graffiti devient le média consubstantiel à l´existence et à l´identité du gang. L´activité essentielle de chaque individu en tant que membre du gang consiste à occuper un terrain en écrivant sur les murs le nom de son gang accompagné du sien propre et de ceux de tout ou partie des autres membres, ou bien de violer la territorialité d´un autre gang en rayant ses graffitis. “ Graffiter ” en commun crée le groupe et son territoire, savoir lire les graffitis permet d´éviter des erreurs mortelles de localisation, savoir profaner les graffitis des autres insère dans la géopolitique micro-locale et aide à construire les réputations38.

54Le chapitre 3, consacré aux gangs chicanos, est d´abord une “ leçon d´ethnographie ” (p.95) appliquée, où Susan Phillips décrit à la première personne du singulier son entrée dans le monde des gangs, via l´analyse des graffitis. Elle livre quelques pages de son “ cahier de terrain ” pour montrer son désarroi, ses doutes, ses échecs, mais on en retient d´abord sa maturité, son honnêteté et sa rigueur. C´est alors que l´on comprend à quel point l´objet matériel qu´est le graffiti s´est révélé d´un grand secours, tant pour donner à sa recherche un fil conducteur académique que pour faire une “ archéologie ” des gangs dans la ville (par l´intermédiaire de collections de photographies sur leurs graffitis) et pour entrer en communication avec les auteurs contemporains des graffitis.

55Ces graffitis sont codés de multiples façons, et donc ne sont pas souvent destinés à être “ lus ” par la société englobante (à la différence des graffitis politiques qui doivent être compréhensibles par tous) : le type de graphie déforme parfois les lettres de telle sorte que seul un habitué peut les reconnaître, les noms de personnes ne sont jamais que des surnoms, et les noms de gangs apparaissent généralement comme des sigles. Un exemple simple : “ bAD·Boy J·R CARTOON·SNAKE VENENO·ShaGy SMPW´S ” (p.124), où “ Bad Boy ”, “ J.R. ”, Cartoon ”, “ Snake ”, “ Veneno ” et “ Shagy ” sont les surnoms de six membres et où “ SMPW´S ” se décline en “ Santa Monica Pee Wees ”, c´est à dire la bande des Pee Wees du gang de l´Avenue Santa Monica ; un groupe de six jeunes de cette bande signale ainsi son passage ainsi que son affiliation micro-locale et locale. Une signature plus compliquée mais riche d´information sur la géographie et l´histoire des gangs : également précédé de surnoms de personnes, “ T(X/DKS)fLaTS(SuR/XIII) ” se décrypte comme le gang des “ Tortilla Flats Dukes ” (les Ducs des Appartements Tortilla), appartenant à la fédération “ sudiste ” des gangs chicanos (p.125). Les “ Ducs ” signalent ainsi deux échelles d´appartenance : la première est celle du gang à base locale, la seconde renvoie au système d´alliance qui couvre toute la Californie et organise l´état de guerre général entre “ Sureños ” (ici désignés de façon redondante par “ SuR ” et par “ XIII ”) et “ Norteños ”.

56Le gang des “ Tortilla Flats ” peut signer de façon plus courte, “ TXF ”. On découvre avec stupéfaction que ce graffiti, toujours “ bombé ” sur les murs aujourd´hui, apparaît à l´arrière-plan d´une photographie d´un groupe de jeunes Chicanos en… 1943 (p.110) ! Cette appellation, qui est celle d´un ensemble d´habitat collectif populairement stigmatisé comme mexicain par “ Tortilla ” (la galette de maïs mexicaine), est finalement devenue celle de plusieurs gangs chicanos. Sans parvenir à établir une filiation directe aussi lointaine, l´enquête de Susan Phillips auprès de chercheurs, d´activistes et de résidents plus âgés lui a permis d´établir que le phénomène des gangs, de leur rivalité et de leur expression par graffiti remonte sans interruption au moins jusqu´aux années 1960, avec une forte probabilité qu´il se forme effectivement dès les années 1930 et 1940. D´après Susan Phillips, s´il a été mis sous le feu des projecteurs à partir des années 1980, ce n´est pas tant parce qu´il serait plus développé que naguère que parce que la guerre des gangs a pris brusquement un tour beaucoup plus violent quand l´économie de la drogue a permis aux gangs de s´acheter des armes à feu.

57L´espace du gang en tant que groupe, c´est un espace semi-public, tel que les “ allées ” (“ alleys ”) qui desservent l´arrière des résidences, les immeubles abandonnés, les terrains vagues, les coins écartés des jardins publics : c´est là que se trouve la concentration maximale de graffitis, avec des listes de dizaines de surnoms figurant comme le bordereau d´appel (“ calling roll ”) du groupe, avec les compositions les plus soignées, dont les auteurs mobilisent toute leur science de l´écriture et leur art du dessin ; c´est parfois là qu´on trouve les épitaphes (“ RIPs ”), compositions dédiées à la mémoire d´un ou plusieurs camarades tués. Et les morts sont nombreux, dans ce système où il n´existe que deux modes de relation physique avec l´ennemi : l´évitement ou la violence la plus crue (au mieux le tabassage, au pire le mitraillage). L´unique médiation, c´est le graffiti, qui informe sur les limites des territoires et les alliances et permet l´évitement, ou qui exerce la violence lorsqu´un gang va “ graffiter ” chez ses rivaux, en rayant leurs graffitis et en apposant les siens. Il existe d´autres modes de communication que le graffiti, comme des gestes, des tatouages, des types de vêtement et des modalités orales, mais tous renvoient les uns aux autres : certains graffitis vont reproduire graphiquement le signe de main (ex. p.243) qui donne le code numérique ou le sigle du gang, les tatouages reprennent le style des graffitis. “ Les éléments du monde du gang se recoupent tout le temps ‑les gens deviennent des signes sur un mur, les nombres deviennent des figures, les lettres des images, les signes des gens. Les graffitis deviennent des représentations permanentes du gang ”39.

58Il en résulte que le membre d´un gang porte sur lui une multitude de signes de son appartenance ; il doit savoir lire sur les murs qu´il est en territoire ami ou ennemi ; il doit savoir répondre par le bon signe à la question que ne manquera pas de lui poser le groupe de jeunes qu´il croisera : “ where you from ? ” (“ d´où es-tu ” ?). Ces obligations valent dans toute la Californie, car la majorité des gangs chicanos semble organisée dans l´opposition Norte/Sur, également signifiée par les nombres “ 13 vs. 14 ”, les lettres “ N vs. M ” et les couleurs “ rouge vs. bleu ” que chaque membre d´un gang doit savoir interpréter. Dans la plupart des villes de Californie du nord, les gangs s´opposent au niveau local en fonction de cette dualité globale, alors que dans le sud, la fédération norteña n´est pas représentée (mais on y trouve la dualité Bloods/Crips des gangs noirs, dans laquelle les Chicanos sont engagés).

59Les prisons semblent jouer un rôle crucial dans la structuration des gangs et dans l´amplification géographique et ethnique de leurs conflits, dans la mesure où la survie dans l´univers carcéral semble dépendre de l´intégration dans l´une ou l´autre des mafias “ raciales ” (“ mexicaine ” ou “ noire ”) qui y font la loi. Les prisons apparaissent ainsi comme les lieux d´une certaine “ politisation ”, qui nationalise ou ethnicise la rebellion. Ainsi, lorsque “ L·MONO SMX7st PWLs ” (“ Little Mono –petit singe­‑ de la bande des Pee Wee Locos du gang de la 17ème rue de Santa Monica ”) écrit “ Fuck White People (Trash) / Mexican Rule / Brown Power ”, son souhait d´envoyer se faire f… les Blancs (“ ordures ”) s´accompagne à la fois d´une référence à la prison (“ Mexican Rule ” : appelée ailleurs “ eMe Rule ”, la loi de la mafia mexicaine qui règne en prison) et d´une référence au nationalisme des activistes chicanos des années 1960 et 1970 (le “ Brown Power ” est un décalque du “ Black Power ”).

60Les gangs noirs (ou “ afro-américains ”) obéissent globalement aux mêmes règles que les chicanos (ch. 4). “ L´ethnicité ” ne forme que le premier mode de subdivision dans le système des gangs, qui en compte beaucoup d´autres, où l´inimitié avec le plus proche voisin semble beaucoup plus systématique que l´opposition inter-ethnique. De fait, même si pour la plupart, les gangs apparaissent comme “ mono-ethniques ”, ils peuvent chacun intégrer un ou des membres d´autres origines ou apparences. Ce qui va caractériser les gangs noirs de Los Angeles, c´est leur plus grande visibilité pour la société englobante pour trois raisons interdépendantes : 1) c´est pour les populations noires que l´effet de ghetto, de concentration dans une zone sans emplois et sans services, a été le plus fort ; 2) ce sont les gangs de jeunes de ces ghettos qui ont été le plus impliqués dans le trafic des drogues dures et des armes à feu ; 3) c´est entre ces gangs que s´est déchaînée la plus grande violence. “ Dans les gangs chicanos, la plupart des éléments de la position particulière du gang dans le système géographique de frontières est représentée jusqu´à un certain point dans chaque quartier. Dans les gangs noirs Bloods ou Crips [...] presque chaque graffiti incorpore tous les niveaux et aspects de l´identité du gang. La plupart de leurs représentations matérielles se réfère aux ennemis ”40.

61De fait, leurs graffitis, qui semblent un peu moins sophistiqués que ceux des gangs chicanos en ce qui concerne les styles et les lettrages, expriment de façon plus méthodique leurs rivalités, qui relèvent essentiellement de la guerre intestine (S. Phillips souligne la très faible mobilisation autour de principes racistes, nationalistes ou “ révolutionnaires ” ‑au sens d´une révolte contre l´ordre dominant ou les institutions). Par exemple, les “ Eastside Foe Duce Foe Tray Gangster Crips ” marquent leur territoire avec le sigle “ e/s42x3G hood ” (p.249) : e/s pour “ Eastside ” (les quartiers à l´est de “ Main street ”), hood pour le “ neighborhood ” (quartier) des 42ème et 43ème rues ; dans les grands chiffres se trouvent écrits leurs équivalents dans la langue des jeux de cartes ou de dés : “ 4OE ” (Foe, pour “ Forty ”, “ quarante ”), “ 2UCE ” (Duce, “ deux ”), “ 3Ray ” (Tray, “ trois ”), tandis que dans le “ G ” on observe “ GSTa ” (gangsters) ; 2, 3 et G sont recouverts du bandanna bleu de la fédération des Crips. Au dessus, on verra en plus petit 4 surnoms de personnes ; au dessous, 6 sigles rayés qui représentent les gangs qui sont les pires ennemis des “ e/s42x3G ”. Chaque fois qu´apparaissent certaines lettres dans les surnoms ou dans le sigle du gang, elles sont également rayées pour désigner les ennemis : “ B ” représente tous les gangs “ Bloods ”, “ O ” tous les gangs dont le nom se termine par zéro (les “ Rollin´ 20s ” et “ 30s ”, les “ 40s Pirus ”, qui sont effectivement affiliés comme Bloods) et “ a ” qui représente peut-être l´ennemi le plus intime, listé également comme “ Avon ” (“ 53 Avalon Gangsters Crips ”), dont on notera qu´il est pourtant affilié “ Crips ” comme les “ Foe Duce Foe Tray ”. En revanche, la représentation de leurs ennemis n´inclut explicitement aucun de leurs voisins les plus proches, qui sont des gangs chicanos si l´on en croit la carte de la p.67.

62Cette désignation des ennemis se retrouve dans le langage parlé : les Bloods comme les Crips tentent de bannir de leur discours le son de la lettre initiale du groupe ennemi. Dans les graffitis, les uns et les autres rayent cette initiale et y ajoutent le “ k ” pour former “ Ck ” ou “ Bk ” (“ Crip Killa ” ou “ Blood Killa ”, tueur de Crip ou de Blood). Dans les années 1990, les Bloods paradent dans les rues avec des vêtements “ Calvin Klein ” quand ceux-ci figurent largement le logo de la marque, “ CK ”, tout comme les Crips étaient contents de porter dans les années 1980 des chaussures BK, “ British Knights ”. Les membres des gangs peuvent être fans d´équipes de sport d´autres villes simplement parce que leur logo valorise une ou plusieurs lettres fétiches du gang. Inversement, chacun évite d´utiliser ce qui sert à le stigmatiser : par exemple, les Crips n´écrivent pas “ ck ” mais “ cc ” (p.254-256). La rivalité fédératrice entre Bloods et Crips n´empêche cependant pas des rivalités internes de même férocité entre gangs de la même affiliation, selon le principe d´état de guerre général déjà énoncé.

63Dans cette guerre de tous contre tous, des alliances s´établissent sans cesse, mais se font et se défont au rythme des événements (p.263-ss.). C´est ainsi que les abus policiers qui ont précédé puis suivi les émeutes de 1992 ont amené à une trêve générale entre tous les gangs pour se protéger contre un ennemi commun plus présent que d´habitude, mais cela n´a pas duré. S. Phillips explique d´ailleurs que la politique de répression des émeutes de 1992 a systématiquement cherché à briser les trêves et les a présentées aux médias comme la constitution d´un “ front commun ” de l´ennemi intérieur bien plus dangereux que sa fragmentation, sans vouloir profiter de la “ pacification ” effective que les trêves représentaient pour les quartiers concernés (p.302).

64La réflexion de Susan Phillips sur la profondeur historique du phénomène des gangs à Los Angeles l´amène à une intéressante hypothèse pour expliquer leur continuité. Il semble avéré que ce phénomène de bandes de jeunes des quartiers pauvres qui s´opposent entre elles naît d´abord de la réclusion des populations mexicaines dans les années 1930 et 1940, où les “ groupes d´âge et de voisinage ” de l´enfance ne sont pas dissous à l´adolescence, faute de possibilité d´entrée sur le marché du travail ou de l´éducation supérieure. Quant à eux, les jeunes Noirs ne semblent former leurs premiers gangs qu´au cours des années 1960, marquées par la décadence des industries fordistes qui fournissaient les emplois à leurs quartiers et par l´accentuation des processus d´exclusion qui déboucheront sur les émeutes de Watts en 1965. Un certain nombre de noms de gangs semble inspiré par le vocabulaire militant de ces années, à commencer par “ Blood ” qui pourrait venir de “ Blood Brothers ”, “ frères de sang ”, autre manière de désigner les “ Black Brothers ”, militants des droits civiques et sociaux des populations noires. Le plus intéressant ici, c´est le “ récit des origines ” tel que le font les membres actuels de gangs ou des “ anciens ” de plusieurs générations distinctes : il apparaît que le gang est la seule structure sociale qui raconte l´histoire du quartier, qui donne une histoire aux rues et pâtés de maisons qui forment l´horizon quotidien et parfois exclusif de la plupart des habitants.

65Les quartiers victimes de l´apartheid ethnique et économique n´ont pas d´histoire propre, unique, spécifique, dans le discours dominant : leur représentation est tout entière contenue dans la figure générique du ghetto ou du barrio, catégorisation qui occulte les histoires particulières et les différences entre quartiers d´une même ville et de villes différentes. Face au discours scolaire, institutionnel et médiatique qui homogénéise leur habitat dans une vaste catégorie commune, les jeunes des quartiers n´ont donc qu´un seul interlocuteur qui raconte la différence de leur quartier : le gang. Le gang, qui reproduit et démultiplie à l´intérieur du quartier les logiques sociales d´exclusion et de fragmentation, est la seule “ institution ” sociale qui offre une véritable appartenance aux jeunes, en leur offrant un cadre de compréhension et d´action dans la violence dans laquelle ils vivent depuis leur naissance. Le graffiti, comme forme d´expression et de narration des territorialités et des rivalités qui définissent les appartenances locales, s´inscrit dans une temporalité pluridécennale sans rapport avec la durée de l´engagement individuel dans le gang, qui dépasse rarement la dizaine d´années.

66Susan Phillips a finalement un double courage : d´une part, celui de reconnaître, à l´encontre de la société englobante qui rejette (violemment) tout ce qui y a trait, que le gang représente quelque chose de positif pour les jeunes qui y adhèrent ; mais également, d´autre part, celui de ne pas se fondre dans l´observation de son objet d´étude, en montrant à quel point le seul cadre offert à ces jeunes est négatif pour eux-mêmes et pour l´ensemble de la société. Le gang est la seule instance où les jeunes des quartiers les plus défavorisés économiquement et/ou socialement sont reconnus et valorisés, la seule instance qui donne une histoire propre à leur quartier et un cadre d´interprétation de l´environnement urbain utile à leur survie. Le gang offre une identité spécifique, à la construction de laquelle les jeunes peuvent contribuer individuellement, à la différence de l´identité sociale générique de “ victime ” ou de “ vilain ” que leur assigne la société englobante, qui exerce le pouvoir performatif de les exclure comme sujets ou acteurs de l´histoire.

67C´est ainsi que l´on peut conclure avec l´auteur qu´une structure sociale au premier abord “ suicidaire ”, parce qu´elle repose sur la violence généralisée entre ses composantes, peut se révéler étonnamment durable parce qu´elle est la seule qui offre à la fois une garantie de survie immédiate et une existence sociale dans un système d´aliénation généralisée. Si l´on suit Susan Phillips, ce que je fais volontiers, on conviendra alors que le système des gangs des quartiers pauvres est autant constitutif de Los Angeles que le sont les industries culturelles et high tech qui caractérisent mondialement son économie. D´ailleurs, les grands acteurs de l´économie de l´image de Los Angeles ne s´y sont pas trompés, en recyclant dans les productions cinématographiques ou discographiques hollywoodiennes aussi bien le farniente associé aux palmiers et plages des beaux quartiers que la violence associée aux gangs, aux prisons, aux mafias et aux ruines de l´industrie fordiste.

68            Les études personnelles de Raúl Villa et de Susan Phillips apparaissent comme complémentaires pour approcher les cultures urbaines qui se partagent la ville d´aujourd´hui et sont sous-représentées dans l´imagerie dominante de Los Angeles. Le premier nous introduit dans le champ de la culture et de l´action politique des Chicanos par l´analyse de formes canoniques de l´expression artistique (romans, poèmes) mises en relation avec une multitude d´autres expressions culturelles (les chansons, tracts, affiches, pamphlets, récits de vie, usages d´espace publics, etc.) : certains des référents de l´imaginaire collectif nous apparaissent en tant qu´ils sont saisis par des individus pour exprimer leur différence, promouvoir leurs droits ou leurs attentes, “ faire leur place ”. La seconde nous plonge dans un monde qui semble au premier abord secret, fermé, inaccessible, mais où l´on découvre avec étonnement la complexité des référents engagés dans les productions culturelles des gangs, et la cohérence désespérante de celles-ci avec le système de violence généralisée de gangs à gangs et entre ceux-ci et les institutions policières, seules représentantes des autorités publiques et de la société englobante dans les quartiers d´exclusion. Au terme des deux lectures, il est possible de voir comment le monde des activistes et intellectuels chicanos et celui des gangs se croisent et se rencontrent dans et autour de ces quartiers, donnant une idée précise, documentée et solide de la vie des habitants.

69            On ne pourra pas en dire autant des deux autres ouvrages, dont les approches superficielles et peu construites reviennent à mettre en évidence soit des clichés (M.Davis), soit des perspectives individuelles (Leclerc, Villa & Dear) dont il est difficile de tirer le moindre enseignement sur la vie urbaine. Il ne m´est pas possible d´établir que tous ces ouvrages sont représentatifs de la bibliographie contemporaine sur les problèmes soulevés, mais ils en donnent un écho significatif. D´un point de vue personnel, je considère que celui de Susan Phillips est à marquer d´une pierre blanche, car j´y verrais volontiers un futur “ classique ” de l´anthropologie, à recommander à tous ceux qui s´intéressent aux études urbaines. Celui de Raúl Villa me semble une très bonne introduction à la culture urbaine chicana et latina. Mon inquiétude, c´est évidemment que la notoriété de Mike Davis et l´amplitude des polémiques qui se créent autour de lui ne fassent de l´ombre à ces ouvrages qui mériteraient d´être davantage connus et sont bien plus utiles à la compréhension de Los Angeles, à celle de la situation des Latinos aujourd´hui, voire à celle de l´ensemble des Etats-Unis et de leurs villes.

Haut de page

Notes

1 La contextualisation de cette analyse bibliographique doit beaucoup à des discussion informelles avec Philip Ethington (University of Southern California) et à des informations transmises par ses soins, dont je le remercie chaleureusement .

2 Entre autres références : ALLEN, James P. & TURNER, Eugene. The Ethnic Quilt: Population Diversity in Southern California.Northridge : California State University, 1997, 282 p. (The Center for Geographical Studies).

Dear, Michael J., Schockman, H. Eric & Hise, Greg, eds. Rethinking Los Angeles.Thousand Oaks : Sage publications, 1996, 278 p.

HISE, Greg. Magnetic Los Angeles : Planning the Twentieth-Century Metropolis. Baltimore : The Johns Hopkins University Press, 1997, 300 p.

PITT, Leonard & PITT, Dale. Los Angeles A to Z: An Encyclopedia of the City and County. Berkeley : University of California Press, 1997, 606 p.

REID, David, ed. Sex, God and Death in L.A. Berkeley : University of California Press, 1994, 356 p.

SCOTT, Allen J. & SOJA, Edward W., eds. The City : Los Angeles and Urban Theory at the End ot the Twentieth Century. Berkeley : University of California Press, 1996, 484 p.

SOJA, Edward W. Thirdspace. Journeys to Los Angeles and other Real-and-Imagined Places. Cambridge (Mass.)/ Oxford (U.K.) : Blackwell, 1996, 334 p.

Waldinger Roger & Bozorgmehr Mehdi, eds. Ethnic Los Angeles. New York : Russel Sage Foundation, 1996, 498 p.

3 The Chronicle of Higher Education, August 18, 2000, A15.

4 BANHAM, Reyner, Los Angeles. The Architecture of Four Ecologies. Harmondsworth: Penguin, 1978, 256 p. (original ed. 1971).

DAVIS, Mike. City of Quartz. Excavating the Future in Los Angeles. New York : Vintage Books/Random House, 1992, 464 p.

GARREAU, Joel. Edge City : Life on the New Frontier. New York : Anchor Books/Doubleday, 1988, 548 p.

Martínez, Rubén. The Other Side: Notes from the New L.A., Mexico City and Beyond. New York: Vintage Books, 1993, 170 p.

McWILLIAMS, Carey. Southern California: an Island on the Land. Salt Lake City : Peregrine Smith Books, 1973, 387 p. (original ed. 1946).

RIEFF, David. Los Angeles: Capital of the Third World. New York : Touchstone/Simon & Schuster, 1991, 276 p.

5 DAVIS, Mike. Magical urbanism. Latinos re-invent the US City. London / New York : Verso, 2000, 172 p.

6 Cf. Veronique de Turenne, “Is Mike Davis´ Los Angeles all in his head?", Salon Magazine, 8 December 1998 (http://www.salonmagizine.com)

7 “ the so-called ‘progressive´ penchant for disruption and undermining of the civic order ” : Joel Kotkin, Los Angeles Business Journal, July 10, 2000, p.63.

8“ campaign of red-baiting disguised as fact-checking ” : Ben Ehrenreich, LA Weekly, July 7-13, 2000, p.33.

9 Philip J. Ethington a fait une bonne analyse de l´abus du “ plus ” (“ most ”) et du “ premier ” (“ first ”) chez les promoteurs de l´autoproclamée “ école d´études urbaines ” de Los Angeles (“ Waiting for the ‘L.A. School´ : A Book Review Essay ”, Southern California Quaterly, volume LXXX, n°3, p.349-362.)

10  extreme gradient between the violent streets of the American inner city and the generally peaceful village worlds of rural Mexico or even Central America ” (p.89).

11 Cf. références par exemple dans : A. Moreno Toscano (coord.), Ciudad de México: ensayo de construcción de una historia (Mexico: INAH, 1978) ; A. Moreno Toscano & S. Lombardo de Ruiz (comp.), Fuentes par la historia de la ciudad de México (Mexico: INAH, 1984) ; S. Gruzinski, Histoire de Mexico (Paris: Fayard, 1996, 454 p.) ; Monnet, J. (dir.), L´urbanisme dans les Amériques (Paris : Karthala, 2000).

12 Ce titre (“ Tropicalizing Cold Urban Space ”) ouvre un chapitre dans lequel une seule référence à un article est utilisée, sur un point secondaire.

13 p.22-23 : “ The rise of ‘Latinos agringados´ addicted to hamburgers and Friday night football [...] is tendentially balanced by the emergence of ‘gringos hispanizados´ infatuated with chiles and merengue ”

14 p.55 : “ Thirty years ago, Pacific Avenue in L.A.´s blue-collar suburb of Huntington Park was another geriatric Main Street with little future beyond the Salvation Army outlet. Today it reigns in restored art-deco glory as the shopping and festive center of Mexican immigrant life in Los Angeles County ”

15 p.38 : “ unsolved murders [...] are just part of the day´s freight in the brave new world being created by NAFTA ”

16 Cf. Los Angeles Times, July 3, 200, B1 : “ Garcetti Stresses His Latino Heritage ”.

17 V.Fox a été élu président du Mexique en 2000 ; Bill Richardson était ambassadeur des Etats-Unis auprès de l´ONU. Edward Royball fut le premier élu “ chicano ” à Los Angeles, aux lendemains de la 2ème Guerre Mondiale (cf. plus loin Raul Villa, Barrio-Logos, p.76). L´ascendance maternelle mexicaine de George Bush, qui porte les mêmes prénom et patronyme que son grand-oncle, ex-président des Etats-Unis, et que son oncle, président à compter de janvier 2001, fut utilisée au bénéfice de ce dernier pour lui attirer le vote latino (LA Weekly, July 21-27, 2000, p.14)

18 VILLA, Raúl H. Barrio-Logos. Space and Place in Urban Chicano Literature and Culture. Austin : University of Texas Press, 2000, 274 p.

19 Les populations d´origine mexicaine, qui représentent aujourd´hui plus des deux-tiers des gens recensés comme “ Hispaniques ” (dits “ Latinos ” dans les médias locaux), n´ont été rejointes par d´autres populations latino-américaines qu´à partir des années 1980.

20 LECLERC, Gustavo, VILLA, Raúl & DEAR, Michael J., eds. Urban Latino Cultures : la vida latina en L.A. Thousand Oaks : Sage Publications, 1999, 214 p.

21 “ This book is about a cultural revolution that is occurring now in Los Angeles and other great cities of the United States ” (p.1) ; “ We choose Los Angeles because [...] Southern California is regarded by many as the prototype of twenty-first century urban growth ” (p.2).

22 “ Memory and the South, referring to the primordial origins of ancestry, identity, tradition, and selfhood ” (p.3) ; “ Latino bodies are both sensuous and critical, assimilative yet assertive, displaced yet rooted ” (p.4).

23 “ the Chichimecas, or the Aztecs struggling against the imperial powers ”, p.25.

24 “ the ultimate point of origin is Spain ”, p.31.

25“ Nunca como en nuestros días la Ciudad de México se había visto tan amenazada por la destrucción y la debacle ”, p.175.

26 “ el arcaico equilibrio perdido ”, p.175 ; “ Pero, como la historia ha dejado de ser lineal y progresiva, quién dice que algun día no puedan volver los viejos buenos tiempos ”, p.176.

27 PHILLIPS, Susan A. Wallbangin´. Graffiti and Gangs in L.A. Chicago : The University of Chicago Press, 1999, 383 p.

28“ Anthropologists who work in the place in which they live [...] sometimes expose things that people don´t want to see, things they don´t want to know about themselves or others. It is difficult for people to imagine that members of their own society may not share their experience of that society. [...] the same laws rule what have grown to be entirely different worlds ” (p.5-6).

29“ The gang is nothing more than the ways that gang members represent it through diverse practices ” (p.8).

30  “ In this process of humanizing that has popularly become the savage enemy, I hope to combat some of the fear and resultant hatred that surround these topics and enable people to see gangs and graffiti in new light. [Fear] is one of the most active forces that fragments our society along racial, class, and ethnic lines [...] These are precisely the forces that create gangs today. [...] I consider that I am really fighting gangs by working to understand them ” (p.11).

31“ The antisocial nature of graffiti makes its analysis an inherently social endeavor. Graffiti is all about people. It´s aboit relationships, and individuals, and motives ” (p.23).

32“ Because of their remarkable stability, graffiti testify to the conservative nature of L.A. gangs members, who are usually classified as society´s instable fringe ” (p.38).

33“ It is no accident that things like graffiti and gangs thrive here [...]. The graffiti of Los Angeles is the graffiti of the groups that Los Angeles has created –through its history, its segregation, its illusion of complacency and of contentment. These are our native sons. They are what make Los Angeles a monument to itself ” (p.61).

34“ well-established gang networks, which currently provide the most stable economic opportunities available for minority youth in some areas of Los Angeles ” (p.68).

35“ this system is both self-perpetuating and gang-perpetuating –it is not solving the problems of crime in our society, but it is rather taking some very serious steps toward creating more of them ” (p.70).

36 Leriche, F. & Monnet, J. “ Los Angeles : l´industrialisation de l´image et de la culture ”, in : JALABERT, Guy (ed.), Portraits de grandes villes : sociétés, pouvoirs, territoires, Toulouse : Presses universitaires du Mirail (collection Villes et territoires), 2001.

37 “ Because of these event-driven enmities, worst ennemies in the gang world are generally closest neighbors ” (p.263).

38 Le roman Locas, de Ixta Maya Murray (New York: Grove Press, 1997, 248 p.) tourne autour de l´ascension et de la décadence d´une jeune “ Latina ” comme leader d´un gang de Los Angeles ; l´activité du graffiti n´y apparaît pas comme essentielle. Le roman a été remarqué pour la voltige qu´il réalise entre l´anglais et l´espagnol afin de représenter l´univers linguistique de ces jeunes.

39“ Elements of the gang world cross over all the time –people become signs on the wall, numbers become figures, letters become images, signs become people. Graffiti become permanent representations of the gang ” (p.261).

40 “ With Chicano gangs, most elements of a particular gang´s position in the geographical system of boundaries are represented at some point in any given neighborhood. With the Bloods and Crips [...], almost every single piece of graffiti incorporates all level and aspects of gangster identity. Most of [their] material representations have to do with enemies ” (p.263).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jérôme Monnet, « Espaces et cultures à Los Angeles. A propos de quatre ouvrages récents concernant les “ Latinos ” », Cybergeo : European Journal of Geography [En ligne], Revue de livres, mis en ligne le 05 avril 2001, consulté le 24 mai 2017. URL : http://cybergeo.revues.org/932

Haut de page

Auteur

Jérôme Monnet

Université de Toulouse-Le Mirail. Institut universitaire de France.
monnet@cict.fr

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© CNRS-UMR Géographie-cités 8504

Haut de page